Bienvenue sur This is it ☎️
TII ; qu'est-ce que c'est ? Un brin de folie pure et dure, comme les fesses de ces jeunes hommes ci-dessus --> , une grande famille où tout est permit ou encore une grande bande d'amis que l'on vient retrouver juste après un bon streapoker. This is it, c'est aussi un maigre hommage que nous avons souhaité rendre à notre ami et idole Michael Jackson...Quatres avatars sont disponibles. Forum actif & attractif. Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ? (;


AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Après des longues réflections & surtout une très belle vie ; THIS IS IT FERMERA SES PORTES DANS LES JOURS A VENIR. MERCI DE NE PLUS VOUS INSCRIRES. Nous avons été très heureux de partager tous ces moments avec vous. ♥️ Vous nous manquerez. NEW YORK NEVER SLEEP, ne l'oubliez pas.

Partagez | 
 

 « on and on... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

JE ME PRESENTE; Dylan R. Crane
« Nouveau
; découvre les lieux
avatar
♣ Messages :
34
♣ Inscrit le :
04/01/2011
♣ {♥} Votre idéal :
Johnny Depp, Heath Ledger, Gary Oldman, James Franco, Ashley Greene, Michelle Trachtenberg
♣ Traits de caractère :
« Arrogant, prétentieux, séducteur, égoïste, insensible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: BABINE
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: « on and on... »   Jeu 6 Jan - 2:58


    « Dylan, si tu savais... à quel point je t'aime... », « Comment ça ? Du genre, vous m'aimez comme vous aimeriez votre femme ? Pff ! C'des conneries ! », « Il n'y a pas une journée sans que je ne pense à toi... je te le jure... tu me rends dingue. », « Vous me faites peur... c'est vraiment pas drôle... », « Laisse moi te le prouver... commence donc par enlever ces vêtements... »

    Inside my heart is breaking, my make up may be flaking, but my smile still stays on...

    L'appartement paraissait incroyablement morbide sous cet angle. Il était quatre heures de l'après-midi, les rideaux étaient tirés, dans toutes les pièces, les vêtements et autres bricoles qui jonchaient le sol donnaient cet aspect sale et négligé à ce domicile, qui n'avait jamais été réellement propre. La baignoire était remplie d'eau, Dylan avec. Allongé, la tête rejetée en arrière et les paupières closes, on aurait pu croire qu'il s'était endormi, ce qui était presque le cas. Il rêvait, de son passé, de ces choses qui l'avaient tant perturbé, qui avaient fais de lui ce qu'il était aujourd'hui. A 24 ans, Dylan n'avait rien d'un adulte responsable, mature et intelligent, il était un véritable petit merdeux, incapable de comprendre le sens du mot ''amour'' ou ''compassion''. Une véritable petite peste, animée par cette envie constante de vendre son corps, comme s'il n'était capable de rien d'autre. Toutes chances d'être un homme bien l'avaient quitté depuis bien longtemps, et ça n'avait pas l'air de le déranger plus que ça à première vue, mais ce n'était qu'une impression, une vulgaire illusion derrière laquelle se cachait un être meurtrit, plongé dans un remord et une souffrance qui ne disparaîtrait jamais. Quelle triste vision des choses, aussi jeune... pour lui, sa vie avait prit fin il y a dix ans, lorsque Harry, son professeur de théâtre, avait osé poser les mains sur lui, pour en faire sa marionnette, l'espace d'une heure, voire deux, Dylan ne s'en souvenait plus très bien maintenant. Depuis ce fameux soir, il n'était plus qu'une coquille vide, il n'avait plus rien à voir avec l'enfant qu'il avait été, et même si son entourage l'avait remarqué, personne ne comprit pourquoi. Ce changement brutal restait un mystère total, même pour Dylan en personne...

    La voix de Freddy Mercury résonnait dans l'appartement, avec une intensité telle que Dylan se croyait dans un autre univers, bercé par ce timbre délicat et prenant, accompagné par divers instruments, qui donnaient une mélodie au-delà du jouissif. Le jeune homme poussa un profond soupir de bien-être, tandis que son bras glissait le long du rebord en porcelaine pour pendre dans le vide, hors de l'eau. Il aurait voulu rester ainsi, encore et encore, jusqu'à mourir de froid dans cette eau qui, pour l'instant, était encore brûlante. Elle lui picotait la peau, il transpirait, semblable à une heure passée dans un sauna. De la buée s'était installée sur le miroir, et avait humidifiée le carrelage sur les murs. La pièce était éclairée de cinq bougies, posées sur le rebord de la baignoire, il n'avait pas besoin de plus.

    Il y a dix minutes, il avait envoyé un message à partir de son téléphone portable. A Alessandra, celle qui, depuis maintenant des années, était sa seule amie, celle pour qu'il ferait n'importe qui, et à qu'il a confié sa vie entière, incapable de lui cacher quoi que ce soit. Elle est au courant de tout, dans les moindres détails, et la sincérité a toujours été importante aux yeux de Dylan, il ne la néglige pas, surtout lorsqu'il s'agit d'Alessandra. ''Encore ce p*tain de rêve. Tu peux venir ? Dylan.'' Il allait l'attendre, il n'avait pas besoin de guetter près de la porte, il lui avait fait un double. Après un instant, il daigna sortir de la baignoire, et retira le bouchon pour laisser l'eau s'évacuer. Il éteignit les bougies, et mit une serviette autour de ses hanches pour se rendre dans le salon, et ouvrir les rideaux, ainsi que du côté de la cuisine. Ranger ? Inutile, il allait perdre espoir avant même d'avoir remit un vêtement à sa place. Il alla dans sa chambre et prit un boxer et un jean dans son armoire, qu'il enfila illico, avant de balancer sa serviette sur le lit, indifférent. Il alla ensuite dans le salon, et s'affala dans le canapé, pour tendre le bras jusqu'à son paquet de cigarette sur le meuble à côté. Il cala l'une d'entre elles entre ses lèvres, sans l'allumer pour l'instant, et posa sa tête sur le divan, à présent plongé dans une observation du plafond, alors que le grand Freddy entamait une autre chanson...
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Alessandra E. Keenan
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
202
♣ Inscrit le :
07/07/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Aucun en particulier
♣ Traits de caractère :
« Chieuse-Rebelle. »

MessageSujet: Re: « on and on... »   Jeu 6 Jan - 17:59

Allongée sur son lit, clope au bec, rien ne paraissait perturber Alessandra de sa contemplation du plafond et du lustre qui s'y trouvait comme s'il était la chose la plus importante de sa vie. Rien, pas même la voix monocorde de cette bimbo d'actrice française qui se prenait pour le centre du monde dans un de ces films qui l'avait fait gagner un prix quelconque d'après ce qu'elle avait entendu la semaine précédente par les pét****s de l'université qui l'avaient visiblement prise pour modèle. Fumant sa clope, ne se souciant pas du nombre de mégots et de bouteilles vides qui jonchaient le sol près du lit, elle attendait que sa journée se passe ou qu'un évènement l'incite à se lever et à s'habiller d'autre chose que ce vieux T-shirt gris devenu trop petit désormais mais qu'elle portait toujours malgré les trous multiples dus à des brûlures de cigarettes. Ce n'était même plus un T-shirt mais un gruyère presque mais cela était totalement égal à la jeune femme. Soudain, son téléphone sonna. Un message. Expirant la taffe qu'elle venait d'aspirer, Al le saisit machinalement et aussitôt qu'elle l'eut lu, se leva et jeta le mégot encore brulant dans la boite de conserve emplie d'eau qui se trouvait sur la table de nuit. Il ne lui fallut que deux minutes pour enfiler les vêtements qui trainaient sur le bout de son lit et ses chaussures. Mettant quelques affaires dans un vieux sac en jean qu'elle trimballait partout, elle claqua la porte de chez elle, fit un tour de clé et traversa les quelques quartiers qui séparaient son domicile de celui de Ryan. Sans prendre la peine de sonner, elle ouvrit la porte grâce à la clé qu'il lui avait faite et entra. Le bordel qui s'y trouvait ne la fit pas s'inquiéter, ni quoi que ce soit car elle ne l'avait que rarement connu rangé et en ordre. Une seule fois pour être honnête : le jour où Ryan y avait emménagé. Depuis, les choses s'accumulaient là où il les mettait.

Un coup d'œil circulaire dans la pièce lui fit remarquer qu'il se trouvait sur le canapé, avachi en écoutant du Freddy Mercury. D'un geste de la main, elle débarrassa la table basse pour y prendre place. S'installant, elle prit une cigarette et le regardant, attendit qu'il prenne la parole. Inutile pour Alessandra d'insister en lui demandant dix millions de fois qu'il parle, il le ferait par lui même. En attendant, elle alluma sa cigarette et se mit à tirer des taffes de sa cigarette, le regardant de ses profonds yeux bleu verts. Puis, en simple geste, elle vint à allumer la cigarette qu'il avait entre ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Dylan R. Crane
« Nouveau
; découvre les lieux
avatar
♣ Messages :
34
♣ Inscrit le :
04/01/2011
♣ {♥} Votre idéal :
Johnny Depp, Heath Ledger, Gary Oldman, James Franco, Ashley Greene, Michelle Trachtenberg
♣ Traits de caractère :
« Arrogant, prétentieux, séducteur, égoïste, insensible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: BABINE
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: « on and on... »   Sam 8 Jan - 1:20

    Cet appartement était petit, mais assez grand pour une seule personne, surtout celle-ci, qui passait le plus clair de son temps à l'extérieur, ce qui expliquait la saleté des lieux, du fait qu'il se fichait totalement des vêtements, des bouteilles vides et des mégots de cigarettes. Personne ne venait ici, mis à part Alessandra, qui avait le double des clefs. Il avait une confiance immense en elle, une confiance inégalable, parce qu'elle était la seule personne au monde à connaître sa vie sur le bout des doigts. Tout, sans exception. Sa mère n'était pas au courant des activités professionnelles de son fils, de son traumatisme de ses 14 ans, de ses consommations de drogues... et toutes ces petites choses qui se succèdent et le détruisent peu à peu au fil du temps. Aux yeux du monde, Dylan n'allait pas vivre bien vieux, il serait sûrement un mort prématuré, à peine capable de comprendre qu'il était sur le point de vivre. Non, il ne s'en rendrait sûrement jamais compte, car il sera six pieds sous terre bien avant. Cette idée ne l'effrayait pas, il n'en avait pas grand chose à faire pour être honnête, de toute manière, il savait qu'il mourrait un jour ou l'autre, alors que ce soit demain ou plus tard, ça n'avait aucune importance. Dylan ne prenait plus la vie au sérieux depuis ses quatorze ans, il ne se souciait pas de son avenir et n'imaginait rien, il se laissait aller au fil du temps, sans se préoccuper du reste, ce n'est pas comme s'il en était obligé de toute façon...

    Toujours allongé sur son canapé, les yeux rivés sur ce plafond sans intérêt, il faisait basculer sa cigarette entre ses lèvres, l'air pensif, alors qu'il entendait la clef tourner dans la serrure. Alessandra était arrivée, chose qui le ravissait, il ne supportait plus d'être seul dans cet appartement. Elle entra, mais elle ne prononça aucun mot lorsqu'elle s'installa sur la table basse, avant de tendre son briquet pour allumer la cigarette du gigolo. Il inspira une grande bouffée de cette substance cancérigène, puis s'appuya sur son avant bras, de sorte à être légèrement rehaussé. Il tourna la tête vers son amie, et la regarda un moment sans parler, tandis que le groupe Queen continuait de faire résonner sa délicieuse mélodie entre ces quatre murs. Dylan cala sa cigarette entre ses doigts, et s'humecta les lèvres. « Énervant comme connerie. » dit-il en parlant de son rêve, précédemment évoqué dans son message. Il soupira en s'asseyant correctement, afin de laisser de la place à Alessandra, et approcha sa cigarette de ses lèvres, les yeux plissés, « J'ai envie de ne rien foutre aujourd'hui. En plus, j'ai mal. » annonça-t-il d'un ton détaché en tapotant sa braguette. Doit-on vraiment vous expliquer pourquoi ces douleurs ? Osez lui demander. Il posa son regard sur la jeune femme, « Toi, ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Alessandra E. Keenan
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
202
♣ Inscrit le :
07/07/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Aucun en particulier
♣ Traits de caractère :
« Chieuse-Rebelle. »

MessageSujet: Re: « on and on... »   Mer 19 Jan - 22:07

(Désolée pour le retard, j'ai eu un souci désormais réglé avec les notifications de réponses :/)

Pour beaucoup de monde, Alessandra apparaissait comme une fille qui n'en avait rien à foutre des autres et qui passait son temps à juger sans rien dire. De ce fait, le peu de personnes qui l'appréciaient pouvait se compter sur les doigts d'une seule main mais pour Al', c'était quelque chose dont elle se foutait royalement. Elle n'avait pas envie d'être appréciée pour ensuite se retrouver à pleurer toutes les larmes de son corps sur une personne qui la trahissait ensuite. Non, Alessandra n'était pas comme ça et ne le serait jamais. Les personnes qui constituaient son entourage étaient des personnes sur qui elle pouvait compter et qui pouvaient également compter sur elle en retour. Et là dessus, Dylan avait une place de choix dans son coeur sans que cela n'en devienne guimauve pour autant.

Allumant la cigarette de son ami, Al' tira sur la sienne qui en était à la moitié presque, attendant qu'il prenne la parole. Cela ne tarda pas lorsqu'il vint à exprimer ce qu'il ressentait vis à vis de son rêve ce qu'Alessandra pouvait comprendre parfaitement. S'installant près de lui, elle l'écouta se plaindre au niveau de son organe de reproduction qui était douloureux selon lui. Un sourire en coin arriva sur le visage de la jeune femme en entendant cela.

Ouais, ça va comme une journée normale. dit elle. Sans prévenir, elle ouvrit la braguette du pantalon de Dylan et d'une seule main, fit en sorte que la douleur se passe. Durant un long moment, elle agit ainsi, comme s'il s'agissait de la chose la plus normale au monde.

Il arrive plus à être au garde à vous, faudrait vraiment que tu arrêtes pendant un temps parce que là ta machine va finir par plus rien ressentir. dit elle quand enfin, elle parvint à faire en sorte que ce qu'elle avait fait, avait eu le résultat escompté. Il avait fallu tout de même un sacré moment, ce qui n'était pas vraiment habituel. S'essuyant la main sur son pantalon, elle alla se chercher un soda et lui en ramena un par la même occasion, accompagnés d'une bouteille de whisky et de deux verres. Ça va mieux? dit elle après avoir bu une gorgée de son verre.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Contenu sponsorisé
«


MessageSujet: Re: « on and on... »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« on and on... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « Living Places » :: « Midtown »-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit