Bienvenue sur This is it ☎
TII ; qu'est-ce que c'est ? Un brin de folie pure et dure, comme les fesses de ces jeunes hommes ci-dessus --> , une grande famille où tout est permit ou encore une grande bande d'amis que l'on vient retrouver juste après un bon streapoker. This is it, c'est aussi un maigre hommage que nous avons souhaité rendre à notre ami et idole Michael Jackson...Quatres avatars sont disponibles. Forum actif & attractif. Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ? (;


AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Après des longues réflections & surtout une très belle vie ; THIS IS IT FERMERA SES PORTES DANS LES JOURS A VENIR. MERCI DE NE PLUS VOUS INSCRIRES. Nous avons été très heureux de partager tous ces moments avec vous. ♥ Vous nous manquerez. NEW YORK NEVER SLEEP, ne l'oubliez pas.

Partagez | 
 

 Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mer 29 Déc - 14:57

Deux jours ... C'était le temps qui s'était écoulé depuis qu'Ethan avait croisé son regard. Ses yeux ... bleus pâles, un regard envoûtant et attirant. Irrésistiblement attirant ... Malgré le fait qu'il l'ait accosté, la jeune femme était restée un terrible mystère pour lui. C'était ahurissant de voir qu'il la connaissait si peu ... Non en fait il ne savait absolument rien à son sujet, si ce n'est son nom et son métier. Et encore, elle ne le lui avait pas dit d'elle même. L'amie qui l'avait rejointe, s'était chargée de le lui dire son prénom. Mais au moins il le savait. Il pouvait donc mettre un prénom sur la jeune femme à la beauté époustouflante, qu'il avait vu dans cette rue. Cette femme qui l'avait tellement subjugué, qu'il l'avait accosté sans hésiter une seule seconde tant il avait eut l'envie, le besoin, de la voir de plus près, lui parler, savoir tout simplement qui elle était. Mais au final il n'avait pas put apprendre grand chose à son sujet et ne pouvait qu'en être terriblement frustré. Il n'avait même pas eut le privilège d'entendre le son de sa voix. Il ne pouvait que tenter de l'imaginer mais doutait de pouvoir être fidèle à la vérité. S'il se fiait à son physique, plus qu'avantageux, il pouvait penser qu'elle avait une voix douce ... Sans doute sensuelle ... Bon sang, cette fille le hantait terriblement. Depuis deux jours, il ne pensait plus qu’à elle. Il demeurait affreusement curieux à son sujet, se demandant pour quelle raison elle avait aussi peu parût prête à lui parler alors qu’il n’avait rien fait de mal. Rien de plus que s’intéresser à elle sans la moindre ambiguïté ni lourdeur. Pas qu’il sache en tout cas … Peut-être n’avait-elle pas apprécié qu’il l’accoste ainsi en pleine rue. Peut-être qu’elle n’était pas le moins du monde intéressée par lui. Il était quelconque après tout … Un simple jeune homme parmi tant d’autres. Pourquoi le remarquer lui plus qu’un autre ? Si telles étaient les pensées de la blonde à son égard, il était sans doute préférable qu’il reste à l’écart et ne cherche pas à l’appeler. Si c’était pour se voir raccrocher au nez, ça n’avait pas le moindre intérêt. Mais s’il ne le faisait pas … Il le regretterait sans aucun doute. Il se demanderait toujours si elle aurait, ou non, accepté de lui parler et lui dire qui elle était, tout simplement. Il ne saurait jamais si elle avait tout simplement été surprise par le fait qu’il l’accoste aussi facilement, dans la rue, sans l’avoir jamais vu auparavant. Ou si elle ne tenait sincèrement pas à en savoir plus sur lui comme elle ne voulait rien dévoiler à son propre sujet.

Assit sur son canapé en cuir beige, Ethan tenait la carte professionnelle de la jeune femme dans une main et son téléphone portable dans l’autre. Il était tout simplement incapable de se décider. L’appeler ou ne pas l’appeler ? Cela faisait près de quarante huit heures qu’il hésitait et tournait et retournait la carte dans sa main. Comme si la réponse à sa question était écrite au dos. Il se trouvait terriblement pathétique à agir ainsi. Pour une femme qui plus est. Ce n’était vraiment pas son genre. Pas le moins du monde même ! Depuis quand Ethan Kaylianne Connor perdait-il la tête à cause d’une jeune femme ? Certes elle était terriblement belle et envoûtante et elle ne doutait pas qu’elle possédait aussi de nombreuses qualités. Mais c’était une femme … Et il ne cherchait pas le moins du monde à se caser, même s’il était en âge de le faire. Ce n’était pas dans ses priorités, tout simplement. Pourtant cette femme là très précisément, elle et pas une autre, avait quelque chose, il ignorait encore quoi, qui l’attirait irrésistiblement. Il aurait donné cher en cet instant, pour se trouver avec elle. Ne serait-ce que pour discuter, entendre le son de sa voix, savoir son nom complet, son âge, ses passions … Tout … Il voulait tout savoir d’elle. Hors, il ne connaissait que son prénom, nom et métier, qui étaient indiqués sur la carte. Et son numéro bien entendu. Mais il n’osait pas appeler, en sachant qu’elle ne lui avait pas donné d’elle-même sa carte. Peut-être qu’elle ne tenait pas du tout à ce qu’il la contact au final … Mais comment savoir ce qu’elle voulait ? Elle ne lui avait même pas adressé la parole une seule fois … Et son dernier regard … Quelle signification lui donner ? Lui avait-elle silencieusement demandé de l’appeler ? Ou de ne pas le faire … ? Ethan avait la sensation de devenir complètement fou avec toutes ces questions qui fourmillaient dans son esprit. Il avait bien tenté de se poser un instant pour faire le vide complet et ne penser à rien du tout, dans l’espoir que les réponses viendraient d’elles même. Tu parles … Le visage de la jeune femme n’avait eut de cesse de remonter à sa mémoire. Son visage pâle, aux traits fins et délicats, ses airs de jeune femme fragile … Elle était tout simplement, magnifique !

Sa voix … Il voulait entendre sa voix ! Tant pis si elle lui demandait de ne plus jamais l’appeler. Tant pis si elle lui disait clairement qu’elle ne voulait rien à faire avec lui. Tant pis ! Tant pis ! Et tant pis ! Au moins une fois, rien qu’une fois, il aura put l’entendre, peu importe pour dire quoi, il aurait entendu sa voix, lui parler à lui. Ethan releva la carte pour la mettre sous ses yeux puis tourna le visage vers son téléphone. Lentement, il appuya sur les boutons. Un chiffre … Deux chiffres … Trois chiffres … Jamais, composer un numéro, lui avait parut aussi long et difficile. Enfin, il y parvint. Ce fut un véritable exploit et lentement, très lentement, il approcha son pouce du bouton vert. Si quelqu’un l’avait vu agir de la sorte, il l’aurait sans aucun doute prit pour un fou. En même temps, il l’était peut-être bien à se prendre autant la tête pour une femme qui n’avait même pas daigné ouvrir la bouche alors qu’il s’était retrouvé planté devant elle, comme un idiot … Ou comme un adolescent perdant ses mots devant la plus belle fille de son école. Dans tous les cas, il avait juste l’air d’être un parfait crétin. Sans prendre le temps de réfléchir davantage, il enfonça le bouton vert, mettant plusieurs secondes à porter le téléphone à son oreille. Il allait bientôt être fixé sur son sort. « Docteur Cromwell ! » Aaaaah trop formel, beaucoup trop formel ! Ethan ouvrit la bouche et la referma aussi sec. Raccrocher … Il devait raccrocher de toute urgence ! Non impossible … Un minimum de politesse tout de même ! Et puis trop occupé à se faire peur à lui-même devant tant de formalité, il n’avait même pas fait attention à sa voix ! « Je … Hm … Baylee ? C’est Ethan … Euh je … Bon ok c’est complètement nul, terriblement nul … On la refait ! » Sans attendre de réponse, le brun appuya sur le bouton rouge pour couper la communication. Inspire puis expirer … Il allait y arriver. Ce n’était tout de même pas la première fois qu’il appelait, ou rappelait, une femme … Mais ce n’était pas aussi difficile d’ordinaire. Pourquoi l’était-ce avec elle ? Sans doute parce qu’elle était elle et malgré qu’il ignorait tout à son sujet, elle lui plaisait démesurément …

Sans plus prendre le temps de réfléchir, Ethan enfonça deux fois de suite le bouton vert pour relancer le même numéro. « Docteur Cromwell … ? » Sa voix … Elle était parfaite … Tout simplement parfaite. A son image, tout simplement. « Hm salut Baylee … C’est donc Ethan. J’espère que tu te souviens de moi … Le type qui a osé t’accoster en plein milieu de la route sans même te connaître. Wow génial … Maintenant tu vas te rappeler de moi comme étant un type complètement anormal qui ne sait pas parler au téléphone. Désolé … Vraiment désolé … Enfin bref. Je … Hm Bon j’appelle sans même savoir si tu t’attendais, ou voulais, que je le fasse vu que tu ne m’as pas donné ton numéro de toi-même. Enfin… Hm en fait c’est assez déconcertant de ne pas savoir si … De ne rien savoir du tout en fait ! Bon j’arrête … Je raconte tout et n’importe quoi ça part en vrille dans ma tête alors je vais faire court pour être fixé une bonne fois pour toute ! Je … Tu as le choix entre me raccrocher au nez, et dans ce cas là je te laisserais tranquille parce que je ne veux pas passer pour le mec collant et tout le blabla et que tu as sans doute mieux à faire. Soit … Ben tu ne raccroches pas et dans ce cas là … Hm … On peut parler. Oui parler … On ne se connaît pas après tout alors on peut … Parler pour apprendre à se connaître … Enfin bon ok je me tais et j’attends le verdict … » *Ethan ? Tu es un idiot ! Un parfait crétin ! D’où tu sors sérieux ? T’es complètement nase, abandonne tout de suite ! * Se parler à soit même était-ce le début de la folie ? Sans doute que oui … Peut-être devrait-il consulter un psy pour ça … Hm quelle ironie du sort ! Cessant de penser, et même de respirer des fois que son souffle l’empêche d’entendre une réponse de la part de Baylee, Ethan se concentra pour guetter le moindre bruit. Soit il n’y en avait aucun et ça signifiait qu’elle avait raccroché, purement et simplement. Soit sa voix se ferait entendre … Pitié, faites que ce soit sa voix …
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mer 29 Déc - 16:30

Assise sur le canapé, je scrutais la télévision d’un air ailleurs, comme si ce qui passait à la télé, ne m’intéressait pas. Ce qui était vrai en faite. Je n’étais pas du tout, télévision, en fait je n’étais rie du tout… Inspirant doucement je laissais ma tête tomber en arrière en soupirant longuement. Je m’ennuyais, le temps dehors était totalement exécrable pour sortir… Et m’installer sur New-York n’était pas forcément une bonne idée. Trop de gens, trop de garçons… Depuis que j’étais ici, je ne comptais plus le nombre de garçons qui m’avait accosté, ou tout ceux qui cherchaient à me faire sortir plus que de raison, tout simplement parce que je suis la pauvre petite fille qui déprime dans son coin… Puis avec Jude dans les parages… Soufflant doucement j’éteignais la télévision m’allongeant sur le canapé regardant alors mon plafond. Je me sentais bien ici, j’avais lâché mon cabinet sur Brisbane disant que je reviendrais, mais je savais que retourner en Australie n’avait pas été le meilleur des remèdes pour moi… Consulter par téléphone était tout aussi bien, mais la facture, Amérique, Australie était tout de même assez aisé… Il était peut être temps que je me trouve des clients sur le continent. Oui… Être psychologue, ne me réussissait pas, mais je n’avais que ça, élève douée, ayant finit ses études deux ans plus tôt… Tu parles…

Je voyais les gens pleurer, me raconter leurs malheurs, je voulais tellement les aider, leurs prouver que l’on peut vivre même en ayant vécut des horreurs comme moi… Mais finalement, je n’étais pas un bon exemple puisque je ne m’étais jamais remise de tout ça… La perte si brutale de mes parents, les viols… Non, j’étais faible trop, même à mon gout. Je voulais tellement changer tourner cette page, la déchirer la brûler… Mais c’était tout bonnement impossible… Je n’arrivais même pas a passer plus de vingt minutes avec un garçon et pourtant dieu sait que je voulais avancer, me dire que tous les garçons n’étaient pas comme cela…Kristopher par exemple était un garçon très gentil, très avenant, très simple mais j’avais toujours peur… Constamment je voulais partir, fuir... Et quand cet homme dans la rue m’a accosté… Ce… Ethan. Un joli garçon, trop beau même. Son regard d’un bleu acier m’avait totalement cloué sur place… Mais la peur de le voir si près de moi m’avait fait perdre toute mes capacités… Si Jude n’était pas arrivée, que se serait-il passé, Aurais-je criait ? Serais-je parti en courant sans rien lui dire… J’en aurais été capable, pourtant il était venu m’accoster sans me connaitre, ayant eu un courage démesuré…

Il avait eu vraiment beaucoup de chance que Jude soit par là… Souriant doucement j’ouvrais les yeux en me secouant la tête, cela faisait deux jours et il n’avait pas appelé, autant dire que je lui avais fait peur… Me pinçant la bouche je me relevais pour me faire un café. Assise sur le comptoir de ma cuisine, je laissais le café couler dans ma tasse tout en baillant à m’en décrocher la mâchoire. Tout à coup mon téléphone sonna. Celui du travail plus exactement, soupirant longuement, je sautais sur mes pieds et couru rapidement le chercher. Numéro non connu au bataillon, appuyant sur la touche verte je portais le cellulaire à mon oreille. « Docteur Cromwell ! » dis-je d’une voix neutre. Un blanc se fit, aucune réponse. Fronçant les sourcils, je marchais en direction de ma cuisine ouvrant la bouche pour parler. « Je … Hm … Baylee ? C’est Ethan … Euh je … Bon ok c’est complètement nul, terriblement nul … On la refait ! » Ecarquillant les yeux, je ne pu m’empêcher de rire. Un rire nerveux mais franc. Explosant de rire je posais le téléphone sur le comptoir. Bon sang, il venait de m’appeler… Il venait de m’appeler… Je devrais avoir peur, mais… La façon dont il s’y était pris était… Wow… Comique. Le pauvre… Il était en état de stresse. Qui dit stresse dis gêne… Qui dit gêne dis cause… J’étais la cause de son gêne et de son stresse.

Pourquoi ? Car je lui plaisais ? Je lui avais tapé dans l’œil ? Parfois, j’aimerais être une simple fille de vingt deux ans, n’étant pas psychologue pour ne pas analyser les gens… Le téléphone sonna à nouveau. Une boule au ventre, un frisson énorme m’envahit, je décrochais alors. « Docteur Cromwell … ? » dis-je doucement d’une voix calme et posé « Hm salut Baylee … C’est donc Ethan. J’espère que tu te souviens de moi … Le type qui a osé t’accoster en plein milieu de la route sans même te connaître. Wow génial … Maintenant tu vas te rappeler de moi comme étant un type complètement anormal qui ne sait pas parler au téléphone. Désolé … Vraiment désolé … Enfin bref. Je … Hm Bon j’appelle sans même savoir si tu t’attendais, ou voulais, que je le fasse vu que tu ne m’as pas donné ton numéro de toi-même. Enfin… Hm en fait c’est assez déconcertant de ne pas savoir si … De ne rien savoir du tout en fait ! Bon j’arrête … Je raconte tout et n’importe quoi ça part en vrille dans ma tête alors je vais faire court pour être fixé une bonne fois pour toute ! Je … Tu as le choix entre me raccrocher au nez, et dans ce cas là je te laisserais tranquille parce que je ne veux pas passer pour le mec collant et tout le blabla et que tu as sans doute mieux à faire. Soit … Ben tu ne raccroches pas et dans ce cas là … Hm … On peut parler. Oui parler … On ne se connaît pas après tout alors on peut … Parler pour apprendre à se connaître … Enfin bon ok je me tais et j’attends le verdict … »

Je l’écoutais parler, comme je savais si bien le faire. Me mordant doucement la lèvre inférieure je buvais mon café en même temps. Il était en train de me raconter tellement de chose. Je n’en revenais pas il était vraiment en état de stress, c’était plutôt marrant à voir. Ou du moins à entendre. Je ne savais pas par ou commencer… à vrai dire, il venait de me donner trop d’information, mais… En étant une fille trop intelligente, je pouvais ressortir ses paroles exactes… C’était d’un frustrant d’être la fille modèle qui n’avait pas besoin de bucher pour arriver avoir de bonne note… Pathétique… « Ethan… Oui je me rappel très bien de toi… Et non, je ne me souviendrais pas de toi comme étant ce garçon qui ne sait pas du tout parler au téléphone… » Dis-je doucement en me frottant le visage de ma main libre. « Tu es en état de stress, ce qui est tout a fait normal de parler un peu trop et de dire n’importe quoi. Je te conseille juste d'inspirer une grande goulée d’air et de fixer un point de te concentrer dessus et de mettre de côté ce stresse qui t’envahit et qui doit te donner l’impression d’être long en tout… Allez souffle un bon coup… » Dis-je naturellement, faisant ma psychologue a deux francs. Rigolant doucement je me trouvais conne.

Il m’appelait pour apprendre à me connaitre et je faisais ma séance de psy… « Bon sang… Comme tu as pu le voir sur ma carte, je suis psychologue… Mais la… Tu viens de le voir en direct… Désolée… Je… Ais-je besoin de te dire si on discute ou si je raccroche ? Il me semble que tu as ta réponse non ? » Dis-je d’une voix basse légèrement hésitante et enrouée par l’appréhension. Tremblant fortement sur place, je réalisais peu à peu que j’étais au téléphone avec un garçon. Soufflant longuement, je fermais les yeux essayant de me concentrer sur un point positif de ma vie. Jude… Pense à Jude… Passant ma langue sur mes lèvres je me laissais tomber à même le sol me recroquevillant sur moi-même, le cœur battant la chamade. J’avais froid, horriblement froid, j’aurais peut être du raccrocher finalement… Oui, cela aurait mieux valut. Hésitante, j’ouvrais la bouche, aucun son n’en sorti. Je posais ma tête contre le placard en regardant la fenêtre. Détournant rapidement le regard, je regardais alors à présent mes ongles rongeaient par le stresse que je vivais au quotidien. « Ethan ? Désolée pour l’autre jour… Je… Oublie… Excuse-moi tout simplement… » Dis-je d’une voix tremblante.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mer 29 Déc - 20:50

Etre en état de stress avancé lorsque l'on appelle une femme, certes totalement inconnue, était-ce normal ? Non, sans doute pas ... Ethan devait être le seul homme au monde à réagir de la sorte ... Tout ça à cause d'un coup de fil. Peut-être parce que Baylee lui plaisait réellement et qu'il doutait fortement que cela soit réciproque. Non en fait il en était persuadé. Mais si au moins il parvenait à faire en sorte qu'elle ait un minimum confiance en lui. Ne serait-ce que pour devenir de simples amis. Il pourrait parfaitement se contenter de cela si seulement elle lui en donnait l'occasion. Mais encore faudrait-il qu'elle soit d'accord ... Encore une fois il en doutait sérieusement. Il fallait avouer que le fait qu'elle ne lui réponde même pas alors qu'il venait de prendre son courage à deux mains pour l'accoster, n'était sincèrement pas un bon signe. D'ailleurs il se demandait sérieusement quel genre de mec il était pour mettre sa fierté de côté à ce point en l'appelant. Un mec qui se laissait subjuguer par la beauté, certes époustouflante, d'une femme. Carrément maso ... Et pas une once de fierté ... Elle allait sans doute même se fiche ouvertement de lui en voyant qu'il s'accrochait encore à de faibles espoirs, pensant que peut-être elle avait été trop surprise pour penser à lui répondre lorsqu'elle s'était retrouvée en face de lui.

Elle avait finalement répondu à son appel ... Certes elle n'avait encore strictement rien dit, mais au moins elle avait répondu. Sans savoir que c'était lui ... Vraiment pas de quoi se réjouir en tout cas ! Il ne fallait jamais se réjouir trop vite. Presque stupéfait de l'avoir au bout du fil, alors que c'était pourtant bien ce qu'il avait voulu, il demeurait un long moment silencieux, avant de se lancer. Non pas pour parler ... Mais pour bafouiller. Il était aussi ridicule que s'il était monté sur les planches d'un théâtre en se prenant les pieds dans le rideau. Ce qui ne lui était jamais arrivé, fort heureusement. Mais il imaginait fort bien la honte que ce devait être ... Terrible ! Réalisant qu'il était en train de partir dans un grand n'importe quoi, il fini par marmonner qu'ils allaient la refaire, avant de raccrocher. La refaire ... Scène deux, Seconde prise ! Bon sang il fallait qu'il se reprenne. Encore un peu et la sueur perlerait presque sur son front tant il se sentait dans un état de stress avancé et de nervosité croissante. Au pire si elle lui raccrochait au nez ou lui disait clairement qu'elle ne voulait rien avoir à faire avec lui, qu'est-ce que ça changerait pour lui ? A part le fait de passer à côté d'une femme sans doute parfaite ... ? A côté de cette perte, la fierté n'était rien. C'était sans doute pour cela qu'il s'accrochait encore et toujours à cet espoir stupide.

Lorsqu'il la rappela une seconde fois, il ne lui laissa pas le temps d'en placer une, parlant sans s'arrêter et semblant même oublier de respirer. Il disait tout et n'importe quoi ... A peu près tout ce qui lui passait par la tête à vrai dire. A la fin de son long, très long discours, il était bien incapable de savoir ce qu'il venait de dire tant il avait parlé longuement et sans réfléchir. Sans doute venait-il de se ridiculiser plus sérieusement que jamais. Et tout ça pour ... Les beaux yeux d'une fille ... Inutile de raconter ça à Baylee. Se serait sans doute même la dernière fois qu'il aurait l'occasion de parler avec elle. Et puis peut-être même qu'elle accepterait de parler, cette fois là mais plus jamais par la suite. Oui il était parfaitement possible qu'après une seule discussion, elle réalise qu'il n'était pas digne d'intérêt, ou autre.« Ethan… Oui je me rappel très bien de toi… Et non, je ne me souviendrais pas de toi comme étant ce garçon qui ne sait pas du tout parler au téléphone… » La respiration, et même le coeur, d'Ethan, se remirent en route instantanément. Bon sang elle n'avait pas raccroché. Pas encore du moins ... Etait-ce un bon point ? Non peut-être pas ... Peut-être cherchait-elle d'abord à le rassurer sur le fait qu'il ne passait pas, tout à fait, pour un idiot. Trop avenante sans doute ...

« Tu es en état de stress, ce qui est tout a fait normal de parler un peu trop et de dire n’importe quoi. Je te conseille juste d'inspirer une grande goulée d’air et de fixer un point de te concentrer dessus et de mettre de côté ce stresse qui t’envahit et qui doit te donner l’impression d’être long en tout… Allez souffle un bon coup… » Ethan écarquilla franchement les yeux à ses paroles, oubliant finalement de respirer tant il était surprit. Peut-être qu'en fait, elle ne raccrochait pas parce qu'elle le sentait stressé au maximum. Oui ça n'avait finalement rien à voir avec lui. Elle se prenait de pitié pour ce type complétement abruti qui s'était laissé avoir au piège de son regard. Quelle horreur que de songer qu'elle avait sans doute simplement pitié ... Mais bon sang, c'était elle qui lui demandait de souffler et tout le tralala pour retrouver son calme alors qu'il lui avait pourtant semblé qu'elle même avait été plutôt mal à l'aise lorsqu'il était venu à sa rencontre. Enfin ... Après tout elle était psy alors on pouvait sans aucun doute lui pardonner le fait qu'elle éprouvait visiblement le besoin de décrypter les sentiments, pensées et émotions de son interlocuteur. Tant pis, il passerait outre. Il n'allait tout de même pas lui reprocher ses quelques déformations professionnelles. « Euh ... Ouais je vais ... Faire ça ... » Lâcha-t-il d'une voix basse et hésitante, peu certain de le faire malgré tout et ne sachant même pas si elle attendant une réponse ou non.

« Bon sang… Comme tu as pu le voir sur ma carte, je suis psychologue… Mais la… Tu viens de le voir en direct… Désolée… Je… Ais-je besoin de te dire si on discute ou si je raccroche ? Il me semble que tu as ta réponse non ? » Un léger rire s'échappa des lèvres du jeune homme. Presque malgré lui, il se sentait attendri par la jeune femme. Sa douceur, ses propres hésitations, sa voix presque basse et ... Caressante. Sa façon de s'exprimer. Etrange que son coeur s'emballe de la sorte. Fermant les yeux, il se laissa tomber dans le fond de son canapé, posant ses pieds sur sa table basse en verre. Désarmante ... Il la trouvait tout bonnement désarmante. Ca en plus de toutes les qualités qu'il lui avait déjà trouvé en si peu de temps. Mais il ne devait pas s'emballer, surtout pas. Sinon, lorsqu'elle déciderait de mettre fin à cette histoire, qui n'en n'était pas une en réalité, il risquait de se prendre une grand gifle dans la gueule. Et il n'avait vraiment pas besoin de ça. Depuis longtemps, il avait renoncé au bonheur ... Depuis longtemps il avait cessé de croire qu'il aurait un jour la chance de le connaître à nouveau. Seul ou accompagné. « Hm en effet ... Là j'ai confirmation que c'est pas une blague, le fait que ce soit écrit "psychologue" sur ta carte ! Et oui j'ai ma réponse ... Merci ... » Ajouta-t-il d'une voix plus basse, sans trop savoir pour quelle raison il la remerciait. Peut-être du fait qu'elle ne venait pas purement et simplement de le virer pour de bon de sa vie, sans chercher à le connaître.

« Ethan ? Désolée pour l’autre jour… Je… Oublie… Excuse-moi tout simplement… » Premier choc ... Entendre son prénom prononcé de sa bouche ... Second choc, le fait qu'elle s'excuse pour ça. Il était curieux de connaître les raisons de son silence ce jour là. Mais elle semblait ne pas vouloir en parler alors il n'insisterait pas. Autant éviter au maximum de la contrarier alors qu'elle avait accepté de lui parler. Bon sang aussi étrange que cela puisse paraître, il n'en revenait pas. A croire que c'était un terriblement bon privilège. Mais non ... C'était bel et bien le cas ! Il se sentait sincèrement ravit qu'elle ne lui ai pas raccroché au nez, contrairement à ce qu'il avait d'abord pensé. « Oh ... Hm c'est rien ... C'est pas grave du tout, vraiment. A vrai dire c'est même déjà oublié ! » Lâcha-t-il en souriant légèrement, avant de se lever en quittant le canapé, enfouissant une main dans la poche de son jean, marchant un peu au hasard dans son appartement sans trop savoir quoi dire. Il fallait juste ... Se lancer ! « « Alors ... Tu es psy' hm ? Tu ... As l'air jeune pour déjà faire ce métier ... Non ? » Ok c'était assez faible comme début de conversation. Mais c'était à peu près la seule chose qu'il savait d'elle ... Et puis il fallait bien commencer par quelque chose. En espérant que ce n'était pas un sujet sensible. Il ne fallait surtout pas qu'il m*rde dès le départ !
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Jeu 30 Déc - 0:46

Qui aurait pu croire… qui aurait pu croire qu’un homme puisse venir m’accoster ? Dans une rue la ou des millions de gens passent, la ou des filles largement plus belle que moi passent… Il m’a remarqué moi, pourquoi pas une autre ? Je ne saurais l’expliquer ni même dire pourquoi… C’était ainsi, mais s’il faut il ne voulait pas de moi, il se fichait totalement de moi, qui ne me dit pas que c’était un pari à la con entre pote, c’était tout aussi fort probable. Mon cœur se serra a cette pensée si abjecte. Non, il n’avait pas l’air comme cela, il n’avait pas l’air d’être le type qui n’en a rien a foutre des filles. Il avait l’air attentionné, il avait l’air tendre, affectif, doux, sentimentale. J’arrivais très bien à cerner les gens et lui il n’était pas du tout, le genre de mec macho et totalement égoïsme… Non, un tantinet fou je dirais… Mais pas macho. Fou dans le sens ou il est encore gamin et aime faire des conneries… Oui, je le voyais bien dans ce style de catégories. Mais quel âge avait-il ? Je ne l’avais pas vu assez longtemps pour déterminer son âge, mais il était beaucoup plus grand que moi, ça j’en étais certains. Vingt quatre, vingt cinq, peut être dans ses eaux là. J’essayais de revoir son visage, de le reconstituer mais, tout était flou encore dans ma tête, j’avais tellement été subjugué par ses yeux d’un bleu acier, ce regard que j’avais l’impression de connaitre, surement parce que j’avais moi aussi les yeux d’un bleu intense. La seule chose que je trouve parfaite sur mon corps à vrai dire…

Il faut dire que vu les nombreuses marques qui s’y trouvaient, il n’était pas forcément plaisant de regarder mon corps. Je m’étais tellement abimé pendant de nombreuses années… commençant par les poignets, puis pars les cuisses, même le bas du ventre. Avec le temps les cicatrices disparaissent petit à petit… Mais certaines seront ancrées en moi à tout jamais. C’était ainsi… Mais lui comment pouvait-il croire en moi ? Vouloir me parler, m’accoster dans cette rue, alors que je fumais tranquillement une cigarette de façon la plus banale qu’il soit. On ne peut vraiment pas dire que je sois super belle en faisant cela. De plus j’étais habillée n’importe comment, ayant mis ce qui me passait sous la main. Je n’étais pas du genre à me faire coquette… encore moins porter une robe. Il m’arrivait d’en porter… Mais c’était rare. Simplement quand je sortais pour essayer de trouver une fille. Coucher avec des filles… Mais depuis que Jude était dans ma vie il était rare que je vois d’autre personne. Jude était l’unique. Si seulement j’avais su qu’il m’appellerait... Je pensais qu’il l’aurait fait le jour même, mais, pas deux jours après… Non… Mieux vaut tard que jamais comme on dit. Il était en état de stresse tout comme moi il faut dire, même si moi, je le gérais mieux que lui, du moins par téléphone… J’étais une psychologue, je m’analysais moi-même et parfois c’était d’une frustration… J’en avais réellement marre, d’où le fait que j’avais réellement besoin de vacances…

Mais lui avait eu le courage, pas comme moi… Fermant doucement les yeux je l’écoutais attentivement, et surtout me mis à lui faire mon charabia de psychologue… Comme si cela l’intéressait à croire qu’il m’avait appelé pour consulter un psy… Mais pas du tout… Non absolument pas, il m’avait contacté pour moi, pour mes jolis yeux ou je ne sais quoi… Je n’arrivais pas a y croire, bien même qu’il soit à l’autre bout du fil, avec moi en ce moment même. Assise sur le sol, je regardais mon parquet flottant tranquillement, tapant des doigts dessus tout en tenant le téléphone de mon autre main. « Euh ... Ouais je vais ... Faire ça ... » Je me pinçais les lèvres, sans rien dire, on voyait très bien qu’il s’en foutait de ce que je venais de dire, qu’il n’avait pas besoin d’une psychologue. Inspirant doucement je continuais la conversation comme je le pouvais, je ne voulais en aucun cas le faire fuir. Pourquoi, je ne le savais pas, je ressentais comme le besoin de ne pas raccrocher, de lui parler d’apprendre à le connaitre, comme si je ne risquais rien. Ce qui était vrai puisque nous étions au téléphone et non face à face. Je me sentais plus en sécurité dans mon appartement fermé à clé. Je me figeais à cette pensée. Me levant rapidement je courrais presque pour voir si les innombrables verrous que j’avais installé à la porte étaient bien fermés. Soufflant légèrement, j’entendis a peine ce qu’il me dit. Tant pis.

Inspirant doucement je me laissais tomber sur le canapé tout en fouillant dans ma poche mon paquet de clope. En sortant une je la mis entre mes lèvres et l’alluma sans plus attendre, inspirant longuement dessus. La fumée remplissant ma gorge, descendant le long de celle-ci pour s’enfouir dans mes poumons. Fermant brièvement les yeux, je me délectais de cette douce sensation apaisante. Frissonnant légèrement, j’expirais la fumée par la bouche avec lenteur. Sans plus attendre je m’excusais rapidement pour la dernière fois, lorsque nous nous étions vus… J’avais été… Prise au dépourvu incapable de parler, idiote… Une simple idiote oui c’était le cas… « Oh ... Hm c'est rien ... C'est pas grave du tout, vraiment. A vrai dire c'est même déjà oublié ! » Je souriais doucement, cet homme était extrêmement parfait… Il ne râlait pas, il était plutôt gentil et mignon. Oui il me plaisait. Non stop… Aucun homme ne pouvait me plaire. C’était tout bonnement impossible. Les hommes… Point pour moi… « Alors ... Tu es psy' hm ? Tu ... As l'air jeune pour déjà faire ce métier ... Non ? » Sa question me surprit. Je ne m’y attendais vraiment pas, mais vraiment pas du tout. A vrai dire, il fallait bien qu’il s’engage dans un sujet de conversation et pour l’instant sur moi il ne savait que ça, ma fonction, le métier que je pratiquais. Souriant doucement, je continuais de fumer ma clope. Alors comme ça je faisais jeune. Si jeune que ça ? D’un côté tant mieux, je préfère ça que de faire trop vieille…

« Hum, Ouais, je suis psy depuis quelques mois seulement… » Dis-je doucement en gardant ma clope entre mes lèvres, le regard rivé sur le plafond. Me redressant lentement pour ne pas que la cendre de ma cigarette tombe sur moi je m’asseyais lentement sur le canapé en soufflant longuement la fumée. « Hum j’ai l’air si jeune que cela ? Tu me donnerais quel âge tiens, Ethan… Que je sache… » Dis-je d’une toute petite voix, basse, comme si nous partagions un secret. Je ne saurais dire pourquoi je parlais ainsi… Me pinçant doucement les lèvres, je laissais un petit moment passer sans rien dire. Inspirant longuement je regardais les secondes passer. « Hum, je suis jeune oui… Jeune pour être psy… j’ai deux ans d’avances… Je suis ce qu’on appelle une petite surdouée… tu parles… C’est plus un handicap qu’autre chose. Jamais besoin de bucher, jamais besoin de réviser… Je savais lire et écrire a l’âge de quatre ans… En fait… Pour te résumer un peu… J’ai sauté le cp et le ce1 … De la maternelle je suis directement passé en ce2… » Dis-je doucement. Je n’aimais pas dire que j’étais une fille prodigieuse mais… Pourquoi ne pas le lui dire à lui ? Finissant de fumer ma clope je l’écrasais dans le cendrier. « Bref, et toi Ethan ? Tu fais quoi dans la vie, si toi tu sais ma vie… autant que je sache la tienne non ? Donnant, donnant, tu me donnes envies… De te connaitre… » Murmurais-je doucement en inspirant fortement, mon cœur se mettant à battre la chamade sans que je sache pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Jeu 30 Déc - 15:11

Depuis deux jours, la seule personne à laquelle Ethan pensait, c'était Baylee. Elle et personne d'autre. Rien d'autre non plus. C'était fou ... Complétement dingue, ça ne lui était jamais arrivé et il ne parvenait pas à comprendre. Il ne comprenait pas comment une chose pareil pouvait lui arriver, à lui. Lui qui ne s'était jamais longuement intéressé à aucune femme jusqu'à ce jour. Il se lassait généralement vite et ne cherchait pas le moins du monde à se caser. Il n'avait jamais dépassé les quatre semaines de relation. A vrai dire il était fort rare qu'il les atteigne ces quatre semaines. Parce qu'il se lassait vite bien sûr. Mais aussi parce qu'il ne voyait pas l'intérêt de se caser ou continuer une relation alors qu'il n'était pas le moins du monde amoureux. Certaines personnes prétendaient qu'il devait attendre plus longtemps pour être sûr qu'il ne finirait pas par être amoureux. Mais forcer ses sentiments, n'était pas dans ses habitudes. Il n'avait pas besoin de supporter une fille plutôt que nécessaire, pour savoir que ça ne durerait pas éternellement et qu'il valait mieux arrêter là. Il ne croyait pas spécialement à l'amour éternel et autre chose du même genre. Mais il savait au moins une chose. C'était qu'il refusait catégoriquement de perdre son temps dans une relation qui ne mènerait à rien, prenant le risque de découvrir un jour qu'il n'était même pas amoureux.

Concernant Baylee ... Elle lui plaisait sans même avoir fait quoi que ce soit pour cela. Elle n'avait pas le moins du monde cherché à le séduire ou quoi que ce soit pour lui plaire. Non ... Elle n'avait même pas parlé, c'était dire ! Il ne pouvait expliquer pourquoi il avait été autant attiré par elle. Un regard ... Rien qu'un regard avait suffit à le tuer sur place au point qu'il s'était décidé à aller la voir de plus près, lui parler ... Du moins, tenter de nouer le dialogue ce qui n'avait pas été aisé. Non même impossible puisqu'elle n'avait pas ouvert la bouche une seule fois. A présent qu'il avait l'occasion de lui parler au téléphone, il songeait que son silence avait surtout été du à la surprise. Et peut-être un brin de méfiance ... Il n'était très certainement pas le premier homme à l'accoster ainsi. Et peut-être que les autres étaient plus directs et donc, complétement lourds voir ennuyeux. Il n'avait pas spécialement montré qu'elle lui plaisait. Mais c'était une évidence. Après tout, il l'avait accosté, ce n'était pas pour rien. Et puis son regard l'avait peut-être trahit. Il n'en savait rien. Comment savoir ce qu'elle avait put lire dans ses yeux ? Peut-être qu'il avait trahit combien elle lui plaisait et c'était ce qui lui avait fait peur. C'était stupide pour un acteur ce genre de choses ... Mais sur le coup, il n'avait pas franchement songé à cacher quoi que ce soit à la blonde en jouant la comédie. Pourquoi lui cacher qu'elle lui plaisait ?

Lorsqu'elle lui balança son baratin de psychologue, il fut plus surprit qu'ennuyé ou déçu. Etait-ce dû à au stress si elle cherchait à parler autant et sur un sujet aussi impersonnel que celui là ? Contrairement à elle, il n'était pas psychologue et ne pouvait donc pas la percer à jour aussi sûrement qu'elle même semblait l'avoir fait avec lui. Il n'était pas devin non plus ni télépathe. Quoi qu'il en soit, il lui semblait comprendre cela à sa façon de parler autant et sans s'arrêter. Mais peut-être se trompait-il dans le fond. Ou peut-être qu'elle se sentait nerveuse à cause de sa nervosité à lui. Difficile de savoir ... Il ne la connaissait pas le moins du monde après tout. Même s'il avait étrangement l'impression du contraire. Quoi qu'il en soit, à présent qu'il lui parlait au téléphone, il ne comptait pas raccrocher de sitôt. Il faudrait que ce soit elle qui le fasse sinon ce coup de téléphone pourrait bien durer longtemps. Vraiment très longtemps. Il avait tellement de choses à découvrir à son sujet, qu'il désirait ardemment parler. Parler et encore parler. Même si c'était pour ne rien dire ou raconter uniquement des choses futiles et soit disant ennuyeuses. Il doutait de pouvoir s'ennuyer avec elle ... De toute façon elle ne pouvait qu'être terriblement intéressante. Il n'avait pas le moindre doute là dessus, c'était comme s'il la connaissait depuis toujours alors qu'en réalité, il ignorait tout à son sujet.

Lorsque la jeune femme s'excusa pour leur première, et unique, rencontre, Ethan eut un léger sourire, réalisant qu'elle ne l'avait pas ignoré parce qu'elle n'avait pas été intéressée par lui ou autre. Sinon elle aurait déjà cessé de lui parler à l'instant présent. Hors elle était toujours là, au bout du fil et semblait prête à discuter avec lui. Quoi qu'il en soit, il n'avait pas la moindre raison d'être irrité, énervé, agacé, vexé ou blessé par le fait qu'elle l'avait ignoré lors de leur première rencontre. A présent elle acceptait de lui parler alors ça suffisait pour lui faire oublier les débuts chaotiques. Débuts de quoi ? Il n'en n'avait pas la moindre idée. Peut-être de rien ... Dans le fond qu'en savait-il ? Il en saurait un peu plus à la fin de la conversation, pas avant. Avec un peu de chance, il y aurait une faible amélioration ... Ou alors pas du tout. Il verrait bien ce qu'il adviendrait en tout cas. Il n'était pas vraiment du genre à se projeter dans l'avenir. Il se contentait du présent ... Quant au passé, il était derrière lui ... Et il ne voyait pas l'intérêt de se le remémorer. Ce qui était passé, était passé ... Point ! On ne devait pas regarder en arrière mais bel et bien au jour d'aujourd'hui, ne voir que le présent et rien d'autre. Parce que c'était au présent que tout avait lieu. Et non pas dans le passé ou dans le futur.

Désireux de trouver un sujet pour discuter avec elle sans qu'il y ait le moindre malaise ou autre, Ethan décida d'aborder le sujet concernant le métier, et par la même occasion l'âge, de la jeune femme. Il doutait que ce soit un sujet sensible. Du mois il l'espérait de toutes ses forces. Il démarra donc en lui demandant, plus ou moins, si elle n'était pas un peu jeune pour cela. Il ne savait pas si c'était une impression ou non, mais sa fragilité apparente, sa blondeur aussi sans doute, lui avait donné l'impression qu'elle était terriblement jeune. Mais c'était peut-être totalement faux en réalité. « Hum, Ouais, je suis psy depuis quelques mois seulement… » Un lent sourire apparut sur les lèvres d'Ethan lorsqu'il constata que le sujet ne la rebutait pas. C'était déjà un bon point et une belle avancée ! Avisant son paquet de cigarettes posé sur le comptoir de sa cuisine, il en sortit une du paquet, la plaça entre ses lèvres et l'alluma rapidement en en tirant une brève bouffée, laissant ensuite la fumée s'échapper de son nez. « Hum j’ai l’air si jeune que cela ? Tu me donnerais quel âge tiens, Ethan… Que je sache… » Un bref rire nerveux s'échappa des lèvres du brun. Premièrement, elle avait prononcé son prénom, ce qui faisait étrangement battre plus rapidement son coeur. Deuxièmement, sa voix douce semblait délivrer une douce confidence. Bon sang qu'il aimait cela ! Et troisièmement, sa question le perturbait quelque peu. Il avait peur de gaffer.

« Euh ... Houlala si je réponds à côté de la plaque tu te vexeras pas ? Déjà je pense que tu as plusieurs années de moins que moi. Non que je sois vieux hein ... Et hm ... Je dirais que tu dois avoir entre vingt et ... vingt deux ans ... » Il avait tenté ... s'il se trompait et qu'elle le prenait mal, il était foutu. Complétement foutu ... Pourtant il doutait qu'elle soit de ces filles superficielles qui prennent la mouche dès lors que l'on se trompe sur leur âge en les pensant trop jeunes ou trop âgées. « Je te demande pas ce que tu penses de mon âge ... Je crains que tu ne me donnes genre trente ans. » Ajouta-t-il en souriant plus largement. « Hum, je suis jeune oui… Jeune pour être psy… j’ai deux ans d’avances… Je suis ce qu’on appelle une petite surdouée… tu parles… C’est plus un handicap qu’autre chose. Jamais besoin de bucher, jamais besoin de réviser… Je savais lire et écrire a l’âge de quatre ans… En fait… Pour te résumer un peu… J’ai sauté le cp et le ce1 … De la maternelle je suis directement passé en ce2… » Ethan n'eut pas le courage de lui demander pourquoi il s'agissait là d'un handicap. Elle avait sans doute ses raisons de penser ainsi. « Moi je trouve ça ... fabuleux ! » Lâcha-t-il alors, ne faisant que dire le fond de sa pensée, espérant ne rien dire de blessant ou autre. Il avait l'impression d'être sur des charbons ardents et de ne pas savoir ce qu'il pouvait, ou ne pouvait pas, dire.

« Bref, et toi Ethan ? Tu fais quoi dans la vie, si toi tu sais ma vie… autant que je sache la tienne non ? Donnant, donnant, tu me donnes envies… De te connaitre… » Ethan entrouvrit les lèvres, les refermant aussi sec. Choqué ? Non ... Surprit ? Oui ... Agréablement surprit à vrai dire. Alors comme ça elle commençait à vouloir le connaître ... ? Excellente nouvelle ! Mais il ne devait surtout pas s'emballer pour éviter tout faux espoir. « Hm moi ce que je fais ? Hm je suis acteur ... Le genre d'acteur que ne verras sans doute jamais au cinéma dans un premier rôle. Dans le genre figurant ou acteur pour des films à petits budgets. Mais je m'en plains pas ... C'est ce qui me plait. » Il avait dit cela en souriant de plus en plus au fil de ses paroles. Il n'aimait pas parler de lui. Mais lorsque ça concernait son métier, qui était tout simplement sa passion première, il pouvait parler pendant des heures. Sauf si l'interlocuteur semblait fort peu, voir pas du tout, intéressé par ce qu'il avait à raconter. Dans ces cas là, il préférait se taire ...
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Jeu 30 Déc - 20:20

Ethan. Ce simple prénom me donnait des frissons. Pourquoi ? Je ne saurais le dire, ni même l’expliquer. Il s’était présenté à moi d’une telle facilité, comme s’il avait fait cela toute sa vie. Comme si c’était normal d’aller voir des inconnues pour apprendre à les connaitre… Et si… C’était un tueur ? Un meurtrier super recherché et que moi comme une idiote je décidais de lui faire confiance. J’avais tellement la poisse que c’était fort probable que cela m’arrive à moi… Comment si je n’avais pas eu assez de malheurs comme ça dans ma vie… Il faut croire que l’on m’en voulait énormément, j’avais subit tellement de chose si atroce, je ne comprenais même pas comment cela pouvait exister… Cet homme que je ne connaissais que depuis deux jours sans pour autant le connaitre puisque je ne l’avais vu qu’une seule fois après tout… Je ne lui avais même pas parlé, ni même prit la peine de lui répondre, j’avais été figé dans ma peur, dans cette surprise si intense… Je ne voulais aucun contact avec les hommes… J’avais énormément de mal et même si certains faisaient en sorte de m’occuper de me faire sortir tel que Théo… J’avais tout de même du mal a faire confiance et a leur parler librement, comme je le faisais avec une fille. Les femmes sont tellement plus simple, sage d’esprit, moins… abrupte…

Alors que les hommes… sont violents, égoïste… Macho à tout casser… Inintéressant… Pour moi l’homme n’était pas quelqu’un de fiable et pourtant la de suite, a cet instant je pensais à lui, pas une fille non, un garçon, Ethan… Cet homme d’un regard perçant, bleu, intense, plus que magnifique, je ne pouvais pas l’oublier… Et voilà maintenant qu’il m’appelait. Je ne savais pas encore, si je devais remercier Jude ou non. Pour l’instant je la remerciais car Ethan était un garçon plutôt gentil et agréable. Sa voix, d’un doux ténor, grave, sensuelle, me donnait quelques frissons. Je ne saurais expliquer pourquoi, mais c’était ainsi. Bizarre comme sensation en tout cas… Inspirant doucement, Je regardais toujours le plafond alors que nous discutions tranquillement de tout et de rien, mais surtout de moi. Moi et mon métier, moi et mon âge plutôt jeune pour faire psychologue. Il était clair que j’avais eu mon diplôme plus que tôt. Même lorsque je n’étais pas aller a l’école a cause du changement de famille, je n’avais rien perdu, ne redoublant même pas, comme si j’étais une élève normal. Sauf que je ne l’étais pas. Je ne l’avais jamais été. Tout ce que j’avais réussi à faire étant petite, c’était d’être la fierté d’un père alcoolique, qui n’avait eu que le bon sentiment de me donner un nom d’alcool et qui était mort alors que je n’avais que sept ans. Serait-il fière de moi aujourd’hui ?

Surement, psychologue, c’était sacrément bien payé. Même si je n’avais pas besoin de ça pour vivre. Vu la fortune que j’avais eu lors de ma majorité… L’héritage de mes parents… Avec les intérêts et les années passées… Je pouvais partir en retraite aussitôt dans le monde actif… Mais à quoi bon ? Je n’aimais pas réellement toucher cet argent… Mais je devais faire avec pour l’instant. Inspirant longuement je fermais quelque peu les yeux, m’allongeant sur le canapé, lorsqu’il se mit à parler. « Euh ... Houlala si je réponds à côté de la plaque tu te vexeras pas ? Déjà je pense que tu as plusieurs années de moins que moi. Non que je sois vieux hein ... Et hm ... Je dirais que tu dois avoir entre vingt et ... vingt deux ans ... » je rigolais doucement, cet homme était comique, j’aimais bien. Il avait peur que je me vexe, sur mon âge. Je m’en foutais complètement, qu’on me prenne plus vieille ou plus jeune. Mais il avait visé juste, vingt deux ans… J’étais jeune, mais lui … Il avait l’air beaucoup plus vieux que ce que je pensais finalement alors, puisque vingt deux ans était beaucoup plus jeunes que son âge. Me mordant longuement la lèvre inférieure, j’inspirais profondément en baillant légèrement. « Me vexer ? Non, il m’en faut pour que je sois vexer crois moi… » Dis-je doucement dans un léger souffle en me frottant les yeux, je m’endormais presque sur ce fichu canapé.

« Hum, tu as l’œil… tu m’as vu quoi ? Trois minutes, et tu trouves mon âge… Vingt deux ans… Un petit bébé encore Ouais… » Soufflais-je doucement en essayant d’ouvrir les yeux, pour me réveiller et ne pas sombrer ans un sommeil bien trop tentant. Comme si sa voix m’apaisait. « Je te demande pas ce que tu penses de mon âge ... Je crains que tu ne me donnes genre trente ans. » Reniflant doucement, je secouais la tête en voyant qu’il avait peur que je le prenne pour un vieux. Me redressant lentement, j’attrapais mon briquet pour m’amuser avec. « Trente ans ? noooon mais trente huit ouais… » Dis-je pour me moquer de lui. Me mordant la lèvre, je ne pu contenir mon rire plus longtemps, me mettant alors a partir dans un rire enfantin. Respirant doucement je me repris doucement en toussotant. « Non plus sérieusement… Je te donne… Vingt quatre ans… Ais-je raison ? Ou ais-je tords ? » Demandais-je curieuse de savoir son âge. Oui, il ne devait pas être si vieux que cela après tout. Me mordillent doucement la lèvre, la conversation continua sur moi, sur mon parcours scolaire. Il était clair qu’avoir deux ans de plus que les autres ne me plaisait guerre. Je n’aimais pas être en avance, être regarder comme un extraterrestre… Non… Je n’aimais vraiment pas… « Moi je trouve ça ... fabuleux » boguant sur ses paroles, je baissais le regard et posa mon briquet sur la table basse.

Fabuleux. Il n’était pas à ma place il ne pouvait pas réellement comprendre… Mon estomac se nouant je restais un long moment sans répondre, je ne saurais dire si… si… cela se comptait en minute ou pas… Mais, je me sentais tout à coup malheureuse. J’avais envie de raccrocher, de couper la conversation… Je ne savais pas pourquoi mais bizarrement, j’en avais envie, de tout finir. C’était un homme… Posant mon pouce sur le bouton rouge, sans appuyer je tremblais légèrement. « Hm moi ce que je fais ? Hm je suis acteur ... Le genre d'acteur que ne verras sans doute jamais au cinéma dans un premier rôle. Dans le genre figurant ou acteur pour des films à petits budgets. Mais je m'en plains pas ... C'est ce qui me plait. » Sa voix retentissant à nouveau, j’enlevais mon pouce. Me mordant violemment la lèvre, je luttais pour ne pas raccrocher. Déglutissant lentement, je me levais pour marcher histoire de me décontracter un peu. « Ça n’a rien de Fabuleux Ethan… T’a deux ans d’avance sur les gens, tu es regardée comme un monstre, je n’aime pas, qu’on me prête attention… Je n’aime absolument pas… » Dis-je d’une voix coupée. Sans plus attendre, je passais ma langue sur mes lèvres en soufflant doucement. « Acteur ? Je comprends mieux ton courage d’être venu me voir alors. Hum, je vais me mettre à regarder la télévision alors… Histoire de te voir a l’écran… » Dis-je d’un naturel sans faille. Me rendant compte de ce que je venais de dire je me tapais le front du plat de ma main, me trouvant pathétique. En fait si on regardait bien… On aurait dit… m*rde on aurait dit deux gens se draguant… Non… non… Il était hors de question que je sorte avec un homme. Impossible… Prise de panique je jetais le téléphone sur le canapé sans pour autant raccrocher.

Laissant un long moment sans faire attention à s'il parlait ou pas, mais, j'étais sûre qu'il ne parlait pas puisque je n'entendais rien. Gémissant doucement, honteuse de moi, je récupérais le téléphone et le posa a mon oreille. Fermant doucement les yeux, j'inspirais et expiré pour me calmer comme je le pouvais... Ce n'était pas chose facile... « J'ai besoin de savoir...» Gémissais-je doucement en déglutissant péniblement. Le coeur s'emballant je cherchais l'air comme je pouvais. « Ethan... Pourquoi ? Pourquoi moi ? Pourquoi tu m'as accosté ? Qu'est ce que j'ai de si particulier ? Hein ? S'il te plait Ethan, je ne comprend plus rien... S'il te plait... J'ai peur... J'ai peur de tout... Ethan.... » dis-je les larmes aux yeux, me tâtant alors à nouveau de raccrocher. J'en avais marre, je détestais ma vie, mon passé, tout... Je voulais tellement tourner la page et je n'y arrivais pas... J'étais faible, pathétique, je voulais apprendre à le connaitre, lui cet homme et en même temps mon passé m'en empêchait...
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Ven 31 Déc - 5:06

Ethan avait beaucoup de mal à comprendre pourquoi il avait éprouvé ce besoin plus que vital d'accoster la jeune femme dans la rue alors qu'il ne l'avait jamais, ô grand jamais, vu de sa vie. Et il ne comprenait pas non plus pourquoi il avait eut ce besoin de l'appeler ... Il ne savait pas et ne comprenait pas mais c'était ainsi et il n'avait pas encore songé à lutter contre. De toute façon il verrait bien par la suite ce qu'il adviendrait de lui, d'elle ... D'eux. Il avait l'impression qu'ils étaient plutôt mal partie. Il n'aurait sans doute pas dû l'accoster alors qu'il la voyait la première fois. Oui il avait sans aucun doute gaffé en agissant de la sorte. Mais à ce moment là, il n'avait pas franchement prit le temps de réfléchir à la situation. En croisant son regard ... Il avait juste pensé à agir, tout simplement. Oui agir ... Parce qu'elle ne lui avait pas seulement tapé dans l'oeil. En un instant, un regard, il s'était senti transporté à mille lieux de là. Il aurait été bien incapable de dire pourquoi ... Encore aurait-il fallut qu'il le comprenne pour cela. Mais c'était ainsi ... C'était un fait qu'il ne pouvait que constater. C'était comme assister à une scène dont on était le simple témoin et rien d'autre. D'un côté c'était frustrant de perdre toutes ses capacités à agir, ainsi. Et d'un autre côté ... D'un autre côté ça avait quelque chose de bon de se laisser porter sans avoir à se poser la moindre question. Etrange et frustrant ... Mais bon. Et si ça tournait à quelque chose de terriblement bon au final ? Alors il ne pourrait jamais regretter d'avoir laissé faire ...

La conversation était ponctuée de longs, très longs, silences. Il fallait croire que ces silences étaient ponctués de nombreux non dits. C'était peut-être le cas ... Ethan avait l'impression de manquer quelque chose, de passer à côté d'un détail qu'il aurait dût voir ou deviner au sujet de la jeune femme. Mais ... Quoi ? Il n'en n'avait pas la moindre idée et c'était encore plus frustrant que tout ce qu'il trouvait frustrant sur cette foutue terre. Il y avait une chose à propos de Baylee qu'il aurait dût savoir. Une chose plus importante que toutes les autres. Il ignorait totalement de quoi il s'agissait mais il avait la sensation que cette chose pourrait bien la faire fuir loin de lui. Il avait la sensation qu'il devait la ménager, qu'au moindre faux pas de sa part elle pourrait bien partir, tout simplement, quitter sa vie dans laquelle elle venait à peine de mettre le bout de son pied. Mais peu important dans l'immédiat ... Il s'inquiétait très certainement pour rien. Oui, pour rien ... Avec un peu de chance il n'y avait aucun problème ... Aucun si ce n'est le fait qu'il avait peur du fait d'avoir peur de la perdre. Pourquoi s'inquiéter autant de perdre une femme que l'on ne connait pas encore ... ? Pourquoi s'inquiéter de perdre une personne que l'on venait tout juste de rencontrer et à qui l'on parlait, en réalité, pour la toute première fois ? Ethan ne se reconnaissait déjà plus. Il se sentait étrange. Même son comportement était totalement différend vis à vis de Baylee. A croire qu'il s'adaptait à elle, à ce qu'elle attendait inconsciemment de lui. Mais non ... Elle n'attendait strictement rien de lui. Rien du tout !

Sans qu'il ne comprenne ni trop comment ni trop pourquoi, le sujet de l'âge de la jeune femme arriva rapidement. Lorsqu'elle lui demanda l'âge qu'il lui donnait, il commença par marmonner qu'il craignait de la vexer, avant de lâcher qu'il pensait qu'elle devait avoir entre vingt et vingt deux ans. « Me vexer ? Non, il m’en faut pour que je sois vexer crois moi… » Un lent sourire étira les lèvres d'Ethan qui ferma brièvement les yeux, dos à un mur et souriant toujours faiblement. Il fallait arrêter de trouver à cette inconnue, certes merveilleuse, des qualités en pagaille. Bon sang était-elle parfaite ? Non ... La perfection n'existait que dans les rêves. La réalité n'offrait pas ce genre de choses aux pauvres mortels qu'elle berçait de toute son horreur et de sa terreur quotidienne. La perfection n'avait atteint aucun humain ... Tous naissaient bons mais finissaient par virer mauvais au contact des autres. C'était clair ... Et net. Quoi qu'il en soit, il devait bien exister de très rares personnes, qui frôlaient la perfection. Baylee en était-elle ? Possible ... Mais il était beaucoup trop tôt pour le savoir. Il devait se contrôler au lieu de perdre la tête de la sorte. S'il s'emballer ... Elle le fuirait sans nul doute possible ! Hors, c'était tout ce qu'il ne voulait pas. Il ne voulait surtout pas la faire fuir alors qu'il était parvenu à la faire parler. Certes à travers ce foutu téléphone ... Mais c'était déjà terriblement bien.

« Hum, tu as l’œil… tu m’as vu quoi ? Trois minutes, et tu trouves mon âge… Vingt deux ans… Un petit bébé encore Ouais… » 22 ans ... Oui il avait vu juste ... Même s'il lui aurait plus donné vingt que vingt deux ans. Elle semblait réellement vulnérable. Assez pour qu'il éprouve le besoin de la protéger ... contre tout et tout le monde. Mais il n'en n'avait, et n'en aurait, sans doute jamais l'occasion. Il valait mieux pour lui qu'il parte défaitiste plutôt que de croire que tout était acquit et ensuite se ramasser une gifle en pleine figure. « Hm mouais ... On va dire que je devine bien les âges. Un petit bébé ? Oh non je dirais pas ça moi ... Les bébés ça fait pas plus de cinquante centimètres, ça n'a pas de cheveux sur le crâne, ça hurle, ça pleure, ça mange constamment et il faut changer leurs couches une dizaine de fois par jour. Non je te rassure t'es pas un petit bébé. » *Règle N°1 : s'abstenir de lancer des blagues foireuses dans le but de détendre l'atmosphère ... Parfois ça l'alourdit plus qu'autre chose !* Et surtout ... Arrêter de se parler à soit même. « Ouch désolé ... Je me suis peut-être laissé emporter. Une remontée de stresse peut-être ...!? » Marmonna-t-il doucement en s'injuriant mentalement. Il atteignait rapidement les sommets de la honte et de la stupidité ... Il avait le chic de se ridiculiser ouvertement devant Baylee. Si après ça elle ne le prenait pas pour un pauvre dénué d'intérêt ... Alors elle était clairement parfaite et unique en son genre !

« Trente ans ? noooon mais trente huit ouais… » En entendant cela, Ethan commença par partir dans un rire franc et léger avant de s'interrompre doucement, son souffle se coupant de longue seconde. Il s'empêcha de parler, de rire et même de parler ... Il voulait juste entendre encore et encore le rire si ... Merveilleux de la jeune femme. Un rire simple et léger ... Une douce mélodie. Dieu qu'il aimait ça ! Et lorsqu'elle cessa de rire pour reprendre la parole, il eut presque l'envie de lui demander de rire encore, le temps de profiter encore de ce doux son si envoûtant et si plaisant à entendre. Pourtant il garda le silence. Inutile de la faire fuir, encore une fois ... « Non plus sérieusement… Je te donne… Vingt quatre ans… Ais-je raison ? Ou ais-je tords ? » Un bref rire nerveux s'échappa des lèvres d'Ethan. Rire qu'il s'empressa de faire taire. Il était en train de se demander, de plus en plus, si son âge choquerait la jeune femme. Etait-ce une assez bonne raison pour le fuir ? « Hm non ... Plus que ça ... J'ai 26 ans ... Si toi t'es un petit bébé alors moi je suis un vieux grand-père croulant, criblé de problèmes d'articulations et tout le blabla qui va avec... » Lâcha-t-il enfin pour répondre à sa question.

Lorsqu'il fut question de l'intelligence, un brin trop développée, de Baylee, Ethan ne comprit pas qu'elle qualifie cela d'un handicap. Presque malgré lui, il lança qu'il trouvait cela fabuleux. Suivirent de terriblement longues minutes, qui parurent durer une éternité pour le jeune homme, qui se mordillant la lèvre en fermant fortement les yeux, plaçant régulièrement son portable sous ses yeux pour vérifier qu'elle n'avait pas raccroché. Mais non elle était toujours là, présente, au bout du fil. Quel faux pas venait-il de commettre ? Passant rapidement au sujet de son propre métier, il mentionna le genre d'acteur qu'il était. « Ça n’a rien de Fabuleux Ethan… T’a deux ans d’avance sur les gens, tu es regardée comme un monstre, je n’aime pas, qu’on me prête attention… Je n’aime absolument pas… » Ethan ouvrit et referma plusieurs fois de suite la bouche, hésitant longuement et désireux de réfléchir encore plus pour éviter les erreurs. Oui il avait merdé ... Mais comment savoir que c'était un sujet sensible ? Lentement, il retourna sur son canapé sur lequel il se laissa tomber, assit sur le cuir frais et souple. Elle n'aimait pas qu'on lui prête attention ... Aïe ! « Ok ... Alors ... Tu n'aimes pas le fait que ... moi, je te prête attention ... ? Je suis vraiment désolé Baylee. » Désolé d'avoir été attiré par elle au premier regard. Désolé de l'avoir accosté sans même la connaître, en plein milieu d'un trottoir. Désolé d'insister autant ... Et d'être incapable de la laisser tranquille si elle ne le lui demandait pas clairement, elle même. Il n'était qu'un homme faible.

Se retenant de soupirer pour ne pas alerter la jeune femme, Ethan se massa doucement l'arrête du nez de son pouce et de son index, en fermant les yeux. « Acteur ? Je comprends mieux ton courage d’être venu me voir alors. Hum, je vais me mettre à regarder la télévision alors… Histoire de te voir a l’écran… » Ethan fronça les sourcils, sans trop comprendre. « Euh ... Quel rapport entre mon soit disant courage et mon métier ? J'ai beau être acteur je stresse et j'ai le trac pour un oui ou pour un non. Hm ... Même si tu me voyais dans un film, ou même dans la rue, je doute que tu me reconnaisses. » Ajouta-t-il en souriant faiblement. Elle avait affirmé se souvenir de lui. Mais ce n'était pas difficile ... Il devait être le seul crétin à l'avoir accosté ce jour là. Ou du moins, le seul à ne pas lui avoir clairement demandé à aller boire un café, ou autre. Mais pour le reste ... Il doutait qu'elle se soit souvenu de son visage. Si elle s'était seulement intéressée à lui, elle aurait parlé ... Mais non. Et lui continuait de s'accrocher comme un pauvre crétin têtu. Pourquoi ? Il était sans doute maso ... Un bref bruit se fit entendre au bout du fil puis, plus rien. Nouveau terriblement long silence qui dura de longues, trop longues, minutes. Encore une fois, Ethan n'eut de cesse de regarder son téléphone pour constater, à chaque fois, qu'elle n'avait pas encore raccroché. Pas encore ...

Lentement, comme craignant de faire trop de bruit et de manquer un mot de la jeune femme, Ethan écrasa sa cigarette dans le cendrier avant de remonter ses jambes pour les croiser sur le canapé et ainsi s'assoir en tailleur. Alors qu'il commençait à désespérer et à penser qu'elle avait simplement mal raccroché son téléphone, sa respiration se fit entendre, enfin. Ethan fronça les sourcils, gardant le silence en attendant qu'elle parle. « J'ai besoin de savoir...» A ces mots, il fronça plus encore les sourcils, ne comprenant pas le moins du monde où elle voulait en venir. Quoi qu'il en soit, il avait remarqué sa voix, totalement différente de précédemment. Adieux la voix douce et basse presque réconfortante. Et bonjour ... Le gémissement et quoi ... ? De la panique ?« Ethan... Pourquoi ? Pourquoi moi ? Pourquoi tu m'as accosté ? Qu'est ce que j'ai de si particulier ? Hein ? S'il te plait Ethan, je ne comprend plus rien... S'il te plait... J'ai peur... J'ai peur de tout... Ethan.... » La respiration du jeune homme se coupa un long moment. Cette fois c'était sûr, il y avait une chose terrible qu'il ignorait à propos de Baylee. Une chose qui pourrait la faire fuir à tout moment. Mais non ... Non, trop tôt ... Il refusait ! Peu de temps auparavant, ils discutaient et riaient comme si de rien n'était et à présent ... A présent elle disait avoir peur. Peur de quoi ? De qui ? Pourquoi ? Que faire pour elle ? Rien ... Il ne pouvait rien faire ... Il n'en savait pas assez pour cela. Et aurait-il le courage de lui poser des questions ? Non, jamais ...

« Baylee je ... Il n'y a rien à comprendre ... J'ai cessé d'essayer de comprendre, moi même. Tout ce que je sais c'est que ... Quand je t'ai vu je ... J'ai pas réfléchi j'ai juste agis. Et je ne le regrette pas. Quoi qu'il arrive, je ne regrette pas. Pourquoi toi ? Et pourquoi pas ... ? C'est toi que j'ai remarqué dans cette rue, c'est ton regard que j'ai croisé, à toi que j'ai eus envie de parler ... Toi que j'ai eus envie d'accoster et d'apprendre à connaître. Ce que tu as de particulier ? Tu es toi c'est tout ... Et c'est une excellente raison pour s'intéresser un temps soit peu à toi. »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Ven 31 Déc - 16:52

Mon cœur s’emballait, j’avais les mains moites, mes yeux pétillaient de façon étrange. Qu’est ce qu’il m’arrivait ? Je ne saurais l’expliquer. En fait si, p*tain je le pouvais parfaitement parce que je l’avais appris dans cette p*tain de fac, parce que j’avais étudié la psychologie… J’étais stupide, folle complètement taré d’avoir prit cette voix car il était clair que moi-même j’avais besoin d’un psy et pas qu’un. On devrait m’interner pour ma peur constante des hommes. Pourquoi je ne me sentais bien qu’une fois l’alcool dans mon sang, pourquoi ? Comme si l’alcool pouvait résoudre les problèmes… Comme si un simple joint me rendant euphorique pouvait m’enlever la peur, cette immense peur qui s’accroche a mon cœur, à mon être tout entier pouvait s’en aller. Balivernes. Non, n’importe quelles femmes réagiraient comme moi… C’était obligé… Et pourtant j’avais voulu devenir une psychologue pour les aider, leurs faire comprendre que l’on pouvait vivre même avec tout ce qu’il nous arrive. Je rendais des patients heureux comme j’en rendais… Toujours autant dépressif… Je ne pouvais que les comprendre… J’étais moi-même dépressive, je préférais les patient femme qu’homme… Pour ne pas changer… Mais l’arrivée de Jude dans ma vie m’avait permis de remonter légèrement la pente. Elle était la femme de ma vie, celle avec qui je partageais un temps soit peu ma vie depuis plusieurs mois maintenant… Mais lui, cet homme qui venait d’entrer dans ma vie…

Je savais ce qu’il me procurait et j’en avais peur. Mon corps réagissait exactement comme le jour ou j’ai rencontré Jude. Fermant les yeux je me concentrais pour ne pas raccrocher ce téléphone, cet homme, Ethan, qui était en train de me procurer des sensations plus que bizarre. Avais-je besoin d’un homme dans ma vie ? Non bien sûr que non, même si Jude pensait le contraire… Inspirant grandement, je déglutissais m’attrapant finalement une nouvelle clope pour la fumer… J’étais en stresse, mon ventre était noué comme jamais. Je ne supportais pas. Vraiment pas… Inhalant la fumée la laissant entrer dans ma gorge, je la recrachais quelques secondes plus tard par le nez me sentant beaucoup mieux. Parlant de tout et rien, j’apprenais, tout comme lui à le connaitre. Lui a me connaitre, et c’était … Plaisant. Comme si le téléphone était mieux pour parler, alors qu’en fait j’étais dans le même état que s’il était en face de moi. « Hm mouais ... On va dire que je devine bien les âges. Un petit bébé ? Oh non je dirais pas ça moi ... Les bébés ça fait pas plus de cinquante centimètres, ça n'a pas de cheveux sur le crâne, ça hurle, ça pleure, ça mange constamment et il faut changer leurs couches une dizaine de fois par jour. Non je te rassure t'es pas un petit bébé. » Un léger rire sorti de ma bouche, tandis que je me mordais la lèvre inférieure pour l’arrêter. Il s’y connaissait bien en bébé ou c’était moi qui me faisais des tonnes de films. Je l’imaginais dans son appartement avec un gosse. Me figeant sur place, je lâchais ma clope dans le cendrier et me gratta la joue mal à l’aise…

« Ouch désolé ... Je me suis peut-être laissé emporter. Une remontée de stresse peut-être ...!? » Et une claque et une… Je restais conne, la bouche grande ouverte, le regard dans le vide. Il était plus que méchant là. Fronçant les sourcils, je déglutissais amèrement, les larmes aux yeux. Raccroche Baylee… Raccroche p*tain… je laissais les larmes couler. Il avait été méchant… Comme si le fait que je lui dise ça tout a l’heure... Il se moquait de moi… « Ouais c’est surement ça ! Va savoir, le stresse il fait faire tout plein de chose hein… Je ne suis pas experte ! » Dis-je d’une voix sèche. Les larmes coulant sur mes joues, je les essuyais rapidement, sans un bruit, j’étais tellement habituée à pleurer, que cela passait inaperçu… Passant ma langue sur mes lèvres, je repris ma clope la fumant sans mot dire attendant qu’il parle à nouveau. Il venait de me blesser, comme si je n’avais que ça a foutre aujourd’hui, me faire détruire de l’intérieure par un homme qui plus est ! Je hais les hommes, je les ais toujours détester et depuis que j’avais décidé de changer de vie en venant sur New-York… Ma vie était plus couverte d’homme que de femme. Trop d’homme près de moi, je devrais peut être partir… Oui, c’était ça... Retourner sur Brisbane… « Hm non ... Plus que ça ... J'ai 26 ans ... Si toi t'es un petit bébé alors moi je suis un vieux grand-père croulant, criblé de problèmes d'articulations et tout le blabla qui va avec... » Sa voix douce et grave me fit frissonner. Il n’avait pas le droit de me faire cet effet là. Non, il n’avait vraiment pas le droit. Fermant les yeux, je me remis à pleurer comme une idiote, je ne comprenais pas ce qu’il se passait, je ne comprenais vraiment pas pourquoi ça me faisait ça… Etais-je en train de ? Non… Foutaise, impossible…

« Un petit vieux ? Tu sais que je sais très bien faire les massages dans le dos ? Sa t’arrangerait tes problème d’articulation, si on sait masser le dos, on sait masser les autres parties du corps non ? » Demandais-je doucement en rigolant quelque peu. Passant ma main dans mes cheveux, je fronçais les sourcils. Je venais de dire quoi ? Ecarquillant les yeux, je me sentais extrêmement rougir, bête, conne, stupide. Oh non… Me frappant le front à plusieurs reprises du plat de ma main, je me trouvais stupide, totalement idiote. Pourquoi il me faisait un effet... Ainsi ? A croire que je tombais… Non, non et non… Pas d’homme dans ma vie… Il n’y avait que Jude, oui Jude et seulement Jude… Oui, Jude, la femme de ma vie, celle avec qui je me voyais parfaitement finir mes jours, même si elle, préférait un homme… Et qu’elle puisse m’en trouver un… La preuve, c’était grâce a elle qu'Ethan pouvait me parler en ce moment même… La conversation se continuant, je fermais brièvement les yeux m’allongeant à nouveau sur le canapé me sentant plutôt bien et mal à la fois. « Ok ... Alors ... Tu n'aimes pas le fait que ... moi, je te prête attention ... ? Je suis vraiment désolé Baylee. » J’ouvrais doucement les yeux. La première réponse qui me venait en tête était de lui dire qu’il se trompait… Que oui, p*tain oui j’aimais qu’il me prête attention, mais je divaguais, c’était l’émotion qui me rendait folle… totalement folle. « Oui, tu… as tout compris Ethan… Je… C’est compliqué, je m’excuse… » Soufflais-je doucement, dans une voix légère, à peine audible.

Toussant quelque peu, je me relevais rapidement pour filer dans ma chambre. Ma douce et belle chambre. Me laissant tomber sur mon lit j’enfouissais mon visage dans ma couette noir et rose. Tout ceci était d’un pathétique… « Euh ... Quel rapport entre mon soit disant courage et mon métier ? J'ai beau être acteur je stresse et j'ai le trac pour un oui ou pour un non. Hm ... Même si tu me voyais dans un film, ou même dans la rue, je doute que tu me reconnaisses. » Gémissant doucement, j’avais envie de le claquer. C’était quoi son problème ? Il voulait me rendre folle ? Il voulait s’amuser de moi ? J’aurais tout vu… Il fallait que je … Ras mais non… Ne répondant rien, je continuais la conversation comme si de rien était. Préférant ne pas couper la communication aussi tôt… Lui demandant pourquoi moi, pourquoi il s’intéressait à moi je savais que ce n’était pas une bonne question… Je le savais… « Baylee je ... Il n'y a rien à comprendre ... J'ai cessé d'essayer de comprendre, moi même. Tout ce que je sais c'est que ... Quand je t'ai vu je ... J'ai pas réfléchi j'ai juste agis. Et je ne le regrette pas. Quoi qu'il arrive, je ne regrette pas. Pourquoi toi ? Et pourquoi pas ... ? C'est toi que j'ai remarqué dans cette rue, c'est ton regard que j'ai croisé, à toi que j'ai eus envie de parler ... Toi que j'ai eus envie d'accoster et d'apprendre à connaître. Ce que tu as de particulier ? Tu es toi c'est tout ... Et c'est une excellente raison pour s'intéresser un temps soit peu à toi. »

Restant figée sur place, j’ouvrais la bouche a plusieurs reprise la refermant sans savoir quoi dire. Je … Aucun son ne sortait de ma bouche, comme si… comme si c’était tout a fait normal d’entendre ce genre de chose. Passant ma langue sur mes lèvres dans l’espoir de les dessécher, rien ne se fit, ma bouche entièrement était sèche. Tremblant fortement, j’ouvrais une énième fois la bouche, lâchant un simple gémissement. Toussant fortement pour récupérer ma voix je passais ma main sur ma gorge. « Ta pas le droit… Ta pas le droit de me faire ça Ethan… Pas là, pas maintenant, jamais, tu peux pas… Je ne peux pas… Ethan m*rde non ta pas le droit… ta pas le droit, pas le droit pas le droit ! Je peux pas te plaire, je ne peux pas t’attirer, je ne peux pas, Ethan non, non, non !! » Dis-je alors en raccrochant sans pouvoir me contrôler. Ma voix s’étant légèrement emballer vers la fin hurlant presque. Éclatant en sanglot je jetais mon téléphone sur le lit en hurlant. J’étais paniquée, j’étais perdue, m*rde je venais de lui raccrocher a la gueule. Non, il ne méritait pas ça. Si, si il le méritait… Il n’avait pas le droit de me faire subir ça, de me faire craquer alors que je n’avais jamais craqué pour un homme. Quoi, c’était ses yeux bleus ? Non, il fallait que je l’oublie, que j’aille voir Jude que je couche avec elle au point de mourir dans ses bras… Je voulais sentir ses lèvres sur ma poitrine, je voulais… Je voulais tant de chose… Me relevant, je cherchais du regard mon téléphone, j’étais en pleine crise de panique, ma poitrine se serra sur mes poumons, je me sentais oppressé, ma respiration se faisant difficile, trop difficile. Rampant à quatre pattes sur le lit j’attrapais mon HTC et appela le dernier numéro. Une sonnerie, deux sonneries, on décrocha. « Désolée, je… m*rde… Ethan… Tu m’as vu trois minutes, trois petite minutes et voir mon visage, mes yeux, tu as voulus me connaitre… Tu ne t’ais pas dit, que j’aurais pu être… Mariée ? Ou en couple ? Où … Homosexuelle ? Ou j’en sais rien moi… » Dis-je doucement d’une voix paniquée, trahissant surement mes pleures. « Ethan ? Si tu n’as pas peur de ma folie, si tu m’accepte comme je suis… C'est-à-dire lunatique, qui change d’avis toutes les trois secondes… Je… Je te laisse cette chance… de me connaitre. » Dis-je doucement en sachant que je m’embarquais dans un truc complètement fou… une souffrance en plus dans ma vie…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Sam 1 Jan - 2:59

Ethan prenait de plus en plus conscience qu'il était près à beaucoup de choses pour Baylee. Cette femme qu'il ne connaissait que depuis deux jours. Et encore ... L'on ne pouvait pas dire qu'il la connaissait vraiment. Elle demeurait toujours une parfaite inconnue pour lui. Certes petit à petit il apprenait des choses à son sujet. Mais toujours pas assez pour pouvoir prétendre la connaître bien, ou presque bien. Non, il ne la connaissait pas, c'était un fait avéré purement et simplement. Il ne la connaissait pas et pourtant il avait déjà deviné qu'il lui faudrait beaucoup, vraiment beaucoup, de temps avant de pouvoir se rapprocher d'elle un tant soi peu. Même s'il ne devenait que son ami ... Il s'en contenterait. Il doutait de lui plaire alors autant se faire une raison tout de suite. Il ne devait surtout pas se faire de faux espoirs et mettre la charrue avant les boeufs. Actuellement, il y avait juste Baylee et Ethan, deux personnes qui ne se connaissaient pas. D'un côté un type totalement choqué et perdu par ce qui était en train de lui arriver. Et de l'autre, une femme qui semblait plus que perdue, voir carrément effrayée. Ce que le jeune homme ne comprenait pas encore vraiment. Pourquoi une réaction aussi puissante ? Etait-ce de sa faute, à lui ? Qu'avait-il fait ... ? A présent, en plus d'être perdu à cause de ce qui l'attirait irrésistiblement vers la jeune femme, il était perdu parce qu'il craignait de plus en plus ses réactions, craignant qu'au finale, elle n'apprécie sincèrement pas qu'il tente ainsi d'entrer dans sa vie.

Quand se rendrait-elle compte qu'il avait prit un peu trop de place à son goût dans sa vie ? Quand déciderait-elle de le virer purement et simplement ? Sans doute beaucoup trop tard. Trop tard pour lui parce qu'il serait alors déjà beaucoup trop attaché à elle. En fait ... A bien y réfléchir, il était persuadé que cette fille allait le faire souffrir. Qu'elle le fasse de façon volontaire ou non, le jour où il souffrirait finirait forcément par arriver. Il était déjà en panique rien qu'à l'idée ... Alors il préférait sincèrement ne pas imaginer si ce jour tarderait à arriver. Parce que plus le temps passerait et plus il s'attacherait à elle. Donc forcément, plus de souffrance en cas de rejet de sa part. Il partait très pessimiste et en avait conscience. Mais il avait terriblement peur et ne comprenait même pas pourquoi. sans doute parce qu'il était déjà totalement sous le charme de la jeune femme, qu'elle le veuille ou non. Et il ne pouvait rien contre cela sans qu'il comprenne pourquoi. Il ne pouvait pas en être amoureux ... Il ne la connaissait pas assez pour cela. Mais quelque chose de puissant le retenait vers elle et il ne comprenait même pas quoi. Il y avait de quoi avoir peur, sans aucun doute. Quoi qu'il en soit, plus il parlait avec elle, même si c'était à propos de tout et de rien la plupart du temps, et plus il tombait sous son charme, complet. Elle était réellement unique en tous points et il était de plus en plus subjugué. Appréciait-il ce fait ? Plus ou moins ...

Lorsqu'Ethan sortit ce qu'il qualifiait de "blague pourrie" à propos des bébés, il eut la surprise de l'entendre rire légèrement. Pourtant il se sentait terriblement ridicule de s'être laissé aller à de telles âneries. A croire qu'il était toujours aussi mal à l'aise dans cette conversation avec la jeune femme. Pourtant, il avait eut l'impression du contraire, l'atmosphère semblait s'être détendue peu à peu au fil de la conversation. C'était peut-être même à cause de cela en réalité, s'il s'était ainsi laissé aller à sa plaisanterie qu'il jugeait sincèrement de bas étage. Il n'y avait sans aucun doute que lui pour oser sortir ce genre de chose alors qu'il cherchait à plaire un tant soit peu à une jeune femme qui, il en était certain, était merveilleuse et proche de la perfection. Il se demandait avec anxiété ce que pensait la jeune femme de lui. Avec un peu de chance, elle songeait seulement qu'il connaissait bien les bébés. Peut-être ... Et c'était le cas. Il ne comptait plus le nombre de bébés qu'il avait vu dans les familles d'accueils qui l'avait accueillit quelques temps. Mais aussi, ceux qui arrivaient et repartaient tout aussi rapidement, dans les foyers pour orphelins. Quoi qu'il en soit, il pouvait en effet affirmer, très bien connaître les bébés. Et il les adorait ... Même s'il était encore loin, très loin, d'en avoir lui même. Pour cela, il faudrait encore trouver la femme idéale pour ça. Il ne ferait jamais d'enfant à la légère avec la première venue.

« Ouais c’est surement ça ! Va savoir, le stresse il fait faire tout plein de chose hein… Je ne suis pas experte ! » Ethan fronça les sourcils et resta un long moment silencieux, sans vraiment comprendre ce qu'il venait de se passer. Mais une chose était sûre, la jeune femme n'avait pas apprécié ce qu'il venait de dire. Le problème, c'était qu'il ne voyait pas trop pourquoi. Il ne pensait à mal en disant cela. Mais visiblement elle avait mal comprit ce qu'il avait dit. Le brun éloigna le téléphone de sa bouche le temps de soupirer brièvement, de sorte à ce qu'elle ne l'entende pas et ne pense pas qu'il était en train de se lasser. Ce qui était terriblement loin de la vérité. Oui, terriblement loin ... S'il ne tenait qu'à lui, la conversation pourrait bien s'éterniser de manière très surprenante. « Je ... Baylee ? Je ne disais pas ça pour me moquer ou autre ... En fait ... En fait je le disais plus ça pour te montrer que j'avais bien compris et hm que t'avais raison ... Enfin ... Je suis désolé de m'être mal fait comprendre. Je stresse vraiment alors ça me fait dire tout et n'importe quoi. » Marmonna-t-il doucement, espérant s'être bien fait comprendre, lui qui semblait avoir beaucoup de mal à parler de façon normale avec la jeune femme. Bon sang il se mettait dans tous ses états. Ce n'était pas à cause d'elle ... Mais plutôt pour elle. Ca n'avait donc rien à voir ... C'était positif pour elle ... Et effrayant pour lui.

« Un petit vieux ? Tu sais que je sais très bien faire les massages dans le dos ? Sa t’arrangerait tes problème d’articulation, si on sait masser le dos, on sait masser les autres parties du corps non ? » Un silence s'installa aussitôt. Principalement de la part d'Ethan qui resta comme deux ronds de flans à ce qu'elle venait de dire. Avait-elle seulement eut conscience de ce qu'elle venait de dire ? Aussitôt, il eut des flashs de scènes très ... Mais non, stop, autant arrêter tout de suite de fantasmer. Non seulement il craignait de partir lui aussi dans des sous-entendus qui, il le craignait, pourrait bien faire fuir la jeune femme. Le silence actuel de sa part, semblait prouver qu'elle regrettait déjà ce qu'elle venait de dire, en réalisant la façon dont ça pouvait être prit. Inutile d'insister, donc, sur ce qu'elle avait lancé sans même s'en rendre compte. Il fallait continuer comme si de rien n'était ... Oui, comme si rien d'anormal ne venait d'être dit, de la part de Baylee. « Hm j'en ai pas la moindre idée. Pour être honnête les massages c'est pas mon fort. Mais y'a quand même pas mal de différences entre un dos ... Et une jambe par exemple. Mais j'en sais rien en fait. » Termina-t-il en riant légèrement, dans l'espoir de faire passer la gêne causée par le sous-entendus, sans doute involontaire de la part de Baylee, à la trappe tout simplement. Il refusait qu'elle soit encore gênée en parlant avec lui. Même pas un petit peu. Lui il l'était toujours ... Mais lui il était sans doute tout simplement faible. Faible et sous le charme !

« Oui, tu… as tout compris Ethan… Je… C’est compliqué, je m’excuse… » Ethan ferma fortement les yeux, retenant un gémissement de dépit. Elle n'aimait pas le fait qu'il lui prête attention. C'était pour cela, sans aucun doute, qu'elle ne lui avait pas répondu lors de leur rencontre. C'était pour cela qu'elle semblait encore si distante avec lui. Elle n'aimait pas qu'il l'ait remarqué dans cette rue. Elle n'aimait qu'il s'intéresse à ce point à elle. Elle n'aimait pas qu'il insiste autant ... Et pourtant il était toujours là, accroché à ce fichu téléphone à espérer qu'elle change d'avis. Quel imbécile. Certes, ça aurait sans doute dû lui plaire de constater qu'elle n'était pas de ces filles superficielles qui aimaient autant être vu et qui faisaient tout pour cela. Mais de là à ne pas supporter que lui, s'intéresse à elle. Il était de trop dans sa vie. Il en avait plus que conscience à présent. Déglutissant difficilement, Ethan chercha quoi dire, hésitant longuement sur ce point, restant silencieux un très long moment. « Non ... T'excuses pas ... C'est moi je ... Désolé ... Désolé ... » Durant de longues secondes, le jeune homme eut l'envie très étrange d'épargner la corvée de raccrocher à la jeune femme. Non pas en lui raccrochant au nez mais simplement en lui disant qu'il était toujours temps de raccrocher et l'oublier si c'était là ce qu'elle désirait. Pourtant il n'en n'eut pas la force. Lui demander clairement de le foutre hors de sa vie ? Et puis quoi encore ... ?

Lorsque Baylee lui demanda pourquoi elle et pas une autre, pourquoi il l'avait ainsi accosté dans la rue sans même l'avoir jamais vu, Ethan resta longuement silencieux, désireux de trouver les mots pour ne pas faire fuir la jeune femme. Et en même temps, il lui devait tout simplement la vérité. Lui dire la vérité de façon à ne pas la faire fuir toutefois. Après de brefs bafouillements, une longue hésitation et un discours trop long à son goût, il parvint enfin à se taire et à attendre sa réaction. Sur des charbons ardents, il demeura totalement silencieux en attendant qu'elle parle enfin. « Ta pas le droit… Ta pas le droit de me faire ça Ethan… Pas là, pas maintenant, jamais, tu peux pas… Je ne peux pas… Ethan m*rde non ta pas le droit… ta pas le droit, pas le droit pas le droit ! Je peux pas te plaire, je ne peux pas t’attirer, je ne peux pas, Ethan non, non, non !! » Long silence de la part d'Ethan. Il était perdu, totalement perdu et même effrayé par la réaction de la jeune femme. Il avait bien comprit qu'elle ne supportait pas le fait qu'il s'intéresse à elle. Mais de là à ... réagir ainsi. Il était totalement stupéfait, choqué ... Il ne comprenait vraiment pas ce qui était en train d'arriver. Revenant difficilement de sa stupeur et ayant du mal à accepter qu'elle le repousse de façon aussi virulente, il mit un long moment avant de réaliser qu'elle n'était plus au bout du fil. Incertain, il lança un bref regard sur son téléphone pour constater que, en effet, elle avait raccroché.

Se sentant violemment blêmir, Ethan se pencha pour reposer son téléphone sur la table basse, le regardant comme s'il se demandait de quoi il s'agissait. Elle avait raccroché ... Alors tout était fini. Bon sang il aurait préféré un meilleur mot de la fin tout de même. Pourquoi ... ? Pourquoi avait-il fallut qu'il tombe sur elle et qu'il soit aussi prêt à prendre des risques pour elle ... ? Pourquoi s'était-il jeté tête baissée de la sorte ? Il regrettait ... Et en même temps ne regrettait pas de l'avoir connu. Mais que ça se finisse aussi vite et ainsi ... Il avait beaucoup de mal à encaisser. C'était déjà terminé et il devrait s'y faire. Lorsque son téléphone sonna, il le regarda à nouveau comme si c'était un monstre. Pourtant, dès la première sonnerie, il s'en empara et le regarda, reconnaissant le numéro de Baylee. Une autre sonnerie et il appuya sur le bouton vert, portant le téléphone à son oreille, sans souffler mot, attendant simplement qu'elle parle. La peur de se faire rejeter était à présent bien trop forte en lui, trop difficile ... Il ne pouvait plus supporter d'être rejeté. Il en avait assez souffert dans le passé. Se passant la main sur les yeux en demeurant toujours aussi silencieux, il attendait de savoir pourquoi la jeune femme venait de le rappeler. Si c'était pour remuer le couteau dans la plaie, elle aurait sans aucun doute mieux fait de ne pas le rappeler ...

« Désolée, je… m*rde… Ethan… Tu m’as vu trois minutes, trois petite minutes et voir mon visage, mes yeux, tu as voulus me connaitre… Tu ne t’ais pas dit, que j’aurais pu être… Mariée ? Ou en couple ? Où … Homosexuelle ? Ou j’en sais rien moi… » Sa voix le fit frémir ... Il se sentait presque mal pour elle ... Ses mots étaient ... Tellement vrais qu'il en aurait hurlé de rage. Bon sang oui il était juste un crétin qui avait craqué sur ses beaux yeux, sur elle, cette parfaite inconnue et avait foncé tête baissée sans même se poser ce genre de questions ... Et si son petit ami, ou mari ... Ou cela au féminin, avait débarqué à cet instant il aurait eut l'air de quoi ? Un type p*tain de con qui avait osé s'approcher d'une femme au coeur prit ... Bon sang il en tremblait à l'instant, de penser cela. Elle était tout simplement en train de lui rappeler cruellement combien il avait agit comme un idiot. C'était pire qu'une gifle en plein visage. Se rendait-elle compte qu'elle était cruelle ? Il était idiot et le savait. Inutile de le lui rappeler. Ce fut son tour de vouloir raccrocher. Pourquoi perdre du temps à vouloir connaître une fille, aussi superbe soit-elle, alors qu'elle ne s'intéressait pas le moins du monde à lui et ne se privait pas de lui rappeler qu'il avait agit comme un mec totalement stupide et subjugué par la beauté d'une femme ?

A deux doigts de prendre la parole dans le but de mettre fin à la conversation qui ne menait à rien, il s'interrompit in extremis, en entendant la voix de Baylee s'élever à nouveau. « Ethan ? Si tu n’as pas peur de ma folie, si tu m’accepte comme je suis… C'est-à-dire lunatique, qui change d’avis toutes les trois secondes… Je… Je te laisse cette chance… de me connaitre. » Le souffle d'Ethan se coupa, son coeur manqua un battement et sembla battre si violemment qu'il lui faisait terriblement mal. D'abord c'était de joie ... Woaw elle lui laissait une chance. Une p*tain de chance ... Evidemment qu'il allait sauter sur l'occasion. Mais ensuite ... Plus rien, juste une explosion dans sa tête. Trop de paroles contradictoires ... Depuis le début il n'avait pas l'impression qu'elle tienne vraiment à le connaître lui. Pourquoi faisait-elle cela au fond ? Aussi difficile que cela lui fut, Ethan décida de lui épargner cette peine. Autant dire quel était le problème et ce qui n'allait pas à ses yeux. « Pour commencer ... Je sais que j'ai été stupide de t'accoster comme ça dans la rue. C'est ce que j'arrête pas de me dire et ... j'ai pas réfléchi à l'éventualité que tu aies pus être en couple, mariée, fiancée ou homosexuelle. J'ai juste ... Agit, me demande pas pourquoi j'en sais rien. Je suis passé pour un con ok mais je ne regrette pas de te connaître. Ou ... De t'avoir connu. » *Inspire ! Expire !*

« Baylee être lunatique c'est pas le pire des défauts ... La folie ... Franchement j'suis mal placé pour dire quoi que ce soit à ce sujet. Bien sûr que je t'accepte comme tu es. Mais ... je ne veux pas ... Que tu agisses par pitié. Tu l'as dis toi même je n'ai pas le droit de ... te faire ça, être attiré par toi et tout ça. Je ne peux pas changer ça mais si tu le refuses ... » Après avoir prit le temps de déglutir, avec difficulté, puis lâché un long soupir, il reprit la parole, sa voix faiblissant rapidement. « Je vais arrêter d'insister autant. C'est vrai j'aurais dû ... Je sais pas mais je sais que je suis de trop. Je ne sais pas pourquoi tu m'as pas arrêté avant ... Je ... wow t'as un coeur trop généreux sans doute. Tu dois avoir pitié de ce type qui a prit le risque de t'accoster dans la rue comme ça d'un coup. Tu dois avoir pitié de ce type a qui tu plais mais que tu ne veux pas vraiment dans ta vie. Oui tu me plais, je ne peux pas mentir là dessus. Oui je veux cette chance d'apprendre à te connaître. Mais je ne veux pas entrer dans ta vie si tu ne le veux pas vraiment, toi. »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Sam 1 Jan - 19:23

Il parait que les hommes sont macho… Il parait que les hommes sont égocentrique… Il parait que les hommes sont possessif… Il parait que les hommes ont tous les défauts de la terre… Il parait que Baylee était trop méchante envers les hommes… Oh oui… J’étais cruelle, j’étais plus que folle de penser cela d’eux, tout simplement parce que dans mon passé j’avais subit certaines choses… Je m’étais tout le monde dans le même panier… Allez hop, tant qu’à faire, tous les hommes sont des violeurs, des tueurs, des sadiques, des sans cœur et j’en passe. Je devrais peut être arrêté de penser de la sorte, j’avais vingt deux ans, j’étais grande je pouvais comprendre, il fallait a tout prix que je tourne la page et peut être que lui cet homme m’aiderait… Je devais surement être folle de penser cela d’y croire dure comme fer, de me dire que lui, Ethan pourrait être l’homme qui saurait m’aider qui arriverait a me donner confiance aux hommes. Pourquoi lui et pas un autre ? Bon sang, sa revenait au même que lui et le fait qu’il m’ait accosté dans la rue… Oui, en fait, on ne réfléchissait pas on agissait suivant nos humeurs et nos envies. Et lui avait agit sans réfléchir, pourquoi je ne pouvais pas faire pareil ? La dernière fois que j’avais fait confiance à un homme, il avait abusé de moi… Non… Je ne pouvais pas aisément donner ma confiance à un homme comme ça.

Je ne pouvais pas faire comme si de rien était. Même si Ethan n’était pas le type qui abuserait de moi, au sa non, j’en étais sure, je le voyais très doux, très calme et pas du tout sauvage. Bon sang, pourquoi je l’imaginais ? Je devenais vraiment folle, il me rendait folle, il faisait de moi une femme perdue. Encore plus que je ne l’étais hier ou bien même avant qu’il ne m’appel. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, mais bizarrement plus on parlait et plus je voulais lui laisser cette chance, cette toute petite chance d’être un homme qui puisse me redonner confiance et … Et quoi d’autre ? Non rien d’autre, je ne me voyais pas ou du moins plus dans les bras d’un homme… L’embrasser… Et tout ce qui va avec … Non je ne le voulais plus. Pourquoi ? Car j’étais stupide, j’étais venu sur New-York pour changer de vie, tourner la page sur mon passé, et finalement je n’avais strictement rien fait. Aucune page n’avait été tourné, j’étais toujours à me morfondre sur mon passé… Je n’approchais aucun garçon, je faisais en sorte d’être loin d’eux dans n’importe quelle circonstance… Et pourtant je les attiré tous… Trop même. Pourquoi ? Jude n’arrêtait pas de me dire que j’étais superbe, une belle plante, une fille qui pourrait même faire du mannequinat. Moi et mon un mètre soixante dix neuf… Si mes souvenirs étaient bons, mes parents étaient grands, donc j’avais tout de même hérité d’eux pour ça… J’avais les yeux de mon père et les cheveux de ma mère… Pour ce qui était de la poitrine… Je n’en savais rien, lorsque je regardais la seule photo de ma mère que j’avais… elle avait une poitrine bien plus généreuse. Comme quoi on ne peut pas tout avoir dans la vie. Mais lui, cet homme, il ne m’avait vu que quelques secondes, quelques minutes et il avait… Craqué sur moi.

Pouvait-on craquer d’un seul coup sur une personne de la sorte ? Bien sur que oui, sa s’appelait le coup de foudre. Ecarquillant les yeux, je me mordais violemment l’intérieur des joues. Non. Pas possible. Il n’avait pas eu le coup de foudre pour moi… Pas sur moi… J’étais moche… J’étais en simple jean large un pull et … Et une grosse veste… Il n’a pas pu… Fermant les yeux, j’inspirais fortement essayant de calmer ma respiration. « Je ... Baylee ? Je ne disais pas ça pour me moquer ou autre ... En fait ... En fait je le disais plus ça pour te montrer que j'avais bien compris et hm que t'avais raison ... Enfin ... Je suis désolé de m'être mal fait comprendre. Je stresse vraiment alors ça me fait dire tout et n'importe quoi. » Je restais totalement idiote à ses paroles. Le pauvre, je venais de l’envoyer chier… et lui il stressait… J’étais ignoble, je ne pensais qu’à mon mal être et pas au sien… sur ce coup la je n’étais pas très psychologue… Mais en même temps, mon métier ne doit pas influencer ma vie non ? Fermant les yeux, je me frottais le visage me sentant blêmir. Je me sentais… Honteuse oui c’était le mot adéquat… « Ethan… Je … wow m*rde… Je me sens super honteuse là. Désolée, oui j’ai que ce mot qui me vient, désolée, excuse moi. Je suis complètement idiote… Je n’ai pas réfléchis avec de parler… Pardonne-moi… Je suis tout aussi stressé que toi… sa ne nous réussi pas hein ? » Dis-je en rigolant doucement. La conversation tourna rapidement en massage.

Je ne comprenais pas trop comment, les articulations d’Ethan m’avait fait penser à cela… Inspirant grandement, toujours sur mon lit, je me trouvais… Bizarre de plus en plus bizarre à parler avec lui. Comme si c’était plaisant. Ca l’était… Et pas qu’un peu. Sa voix m'apaisée même si j’étais en totale panique. Passant ma langue sur mes lèvres, je fermais brièvement les yeux. « Hm j'en ai pas la moindre idée. Pour être honnête les massages c'est pas mon fort. Mais y'a quand même pas mal de différences entre un dos ... Et une jambe par exemple. Mais j'en sais rien en fait. » Rigolant doucement, il n’avait pas tord en fait. J’aurais du faire masseuse professionnelle et non psychologue tiens… Tout à coup je m’imaginais en train de le masser. Mes mains sur son dos, le massant tendrement, puis se faufilant sur ses jambes, ses cuisses fines, oui car même si je ne lui avais pas répondu, j’avais eu le temps de remarquer comment il était, et Ethan étant un garçon fin, très fin mais qui avait l’air… Musclé. Je n’avais pas de préférences pour ce qui était de la morphologie d’un homme. Mais je n’aimais pas non plus les hommes trop… Baraqué. « Hum, tu n’as pas tord… Je t’aurais bien proposé d’essayer mais… Ce genre de truc, c’est … Euh… Intime et euh… enfin, tu vois quoi... » Dis-je en rougissant comme une idiote. Pour tourner la page la je venais de le faire… je me sentais même complètement stupide de lui avoir dit ça. Il allait me prendre pour une folle, vraiment… Un coup je lui fait comprendre que je ne voulais rien de lui, un coup je lui fias du rentre dedans comme jamais.. Mais pourquoi Tourner la page ne veut pas forcément dire sortir avec un garçon… Mais en fait… Ce n’était pas ça le problème…

Le problème était que ce mec, Ethan… Me plaisait affreusement… Oui il était… Beau, d’un regard bleu acier… Bon sang… Il me plaisait, il était tout a fait mon style de mec et s’était horriblement frustrant de voir a quel point j’étais faible. Mais c’était ainsi, un coup je lui faisais ça un coup je m’emportais et la je m’emportais comme jamais au point même de raccrocher. Comment avais-je fait pour raccrocher ? Le pauvre, je lui faisais la totale, je me demande même pourquoi il ne prenait pas la fuite. Il le pouvait, je ne lui en voudrais aucunement puisque tout était de ma faute, j’étais stupide, une pauvre fille paumée de la vie qui ne comprend à rien… Le rappelant assez vite, je parlais sans trop comprendre ce que moi-même je disais, juste m’excuser comme une idiote pour qu’il essaie de me pardonner. S’il raccrochait à son tour alors je serais fixé, je saurais que j’ai été stupide et que j’ai peut être laissé ma chance d’avancer de tourner la page et de me construire une vraie vie. Me sentant idiote, je me mis a tourner en rond dans ma chambre, marchant rapidement comme jamais, le souffle s’accélérant fortement, je voulais à tout prix qu’il m’excuse oui, qu’il me dise qu’il ne m’en veut aucunement. « Pour commencer ... Je sais que j'ai été stupide de t'accoster comme ça dans la rue. C'est ce que j'arrête pas de me dire et ... j'ai pas réfléchi à l'éventualité que tu aies pus être en couple, mariée, fiancée ou homosexuelle. J'ai juste ... Agit, me demande pas pourquoi j'en sais rien. Je suis passé pour un con ok mais je ne regrette pas de te connaître. Ou ... De t'avoir connu. » J’ouvrais la bouche de surprise la refermant aussitôt.

« Baylee être lunatique c'est pas le pire des défauts ... La folie ... Franchement j'suis mal placé pour dire quoi que ce soit à ce sujet. Bien sûr que je t'accepte comme tu es. Mais ... je ne veux pas ... Que tu agisses par pitié. Tu l'as dis toi même je n'ai pas le droit de ... te faire ça, être attiré par toi et tout ça. Je ne peux pas changer ça mais si tu le refuses ... » J’arrêtais littéralement de marcher dans ma chambre. Pitié ? Je n’avais aucune pitié pour lui, non aucune absolument aucune, il ne me faisait pas pitié… Loin de là bien au contraire… Il y avait un grand très grand mal entendu sur le sujet là. Je me sentais affreusement mal de voir qu’en fait, a cause de ma souffrance et de mon blocage je lui faisais horriblement mal. « Je vais arrêter d'insister autant. C'est vrai j'aurais dû ... Je sais pas mais je sais que je suis de trop. Je ne sais pas pourquoi tu m'as pas arrêté avant ... Je ... wow t'as un coeur trop généreux sans doute. Tu dois avoir pitié de ce type qui a prit le risque de t'accoster dans la rue comme ça d'un coup. Tu dois avoir pitié de ce type a qui tu plais mais que tu ne veux pas vraiment dans ta vie. Oui tu me plais, je ne peux pas mentir là dessus. Oui je veux cette chance d'apprendre à te connaître. Mais je ne veux pas entrer dans ta vie si tu ne le veux pas vraiment, toi. » Je me sentais encore plus mal. Ma main sur ma gorge je déglutissais de façon horrible. Comme si ma gorge me tirer fortement. Je lui plaisais. Je plaisais à Ethan. Me laissant tomber sur le sol, je me recroquevillais sur moi-même, plaquant mes cuisses sur ma poitrine.

Penchant la tête en arrière je soufflais longuement. « Tu as tout faux… Tout faux Ethan, je n’ai jamais eu de pitié pour toi, c’est moi qui suis trop conne… je m’excuse tellement, je m’excuse, oh oui, et encore mes excuses ne suffise pas je trouve… si je ne t’ai pas arrêté avant c’est parce qu’il y avait une raison tu ne trouves pas ? » Murmurais-je doucement en me frottant vivement le visage. Ouvrir mon cœur, lui déballer le fond de ma pensée sans faire un blocage. J’en étais capable. Allez courage Baylee… « Si je t’ai laissé faire c’est parce que tu me plais. Oui tu me plais, mais c’est… Nouveau pour moi. Je suis nulle dans ce domaine, sa me fait peur. Je suis nouvelle ici, je ne suis pas... Américaine… Je te déballe ma vie, mais Ethan… Je veux que tu saches que jamais je n’ai voulu t‘offenser, jamais, comment me faire pardonner ? Oh Ethan… Je… Toi, moi, dans un café ? Sa te dit ? Je t’invite a manger un morceau je pense… Que sa… Sa sera mieux pour nous. Mais je te préviens… Je… Je suis très euh… timide et… » Et quoi ? J’ai peur des hommes… Non… Je ne pouvais pas lui dire ça… Inspirant doucement je me frappais le front. « Tu me perturbes d’accord ? Tes yeux bleu me rende dingue… Et … Et ta voix aussi… Et… m*rde je me ridiculise là… » Dis-je doucement en explosant de rire, un rire nerveux.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Dim 2 Jan - 15:43

Etre attiré physiquement par une femme, c'était des plus banales. Mais après avoir couché avec une fois ou deux, ça s'effritait pour totalement disparaître aussi vite que c'était arrivé. Tomber amoureux ... Ca arrivait aussi. Mais pas dans le cas d'Ethan. Non, lui, il n'était jamais tombé amoureux de sa vie. 26 ans et aucune relation amoureuse sérieuse. Certes il y avait un sacré écart tout de même entre sa vie sexuelle et sa vie amoureuse. Mais à vingt six ans il ne fallait pas non plus s'attendre à grand chose d'autre. C'était presque banale à son âge, d'avoir eut de nombreuses aventures sans lendemain, ou seulement sur quelques jours, ou semaines. Quoi qu'il n'était pas non plus un séducteur invétéré. Il n'était pas du genre à finir dans le lit d'une illustre inconnue à chaque fois qu'il était de sortie. Non, il avait tout de même plus de respect pour lui même que cela. Coucher à tout va avec une fille différente à chaque fois, ce n'était pas son genre. Quant à accoster une illustre inconnue en pleine rue, c'était une grande première pour lui. Certes il avait remarqué le physique de Baylee en premier lieux. C'était toujours ainsi que ça se passait. Mais ce n'était pas pour son corps parfait qu'il l'avait accosté. C'était ... Son regard qui semblait être le reflet même de sa personne. Son regard terriblement profond qui semblait renfermer de nombreuses choses. Sans doute sombres ... Mais ça n'avait pas découragé Ethan qui n'avait put résister au besoin d'aller lui parler.

A présent qu'il la connaissait, un peu, et discutait assez avec elle pour apprendre à la connaitre lentement, il se demandait s'il n'était pas en train de tomber amoureux d'elle. Il ne pouvait pas croire que cela soit possible. Non bien sûr que non, il ne la connaissait pas assez pour cela, c'était évident. Et puis s'attacher de trop et aussi rapidement, c'était totalement stupide. Du suicide, véritablement ! A croire qu'il n'avait pas suffisamment souffert dans sa vie, pour qu'il se donne ainsi, prêt à se faire battre de nouveau. Tout ça pour les beaux yeux d'une femme. Non, pas une femme. Mais La femme ... Rien que le fait de penser ainsi effrayait le brun. Une femme, une seule, elle. Et puis quoi encore ... ? Il n'empêche que depuis deux jours, il n'avait qu'elle et encore elle à l'esprit. C'était limite s'il ne rêvait pas d'elle lorsqu'il dormait. Quoi que c'était peut-être le cas mais qu'il ne se souvenait pas une fois réveillé. Après tout ça n'aurait rien eut d'étonnant, qu'il puisse rêver d'elle alors qu'elle était déjà constamment présente dans ses pensées, à longueur de journée, du réveil au couché. C'était effrayant pour un homme tel que lui, qui n'était jamais tombé amoureux voir même, qui ne s'était jamais attaché autant à une femme. En le faisant avec une parfaite inconnue, il faisait vraiment très fort ! Mais à présent qu'il connaissait un peu mieux la blonde, il songeait qu'il n'avait pas tort et qu'il était aisé de s'enticher d'elle. Elle était vraiment unique en son genre et il aimait beaucoup cela.

Lorsque Baylee sembla franchement mal prendre une phrase d'Ethan, il se sentit con durant un long moment, n'ayant pas pensé un seul instant qu'elle pourrait mal prendre ses paroles, qui n'avaient absolument rien de méchant. Plutôt que de s'emporter à son tour, comme l'aurait sans doute fait une personne moins patiente que lui, il expliqua tranquillement qu'il devait y avoir un malentendu car, à aucun moment, il n'avait cherché à la sous estimer vis à vis de son métier ou autre. Il espérait qu'elle comprenne qu'il était sincère et faisait tout pour ne pas la blesser ou autre. « Ethan… Je … wow m*rde… Je me sens super honteuse là. Désolée, oui j’ai que ce mot qui me vient, désolée, excuse moi. Je suis complètement idiote… Je n’ai pas réfléchis avant de parler… Pardonne-moi… Je suis tout aussi stressé que toi… ça ne nous réussi pas hein ? » Le brun ferma brièvement les yeux de soulagement, laissant un nouveau sourire apparaitre sur ses lèvres. « Baylee t’as pas besoin de t’excuser autant ! C’est pas grave hm … J’ai plus eus peur de t’avoir vexé qu’autre chose là donc bon maintenant que tu sais que je me fichais pas de toi ben … Voilà tout est rentré dans l’ordre. » Ethan laissa échapper un bref rire nerveux devant sa propre façon de s’exprimer qui n’était pas des plus claires. Etrange comme le simple fait de parler à une femme qui lui plaisait sérieusement, puisse lui faire perdre tous ses moyens, à ce point.

Etrangement, la conversation en était arrivée aux massages. Tout ça parce qu’Ethan avait commencé à dire qu’il était un vieux grand père et que la jeune femme avait surenchérie en disant qu’elle faisait très bien les massages. Rapidement, la gêne s’était infiltrée dans la conversation. Et c’était ce pourquoi, le brun avait vite fait mine de rien pour empêcher que ça n’empire encore et encore au point de faire fuir la jeune femme. Etrange comme il se montrait avenant avec elle. Il était même prêt à se ridiculiser pour elle, c’était dire. « Hum, tu n’as pas tord… Je t’aurais bien proposé d’essayer mais… Ce genre de truc, c’est … Euh… Intime et euh… enfin, tu vois quoi... » A croire que la gêne voulait à tout prix s’infiltrer dans la conversation. Difficile de rattraper le coup à chaque fois sans faire de gaffe. « Ouais je vois mais t’inquiète pas mes articulations et tout le toutim vont très bien ! Les massages ne sont pas encore une nécessité. » Pas une nécessité mais bon sang il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer les mains de Baylee sur son corps. Oui mais non il devait arrêter tout de suite de se mettre ce genre de pensées en tête. Non pas parce qu’il la connaissait à peine, cela ne le dérangeait pas toujours … Mais simplement parce qu’il voulait faire en sorte qu’elle comprenne qu’elle ne risquait absolument rien avec lui. Alors commencer à lui montrer le désir qu’elle pouvait susciter en lui, ce n’était vraiment pas une bonne idée.

Depuis le début de la conversation téléphonique, Ethan était sur des charbons ardents. Il ne savait pas sur quel pied danser et c’était Baylee qui menait la danse. Il n’avait rien à redire là-dessus. Juste accepter et tenter de suivre pour ne pas être distancé puis totalement abandonné. Il ne voulait pas perdre aussi facilement alors il s’accrochait. Mais lorsqu’il pensait être arrivé à quelque chose, la jeune femme réduisait tous ses espoirs à néant. Soit en s’emportant, soit en disant clairement qu’elle n’aimait pas qu’il puisse s’intéresser à elle. Soit, comme elle fini par le faire, en lui raccrochant au nez. Ce fut la plus terrible des choses qu’elle aurait put lui faire. Tout simplement parce que pour lui, ça signifiait qu’elle venait de mettre totalement fin à une historie qui n’avait même pas commencée. Peut-être simplement une histoire d’amitié, parce qu’Ethan avait de plus en plus la sensation qu’elle ne lui permettrait rien d’autre. Mais tout de même … Il se sentait étrangement mal à l’idée de l’avoir perdu pour de bon. C’est pourquoi, lorsqu’elle rappela, il répondit alors qu’une personne ayant davantage de fierté, aurait purement et simplement refusé cet appel. Une autre personne aurait eut l’impression de se faire tourner en bourrique par la belle blonde. Mais lui … Lui il avait simplement la sensation qu’elle était encore plus perdue que lui. Mais que, surtout, elle avait terriblement peur de ce qui se passait à l’instant présent, cette chose que lui-même était incapable d’expliquer.

Lorsque la jeune femme déballa son sac après qu’il eut répondu à son appel, Ethan décida de mettre les choses au clair. Il était peut-être en train de tout foutre en l’air mais il ne voulait pas qu’elle veuille lui donner une chance, parce qu’elle avait pitié de lui. Si elle venait à le faire, il voulait que ce soit parce qu’elle était attirée par lui ou plus simplement, intéressée par lui. Mais surtout pas autre chose … Non pas de ça. Il avait déjà l’impression d’être de trop alors il préférait ne même pas imaginer si jamais elle acceptait de lui laisser une chance simplement pour lui faire plaisir, à lui. Après avoir clairement dit que la jeune femme lui plaisait et qu’il voulait cette chance de la connaître, Ethan conclut en disant qu’il ne voulait pas, en revanche, entrer dans sa vie alors qu’elle ne le voulait pas vraiment. A présent, il attendait juste qu’elle dise le mot de la fin et raccroche. Ou plus simplement, qu’elle raccroche directement. Il savait que ça arriverait forcément … Et ça le tuait rien qu’à l’idée. Bon sang elle allait mettre fin à leur conversation mais cette fois, pour de bon. Tout ça parce que … Parce qu’il avait encore l’intelligence de lui dire qu’il ne voulait pas s’incruster dans sa vie parce qu’elle ne le voulait pas mais n’osait pas le lui dire clairement et simplement. Non il ne pourrait pas s’en vouloir, par la suite, d’avoir fait ça. Il lui restait tout de même une once de fierté malgré tout. C’était bon signe !

Alors qu’il s’attendait à ne plus entendre le son de la voix de Baylee, celle-ci reprit la parole, doucement, lentement. « Tu as tout faux… Tout faux Ethan, je n’ai jamais eu de pitié pour toi, c’est moi qui suis trop conne… je m’excuse tellement, je m’excuse, oh oui, et encore mes excuses ne suffise pas je trouve… si je ne t’ai pas arrêté avant c’est parce qu’il y avait une raison tu ne trouves pas ? » Le brun fronça les sourcils sans vraiment comprendre. Selon lui, le fait d’être trop sympa pour ne pas avoir osé l’arrêter plus tôt, était une raison en elle-même. Mais elle devait en avoir une autre. Quant à savoir laquelle … « Si je t’ai laissé faire c’est parce que tu me plais. Oui tu me plais, mais c’est… Nouveau pour moi. Je suis nulle dans ce domaine, sa me fait peur. Je suis nouvelle ici, je ne suis pas... Américaine… Je te déballe ma vie, mais Ethan… Je veux que tu saches que jamais je n’ai voulu t‘offenser, jamais, comment me faire pardonner ? Oh Ethan… Je… Toi, moi, dans un café ? Sa te dit ? Je t’invite a manger un morceau je pense… Que sa… Sa sera mieux pour nous. Mais je te préviens… Je… Je suis très euh… timide et… » Il lui plaisait … Il lui plaisait … Il avait été à mille lieux de s’imaginer une chose pareille. Bon sang elle était très loin de le montrer, alors que lui-même était incapable de le lui cacher. Une minute ! Pause … Petit retour en arrière … Elle venait de l’inviter dans un café ? Elle voulait le voir ? Hm non c’était précipité, elle devait accélérer les choses pour se faire pardonner.

Alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole, sans même encore savoir ce qu’il allait dire, Ethan fut interrompu par Baylee qui parla à nouveau. « Tu me perturbes d’accord ? Tes yeux bleu me rende dingue… Et … Et ta voix aussi… Et… m*rde je me ridiculise là… » Le jeune homme marqua un assez long temps d’arrêt tant la surprise était grande. Finalement il ne lui faisait pas pitié. Loin de là même. C’était plus un bon point … Un terriblement bon point. Soufflant longuement de soulagement, Ethan ferma les yeux avec force comme pour vérifier qu’il n’était pas en plein rêve. Mais non … C’était bel et bien la réalité. « Je … Hm wow ok … Je ne pensais pas que … Alors j’ai tout compris de travers finalement. Tu ne te ridiculises pas en disant que mes yeux et ma voix te perturbe. C’est … Simplement … Assez inattendu. Et … Hm pour l’invitation c’est où tu veux quand tu veux mais pas la peine de le faire pour te faire pardonner. C’est bon t’as déjà réussi à te faire pardonner ! Si tu m’invites, fais le parce que t’en as envie … Et si t’as besoin de quelques jours … Voir semaines … Je serais toujours là. J’attendrais. »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Dim 2 Jan - 23:20

L’amour c’est quoi ? C’est un sentiment étrange qui vous envahit de part et d’autre de votre corps. On le ressent lorsque votre cœur bat horriblement vite, en général on a des bouffés de chaleurs, on se sent euphorique joyeux, heureux, tout et beau dans le meilleurs des monde même si c’est la guerre. On sourit pour un rien, on regarde la personne sans savoir quoi dire, on l’examine, on se sent pathétique, on se sent surtout très seul et très bizarre… Au début on ne comprend pas pourquoi on réagit de la sorte, parfois on met un temps à comprendre ce qu’il nous arrive. Et quand on réalise enfin, oui quand on réalise enfin qu’on est tombé amoureux. On se dit, non ce n’est pas possible. Non en fait, en général on est très heureux mais dans mon cas, on ne l’était pas forcément. Pourquoi l’être ? Je n’en savais rien, surement parce que j’étais la pire des idiote sur terre ? La seule femme qui ne voulait pas avancer dans sa vie ? qui restait accroché à son maudit passé qui lui bouffer toute sa vie ? Oui j’étais ce genre de femme, oui j’étais idiote, oui j’étais… Amoureuse ? Non… Baliverne, il me plaisait, mais je n’étais pas amoureuse. Je n’avais jamais été amoureuse de qui que se soit et ce n’est pas aujourd’hui que cela aller commencer… Certes il y avait Jude… Mais c’était différent. Elle était… Indispensable dans ma vie. Elle était un rayon de soleil.

Elle était une bouffée d’air frais dans ma vie. On s’était mutuellement aidé l’une de l’autre et c’était tout bonnement parfait entre nous. Même si je savais que je ne pourrais jamais faire ma vie avec elle. D’une car elle préférait les hommes et de loin… Et de deux, car même si j’aimais les femmes je … Il fallait l’admettre j’aimais les hommes moi aussi même si je ne faisais rien pour goutter au plaisir charnel avec eux. Avec ce que j’avais vécu, je ne m’en sentais pas capable de toute façon et il était clair que je ne voulais pas. Petite sotte que j’étais. Ethan était surement l’homme qu’il me fallait. Il était gentil, agréable quelqu’un de sympathique avec qui parler, même si je doutais qu’il aime vraiment mon caractère, vu comment je n’arrêtais pas de changer d’humeur avec lui…. Je me sentais complètement idiote, et stupide d’agir de la sorte avec lui, mais est ce que j’y pouvais réellement quelque chose ? Je ne pense pas, j’agissais comme cela avec tout le monde et pas seulement avec lui de toute façon. M’excusant rapidement de mon caractère et de la façon dont j’avais mal interprété ses phrases je me sentais honteuse. Je lui rendais la vie difficile sur ce coup là. « Baylee t’as pas besoin de t’excuser autant ! C’est pas grave hm … J’ai plus eus peur de t’avoir vexé qu’autre chose là donc bon maintenant que tu sais que je me fichais pas de toi ben … Voilà tout est rentré dans l’ordre. »

Souriant faiblement, je passais mes doigts dans mes cheveux, cet homme était vraiment une perle rare. D’où sortait-il ? Franchement j’avais l’impression de parler au prince charmant de tout rêve de gamine. Il était… Un autre mec se serait surement énervé ou m’aurait envoyer chier et lui non. Il prenait sur lui et bon dieu que j’aimais ça. Je lui plaisais tant que ça ? Pour qu’il soit au point de faire tout en fonction de moi ? J’en avais bien l’impression. C’était plaisant et la fois c’était effrayant. Passant ma langue sur mes lèvres je ne bougeais plus restant là ou j’étais. « Hum, Ethan…T’es un mec bien… » Soufflais-je doucement n’ayant jamais cru dire ça un jour. Il était rare que je complimente un homme, encore moins pour dire qu’il était un homme bien. J’avais vraiment un problème avec sa et il était tant que j’arrête d’en avoir un. Il fallait que j’avance que j’aille de l’avant et rapidement. J’allais gâcher ma vie et Jude avait raison. Il fallait que je me mette a construire ma petite vie. La conversation tourna rapidement dans les massages. Choses que je n’avais jamais eu comme conversation, que sa soit fille ou garçon. Plutôt bizarre comme la conversation pouvait être gênante et a la fois complexe. On passait d’un truc à un autre et je m’y perdais à force. C’était très bizarre et tellement plaisant à la fois. Souriant faiblement, je n’en revenais pas d’avoir dit que je pouvais le masser … Mais il fallait bien que je fasse un effort, que j’avance et que je fasse comme toute femme ferait dans ces cas là.

« Ouais je vois mais t’inquiète pas mes articulations et tout le toutim vont très bien ! Les massages ne sont pas encore une nécessité. » Me mettant à rire sans aucune raison, je me stoppais comme je pouvais en soufflant longuement puis repris mon léger rire. Encore heureux le pauvre qu’à son âge il n’est aucun souci… Sa ne serait pas de tout repos sinon. « Hum, encore heureux pour toi, que tu n’ais pas de souci d’articulation… Sa serait quand même… Enfin t’es jeune quoi. Mais tu sais… Pas besoin d’être mal en point pour faire des massages. Tu n’es pas de mon avis ? » Dis-je doucement sans aucune gêne cette fois. Un progrès. Je progressais mais, qu’est ce que sa serait demain ? Après une bonne nuit de sommeil ? On ne pouvait pas savoir… Alors autant profiter de ce moment opportun pour avancer cette petite histoire qui commençait doucement à naitre entre nous. Est-ce que l’on serait ami ? Ou plus ? Je n’en savais rien la de suite, je ne me voyais pas en couple avec lui ou… Tout autre chose, même si bizarrement il m’attirait. Son physique me perturbait. Ses yeux bleus, sa voix au téléphone… Devais-je me laisser tenter ou pas ? Surement, après tout je méritais bien le bonheur moi aussi … On le méritait tous, et peut être que lui était mon bonheur. En quelque sorte. On me l’avait envoyé pour que sa soit lui l’homme qui aurait cette immense chance de faire partie de mon cœur. Oui, il fallait que je lui laisse cette chance. Mais pour le moment c’était plutôt mal partie. Lui raccrochant au nez, le rappelant comme si de rien était, j’étais vraiment une mauvaise fille. Je jouais de lui, du moins c’est ce que j’avais l’impression, alors, que je ne faisais pas exprès.

Bien au contraire, j’agissais sans vraiment réfléchir et me voilà à me vexer pour un rien, alors que j’étais plus la femme à ne pas me vexer vite. Bon sang, c’est fou ce qu’un homme peut me faire comme effet. Surtout Ethan. Frustration, déception, je ne comprenais plus rien. Me laissant tomber sur le sol, j’essayais de m’excuser, de me faire pardonner comme je le pouvais, mais ce n’était pas partie remise, il allait forcément raccrocher, me dire que j’étais stupide et que j’avais surement tout gâché. Je le comprendrais, même si je me sentirais horriblement mal… Un long silence s’installa au téléphone. Trop long à mon gout. Les larmes coulant légèrement sur mes joues, je me sentais de plus en plus stupide. Les séchant rapidement du plat d’une de mes mains, j’entrouvrais la bouche pour parler quand il se mit alors, à parler. « Je … Hm wow ok … Je ne pensais pas que … Alors j’ai tout compris de travers finalement. Tu ne te ridiculises pas en disant que mes yeux et ma voix te perturbe. C’est … Simplement … Assez inattendu. Et … Hm pour l’invitation c’est où tu veux quand tu veux mais pas la peine de le faire pour te faire pardonner. C’est bon t’as déjà réussi à te faire pardonner ! Si tu m’invites, fais le parce que t’en as envie … Et si t’as besoin de quelques jours … Voir semaines … Je serais toujours là. J’attendrais. »

Mon cœur se mit a battre la chamade. Une bouffée de chaleur s’empara de tout mon être. Déglutissant longuement, je souriais faiblement en fermant les yeux. Bon sang que c’était bon. Il était tout retourné de voir qu’il me plaisait. Oui Ethan, était un beau garçon, non je n’étais pas homosexuelle, juste bisexuelle. Je ne pouvais pas renier ça de ma vie. Les hommes… Respirant rapidement, j’essayais de contrôler ma respiration pour ne pas qu’il entende mon stresse et ma bonne humeur, mon envie de crier. Pourquoi je voulais crier d’abord ? Inspirant à fond, je posais ma tête contre le mur en levant les yeux pour regarder le plafond. « Tu ne pensais pas que quoi ? Que tu… Me plaisais ? T’es un beau mec Ethan. Je ne peux pas cracher sur ça croit moi… » Soufflais-je doucement en me sentant rougir de honte. Dire ça c’était tellement nouveau, j’avais l’impression d’être une adolescente pré pubère qui drague un adolescent tout aussi innocent qu’elle. « Je ne t’invite pas par force Ethan. Je le fais car j’en ais envie, la de suite. Et vaut mieux que tu en profite, on ne sait jamais de quoi est fait demain… Manhattan, un truc tranquille ça te dit ? C’est moi qui régale ! C’est non négociable et non contestable, n’oublie pas. Règle numéro un… Ne jamais vexer une femme » soufflais-je alors en rigolant doucement. Mine de rien, il était chou, trop chou, il serait prêt à attendre des semaines pour moi… « Ethan ? On t’a déjà dit que tu étais surement le mec le plus génial ? Car… Peu attendrait des semaines… Et toi tu es prêt a faire des… Sacrifices pour moi ? Wow… Je… Je te plais tant que ça ? C’est tellement nouveau pour moi … Tu me plais… » Murmurais-je d’une vox basse comme pour dire un secret.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mar 4 Jan - 2:42

Le sentiment amoureux ... Fallait-il se laisser aller à cela sans se soucier des conséquences qui pourraient avoir lieu ? Pouvait-on seulement envisager, sérieusement, de prendre le risque de souffrir en se laissant aller à cela ? Lorsque l'on souffrait d'une peine de coeur, pouvait-on ne pas regretter pour autant, l'amour puissant qui avait causé ça ? Ce sentiment était-il donc aussi bon que ça, pour qu'autant de personne se laisse aller à lui ? Etait-il vrai que ce genre de choses ne se commandaient pas et arrivaient n'importe où et n'importe quand, parfois même lorsque l'on s'y attendait le moins ? Comment savait-on lorsque l'on était amoureux et lorsque la personne en face était la bonne ? De nombreuses questions dont Ethan ignorait encore totalement les réponses. Pourquoi ceci et pas cela ? Pourquoi oui et pas non ? L'amour ça ne s'expliquait sans doute pas, finalement. Alors il se posait trop de questions pour rien. C'était complétement stupide ... Il avait suffit qu'il croise une fois, une seule, le regard de Baylee dans cette rue, pour qu'il se pose toutes ces questions existentielles sur l'amour. Lui ... Jeune homme banale qui n'avait jamais, Ô grand jamais, connu l'amour. Ahurissant pour un homme de 26 ans ... Tout bonnement stupéfiant. Mais qu'y pouvait-il ? Une pointe de peur de souffrir ajoutée à un désir de prendre son temps et ne pas se précipiter inutilement. Quel mal y avait-il à cela ?

Et si Baylee était la femme qu'il lui fallait, celle qui lui donnerait envie d'aimer tout simplement ? Non c'était impossible ... Pour cela il aurait fallut qu'ils soient tous les deux dans la partie. Mais visiblement, la jeune femme n'était pas prête à cela. Certes elle était en train de lui dire, petit à petit, qu'il lui plaisait. Mais il y avait une sacré marge entre lui plaire et lui donner envie de vivre une relation, qu'elle soit amoureuse ou non. De toute façon il ne fallait pas précipiter les choses. Il devait même s'arrêter dès à présent de s'emballer de la sorte. C'était clairement stupide et il se faisait pitié à lui même. Si la jeune femme n'avait nullement pitié de lui, lui il l'avait assez pour deux. Il se sentait des plus ridicules et des plus niais à mettre ainsi la charrue avant les boeufs. Il fallait vraiment être un homme stupide pour craquer aussi brusquement pour une femme et être aussi rapidement persuadé que c'était peut-être elle l'amour de sa vie. Oui totalement irraisonné et naïfs. Naïf comme un gosse ... Ou comme un homme qui n'avait jamais connu l'amour et qui craignait de se faire rejeter comme il l'avait été à de nombreuses reprises dans le passé. C'était sans doute à cause de cette crainte là, qu'il s'était brusquement senti mal en réalisant que la jeune femme lui avait raccroché au nez. Il aurait amplement préféré qu'elle fasse cela dès le moment où il lui en avait laissé la possibilité, au tout début de son appel. Mais là ... Alors qu'il pensait qu'elle commençait à parler et à se lâcher un peu plus que leur rencontre ... C'était des plus soudains et même surprenants. Pourquoi lui faire un truc pareil ?

« Hum, Ethan…T’es un mec bien… » Pourquoi lui disait-elle cela déjà ? Fronçant les sourcils Ethan revint à l'instant présent pour tenter de se souvenir. Lui revint alors en mémoire, le fait qu'elle s'était littéralement énervée en pensant qu'il se fichait d'elle. En réalisant sa méprise, elle s'était confondue en excuse, ce qui avait légèrement surprit le jeune homme. Visiblement, elle regrettait facilement ses torts et faisait en sorte de se faire pardonner en répétant inlassablement des excuses. Elle s'excusait peut-être même un peu trop. « Mouais ... Je dirais plutôt que je suis doté d'une patience tellement ahurissante qu'on me traite parfois de léthargique alors bon ... » Marmonna-t-il en riant doucement. Un sourire en coin étira les lèvres d'Ethan lorsqu'il entendit à nouveau le rire de la jeune femme, fermant même les yeux pour en profiter le temps que ça durerait. Il était prêt à se ridiculiser sur la place publique, simplement pour l'entendre rire. C'était complétement con mais il n'en n'avait fichtrement rien à faire. Son rire était parfait, comme tout le reste de sa personne, comme son visage, la pâleur de sa peau, son regard qui exprimait tant de chose et en même temps rien, tout à la fois. Quant à son corps ... Il n'avait pas franchement prit le temps de regarder tant il avait été subjugué par son regard et son visage tout simplement. Ce n'était pas juste une question de physique même si elle était diablement belle. Il y avait autre chose ... Oui quelque chose de bien plus fort, il en était intimement persuadé.

[color=indianred]« Hum, encore heureux pour toi, que tu n’ais pas de souci d’articulation… Sa serait quand même… Enfin t’es jeune quoi. Mais tu sais… Pas besoin d’être mal en point pour faire des massages. Tu n’es pas de mon avis ? »[/color ]Un léger rire s'échappa des lèvres d'Ethan qui ne tarda pas à lui répondre, tranquillement. « Bon sang je préfère ne pas m'imaginer dans trente ans si je me commence à avoir ce genre de problèmes, dès maintenant ! Et oui je suis de ton avis mais personnellement j'ai pas l'habitude de demander des massages aux gens. » Ajouta-t-il en riant légèrement. A part chez des masseurs professionnels, il avait toujours trouvé que les massages pouvaient rapidement tournés à autre chose. Et étant un homme qui n'avait jamais connu la vie de couple, l'on pouvait clairement dire qu'il n'allait pas demander un massage à une femme qu'il connaissait depuis peu, genre une semaine ... Elle lui demanderait sans nul doute, "et puis quoi encore ?". Autant dire que des massages, Ethan n'en n'avait pas eut des masses dans sa vie. Quelques massages des épaules par l'une de ses amies durant leur tour du monde. Mais ce n'était rien. Tout simplement parce que les trois gars de la bande portaient les plus gros sacs. Alors ils avaient bien droit à cela. A part ça, pas grand chose. Etrange ...

Lorsque la jeune femme s'excusa longuement, bafouillant quelque peu et se livrant même comme jamais, Ethan la laissa parler pendant un long moment, ne l'interrompant pas à un seul instant. Une fois qu'elle se tut, il prit le temps de respirer calmement. Non pas pour prendre sur lui parce qu'il était en train de s'énerver, puisque ce n'était pas le cas. Mais tout simplement pour tenter de revenir de sa joie et de sa surprise. Il s'attendait vraiment à tout sauf à ça. Il la perturbait ... Il lui plaisait ... C'était terriblement plaisant à entendre, de la part d'une femme pour laquelle il craquait terriblement et de manière incontrôlable. Difficilement, il lui répondit, lui déclarant qu'elle n'avait pas besoin de se faire pardonner puisqu'elle venait de le faire, et haut la main. Hésitant quelque peu sur ses mots tant il avait du mal à revenir de sa surprise, il conclut en lui disant qu'elle pouvait prendre tout son temps pour son invitation, qu'il serait là quand elle serait prête, qu'il attendrait tout simplement. « Tu ne pensais pas que quoi ? Que tu… Me plaisais ? T’es un beau mec Ethan. Je ne peux pas cracher sur ça croit moi… » Un faible sourire étira les lèvres du jeune homme. Il avait tendance, de temps à autre, à se dire qu'en effet, il était plutôt potable. Non en fait il commençait à vraiment le croire à force que des filles superficielles et hystériques, cherchent à l'avoir à leur bras comme s'il était la star montante Hollywood. A moins que ce ne soit à cause de son métier ... Pas pour sa fortune en tout cas. Certes il était riche mais ça, personne ne le savait.

« Le physique ne fait pas tout ... » S'entendit-il alors dire, se figeant aussitôt, priant pour qu'elle ne pense pas qu'il était clairement en train de dire que ce n'était pas suffisant et qu'il était temps d'arrêter. Non, ce n'était pas du tout ce qu'il était en train de dire. A la limite, s'il n'y avait que son physique qui lui plaisait chez lui, il était prêt à tout pour lui prouver qu'il n'était pas que ça. « Le physique ne fait pas tout ... Enfin ça aide mais ... Bon je me tais, je recommence à dire n'importe quoi. Franchement n'hésite pas à me faire taire quand je m'emballe ! » Marmonna-t-il doucement avant de lâcher un bref rire nerveux tant il se faisait réellement de la peine. Il n'était vraiment pas doué. Il s'enfonçait même. C'était de pire en pire et il se demandait comment faisait la jeune femme pour ne pas l'avoir encore fuit. « Je ne t’invite pas par force Ethan. Je le fais car j’en ais envie, la de suite. Et vaut mieux que tu en profite, on ne sait jamais de quoi est fait demain… Manhattan, un truc tranquille ça te dit ? C’est moi qui régale ! C’est non négociable et non contestable, n’oublie pas. Règle numéro un… Ne jamais vexer une femme » Ethan souriait de plus en plus franchement au fil des paroles de la jeune femme, laissant même échapper un léger rire à ses derniers mots.

« Ah bon ? Je pensais qu'il ne fallait pas Enerver une femme ! Mais ... Je ne m'y risquerais pas alors j'accepte ... Mais tu sais pas à quoi tu t'exposes ... Quand je commence à manger je m'arrête plus ... » Précisa-t-il, se retenant de rire, ne faisant que dire la vérité. Il était du genre à manger énormément et à faire beaucoup de sport à côté pour ne pas s'engraisser. Ce qui serait des plus rapides s'il cessait de faire du sport. Prise de poids immédiate ... « Ethan ? On t’a déjà dit que tu étais surement le mec le plus génial ? Car… Peu attendrait des semaines… Et toi tu es prêt a faire des… Sacrifices pour moi ? Wow… Je… Je te plais tant que ça ? C’est tellement nouveau pour moi … Tu me plais… » Durant de longues secondes, Ethan cessa de respirer, son coeur semblant manquer un battement avant de partir dans une course folle. Déglutissant difficilement, il esquissa un faible sourire. « Baylee ? Je vais finir par prendre la grosse tête si tu continues comme ça ... » Souffla-t-il à voix basse en souriant en coin, paupières closes tant il se sentait étrangement bien et limite euphorique. « Et oui ... Tu me plais assez pour que je sois prêt à attendre des semaines. Et c'est nouveau pour moi aussi. J'ai beau être patient, t'es bien la première pour laquelle je suis prêt à attendre aussi longtemps ... » Marquant un temps d'arrêt, Ethan reprit doucement. « Hm ... Quand je parle trop ... Et que je dis des trucs trop ... Disons perturbants ou gênants, n'hésite pas à me faire taire. Même si tu dois ... Hm m'écraser un pied pour ça ! Ou, au téléphone par exemple, me hurler un "la ferme! " bien senti. » Lâcha-t-il, le plus sérieusement du monde.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mer 5 Jan - 21:13

La vie c’est quoi au final ? Ce n’est rien, pas grand-chose… Rien de bien concret, non, on ne peut pas dire que la vie soit si parfaite que cela… Mais finalement, quand on rencontre certaines personnes, on se rend compte que la vie est bien, elle nous apporte de temps à autre une joie, un bonheur, un peu de bien être dans ce havre de malheur. Car il fallait être honnête la vie ce n’était pas de tout repos. Personne, non personne ne pouvait avoir une vie parfaite, ça n’existait pas ! Même dans les comtes de fées puisque la princesse a toujours un malheur pour que son prince charmant vienne la sauver. Mais moi… Mes malheurs étaient tellement… Vieux. Est-ce qu’un prince charmant viendrait me sortir de là ? Est-ce qu’Ethan était celui qu’il me fallait ? Est-ce que je me posais les bonnes questions…. La c’était un réel mystère. Mais bizarrement, je savais qu’il allait avoir un rôle important dans ma vie. Comme si je le ressentais au plus profond de moi. Plus nous discutions et plus j’en restais persuadé. Même si je venais de lui raccrocher au nez. Quelle idiote j’étais déjà ? À oui la plus important de cette terre. Oui c’était ça. J’étais idiote et stupide d’avoir fait ça mais je ne pus m’empêcher de le rappeler. Il fallait que je m’excuse que je sois sincère avec lui. Sincère… Je devrais alors lui dire que j’ai peur des hommes et que j’ai été violée…

Mais je ne pouvais pas le lui dire de but en blanc. Je ne voulais pas qu’il me rejette de peur de tout foirer, je ne voulais pas qu’il y ait de la pitié dans son regard. Surtout pas. Etant psychologue, je savais que la première chose a ne pas faire devant un patient. Avoir pitié. Ne jamais avec se regard de pitié envers eux. C’est pire que tout. On ne se sent pas en sécurité on se sent observé, on se sent… bizarre… Comme étrange. Comme si on n’était pas normal, alors qu’en fait on est tout a fait normal. Un regard neutre, ou compatissant est tellement mieux. Je ne voulais pas subir la même chose avec Ethan, je ne voulais pas voir son regard changer sur moi, sur ma façon d’être ou de lui parler. Je ne voulais pas qu’il me prenne par pitié. On changeait tellement vite de sentiments et d’envie quand on apprend quelque chose d’horrible sur une personne. Je voulais de l’amitié sincère, je voulais quelque chose de vrai. C’est pour cela… que je ne lui dirais pas que j’ai été… Non, je ne le lui dirais pas, pas de suite, j’attendrais le bon moment, c'est-à-dire quand ses sentiments envers moi ne se changeront pas. « Mouais ... Je dirais plutôt que je suis doté d'une patience tellement ahurissante qu'on me traite parfois de léthargique alors bon ... » Sa voix me fit légèrement sursauter. Clignant des yeux, je profitais du doux son de sa voix. Ne disant rien, souriant bêtement, j’analysais sa façon d’être, j’essayais de le voir dans ma tête de voir le caractère qu’il pouvait avoir, et la façon dont il avait de se comporter avec ses amis. Il avait vraiment l’air d’un type bien. Non, il n’avait pas l’air, il l’était c’était obligé. Il ne pouvait pas être ce type méchant qui n’en fait qu’à sa tête et qui devient de plus en plus macho au fur et a mesure.

Non Ethan était a mes yeux, bizarrement, un homme tout bonnement parfait. Pourquoi je l’imaginais ainsi ? Je ne le connaissais que depuis quelques minutes… J’étais folle, je lui accordais peut être un peu trop de confiance. Passant ma langue sur mes lèvres je souriais doucement. « La patiente est une vertu c’est bien connu Ethan, alors tu sais ce que pense les autres… J’aime bien ta patiente moi. Un point en plus pour toi » soufflais-je doucement. Continuant de sourire alors qu’il n’était même pas avec moi, je me trouvais bête assise sur le sol de ma chambre. Souriant encore plus en posais ma tête sur le mur en fermant les yeux. Ma peur partant petit a petit je me sentais totalement apaisée. Comme si cet homme m’envoutait. Oui c’était ça… Il m’envoutait totalement et c’était plus que plaisant. Continuant la conversation sur ses articulations, je ne comprenais pas comment j’en vins à parler de massage, moi la petite prude envers les hommes. Je me découvrais une autre facette avec lui et qui bizarrement ne me déplaisait pas pour autant. C’était tellement bizarre. « Bon sang je préfère ne pas m'imaginer dans trente ans si je me commence à avoir ce genre de problèmes, dès maintenant ! Et oui je suis de ton avis mais personnellement j'ai pas l'habitude de demander des massages aux gens. » Me mordant lentement la lèvre inférieure, je soufflais silencieusement éloignant rapidement le téléphone pour ne pas qu’il entende mon soupire. Ce n’était en rien un soupire du fait que je sois lassé de lui, bien au contraire, c’était un soupire de bien être. Je me sentais bien avec lui. J’étais comme heureuse. Moi pour ma part je l’imaginais très bien plus tard avec quelques années en plus, un petit vieux qui avait ses petits problèmes d’articulations, comme tout autre petits vieux.

Inspirant doucement je me frottais vivement le visage en ouvrant les yeux pour regarder mon lit. « hum, hum, moi non plus, a vrai dire, on ne m’a même jamais massé c’est pour dire ! Je ne sais même pas le gout que ça a, le comble ! » Dis-je doucement en rigolant légèrement, laissant celui-ci s’échapper de mes lèvres. Me relevant doucement, je marchais alors pour aller dans ma cuisine, histoire de me faire un petit café. Me posant sur le tabouret j’allumais ma cafetière et mis une dosette attendant qu’elle soit assez chaude pour pouvoir activer le démarrage du café. Ce que je fis une fois chaud, regardant alors le liquide noirâtre couler dans ma tasse, je gardais le téléphone contre l’oreille. Je n’étais pas ce genre de fille qui aimait rester au téléphone, même pour envoyer des messages j’avais du mal, je n’étais pas comme tous ses jeunes pendu au téléphone, et pourtant la, je me plaisais. Être au téléphone avec Ethan ne me dérangeais aucunement. Je me sentais tellement bien, plus que bien même. Parlant rapidement de son physique, je lui annonçais que je le trouvais beau. Il l’était, même si je n’avais pas réellement eu le temps de bien le voir, j’avais vu qu’il était mignon. Mais le physique ne faisait pas tout. « Le physique ne fait pas tout ... » Haussant un sourcil, je les fronçais me demandant si j’avais pensée à voix haute. « Le physique ne fait pas tout ... Enfin ça aide mais ... Bon je me tais, je recommence à dire n'importe quoi. Franchement n'hésite pas à me faire taire quand je m'emballe ! » Rigolant doucement, je posais ma tasse de café sur le comptoir en levant les yeux au ciel. Comme si je voulais qu’il se taise… Inspirant doucement, je souriais bêtement. « Hum, hum… J’aime quand tu t’emballes… » Murmurais-je doucement en rigolant franchement, me sentant bêtement rougir, alors qu’il ne pouvait pas me voir.

Faire comme avec une fille, oublier que c’était un garçon… enfin… Mettre cela de côté plutôt… Juste oublié ce statut pour ne pas replonger dans une forte envie de raccrocher. Je ne voulais pas tout gâcher, je voulais avancer, je voulais avancer avec lui… Continuant la conversation, je lui annonçais alors que je l’invitais dans un café pour prendre un verre et même manger. Lui intimant alors qu’il ne fallait pas me vexer. « Ah bon ? Je pensais qu'il ne fallait pas Enerver une femme ! Mais ... Je ne m'y risquerais pas alors j'accepte ... Mais tu sais pas à quoi tu t'exposes ... Quand je commence à manger je m'arrête plus ... » Souriant doucement, je voulais déjà être a table pour le voir alors manger. Il avait donc l’air de manger beaucoup, ça ne se voyait même pas ! Moi pour ma part… Je ne mangeais pas des masses. En même temps quand on voyait mon corps on pouvait très bien voir que je ne mangeais pas. Cinquante kilos toute mouillée, on voyait les os de mes hanches, de mes épaules… Bref l’anorexique dans toute sans splendeur sans l’être. « Hum, je m’énerve rarement, enfin, personne n’a essayé de m’énerver… Donc je ne peux pas te dire, si c’est bon ou pas. Tu manges… Beaucoup ? Wow l’inverse de moi, mais je suis sûre que tu es très mignon a voir à table ! » Dis-je doucement a voix basse me demandant s’il m’entendait ou pas. Je me surprenais à parler si bas… C’était mignon, magique et intense, tel deux petits amoureux se faisant des mamours. Wow… Il fallait que je cesse ce genre de pensée… Nous n’étions en rien amoureux !

changeant de sujet, je lui annonçais alors qu’il me plaisait. Oui car il était tellement patient avec moi… « Baylee ? Je vais finir par prendre la grosse tête si tu continues comme ça ... » Mon cœur eut un raté en entendant mon prénom. « Et oui ... Tu me plais assez pour que je sois prêt à attendre des semaines. Et c'est nouveau pour moi aussi. J'ai beau être patient, t'es bien la première pour laquelle je suis prêt à attendre aussi longtemps ... » Je cru mourir, posant ma tasse je me sentais horriblement bien tellement que sa me tuait sur place. « Hm ... Quand je parle trop ... Et que je dis des trucs trop ... Disons perturbants ou gênants, n'hésite pas à me faire taire. Même si tu dois ... Hm m'écraser un pied pour ça ! Ou, au téléphone par exemple, me hurler un "la ferme! " bien senti. » Je mourrais, j’étais littéralement entrain de mourir. Respirant difficilement, je souriais bêtement toute seule me mettant alors a boire mon café pour que ma gorge soit moins sèche. « Ethan ? T’es en train de me tuer là… C’est positif hein… Mais… Wow… » Soufflais-je doucement, mon cœur n’arrêtant pas de battre la chamade. « Wow..wow… Euh Ethan… Je vais vraiment mourir là… » Lui avouais-je doucement en bégayant un peu. « Non mais Ethan, stop là, j’aime quand tu parles trop. Alors je ne te frapperais pas ou je ne sais quoi. Parle, parle, fais moi sourire, puis … Non laisse tomber, faut vraiment qu’on se voit là pour que tu vois l’effet que ça me fait, c’est tout bizarre… Ethan, t’aura pas intérêt à te moquer hein ? Promet le moi… » Dis-je doucement en faisant une légère mine boudeuse telle un caprice. Me levant je cherchais déjà ma veste, mes chaussures, mais aussi mon sac à main. « Rigole pas… Mais je suis déjà prête à partir… » Rajoutais-je doucement.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Ven 7 Jan - 23:44

La vie était-elle faite pour être partagée avec une autre personne ? Une personne comme ... Son âme soeur, son double du sexe opposé, l'homme ou la femme de sa vie ... Ne pouvait-on pas être heureux en demeurant célibataire ? Sans doute que si. Après tout, il existait de nombreuses personnes de part le monde qui demeuraient éternellement célibataire et qui s'en satisfaisait pleinement. Mais peut-être était-ce justement parce qu'ils n'avaient jamais trouvé la personne faite pour eux. Ils ne savaient donc pas ce bonheur indescriptible qu'ils manquaient. Houla, stop ! Comme si lui, Ethan, qui n'avait jamais été amoureux, pouvait savoir ce que manquaient tous ces gens en ne rencontrant jamais leur âme soeur. Peut-être que lui même n'aurait jamais cette chance. A moins qu'il ne s'agisse de Baylee elle même, cette femme sous le charme de laquelle il était tombé au tout premier regard. Mais si tel était le cas ... Comment le lui faire comprendre à elle ? Elle le prendrait sans aucun doute possible, pour un fou. Et il fallait avouer qu'elle aurait parfaitement raison ! Il fallait être complètement fou pour craquer pour une femme qu'il ne connaissait pas, au point de songer qu'elle était peut-être la femme de sa vie. Il était idiot ... Il avait même honte de lui même tant c'était des plus stupides. Lui qui se laissait aller à ce genre de pensées ... C'était bien la première fois !

Mais il fallait avouer que la jeune femme était tout bonnement sublime et parfaite. Comment ne pas s'emballer ? Et pourtant il le devait. Ne serait-ce que parce qu'il ne doutait pas qu'elle pourrait fuir si elle s'imaginait une seule seconde à quel niveau ses pensées se trouvaient. Et puis en plus de cela, s'il allait trop vite, il finirait forcément par se prendre purement et simplement une gifle en plein visage. Arriverait obligatoirement le moment où il souffrirait par sa propre faute. Tout ça parce qu'il s'emballait. C'était idiot ... Il était idiot. Il le prouvait encore une fois ! Et encore une fois, c'était pour Baylee. Le jeune homme fut quelque peu perturbé lorsque la blonde lui dit qu'il était un mec bien. Ce à quoi il répondit qu'il était simplement très, voir trop, patient. « La patiente est une vertu c’est bien connu Ethan, alors tu sais ce que pense les autres… J’aime bien ta patiente moi. Un point en plus pour toi » Un nouveau sourire fit son apparition sur les lèvres d'Ethan. Il aimait terriblement ce qu'elle était en train de lui dire. Mais surtout, il aimait le fait de voir qu'il gagnait ainsi des points avec elle. Comme quoi, il ne fallait pas désespérer car tout n'était peut-être pas perdu. Ce qui ne signifiait pas pour autant que tout était gagné non plus ! Il savait qu'il ne fallait jamais se réjouir trop vite. Au risque, encore une fois, de souffrir encore plus en cas d'échec. Des "claques", il en avait déjà reçu bien assez dans sa vie, à son goût.

« Hm c'est une qualité jusqu'à un certain point. Et j'ai bien l'impression de dépasser ce point. Mais si tu le dis ... Je vais pas te contredire ... J'ai retenu la leçon : ne pas vexer une femme ! » Répondit-il en se déridant peu à peu, riant franchement lorsqu'il cessa de parler. Même s'il continuait de faire attention à la moindre de ses paroles, par peur de la vexer et la faire fuir, surtout la faire fuir à vrai dire, il se sentait de plus en plus détendu. Comme en confiance. Oui c'était cela. Avec elle, il se sentait quasi totalement détendu. C'était affreusement plaisant et il venait déjà d'y prendre goût. Ce qui n'était pas forcément bon ... Mais tant pis il prenait le risque et verrait bien ce qu'il lui arriverait par la suite. Le jour où elle déciderait de le virer tout simplement de sa vie. Parce qu'il ne doutait pas que ça arriverait. A moins qu'il n'assure au maximum et parvienne à la mettre elle aussi totalement en confiance au point d'être prête à ce qu'il se passe quelque chose de plus qu'une simple amitié entre eux. Mais ça, il n'était pas encore assez stupide pour lui en parler comme cela, tout simplement. Comme il aimait à le dire : "qui vivra verra !" Même s'il devait souffrir pour elle ou à cause d'elle ... Il était en train de se rendre compte à présent, qu'il était prêt à aller loin pour elle. Au point de se briser lui même ... ?

Sans trop savoir comment ils en étaient arrivés à une telle conversation, Ethan s'entendit dire qu'il n'était pas habitué à demander des massages aux gens. Il disait cela en plaisantait tout en ne faisant que dire la stricte vérité. « hum, hum, moi non plus, a vrai dire, on ne m’a même jamais massé c’est pour dire ! Je ne sais même pas le gout que ça a, le comble ! » Un nouveau rire léger franchit les lèvres d'Ethan. il se serait bien proposé, avec grand plaisir pour lui faire un long massage des plus délassants. Mais encore une fois, il s'abstint. C'était très exactement le genre de choses qu'il valait mieux qu'il garde pour lui pour ne pas effrayer Baylee. « Bah il ne faut pas désespérer ça finira bien par arriver ! » Finit-il par dire après un court silence. Derrière la voix de la jeune femme, Ethan pouvait l'entendre se déplacer dans son appartement et vivre sa vie tout simplement. Etrangement, il trouvait cela très plaisant. C'était comme d'être avec elle, chez elle ... Sans la moindre arrière pensée bien entendu ! Il aimait tout simplement la situation simple et sans prise de tête dans laquelle ils se trouvaient. C'était simple et sans prétention ... Tout simplement parfait. Une conversation plaisante qui durait depuis un petit moment déjà, même s'il ne voyait vraiment pas le temps passer.

En apprenant que Baylee le trouvait beau, il ne put s'empêcher de rétorquer, sans méchanceté, que le physique ne faisait pas tout. Il ne doutait pas que cela aurait put être mal prit. Mais il s'agissait de Baylee, la jeune femme pour laquelle il fondait littéralement. Alors il ne doutait pas un instant, qu'elle n'était pas une fille superficielle qui attachait beaucoup trop d'importance au physique d'autrui avant même de songer à ce qu'il pouvait bien y avoir dans la tête de ladite personne. Après tout, au premier abord, on ne voit que le physique, quoi que l'on désire, même si ce n'était pas ce que l'on voulait. Alors il ne pouvait décemment pas le lui reprocher. Et puis apprendre qu'il lui plaisait physiquement parlant, c'était déjà atrocement bien, selon lui. Oui, il aimait sincèrement cela. C'était des plus plaisants. Ils en étaient déjà à parler d'une éventuelle rencontre. Non... pas éventuelle puisqu'elle aurait bel et bien lieu, dans quelques temps, ce jour même. Baylee semblait y tenir, elle l'invitait. Ethan ne pouvait décemment pas refuser et donc, prendre le risque de foirer son unique chance de nouer des liens avec elle. « Hum, je m’énerve rarement, enfin, personne n’a essayé de m’énerver… Donc je ne peux pas te dire, si c’est bon ou pas. Tu manges… Beaucoup ? Wow l’inverse de moi, mais je suis sûre que tu es très mignon a voir à table ! » Presque malgré lui, Ethan lâcha un bref et léger rire nerveux.

« Euh ... Mignon ... C'est pas tout à fait ce que je dirais non ... Je fais plus glouton que mignon ! » Lâcha-t-il alors avant d'éclater franchement de rire, songeant qu'il partait réellement en vrille tout seul, dans son petit appartement. Et tout cela parce qu'il se sentait euphorique. Pourquoi cet état d'euphorie ? Tout simplement parce qu'il était au téléphone avec la femme de ses rêves. Oui, la femme de ses rêves ... Ni plus, ni moins ! « Personne n'a jamais essayé de t'énerver ? Hm je ne le ferais pas non plus alors ! » Ajouta-t-il, une fois son rire passé et totalement calmé. A nouveau, la jeune femme lui dit une chose qui fit battre son coeur beaucoup trop vite. Dieu qu'il aimait l'entendre dire qu'il lui plaisait ... Lui qui avait commencé par croire que c'était loin d'être le cas et qu'il pouvait toujours rêver pour avoir la moindre petite chance avec elle. Il était en train d'apercevoir une minime chance. Un peu d'espoir, c'était tout ce dont il avait besoin dans l'immédiat. Pour le reste, il serait patient, comme toujours ! S'emballant à nouveau, en raison du stresse étrange qu'il ressentait par rapport à Baylee et à sa crainte déjà trop grande de la perdre, il parla ... parla encore et parla toujours. A la fin, il lui dit qu'elle ne devait surtout pas se priver de lui écraser le pied ou lui hurler de la fermer lorsqu'il s'emballait de la sorte et parlait trop. Il paraissait de plus en plus idiot, à n'en pas douter ...

« Ethan ? T’es en train de me tuer là… C’est positif hein… Mais… Wow… » Le jeune homme écarquilla les yeux aux paroles de la jeune femme, sans vraiment comprendre ce qu'il avait fait pour la mettre dans cet état. Sans doute à cause de toutes les débilités qu'il pouvait bien débiter depuis le début de la conversation ... Finalement elle ne le trouvait pas atrocement idiot ... C'était rassurant, pour lui qui s'inquiétait depuis le début et qui regrettait chaque connerie qu'il débitait, à l'instant même où il les disait. « Wow..wow… Euh Ethan… Je vais vraiment mourir là… » De nouveau, il écarquilla les yeux, souriant faiblement. « Oh ... ben ... Hm ... Désolé. Mais je ne sais pas ce que j'ai fais ... » Lâcha-t-il avant de rire légèrement, surprit par la jeune femme.« Non mais Ethan, stop là, j’aime quand tu parles trop. Alors je ne te frapperais pas ou je ne sais quoi. Parle, parle, fais moi sourire, puis … Non laisse tomber, faut vraiment qu’on se voit là pour que tu vois l’effet que ça me fait, c’est tout bizarre… Ethan, t’aura pas intérêt à te moquer hein ? Promet le moi… » Ethan se mordilla les lèvres, à la fois attendri et ravit d'entendre tout cela de la bouche de la blonde. Bon sang que c'était bon à entendre !

« Franchement ? Je serais tellement occupé à tenter de ne pas être ridicule devant l'effet que ça me fait à moi, que je ne remarquerais sans doute pas l'effet que ça te fait. Alors crois moi, aucun risque que je me moque. Mais si tu y tiens, je te le promet ! » Lâcha-t-il enfin, le plus sérieusement du monde. Il ne voyait même pas comment il pourrait avoir seulement dans l'idée, de se moquer d'elle. C'était tout bonnement impossible ! « Rigole pas… Mais je suis déjà prête à partir… » Choqué par cette nouvelle, Ethan sursauta, dénouant ses jambes pour poser ses pieds au sol. Elle avait donc autant hâte de le retrouver ? C'était ... très surprenant mais terriblement bon à savoir. Finalement, après plusieurs secondes de silence, il laissa échapper un rire franc et parfaitement audible, quittant rapidement son salon pour se rendre dans le hall de son appartement. « Hey attend je suis pas prêt du tout moi ! » Dit-il en riant toujours légèrement en chaussant rapidement ses Rangers en laissant le bas de son pantalon à l'intérieur. S'emparant de l'une de ses vestes en cuir, il marqua un temps d'arrêt. « Heum ... On se retrouve au parc ok ? Et on verra après où on va ... » Sans ajouter un mot, il récupéra aussi ses clés et quitta rapidement son appartement, rejoignant aussi vite sa voiture pour monter à bord. « Bon ... Je raccroche ... Pas bien le téléphone au volant ... A tout de suite ! » Un bref instant plus tard, il raccrochait son téléphone, démarrant sans attendre sa voiture, priant pour que la jeune femme ne lui fasse pas faux bond. Une fois son véhicule engagé sur la route, Ethan conduisit largement au dessus des limitations de vitesse. Il conduisait très bien mais toujours trop vite. C'était la seule chose pour laquelle il avait peu de patience.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Dim 9 Jan - 4:19

« Hm c'est une qualité jusqu'à un certain point. Et j'ai bien l'impression de dépasser ce point. Mais si tu le dis ... Je vais pas te contredire ... J'ai retenu la leçon : ne pas vexer une femme ! » La patiente, c’est quelque chose que beaucoup de monde a. Mais malheureusement, certaines personnes elles sont totalement impatiente, au point de parfois piquer des crises, ne jamais se contrôler, en viennent même a s’énerver pour un rien. C’est fou comme chaque personne est différente. Pour ma part j’étais patiente, mais j’avais quelques limites tout de même. Je n’étais pas non plus le genre de fille à supporter l’attente. Je savais me montrer patiente avec mes patients… Il ne m’était jamais arrivé d’être impatiente… Enfin si… quand il s’agissait d’homme. Quand ils étaient trop près de moi je perdais même la tête… Je ne voulais qu’une chose qu’ils partent et ce rapidement alors là, je perds toute patiente… Les secondes se transforment en minutes… et je panique comme une stupide idiote. Ce que j’étais surement à vrai dire… Il fallait dire ce qui était. J’étais stupide de vivre avec mon passé et de ne pas vivre dans le présent, ou de faire des perspectives d’avenir… « Non, je ne trouve pas. Ne dit pas ça va… Vaut mieux être patient qu’impatient et s’énerver pour rien et devenir violent, car crois moi… Beaucoup d’homme devienne violent sous l’impatiente… » Soufflais-je doucement. Beaucoup d’hommes étaient aussi violent sans avoir besoin d’être impatient, j’en avais fait les frais à plusieurs reprises…

Mais il ne fallait pas que je pense à ça pas maintenant, pas alors que j’étais au téléphone avec Ethan, celui qui voulait … Sortir avec moi, celui a qui j’avais tapé dans l’œil, celui qui pouvait changer ma vie. Celui pour qui je voulais oublier mon passé. Bizarre comme un simple coup de fil peut vous faire changer d’avis, comme enfin, sans que je ne m’y attende j’ai enfin décidé de changer ma vie, de tourner la page… Buvant tranquillement mon café je continuais alors la conversation avec lui, oui, cette conversation qui me plaisait tant. Tout était parfait, tout était beau, j’arrivais depuis quelques minutes à ne plus avoir peur, a ne plus avoir envie de raccrocher et c’était ce qui me plaisait. Il me faisait un effet monstre que moi-même je ne comprenais pas et c’était tout bonnement parfait. Oui, plus que parfait même. Continuant la conversation, je ne sais plus trop comment on en était arrivés là, mais parler de massage et d’articulation c’était vraiment bizarre. A croire qu’on voulait se faire passer un message comme quoi on voulait que l’un et l’autre masse l’autre. C’était plutôt tentant. Je n’avais jamais massé d’homme et on ne m’avait jamais massé. Il y aurait bien une première fois de toute façon. Il y avait une première fois à tout … « Bah il ne faut pas désespérer ça finira bien par arriver ! » Haussant un sourcil, je me mordais légèrement la lèvre pour ne pas dire de bêtise. Oui, pour ne pas dire simplement que sa n’allait vraiment pas tarder car peut être qu’il aurait cette chance. Peut être que s’il arrive à me faire totalement oublier mon passé et a me faire aller de l’avant il aura le droit de me masser, de toucher mon corps, de m’embrasser de faire ce que font une femme et un homme dans un lit.

Cette pensée me fit frémir. Pas d’envie, non de peur. J’avais peur de revivre ce genre de scène, j’avais peur de souffrir, de voir qu’en fait même si les hommes me plaisent, ils ne sont pas finalement faits pour moi… Me mordant la lèvre, je ne répondis rien préférant partir sur un autre sujet pour ne pas gaffer ou dire quelque chose que je regretterais par la suite. Je ne voulais en aucun cas foutre tout en l’air alors, que tout se passait bien pour le moment. Alors que je l’invitais dans un café pour manger tranquillement il m’apprit alors qu’il manger énormément. Tout le contraire de moi pour ça. Je n’étais pas ce genre de fille qui mangeait beaucoup. En fait, je n’avais pas le gout de manger, je n’en avais pas envie. Il était rare que je m’empiffre toute la journée de cochonnerie. Non c’est limite si je ne sautais pas des repas. Ce n’était pas bon et je le savais pertinemment on m’engueulait pour ça, telle que Jude… Mais… a quoi bon ? Peut être que d’avancer, je me mettrais à manger, qui vivra verra comme l’on dit si bien… Mais pour ma part, je ne faisais jamais d’excès en nourriture. En alcool par contre la j’en faisais. « Euh ... Mignon ... C'est pas tout à fait ce que je dirais non ... Je fais plus glouton que mignon ! » L’écoutant de sa voix grave et sensuelle, je rigolais légèrement, tout en regardant ma tasse de café, tranquillement assise sur le tabouret de ma cuisine. « Un glouton ? Joli surnom dis donc ! Ais-je la permission de t’appeler ainsi alors, si jamais tu es réellement un glouton ? Hum, mon glouton. Ca le fait ou pas ? » Demandais-je en rigolant franchement me stoppant pour ne pas qu’il le prenne mal. Sans pouvoir me retenir, j’éclatais à nouveau de rire.

« Désolée… » Dis-je en rigolant toujours mais moins que tout a l’heure. Le souffle léger je toussais quelque peu en buvant doucement mon café. Doux café légèrement sucré. « Personne n'a jamais essayé de t'énerver ? Hm je ne le ferais pas non plus alors ! » Me pinçant les lèvres, je souriais faiblement en caressant alors ma tasse du bout des doigts. On m’avait déjà humiliée, on m’avait oui, énervé lorsqu’on avait abusé de moi… Mais… en dehors de cela jamais. Il faut dire que je n’avais pas beaucoup d’ami ni de fréquentation, j’étais jamais resté plus de trois mois au même endroit. New-York serait-il l’exception ? Je n’en savais rien, cela faisait simplement un mois que j’étais ici. « Disons que… Je n’ai jamais eu de réel ami pour que l’on m’énerve. Je suis ce genre de femme qui change de ville tous les trois, quatre mois. Je suis sur New-York depuis un mois seulement… Jude, celle qui t’a donnait mon numéro et ma seule … amie. Elle a quitté l’Australie pour venir avec moi ici. Donc… On peut comprendre… Quand j’aurais des amis… Je verrais bien… » Dis-je doucement. Buvant a nouveau mon café le finissant je posais ma tasse alors dans l’évier pour la laver après une fois que je serais revenu de notre petit rendez vous. Souriant faiblement, la conversation continua, parlant de tout et de rien. J’aimais vraiment parler avec lui c’était plus que parfait. Filant alors dans ma chambre je commençais lentement à rassembler les affaires qu’il me fallait alors qu’il était totalement entrain de me tuer.

Plus il parlait et plus il me tuait. J’aimais sa façon d’être avec moi, j’aimais comment il agissait et ce qu’il me disait. Sans plus attendre, je ne pus m’empêcher de le lui dire. « Oh ... ben ... Hm ... Désolé. Mais je ne sais pas ce que j'ai fais ... » Souriant doucement, je passais ma langue sur lèvres. « Tu parles trop voilà ce que tu fais… Et Dieu sa me tue car j’aime quand tu parles trop et que tu t’emballes… » Murmurais-je doucement en souriant de plus belle. Mettant mes chaussures, je me préparais alors à partir, je voulais a tout prix le voir, entendre sa voix autrement que par le téléphone, je voulais voir son sourire, son regard plongeait dans le mien. Je voulais a tout prix sentir son parfum, n’importe quoi mais être avec lui. C’était fou le sentiment qui m’envahissait tout à coup, alors que quelques secondes plus tôt j’avais peur, très peur de lui. Et si un autre homme m’appelait ? Est ce que je réagirais pareil ? Non, bien sur que non… Je couperais rapidement la conversation… Il n’y avait que Ethan qui avait droit à ce privilège. Pourquoi ? Je ne saurais le dire c’était ainsi… « Franchement ? Je serais tellement occupé à tenter de ne pas être ridicule devant l'effet que ça me fait à moi, que je ne remarquerais sans doute pas l'effet que ça te fait. Alors crois moi, aucun risque que je me moque. Mais si tu y tiens, je te le promet ! » Souriant doucement je retournais dans le salon, ne préférant rien dire sur cela annonçant alors que j'étais déjà prête à partir. Oui, j'avais mes chaussures, j'avais ma veste sur mes épaules, je ne m'étais même pas changé. Simple short en jean ample et un léger pull c'était... Parfait. Enfin... non pour un homme... Ethan avait vraiment de la chance ... « Hey attend je suis pas prêt du tout moi ! » Son rire me fit rire à la suite. Me mordant la lèvre je posais ma main sur la poignée de ma porte.

« Pas grave, je suis patiente, j'attendrais ton arrivé ! » Dis-je en rigolant de plus belle. « Heum ... On se retrouve au parc ok ? Et on verra après où on va ... » Ouvrant la porte je la fermais a clé filant alors vers l'ascenseur. « D'accord, je me posterais a l'entrée du parc sur un banc d'accord ? Toute façon, tu me reconnaitras je pense... » Dis-je doucement en entrant alors dans l'ascenseur. « Bon ... Je raccroche ... Pas bien le téléphone au volant ... A tout de suite ! » voulant lui dire au revoir, je n'eus pas le temps qu'il avait déjà raccroché. Me mordant la lèvre je souriais faiblement, tout en rangeant mon téléphone dans mon sac. Arrivant dehors je montais dans ma volvo noir et mis le contact. Je n'habitais pas très loin de Manhattan. Enfin... En voiture... Sans plus attendre, je parti alors dans les rues de New-York pour partir a l'endroit dit. Mon coeur battant la chamade, je ne mis pas longtemps à y arriver. Me garant dans un parking payant, je sortis de la voiture tranquillement tout en soufflant. Calmons nous... tout allait bien se passer. Filant vers le parc, je marchais lentement, le cherchant du regard. Je ne le voyais pas. Il n'y avait pas grand monde, il faut dire qu'en fin d'après midi ce n'était pas le moment ou c'était le plus remplit de gens. M'installant sur le premier banc du parc, je croisais mes jambes en baissant la tête étant tout a coup ultra gênée. J'essayais de calmer ma respiration qui se faisait forte et prononcé. Toussant quelque peu, je regardais le ciel et les quelques enfants qui jouaient dans le parc.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mar 11 Jan - 22:21

Il parait que dans la vie ... Il ne faut jamais perdre espoir car tout arrive à qui le mérite. Durant le peu de temps que la vie avait permit à Ethan de passer avec sa mère, celle-ci lui avait apprit que quiconque avait été malheureux pendant des années et des années, aurait droit au bonheur par la suite. Elle affirmait que les gens qui se relevaient des galères de la vie, méritaient ce bonheur et devaient l'accepter sans hésitation parce qu'il ne cachait nullement une chose horrible derrière. Simplement du bonheur, du vrai. Mais lorsque la vie avait décidé d'arracher sa mère au jeune homme alors qu'il venait tout juste de la retrouver, il avait fortement douté de ses paroles. Pour la première fois de sa vie, il avait connu le vrai bonheur et pourtant il lui avait été ôté. De toute évidence, elle s'était trompée sur toute la ligne parce que la suite avait été tout comme avant leurs retrouvailles ... Une vie ennuyeuse et à la limite du supportable. Il n'était sans nul doute pas plus malheureux que d'autres personnes. Mais il n'était pas du tout heureux pour autant. Il avait cessé de croire que le bonheur se présenterait à lui et avait reprit sa vie de tous les jours. Accepter de tourner un film de temps à autre quand le besoin d'argent se faisait ressentir. Certes sa mère lui avait légué une sacré fortune à sa mort. Mais il n'en voulait pas ... C'était sa mère qu'il voulait, pas son argent. Si qui que ce soit venait à apprendre combien il avait d'argent, auquel il refusait de toucher, il serait sans aucun doute prit pour un fou. Il préférait travailler pour vivre plutôt que de prendre cet argent. S'il avait fini par rencontrer une femme merveilleuse pour l'épouser et faire des enfants ... Il y aurait peut-être réfléchi à deux fois ! Mais à vingt six ans, il était toujours célibataire et commençait à douter de connaître un jour l'amour, en plus du bonheur.

Mais ça, c'était avant de rencontrer Baylee ... Elle le rendait fou au point qu'il se mettait de nouveau à rêver à l'amour et au bonheur. C'était dingue ... Complètement. Mais il était honnête avec lui même et devait bien voir ce qu'il en était réellement dans sa tête. Hors, justement, il voyait bien que sans même s'en rendre compte, elle le mettait dans tous ses états et lui redonnait espoir. Mais il était beaucoup, beaucoup, trop tôt pour le lui révéler. Il n'allait tout de même pas lui dire qu'un quasi inconnu était en train de s'attacher, voir plus, à elle, plus que de raison. Non seulement il était beaucoup trop tôt pour cela mais en plus, il était persuadé que c'était le genre de révélation qui pourrait bien la faire vite, aussi rapidement que cela. « Non, je ne trouve pas. Ne dit pas ça va… Vaut mieux être patient qu’impatient et s’énerver pour rien et devenir violent, car crois moi… Beaucoup d’homme devienne violent sous l’impatiente… » Pendant un moment, Ethan se demanda si elle parlait par expérience ou simplement parce qu'en tant que psychologue elle savait cela. Il se demanda aussi, si elle parlait des Hommes avec ou sans la majuscule ... Parce que si c'était sans majuscule, donc uniquement les mâles et dit par expérience, alors il frémissait déjà à l'idée de ce qu'elle avait put voir, ou vivre. « C'est pas faux en effet ... Personnellement non seulement je suis super patient mais en plus, je déteste la violence. Au point que j'ai été végétarien à une époque où je refusais de manger des animaux qui avaient été tués, selon moi, avec sauvagerie. Mais au final j'aime trop la viande ...» Marmonna-t-il doucement avant de se taire, songeant que non seulement il parlait trop mais qu'en plus, il avait tendance à révéler trop sur sa vie. Ce qui était loin d'être le cas de Baylee.

Lorsque la jeune femme invita le brun à aller dans un café et manger un morceau, il n'en revint pas, pensant rêver tant ça lui paraissait improbable. Il y avait tout juste quelques minutes, elle lui avait raccroché au nez. Et là, elle lui proposait de se rencontrer face à face. Sacré bond en avant ... Mais ne le faisait-elle pas plus pour se faire pardonner que par envie ? Tenant à en avoir le coeur net, Ethan mentionna le fait qu'il était ok pour la rencontrer mais qu'elle n'était pas obligée de précipiter ainsi les choses, qu'il était prêt à attendre le temps qu'il faudrait. Lorsqu'il finalement ils convinrent quand même de se voir le jour même, Ethan mentionna en riant légèrement, qu'il mangeait énormément. Ce qui la fit qualifier cela de mignon. Chose à laquelle il rétorqua qu'il était plus glouton que mignon. « Un glouton ? Joli surnom dis donc ! Ais-je la permission de t’appeler ainsi alors, si jamais tu es réellement un glouton ? Hum, mon glouton. Ca le fait ou pas ? » Lorsqu'il l'entendit rire, alors qu'il aurait put être vexé par cela, Ethan se surprit à garder le silence pour entendre à nouveau son rire, un léger sourire complétement idiot accroché aux lèvres. Il ne songea même pas à protester ou quoi que ce soit tant il était sur le cul, littéralement subjugué et envoûté. « Désolée… » Ethan sourit de plus bel, gardant le silence encore un court instant.

« Han je suis vexé ! J'aime pas glouton ... Je préfère morfale ! » Répondit-il en riant légèrement, signe que le fait qu'elle puisse rire, plus ou moins de lui, ne le dérangeait pas le moins du monde. Il était doté d'un sacré sens de l'auto-dérision. Ce qui était généralement un bon point pour lui. La conversation continuant de la meilleure des façons qui soit, Baylee mentionna le fait que jamais personne n'avait essayé de l'énerver. « Disons que… Je n’ai jamais eu de réel ami pour que l’on m’énerve. Je suis ce genre de femme qui change de ville tous les trois, quatre mois. Je suis sur New-York depuis un mois seulement… Jude, celle qui t’a donnait mon numéro et ma seule … amie. Elle a quitté l’Australie pour venir avec moi ici. Donc… On peut comprendre… Quand j’aurais des amis… Je verrais bien… » Au fil de ses mots, Ethan se figea de plus en plus, commençant à se sentir mal. Etait-elle en train de lui dire de façon détournée, qu'il ne devait pas trop s'attacher à elle parce que d'ici quelques semaines, elle repartirait ? Ou bien il se faisait des idées ? Peut-être qu'elle avait décidé de rester pour de bon sur New-York ... Mais elle l'aurait précisé plutôt que d'annoncer cela sans dire si New-York serait une exception ou non. Fermant les yeux, Ethan sentit son coeur se serrer douloureusement. Ne pas trop s'attacher à elle ... Il était déjà bien trop tard pour sa part.

Mais tant pis ... Quitte à souffrir autant y aller à fond ! Il refusait de ne faire les choses qu'à moitié pour ensuite regretter de ne pas en avoir profité un maximum et ne pas avoir tenté sa chance. Il était prêt à souffrir pour Baylee, il ne regretterait jamais rien, quoi qu'il arrive, quoi qu'elle lui fasse. Il savait que de toute façon il était déjà attaché à elle. elle pouvait donc bien tout arrêter maintenant, que tout arrêter dans deux mois, ça reviendrait au même. Dans les deux cas, il souffrirait. Alors autant tenter le tout pour le tout dès à présent. Après un bref moment de silence, Ethan décida de couper court sur ce sujet là. Il ne voulait pas que Baylee se rende compte combien il était déjà attaché à elle et à quel point il avait déjà peur de la perdre. Il craignait que ça ne l'effraie plus qu'autre chose. Hors, il ne voulait surtout pas la faire fuir. Non surtout pas ! Elle partirait si elle le désirait mais pas par sa faute, jamais. Il ferait tout pour que ça n'arrive pas parce qu'il refusait de la perdre aussi facilement. Il lui donnerait goût à la ville de New-York ... Ou du moins il ferait tout pour ! C'est Baylee elle même qui détourna le sujet de conversation en affirmant qu'il était en train de la tuer. Par pur réflexe, sans comprendre ce qu'il faisait pour la mettre dans un tel état, Ethan s'excusa en disant ne pas savoir ce qu'il faisait pour cela. « Tu parles trop voilà ce que tu fais… Et Dieu sa me tue car j’aime quand tu parles trop et que tu t’emballes… » De nouveau, Ethan laissa échapper un rire léger. Durant plusieurs secondes, il se demanda si ce n'était pas plus précisément le fait qu'il s'emballait par sa faute, qu'elle aimait tant que cela. Si tel était le cas, alors ils étaient loin du moment où elle avait affirmé ne pas aimer qu'il lui prête attention. Mais peu désireux qu'elle se fiche de lui en lui rétorquant que ce n'était pas du tout le cas, Ethan garda le silence sur ce point, gardant ça pour lui.

Lorsque la jeune femme lui annonça qu'elle était prête pour leur nouvelle rencontre face à face, Ethan se figea, stupéfait. Plus ils avançaient dans la conversation et plus il avait la sensation de gagner des points et d'avancer réellement. Mais il se doutait que la chut serait rude lorsqu'elle changerait, sans doute encore une fois, d'avis, le concernant. Il n'empêche, qu'ils étaient à présent bien loin du moment où elle lui avait simplement raccroché au nez parce qu'il s'était montré trop honnête envers elle. Il se sentait des plus euphoriques de voir qu'elle précipitait ainsi leur rencontre, consciemment ou non. Riant légèrement, il souffla que pour sa part, il n'était pas prêt du tout. « Pas grave, je suis patiente, j'attendrais ton arrivé ! » Il sourit plus franchement en se préparant rapidement d'une seule main. « Promis t'auras pas à attendre longtemps ! Je suis pas du genre à me faire attendre. » Tout en parlant, il avait enfilé ses chaussures et récupéré sa veste sur son porte manteaux. Finissant de se préparer, il proposa de se retrouver au parc pour ensuite décider d'où ils iraient. « D'accord, je me posterais a l'entrée du parc sur un banc d'accord ? Toute façon, tu me reconnaitras je pense... » Un sourire franc étira les lèvres du brun. Elle aurait aussi bien put ne pas lui dire où elle se trouverait dans le parc, qu'il aurait put la reconnaitre même parmi une foule tant son regard ne pouvait qu'être attiré par elle. « Ouais ... Aucun risque que je te fasse le coup de passer devant toi sans te reconnaître. » Dit-il en quittant son appartement et descendant rapidement les étages pour ensuite monter à bord de sa voiture.

Une fois dans son véhicule, près à démarrer, il dit un bref au revoir à la jeune femme, raccrochant sans lui laisser le temps de répondre, tant il avait hâte de décoller pour la retrouver. D'ailleurs, il ne tarda pas à démarrer en trombe et rouler un peu trop vite pour se retrouver le plus vite possible sur le lieu du rendez vous. Il avait à la fois hâte de la revoir et peur ... Peur qu'elle change d'avis et le rejette, peur qu'elle se dise que bon sang elle se rappelait pas qu'il était ainsi ... Peur tout simplement. Lorsqu'il arriva au parc, il ne tarda pas à trouver une place, heureusement, puisque rares étaient les gens à se rendre là à cette heure ci. Sans plus attendre, il quitta sa voiture et, mains dans les poches, l'anxiété montant en flèche en lui, il marcha en direction de l'entrée du parc, parfois trop vite et ralentissant à d'autres moments comme si la peur reprenait le dessus de temps à autre. Arrivé dans l'entrée du parc, il se stoppa totalement sur place en l'apercevant. Seule, sur ce banc, toujours cet air fragile et en même temps fort, elle semblait presque perdue et minuscule dans cet endroit regorgeant de vie. Prenant son courage à deux mains, espérant détendre l'atmosphère sans trop de mal et éviter que le stresse ne prenne le dessus entre eux, il s'approcha d'elle, faisant exprès de faire du bruit de ses pieds dans le gravier, pour signaler sa présence et ainsi éviter de la surprendre. Une fois arrivé à sa hauteur, il hésita, ne sachant s'il devait s'asseoir ou non. Finalement, comme par peur de se faire trop présent, il se posta devant elle, à plusieurs pas de là pour être dans son champs de vision sans être trop près. « J'ai tenu ma promesse ? Je t'ai pas fais attendre trop longtemps ? » Demanda-t-il d'une voix douce, en souriant légèrement, ayant du mal à déglutir en croisant son regard bleu qu'il n'avait pas le moins du monde oublié durant ces deux jours écoulés.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Jeu 13 Jan - 17:22

La vie c’est quoi ? Franchement ce n’est rien, on nait, on grandit, on vit puis on meurt, on s’éteint à petit feu pour laisser place aux autres. Tu née poussière, tu finis poussières. Pas plus compliqué. Parfois on ne faisait pas ce parcours la. Parfois, on nait, on grandit, et on meurt. On ne prend pas le temps de vivre car certains nous vole nous vie, ou bien même certaines raisons de notre vie. Moi on m’en avait volé quatre. Ou du moins trois. Ma mère, mon père et mes deux viols. Pourquoi grandir ? Pourquoi vivre ? Je n’avais plus rien sur cette terre qui me permettait de m’accrocher. J’avais peur des hommes, une vraie phobie. Je me rappelais encore la fois ou en boite de nuit j’étais partie en courant pour vomir dehors tant le stresse m’avait retourné le ventre. Mais bizarrement, là, aujourd’hui, après avoir eu très peur, après avoir raccrocher au nez d’Ethan… Je me sentais bizarrement bien avec lui au téléphone. Comme si c’était tout à fait normal que je sois au téléphone avec un garçon, alors qu’en fait, pas du tout. Mais lui, il était l’exception à la règle, il était celui qui me faisait frémir, celui qui me faisait sourire, alors que je ne le connaissais que depuis quelques minutes. Etrange tout de même. Oui plus qu’étrange. J’aimais ça, j’aimais le faite qu’il puisse me rendre ainsi, comme s’il me montrait inconsciemment que oui je pouvais changer, oui je pouvais aller de l’avant. Notre conversation était de plus en plis intense et je me sentais proche de lui, comme si nous nous découvrions tranquillement, doucement, prenant alors notre temps.

Parlant de patiente, chose que j’avais en moi et que j’aimais chez les hommes. J’aimais que les hommes soient patient et non le contraire. Ethan était patient, c’était un bon point pour lui, un très bon point même et sa me plaisait fortement ! « C'est pas faux en effet ... Personnellement non seulement je suis super patient mais en plus, je déteste la violence. Au point que j'ai été végétarien à une époque où je refusais de manger des animaux qui avaient été tués, selon moi, avec sauvagerie. Mais au final j'aime trop la viande ... » Souriant doucement, je fus surprise qu’il ait essayé d’être végétarien. Personnellement, je ne pourrais pas. J’aime la viande, pas des masses, je n’en mange pas tout le temps, voir pratiquement jamais, mais quand j’en mange… je ne faisais pas semblant. Inspirant doucement, je l’imaginais en train de manger. « A ce point ? Et ben, on dirait un petit enfant qui veut sauver la planète, c’est trop mignon ! Tu aimes la viande ? Moi j’aime, mais j’arrive à m’en passer… Par contre… Quand j’en mange… Laisse tomber, je m’en rendrais trop malade moi qui mange peu… Sa craint ! » Dis-je doucement en rigolant bêtement. Qui pourrait croire que l’on ne se connait qu’en fait depuis seulement quelques minutes ? Personne… c’était évident. D’ailleurs, ça faisait combien de temps que nous étions au téléphone ? Dix minutes ? Non plus … Vingt ? Je n’en savais rien, j’espérais pour lui qu’il ait illimité, je ne voulais pas non plus le ruiner avec le forfait du téléphone. Se serait tout de même dommage. Le fait de savoir qu’il mangeait beaucoup me plaisait, bizarrement. Tout le contraire de moi et le fait de savoir qu’il était une sorte de glouton me faisait sourire.

Je n’étais jamais sorti avec quelqu’un qui mange beaucoup, a vrai dire, autant être clair, je n’étais jamais sorti avec un homme. Ethan serait en fait le premier, chose qui devait se fêter. Quoi ? Non pas se fêter, je perdais littéralement la tête à penser de la sorte. Non, je devais le noter à la rigueur, histoire de ne pas oublier… Car qui sait… peut être qu’après ce rendez-vous, lui et moi ça ne fonctionnera pas… Non il ne fallait pas que je pense à cela, je ne devais pas y penser, y penser serait tout foirer. Je n’avais pas le droit de foirer ma seule et unique chance de m’en sortir. « Han je suis vexé ! J'aime pas glouton ... Je préfère morfale ! » Ecarquillant les yeux, je parti alors dans un fou rire, totalement incontrôlable. Bon sang, il aimait s’enfoncer ! Il faisait de l’autodérision et ça me plaisait. Je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’il me dise cela bon sang. Rigolant toujours, mais cette fois un peu moins, je passais à nouveau ma main sur mon visage. « Bon sang, tu me fais rire. J’adore ! Morfale ? Je te dirais ça après le repas d’accord ? » Dis-je d’une voix douce en filant alors dans ma chambre. Je voulais a tout prix le voir, je voulais entendre a nouveau le son de sa voix, j’étais motivée et surtout je n’avais pas peur ! Je ne voulais pas avoir peur de lui, je voulais me sentir en confiance, je voulais qu’il soit un ami, ou plus, mais pour l’instant un simple ami. Je voulais prendre mon temps, je voulais… Tant de chose. On me l’avait envoyé, c’était surement le destin… Je n’en savais rien, mais, je ne voulais en aucun cas le laisser partir. Et si je le faisais trop attendre ? Et si… Et s’il se lassait de voir que je prenais trop mon temps. Et s’il me filait entre les doigts… Fermant les yeux, je me préparais sans rien dire.

Me préparant rapidement je lui annonçais alors que j’étais fin prête à partir. Chose que lui n’était pas. Rigolant doucement, je savais que j’étais patiente, et l’attendre ne me poserait aucun souci. « Promis t'auras pas à attendre longtemps ! Je suis pas du genre à me faire attendre. » Me mordant la lèvre, je sentis mes yeux briller de joies. Cet homme allait me rendre folle. Sortant de l’appartement, je filais déjà dans ma voiture pour continuer la conversation. Nous mettant d’accord sur un lieu, je lui annonçais que je l’attendrais alors au premier banc du parc, histoire qu’il n’ait pas a me chercher dans tout le parc de Manhattan. « Ouais ... Aucun risque que je te fasse le coup de passer devant toi sans te reconnaître. » Restant bouche bée. Je me sentis bizarrement rougir. Je lui plaisais tellement… Je ne m’en rendais pas réellement compte. Comment peut-on tenir à une personne en ne l’ayant vu qu’une seule et unique fois ? Alors que je n’avais même pas parlé. Et si Jude n’était pas venu ? Est-ce que je lui aurais parlé ? Je n’en savais rien. Ne disant rien, je ne préférais pas lui dire ce que je pensais… Je mis le contact alors qu’il raccrochait sans que je ne puisse lui dire au revoir. Me pinçant les lèvres, je partis rapidement vers le parc. Mon cœur battait la chamade, il ne me tardait qu’une chose, le voir. Tout simplement, ni plus ni moins. Passer un bon moment avec lui, en espérant ne pas faire de crise ou je ne sais quoi. Je ne voulais pas partir ou m’enfuir. Je ne voulais pas qu’il me prenne pour une idiote, une faible, ou je ne sais quoi. Il fallait que je pense à mon avenir. Pas au passé, il fallait que je raye le passé de ma vie, ne serait-ce que pour un petit moment.

Quitte à pleurer le lendemain. Me garant sur une place que je trouvais rapidement, les gens n’étant pas présent à cette heure ci. Nous serions tranquilles dans le parc. M’asseyant sur le premier banc, je me mis donc a l’attendre. Croisant les jambes, j’enfouissais mes mains dans les poches de ma veste. Frissonnant doucement, je regardais les enfants jouer dans le parc, leurs parents assis sur les bancs à côté afin de les surveiller. Un léger sourire aux lèvres, je me demandais si moi aussi j’aurais des enfants plus tard. Chose qui pour l’instant n’était pas sûr d’arriver. Toussant légèrement, j’entendis des pas sur le côté. Quelqu’un marchait de façon à se faire entendre. Ethan ? Peut être avait-il comprit que j’étais une femme fragile et qu’il voulait faire en sorte de ne pas me rendre encore plus fragile que ce que je ne l’étais. « J'ai tenu ma promesse ? Je t'ai pas fais attendre trop longtemps ? » Sa voix retentit alors dans le silence du parc. Me figeant de bien être, je tournais la tête vers lui. Il était la debout a quelques pas devant moi. Relevant la tête je le scrutais jusqu’à arriver à son regard d’un bleu acier persan. Souriant faiblement, je pris mon sac et me leva rapidement sans pour autant bouger. « Ethan… » Dis-je doucement, sans le quitter du regard me sentant légèrement rougir comme une idiote. Détournant rapidement le regard pour regarder les enfants, je me pinçais les lèvres. « J’adore regarder les enfants jouer… » Soufflais-je bêtement. Mais qu’est ce qu’on s’en foutait… Bon sang… M’avançant doucement vers lui, je me stoppais juste a côté de lui. « Tu as tenu ta promesse. Je viens tout juste d’arriver » murmurais-je d’une douce voix. Il était beau, il était… Ne pas y penser… Soufflant doucement, je me tournais dos au parc. « Alors, si on allait choisir un petit truc sympa ou manger ? Ou tu préfère… Que l’on se balade un peu avant ? » Demandais-je doucement, en tournant le regard vers lui, nos yeux se croisant a nouveau.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Sam 15 Jan - 18:16

Pour Ethan, être déjà autant attaché à une jeune femme qu'il n'allait voir que pour la seconde fois, dont la première n'avait pas donné grand chose, ce n'était pas normal. Ou, en d'autres termes, c'était une grande première pour lui. Et sans doute même la dernière fois ... S'il s'avérait qu'il avait réellement eut un coup de foudre pour la jeune femme. Tout portait à croire que c'était bel et bien le cas. Sinon, comment expliquer que son regard l'ait autant attiré ? Comment expliquer qu'il se soit souvenu d'elle à la perfection, au point de la revoir dans son esprit, deux jours durant ? Comment expliquer qu'il soit autant attaché à elle alors qu'il la connaissait encore que si peu ? Comment expliquer que la perspective de la revoir là, le jour même, lui fasse autant d'effet ? Elle le rendait complétement fou, totalement gaga ... Il ne se reconnaissait plus. Enfin si ... Il était évidemment toujours le même. Mais il ne se souvenait pas d'avoir déjà eut autant envie de voir une fille, d'apprendre à la connaître à un tel point ... C'était inimaginable pour lui. Et pourtant, c'était ce qu'il vivait à présent. Depuis deux petits jours, il n'y avait que Baylee, cette magnifique blonde au regard bleu et envoûtant, dans son esprit. Elle et personne d'autre. A un point tel, qu'il était tout simplement incapable de penser à qui que ce soit ou à quoi que ce soit d'autre. Baylee ... Baylee et encore Baylee. Et tout au long de la conversation, il ne l'appréciait que plus encore. Son attachement grandissait tout aussi rapidement.

Ethan avait le fort pressentiment qu'il faudrait du temps, beaucoup de temps, pour que la jeune femme accepte de le laisser entrer dans sa vie. Il ne savait pas pourquoi et n'était même pas certain qu'elle accepte, un jour, de lui expliquer les raisons de cela. Mais quoi qu'il en soit, lui était près à énormément de choses pour la mettre en confiance. Si elle avait besoin de temps, il lui en donnerait autant qu'elle le voulait. Il n'était plus à cela près. Après tout, il avait la vie devant lui ... non ? Ils étaient jeunes, tous les deux. Alors à quoi bon se presser ? La vie méritait que l'on prenne le temps de la savourer. Et pour savourer quelque chose, rien de tel que de le faire avec lenteur et patience. La patience ... C'était justement le sujet de la conversation jusqu'à ce que cela dérive dans la violence. Ethan avoua avoir déjà tenté d'être végétarien parce qu'il ne supportait pas l'idée que des animaux soient tués pour être mangés par la suite. Mais cette période là n'avait réellement pas durée longtemps puisque le jeune homme aimait terriblement la viande. Assez en tout cas, pour ne plus penser à la façon dont avait put être tués les animaux qui se trouvaient dans son assiette. « A ce point ? Et ben, on dirait un petit enfant qui veut sauver la planète, c’est trop mignon ! Tu aimes la viande ? Moi j’aime, mais j’arrive à m’en passer… Par contre… Quand j’en mange… Laisse tomber, je m’en rendrais trop malade moi qui mange peu… Sa craint ! »

De nouveau, les paroles de la jeune femme eurent le don de faire rire le brun. Doucement, légèrement, un rire à peine audible.« Pas besoin d'être un enfant pour vouloir sauver la planète hein ... Et oui ... Bon sang j'adore la viande ! Si ça ne tenait qu'à moi, je ne mangerais que ça, tout le temps, à tous les repas même au petit déjeuner ! Mais je suis pas encore assez fou pour faire ça ! Je te comprends ... Quand on commence à en manger, difficile d'arrêter... » Dit-il en riant de nouveau légèrement. Ethan aimait de plus en plus la complicité qui semblait naître entre eux. Ils ignoraient encore tout, ou presque, l'un de l'autre. Et pourtant, il était clair qu'ils s'entendaient à merveille. Il était encore beaucoup trop tôt pour savoir si cela déboucherait sur une grande histoire d'amitié, plus, ou rien du tout dans le pire des cas. Oui il était beaucoup trop tôt pour ça. Pour commencer, il faudrait qu'ils se revoient une seconde fois, et avec plus de conversation cette fois ... Par exemple ! Mais là encore, Ethan se connaissait assez pour savoir ce qu'il ferait si la jeune femme refusait de lui parler, lors d'une nouvelle rencontre ... Ile ne ferait rien. Strictement rien ! Rien d'autre que de parler lui même pour soutenir la conversation. Elle pouvait bien le laisser se dépêtrer tout seul là dedans, il ne lui en tiendrait même pas rigueur, jamais. Enfin ... sauf si elle acceptait de le voir, ne parlait pas et finissait par lui avouer que finalement il ne l'intéressait pas. Mais là c'était encore autre chose ! Ce n'était pas leur situation. C'était elle même qui lui avait annoncé qu'il lui plaisait. Et il doutait qu'elle soit du genre à mentir . Non, il ne la voyait réellement pas ainsi !

Lorsqu'Ethan avoua être un glouton, la jeune femme lui demanda si elle pouvait l'appeler ainsi. Ce à quoi il répondit, comme un idiot accroc à l'auto dérision, qu'il préférait le terme de morfale. Ethan n'était pas non plus complètement dingue et refusait que n'importe qui l'insulte ou lui donne des surnoms plus ou moins stupides et laids. Mais Baylee était à présent de ces rares personnes, à qui il donnait le droit de le surnommer comme bon lui semblait. Morfale ... Pourquoi pas après tout ? « Bon sang, tu me fais rire. J’adore ! Morfale ? Je te dirais ça après le repas d’accord ? » Une nouvelle fois, Ethan put entendre le rire de la jeune femme, ce qui le ravit au plus haut point, il fallait l’avouer. Il était déjà accroc à son rire si communicatif et si plaisant à entendre. « Hm…Tu auras le droit de m’appeler comme ça, si tu constates qu’en effet, je suis un morfale ! » Répond-il en souriant de plus bel. Un moment plus tard, la jeune femme lui annonça qu’elle était déjà prête à partir. Raison pour laquelle, à son tour, il se hâta de se préparer pour filer rapidement au lieu du rendez-vous. Sans réellement s’en rendre compte, il mentionna le fait qu’il ne lui ferait pas le coup de passer devant elle sans la reconnaître. Il ne précisa pas les raisons de cela mais se douta qu’elle avait comprit. A présent, elle savait parfaitement qu’elle lui plaisait réellement. Il n’avait de cesse de le lui montrer dans tout ce qu’il lui disait depuis le début de leur communication téléphonique. A quoi bon le lui cacher à présent ? C’était bien stupide …

Rapidement, Ethan se prépara et gagna sa voiture avant de mettre fin à la communication, pour pouvoir conduire tranquillement, jusqu’au lieu où il devait retrouver Baylee. A peine était-il arrivé, que déjà il la voyait, assise sur un banc, seule. Son regard fut aussitôt attiré par elle. C’était stupide et pourtant c’était bien le cas. Il ne voyait qu’elle dans ce parc … Et ne remarquait même pas les quelques familles présentes du côté des jeux pour enfants. Désireux de se faire remarquer avant même d’arriver devant la blonde, il fit exprès de faire un peu de bruit sur le gravier, de ses chaussures. Enfin devant elle, il lui demanda doucement s’il avait tenu sa promesse et s’il ne l’avait pas fait attendre trop longtemps. La jeune femme leva lentement la tête, semblant le voir pour la première fois, arrivant enfin à son regard. Ethan souriait légèrement, espérant ne pas trop montrer l’étrange nervosité qui l’avait gagné dès l’instant où il l’avait vu sur ce banc. « Ethan… » Le jeune homme ne fit pas le moindre mouvement lorsqu’elle se leva tout en restant contre le banc. « J’adore regarder les enfants jouer… » Sans se départir de son léger sourire, Ethan tourna à nouveau son regard pour voir les enfants qui jouaient dans le parc, non loin de leurs parents qui les regardait tranquillement. Le jeune homme n’eut aucun mal à comprendre que la blonde cherchait surtout à trouver un sujet de conversation, de sorte à ne pas montrer sa gêne. Pour autant, il ferait mine de rien pour ne pas accentuer sa gêne presque trop évidente.

« Les enfants savent profiter de la vie. » Souffla-t-il doucement en se tournant à nouveau vers elle pour la regarder. Il avait beau se dire qu’il ne devait pas la regarder de façon trop insistante, par peur de la gêner, il avait beaucoup de mal à regarder ailleurs alors qu’elle était là, non loin de lui. Elle était parfaitement comme dans ses souvenirs. Réellement belle … Non plus que cela ! Elle était parfaite, magnifique, sublime. Son regard envoûtant, son visage aux traits fins, ses cheveux et sa peau pâle. Et autre chose, une chose qui se trouvait au-delà du physique et qui le fascinait au plus haut point. Sans doute sa fragilité qui avait forcément une signification. Mais il n’était pas assez bête pour lui demander quoi. « Tu as tenu ta promesse. Je viens tout juste d’arriver » Le sourire d’Ethan se fit plus grand encore, alors qu’il regardait toujours la jeune femme. Réalisant que son regard était des plus fascinés, il tourna la tête pour voir l’entré du parc, comme s’il réfléchissait à quoi faire ensuite. Alors qu’en réalité, il tentait surtout de ne pas la mettre plus mal à l’aise qu’elle ne l’était sans doute déjà. « Alors, si on allait choisir un petit truc sympa ou manger ? Ou tu préfère… Que l’on se balade un peu avant ? » A ses questions, Ethan tourna à nouveau la tête vers elle, croisant son regard une nouvelle fois. Bon sang … Être aussi belle et fascinante, devrait être interdit. « On fait les deux ? On se balade en cherchant un endroit sympa pour manger ? » Demanda-t-il en souriant de plus bel.

En réalité, il se fichait bien du lieu où ils iraient et de ce qu’ils feraient. Tout simplement parce que c’était le fait de passer du temps avec elle, qui l’intéressait. Cela et rien d’autre. Il savait déjà qu’il ne se lasserait pas de passer des moments avec elle et qu’il ne pourrait s’ennuyer. Sa seule présence le ravissait au plus haut point. De nouveau, il détourna le regard pour voir l’entrée du parc, espérant ne pas se montrer trop insistant lorsqu’il la regardait. « Hm pour commencer on va sortir du parc … Tu préfères quoi ? Un bar ? Un snack ? Un fast food ? On reste à l’intérieur ? A l’extérieur ? »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Dim 16 Jan - 18:26

Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait, à vrai dire, je ne me comprenais pas moi-même. Du jour au lendemain je changeais. En fait, même d’une heure a une autre. L’heure d’avant je n’étais pas ainsi. J’étais la pauvre petite Baylee qui était en pleine panique, qui ne voulait même pas parler ou même s’approcher d’un garçon, et là… La je me retrouvais a parler avec lui, cet homme au téléphone et a vouloir qu’une chose. Le voir, le voir, le toucher lui sourire, voir ses yeux d’un bleu translucide, je voulais a tout prix être avec lui pour partager des moments qui je sais seront inoubliables. Tant pis si je dois en souffrir. Mais quelque chose au fond de moi me disait d’avancer, de faire un pas en avant de tourner la page, de la déchirer, de la bruler, oui et même de changer de livre. Changeons de livre ! Jetons-le au feu, je voulais commencer mon nouveau livre, celui d’une femme mature, d’une jeune femme qui venait d’avoir son diplôme pour enfin pouvoir travailler. Le pouvais-je ? Bien sur que oui. Y arriverais-je ? La c’était tout autre chose. Il fallait qu’il m’aide, qu’Ethan soit celui qui me booste a enfin pouvoir tourner la page. Devais-je le lui dire ? Oui, mais quand et comment, je n’en savais rien. Je ne me voyais pas lui dire que j’avais subit des agressions sexuelles. A deux reprises. Non, je n’étais pas le genre de femme à raconter ma vie mon passé. Lui dire que j’avais besoin de temps et d’aide sa je le pouvais, il pouvait comprendre, il était patient, c’était un homme plus que parfait et je m’en rendais compte au fil du temps.

Plus on parlait et plus il me plaisait, plus il racontait sa vie et plus je l’appréciais. Je me sentais pousser des ailes. Bon sang seulement quelques minutes de téléphone et plusieurs sourire, rires, certes il y avait eu des larmes et un raccrochage au nez… Mais ça valait la peine non ? Oh que oui… Il en valait la peine, largement. Ethan était un garçon qui méritait une belle fille. Pas moi. Une fille sûre d’elle, une fille qui n’a pas peur du futur ni des hommes, une fille tout a fait normal, pas d’une peureuse, froussarde, triste et dépressive comme moi. Il méritait une belle histoire d’amour, car avec moi, il n’était pas prêt de me toucher ou de pouvoir faire quoi que se soit. Je n’étais pas ce genre de fille. Pourtant il était clair que j’aimais le sexe. Avec les femmes, je ne couchais qu’avec des femmes, je ne l’avais jamais fait avec un homme. Enfin techniquement… Je ne voulais pas, j’avais peur… Peur de souffrir peur de voir ressurgir des souvenirs bien trop destructeurs à mon gout. Déjà que je ne comprenais pas pourquoi et comment je faisais pour pouvoir avancer avec lui ce parfait inconnu que je ne connaissais que depuis quelques minutes. Mais bizarrement j’avais une confiance en lui qui m’envahissait. Je savais parfaitement qu’il ne me ferait pas de mal. Et si jamais il m’en faisait… C’était juste la preuve que je n’étais pas faite pour ce monde là, que je devais me cantonner aux femmes. A ma Jude. Mais elle, elle cherchait l’homme de sa vie, alors il était clair que je ne pourrais pas rester avec elle éternellement. J’étais seule, le monde me rappelait simplement que je devrais être seule toute ma vie. Je n’avais pas le droit d’être heureuse de connaitre le réel bonheur. J’acceptais.

Jusqu’à présent, je n’avais jamais été réellement heureuse, je cachais juste une partie de moi, je ne voulais pas… Je ne pouvais pas montrer réellement mon vrai visage. J’étais malheureuse il fallait l’avouer. Faire semblant d’être heureuse c’était la seule chose que je savais faire et encore ça ne marchait pas tout le temps. « Pas besoin d'être un enfant pour vouloir sauver la planète hein ... Et oui ... Bon sang j'adore la viande ! Si ça ne tenait qu'à moi, je ne mangerais que ça, tout le temps, à tous les repas même au petit déjeuner ! Mais je suis pas encore assez fou pour faire ça ! Je te comprends ... Quand on commence à en manger, difficile d'arrêter... » Sa voix me fit légèrement sursauter. Me mordant la lèvre avec force un sourire se figea sur mon visage. Ce qui était bien avec Ethan, c’est qu’il me faisait sourire, il faisait battre mon cœur encore plus vite. Je me sentais euphorique. Sa me rappelait le jour ou j’avais connu Jude. Est-ce que cela voulait-il dire que… Je tombais amoureuse ? Non, ce n’est pas possible. Pas comme ça, pas en si peu de temps. Mais bon sang, c’était bon, c’était parfait avec lui. Inspirant doucement, je me calais contre le mur avec douceur. « Hum, c’est vrai, mais tu sais les enfants… C’est toujours plaisant à voir, car ils ont une force et une envie, c’est intense. Ils sont encore naïf et ne savent pas que dans la vraie vie, celle des adultes… Bref laisse tomber. » Dis-je doucement ne voulant pas m’aventurer sur ce sujet. « Ah Ouais, je vois, t’es vraiment un drogué de la viande en fait… Quel genre de viande ? Rouge, blanche ? Moi je suis accroc à toute viande hum… Ben, tiens je prendrais de la viande tout à l’heure… On aura l’air malin… » Dis-je doucement en rigolant légèrement. Il me tardait qu’une chose, être sur Manhattan pour enfin le voir pouvoir voir son visage son sourire, découvrir les multiples facette de son visage. Je restais persuadé après plusieurs minutes de conversations, qu’il serait celui qui me changerait… J’osais l’espérer.

Plus on avançait dans la conversation et plus je me sentais totalement à l’aise. Au point de lui dire que je voudrais bien l’appeler… Mon glouton. Monsieur mangeait plus que de raison apparemment. « Hm…Tu auras le droit de m’appeler comme ça, si tu constates qu’en effet, je suis un morfale ! » Souriant faiblement, je passais ma main dans mes cheveux. Cet homme était vraiment génial. « Hum, mais, tu sais je ne t’appellerais pas comme cela… Si je dois te donner un surnom, autant qu’il soit… intime, personnel, fin… Un truc entre nous » soufflais-je doucement en imaginant les surnoms que je pouvais lui donner. Il fallait vraiment que je le vois. Sans plus attendre, je lui annonçais alors que j’étais prête à partir et sans rien lui dire je sorti de mon appartement. Je voulais vraiment le voir. Après qu’il ait raccroché, je parti alors en voiture sur le parc. Je n’étais pas réellement loin, du moins en voiture. Je mettais moins de dix minutes à vrai dire. Une fois arrivée, je pu constater qu’il n’y avait pas grand monde. Il faut dire qu’à cette heure ci ce n’était pas le moment de sortir. M’installant sur un banc je me mis donc à l’attendre. Inspirant longuement, je me figeais doucement en entendant quelqu’un arriver prêt de moi. C’était lui, c’était obligé. Il faisait exprès de faire du bruit, pour ne pas me faire peur. Cet homme était vraiment parfait. Il fallait que je fasse plus d’effort pour lui, il le méritait amplement. Me tournant vers lui, je me levais alors essayant de ne pas être trop timide. Chose que je ne contrôlais vraiment pas avec lui. « Les enfants savent profiter de la vie. » Parler des enfants montrait bien que j’étais timide. Il l’avait surement comprit et rentrait alors dans mon jeu. Il était vraiment génial, je ne pouvais pas le laisser passer. Je n’avais pas le droit de faire cela. M’approchant de lui je lui demandais alors, s’il voulait que l’on se balade ou que l’on aille plutôt trouver un restaurant ou manger. Mon cœur s’emballait fortement en sa présence. Bon sang, j’étais aux anges. « On fait les deux ? On se balade en cherchant un endroit sympa pour manger ? »

Souriant fortement je m’avançais encore vers lui nos corps étant extrêmement proche, du moins pour moi. Nous étions à moins d’un mètre l’un de l’autre. Mon regard dans le sien, je ne le quittais pas une seule seconde. Je ne le voulais pas. Lorsqu’il tourna le regard vers l’entrée du parc, je me pinçais les lèvres. Bon sang, je ne voulais pas qu’il quitte mon regard. M’avançant vers lui, je lui pris la main et le tourna alors vers moi pour plaquer mes lèvres contre les siennes. « Hm pour commencer on va sortir du parc … Tu préfères quoi ? Un bar ? Un snack ? Un fast food ? On reste à l’intérieur ? A l’extérieur ? » Clignant des yeux, je revins à la réalité. Pas de baiser, pas de main enlaçaient… Juste une envie …. Pinçant encore plus les lèvres je souriais de plus belle. Marchant doucement vers l’entrée du parc, je le dépassais puis me tourna vers lui. « Hum, un bar ? Extérieur, je ne sais pas toi, mais moi je fume » dis-je doucement en le regardant d’un regard pétillant. Une fois bien a ses côtés, je me rapprochais un peu plus de lui. Je me sentais rougir. Tant pis. Mon souffle s’accentuant, nos bras se frôlaient avec légèreté. J’avais l’impression de recevoir l’électricité. Me pinçant la lèvre je sortais ma main de ma poche allant vers sa main. L’air de rien, hésitante, tremblante, ayant chaud tout à coup, je pris doucement sa mains dans la mienne. La serrant légèrement, je baissais le visage. « Alors hum, Ethan.si tu m’en disais un peu plus sur toi… Second prénom ? Sœur ? Frère ? Je suis curieuse… » Dis-je doucement en lâchant sa main lentement tout en tremblant. Il allait me prendre pour une folle. Inspirant longuement, je fermais quelques peu les yeux tout en marchant. Attrapant son avant bras, je glissais ma main le long de celui-ci caressant lentement son poignet, mon doigt passant a l’intérieur de sa main, attrapant son index du mien. Tournant le visage vers lui, je me mordis la lèvre tout en le regardant droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Lun 17 Jan - 1:56

C’était fou, complètement fou … Il avait la sensation d’être en train de tomber amoureux d’elle. De cette femme si belle, si merveilleuse, magnifique, drôle, discrète et mystérieuse … Complètement dingue, comment tomber amoureux d’une femme qu’il connaissait si peu ? C’était à n’y rien comprendre, il était totalement perdu, ne comprenait pas du tout ce qui était en train de lui arriver. Etait-ce normal d’aimer aussi rapidement ? Non, il ne pensait vraiment pas. Surtout pour une personne telle que lui, qui n'avait jamais été amoureux de sa vie et qui ne savait même pas ce qu'était aimer, d'amour. L'amitié il connaissait très bien. L'amour pour une mère aussi ! Mais ça ... non, c'était de l'inconnu complet pour lui. Comment pouvait-il être sûr qu'il s'agissait de cela, alors qu'il n'avait jamais put goûter à ce sentiment ? C'était sans doute faux ... Oui, il se trompait peut-être, il ne pouvait en être sûr à cent pour cent. Comment savoir ce qu'il en était réellement et ce qu'il se passait, lorsqu'il s'agissait de sentiments ? Il aurait aimé comprendre s'il était vraiment en train de tomber amoureux d'elle ou non. D'un côté c'était tout à fait possible. Après tout, cette femme était une pure merveille. Elle était totalement différente de toutes celles qu'Ethan avait put connaitre ou rencontrer jusque là. Elle n'avait de cesse de le surprendre, de le faire rire, sourire, de lui plaire tout simplement. Oui, elle lui plaisait de plus en plus et pourtant il avait la sensation de ne rien connaître d'elle. Etait-ce voulut de sa part ? Faisait-elle exprès de garder autant le silence à son sujet ?

Mais dans l'immédiat, c'était totalement sans importance. Elle parlerait si elle en avait envie. Elle lui dirait ce qu'elle désirerait lui dire et tairait ce qu'elle préférait garder pour elle. Elle était libre de dire ce que bon lui semblait. Il était curieux à son sujet mais ne voulait pas la brusquer. Un jour, si leur relation allait jusque là, elle parlerait. Il n'en doutait pas ! Elle avait simplement besoin de temps et cela tombait bien car du temps, Ethan en avait à revendre. Pour elle du moins. Pas sûr qu'il soit d'accord pour être aussi patient avec tout le monde. Mais elle oui ... Et plutôt deux fois qu'une. Parce qu'il était persuadé d'avoir trouvé une perle rare ... La perle rare ! Alors il ferait tout pour la garder et ne pas la laisser filer, aussi longtemps qu'elle lui permettrait d'être présent dans sa vie. Pourvu qu'elle ne se lasse pas de lui ou ne finisse pas par prendre peur ou autre. Il allait devoir jouer fin et prouver qu'il pouvait attendre aussi longtemps qu'elle le voulait. Il allait aussi devoir lui montrer que c'était elle qu'il voulait et pas une autre. Mais cela, le plus finement possible pour ne pas l'effrayer et lui faire croire qu'il ne lui laissait pas le choix. Parce que ce n'était pas le cas du tout. Au contraire, elle pouvait toujours décider de le rejeter, il ne s'y opposerait pas ... Même s'il devait souffrir par la suite à cause de cela. Elle n'était pas n'importe qui, elle méritait tout cela. Elle méritait la plus grande douceur et la plus grande patience. Il n'allait pas s'imposer dans sa vie comme un bourrin même s'il désirait ardemment y entrer et y trouver sa place. Même une toute petite place ...

« Hum, c’est vrai, mais tu sais les enfants… C’est toujours plaisant à voir, car ils ont une force et une envie, c’est intense. Ils sont encore naïf et ne savent pas que dans la vraie vie, celle des adultes… Bref laisse tomber. » Ethan fronça légèrement les sourcils aux paroles de la jeune femme. Une fois de plus, il avait la certitude qu'il lui était arrivé quelque chose de terrible. Une chose assez traumatisante pour qu'elle soit aussi timide et craintive. Il ignorait encore totalement quoi mais se doutait que ce n'était pas un sujet à aborder. Pas tout de suite du moins. Il espérait que leur relation avancerait assez pour pouvoir un jour, en savoir plus sur ce point là. L'envie de la connaître et de tout savoir d'elle, était très présente en lui. Pourtant il allait réellement devoir se montrer d'une patience sans faille. « Oui je vois ce que tu veux dire ... C'est l'innocence des enfants. » Souffla-t-il doucement sans trop insister sur ce sujet, pour laisser le soin à Baylee de le clore s'il était trop sensible pour elle. Répondre sans faire avancer la conversation pour la laisser choisir de la suite. C'était ainsi qu'il fonctionnait avec elle depuis le début de leur conversation. Et jusque là, il avait l'impression de bien faire et de ne pas faire trop d'erreurs. Il l'espérait en tout cas ... Il espérait que la jeune femme n'accumulait pas les inquiétudes à son sujet mais, au contraire, les perdait au fil des minutes qui passaient. Sinon, il aurait sans doute beaucoup de boulot par la suite, pour lui redonner confiance en lui et tout ce qui allait avec.

Lui donner confiance était la première étape à franchir. Pour une certaine relation, qu'elle soit amicale ou amoureuse, ça viendrait par la suite, si réellement c'était possible. Mais ça, ça ne dépendait que de Baylee, et encore de Baylee. Ethan était totalement à sa merci. « Ah Ouais, je vois, t’es vraiment un drogué de la viande en fait… Quel genre de viande ? Rouge, blanche ? Moi je suis accroc à toute viande hum… Ben, tiens je prendrais de la viande tout à l’heure… On aura l’air malin… » Un nouveau rire s'échappa des lèvres d'Ethan. Il imaginait la scène et ne pouvait s'empêcher de rire. « Ah mais j'aime toutes les viandes tant que c'est de la viande ! » Dit-il en riant légèrement, souriant ensuite de toutes ses dents, tant il se sentait bien en cet instant. D'excellente humeur et terriblement euphorique. « Je prendrais de la viande moi aussi alors. » Répondit-il en souriant en coin. Il aimait bien s'imaginer en train de dévorer de la viande, en face de Baylee qui en ferait tout autant. C'était con ... Complétement ! Et pourtant, ça l'amusait assez. Et n'importe quelle situation lui plairait au plus haut tant que Baylee y était avec lui. Il avait conscience de sombrer vraiment dans le ridicule. Mais tant pis, ça le rendait euphorique et terriblement bien alors pourquoi s'en priver ? Ce serait bien bête ...

Lorsqu'il fut question du surnom de morfale, Ethan dit à la jeune femme, qu'elle aurait le droit de l'appeler ainsi, si elle constatait de ses propres yeux qu'en effet, c'en était un. Il se fichait de comment elle l'appelait, tant que c'était elle qui choisissait son surnom et le nommait ainsi. Oui, elle et personne d'autre ! « Hum, mais, tu sais je ne t’appellerais pas comme cela… Si je dois te donner un surnom, autant qu’il soit… intime, personnel, fin… Un truc entre nous » Le coeur d'Ethan sembla s'emballer fortement pendant de longues minutes, au point qu'il se demanda s'il n'allait pas s'arrêter brutalement. Bon sang il aimait qu'elle lui dise cela ... Il adorait même ! Ça le rendait complétement fou et il se sentait plus euphorique que jamais. « Oh si tu m'appelles morfale crois moi que tu seras la seule ! Mais en effet c'est pas très fin ... » Dit-il en souriant toujours. Depuis de très longues minutes, il souriait tellement, qu'il se demandait comment il faisait pour ne pas avoir de crampe aux joues. D'ailleurs, ça ne saurait tarder ... Certes il avait toujours été du genre à rire et sourire pour un oui ou pour un non. Mais là c'était plus que cela ... Il ne cessait plus de sourire depuis un petit moment déjà. Et il aimait vraiment cela. Ca témoignait de la bonne humeur et de l'euphorie qui étaient en lui grâce à Baylee.

Lorsque la conversation prit fin, ce fut pour que les deux jeunes gens puissent quitter leurs appartements respectifs pour se retrouver d'abord dans un parc de la ville et ensuite, dans un endroit où manger. Ethan allait la voir ... Il allait la voir là, à l'instant, d'ici quelques petites minutes à peine ! Il allait voir Baylee, cette fille qui le hantait depuis deux longs jours. Cette fille tout simplement parfaite qui le fascinait au plus haut point et qui lui donnait envie d'en apprendre plus à son sujet. Il voulait la voir, discuter avec elle en tête à tête, voir son sourire, plonger son regard dans le sien. Oui, il voulait tout ça. Et Baylee lui laissait cette chance justement, en l'invitant d'elle même à aller manger quelque part. C'était plus que ce qu'il aurait put imaginer. Lorsqu'il arriva enfin dans le parc et la vit, il sentit son coeur s'emballer de nouveau. Volontairement, il approcha de façon à se faire entendre d'elle avant qu'elle ne le voit, pour ainsi ne pas être trop surprise. Rapidement, elle mentionna les enfants, disant qu'elle aimait les regarder. Il n'eut aucun mal à comprendre qu'elle cherchait surtout un sujet simple, histoire de parler et vaincre sa timidité. C'est pourquoi, il répondit l'air de rien, pour ne pas la mettre mal à l'aise. Et puis l'idée de se moquer d'elle ne lui avait même pas effleuré l'esprit.

Un bref instant plus tard, Ethan demandait à la jeune femme où elle préférait aller manger elle même, détournant alors le regard pour éviter de la regarder avec trop d'insistance. Il ne voulait pas la mettre mal à l'aise en lui montrant à quel point elle le fascinait. Il eut beaucoup de mal à faire mine de rien lorsqu'elle s'approcha, même à peine, de lui. L'envie de la sentir plus près encore, était terriblement forte. Et pourtant, il resta totalement immobile, comme si de rien n'était, pour lui laisser le choix entre s'approcher plus, rester là où elle était ou même, se reculer pour s'éloigner un peu de lui. Bien sûr, il aurait beaucoup à supporter de la voir s'éloigner de lui. Et pourtant, il lui en laissait totalement le droit. La balle était dans son camps. « Hum, un bar ? Extérieur, je ne sais pas toi, mais moi je fume » Souriant en coin, Ethan la suivit lentement lorsqu'elle s'avança dans la direction de la sortie du parc, se retournant vers lui. « Je fume aussi donc ça me va ! » Dit-il en souriant légèrement en la rejoignant, sans quitter son regard du sien. Cette fois il avait du mal à regarder ailleurs, alors que ses yeux semblaient pétiller. De quo ? Il n'en savait rien mais ça lui plaisait plus que de raison !

Alors qu'ils marchaient côte à côté pour quitter le parc, Ethan pouvait sentir le bras de Baylee frôler doucement le sien à chaque pas qu'ils faisaient. C'était complétement idiot et pourtant il avait l'impression de recevoir de brèves décharges de bien être dans tout le corps, à chaque fois qu'il sentait son bras contre le sien. Complétement idiot ... il était temps qu'il se ressaisisse. Enfin non ... Tant que ça le rendait bien, comme il l'était depuis un moment, à quoi bon ? Difficile de dire stop à une chose qui le rendait si euphorique que cela ! Déglutissant difficilement, Ethan se retint avec beaucoup de mal, de baisser le regard sur sa main lorsqu'il sentit celle, fine et douce, de Baylee, s'en emparer avec lenteur. « Alors hum, Ethan.si tu m’en disais un peu plus sur toi… Second prénom ? Sœur ? Frère ? Je suis curieuse… » Le brun entrouvrit les lèvres pour répondre lorsqu'il sentit la main de la jeune femme quitter la sienne aussi rapidement qu'elle était arrivée. Le contact avait été beaucoup trop court à son goût et pourtant il ne fit pas le moindre geste pour rattraper sa main. « Hm hm ... Ethan Kaylianne Connor. Un demi frère et une demie soeur inconnus et sans doute d'autres dont j'ignore l'existence. »

Répondit-il doucement, sur le ton de la conversation, même s'il n'aimait pas réellement parler de lui et encore moins de sujets sensibles tel que sa famille. Pour autant, il n'était pas contre répondre aux questions de la jeune femme. Parce que c'était elle tout simplement. Et que s'il désirait la mettre en confiance, il devait commencer par n'avoir aucun secret pour elle. Un léger frisson le parcourut lorsqu'il sentit la main de la jeune femme se poser sur son avant bras avant de descendre avec lenteur le long de celui ci, passant sur son poignet, son doigt arrivant ensuite dans sa main. Doucement, il resserra son index autour du sien, sans se faire trop pressant. Il sentait qu'elle avait du mal à se rapprocher de lui, pour une raison qu'il ignorait toujours, mais qu'en même temps elle le désirait. Mais quoi qu'elle décide de faire, il était là. Elle pouvait choisir de s'éloigner de lui au contraire de se coller à lui, il resterait là et ne ferait pas mine de se vexer ou autre. Il tourna la tête vers elle, souriant faiblement en croisant son regard. Son regard qui le fascinait toujours autant et le subjuguait au plus haut point. Sans se départir de son sourire, il redressa la tête pour regarder devant eux. « Et toi second prénom ? Des choses que tu as envie de m'apprendre ? » Demanda-t-il doucement, sans poser de question franche pour lui laisser tout un tas de possibilité concernant les choses qu'elle pouvait lui dire. Elle pouvait tout à fait choisir de dire des choses dénuées d'intérêt, si elle ne voulait pas parler d'elle de façon trop poussée.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Lun 17 Jan - 20:33

Un seul prénom raisonnait dans ma tête, un seul et unique, pas celui de Jude. Non, on m’aurait surement demandé il y a une semaine j’aurais répondu alors que oui Jude était belle et bien la seule. Mais la tout de suite, non ce n’était plus le cas. Pourtant je ne sortais pas avec. Je ne le connaissais que depuis quelques minutes et pourtant tout portait a croire qu’il devait faire parti de ma vie. Oui, lui et pas un autre. Je devais m’adonner à lui. Je devais faire en sorte que sa soit lui qui me connaisse et pas un autre. Je voulais a tout prix lui laisser cette petite chance, car il était clair qu’il n’avait pas une grande chance … Non il était comme tout les autres, il n’avait aucune chance à la base. Mais sa façon d’être avec moi et cette voix qu’il avait au téléphone… Tout me laissait porter à croire que c’était lui qui pouvait me changer. Enfin. Il m’en retournait le ventre. Je voulais lui laisser cette chance et j’étais tellement euphorique de le connaitre, que je l’invitais à aller manger quelque part. Oui j’étais avide de le connaitre, de lui parler, d’apprendre tellement sur lui. Un rendez-vous. Oui je venais de donner un rendez vous à un homme. Chose qui n’avait jamais été fait dans ma vie. Un homme. Un frisson parcouru mon échine rien que d’y penser. J’étais surement la fille la plus folle de terre… Mais… J’avais vraiment envie de tourner la page et c’était avec un parfait inconnu que je le faisais. Il avait énormément de chance. S’en rendait-il compte ? Peut être bien que oui, peut être bien que non, je n’en savais foutrement rien, je n’étais pas dans sa tête ni avec lui en ce moment. Mais bon sang, je savais que je lui plaisais, sa suffisait amplement. Rien que de savoir qu’il me trouvait surement belle, que je l’intéressais me faisait … énormément plaisir.

J’étais contente de plaire à un homme. Je n’aurais jamais cru penser cela ou même ressentir un bien être quelconque. Bon sang c’était affreux. Je ne me comprenais plus. Je voulais à la fois avancer mais a la fois tout arrêter, tout stopper par ma seule crainte d’être à nouveau… Abusé, frapper, ou bien même menacé. J’avais peur de voir ressurgir un passé déjà bien trop présent dans ma vie d’aujourd’hui. Je ne voulais pas subir une nouvelle fois… Non, pourtant on dit jamais deux sans trois… Non, non, et non ça ne devait pas se produire. Je devais être forte et croire en lui. Je savais qu’il ne me ferait rien, ça se voyait bien je ne devais pas me faire de film et le rejeter pour des choses totalement infondé et qui nous empêcherait de nous connaitre. Hors je savais qu’avec lui, bizarrement je pouvais avancer. Pourquoi ? Pourquoi ? Il me torturait intérieurement, il ne s’en rendait pas compte mais bon sang il bouleversait mon petit quotidien j’étais totalement perdu. Je ne comprenais plus rien. Je voulais de lui et à la fois je n’en voulais pas. Il me plaisait de plus en plus pas que physiquement, pas seulement ses yeux d’un bleu acier, ou sa façon de me regarder, non sa façon d’être, son rire, son humour complètement décalé, son autodérision, tout quoi. Il était parfait, il me correspondait à merveille. J’avais bien fait finalement de retourner sur New-York… Inspirant doucement, tenant fermement le téléphone, je ne sais pas comment mais nous en venions à parler des enfants, ou plutôt moi. Les enfants, des êtres si petits, qui devaient rester dans l’innocence. Je savais que trop bien ce que cela faisait de grandir trop vite, de voir des choses que l’on ne devrait pas voir a peine âgé de sept ans. « Oui je vois ce que tu veux dire ... C'est l'innocence des enfants. »

Passant ma langue sur mes lèvres, je souriais faiblement, il ne pouvait pas le voir, mais j’étais contente qu’il comprenne. Je n’avais pas eu droit à une innocence bien longue pour ma part. On me l’avait a sept ans, puis une nouvelle fois a douze ans puis quatorze … Je ne préférais rien dire, à vrai dire je n’avais pas envie d’étaler ce sujet a jour, car je savais que pour moi c’était encore sensible et il n’avait pas le droit de savoir. Du moins pas encore… Personne ne le savait ou très peu de personne. Jude savait. Elle était en fait la seule à savoir le pourquoi du comment. Mais je me voyais mal le dire à Ethan. Genre, hey, tu sais a douze ans, une bande de quatre adolescent mon enfermé dans une camionnette et mon violé pendant des heures, ils m’ont coupé les cheveux, collé du chewing-gum dans les cheveux déchiré les fringues et mon jeté dans un parc, souillé comme jamais… Non franchement, je ne pouvais pas le lui dire, pas encore… Il prendrait peur et partirait. Qui resterait franchement ? Une fille qui a peur des hommes, une fille qui a été abusé deux fois, sa n’apportait que des malheurs… Fermant brièvement les yeux, je soupirais longuement en passant ma main dans mes cheveux. Ethan aimait la viande, chose qui me plaisait encore plus, puisque moi-même j’aimais beaucoup la viande, surtout le poulet. Je pourrais en manger tous les jours que je n’en serais pas écœuré. On avait au moins un point en commun et bon sang que sa me plaisait ! J’aimais avoir ce petit, minime, point en commun avec lui, c’était tout de même un bon début ! « Ah mais j'aime toutes les viandes tant que c'est de la viande ! » Rigolant franchement, je l’imaginais encore plus en train de dévorer la viande. « On est pareil… Mais j’ai une préférence pour le poulet. Ne cherche pas… Une vraie sauvageonne quand j’en mange, c’est avec les doigts et sans aucune gêne… Le poulet chez moi c’est sacré ! » Dis-je d’une voix envieuse et excitée par l’envie d’en manger.

« Je prendrais de la viande moi aussi alors » Sa voix me fit frémir. Qu’il prenne de la viande ou pas de toute façon j’étais prête à en prendre, une fille comme moi qui mange autant de viande, sa ne choquait pas… Puisque j’étais tout de même extrêmement mince… On ne m’avait jamais fait de réflexion, mais a vrai dire, je mangeais tout le temps avec des femmes pas avec des hommes Ethan serait le premier, ça me faisait tellement bizarre… J’avais l’impression de tout découvrir, alors que je connaissais déjà toute ses choses… C’était bizarre, trop bizarre. Voyons le bon côté de la chose, lui qui va manger comme un glouton, moi tout de même, je ne me sentirais pas seule du tout. On va même peut être nous prendre pour un couple. Cette idée, me fit frémir de toute mon échine. Un couple. Voulais-je être un couple avec Ethan ? San réfléchir, la question était simple et évidente. Oui. Si je me mettais à réfléchir l’espace d’une seule petite seconde. La réponse était tout aussi claire comme de l’eau de roche. Non. « Oh si tu m'appelles morfale crois moi que tu seras la seule ! Mais en effet c'est pas très fin ... » Morfale… Je préférais amplement lui donner un autre surnom tout de même… Un plus intime plus beau, plus sympa. « Oui, mais bon, si je dois te donner un surnom Ethan je préfèrerais qu’il soit plus mignon, plus… Couple. » Dis-je sans réagir au mot couple, je l’avais balancé sans vraiment réfléchir. Couple ? Couple ? Chéri ? Bébé ? Je n’avais jamais appelé quelqu’un bébé. Stop, retour en arrière. Couple ? Couple comme ensemble… Oh, oh … OH…. Lui et moi ? Je rougissais comme une idiote en réalisant ce que je venais de faire. Lui dire qu’on pourrait être un couple. L’idiote.

Je ne voulais pas lui donner de faux espoir. Inspirant doucement, je lui marmonnais rapidement que j’étais prête à partir contrairement à lui qui avait l’air de ne pas être prêt. Montant dans ma voiture, je parti rapidement vers le parc de Manhattan. Le plus beau parc, à vrai dire c’était le seul coin ou on avait un peu de verdure. Arrivant la première, je m’installais alors sur le premier banc, afin qu’il puisse me voir. Même s’il m’avait dit qu’il ne me raterait pas. Je le croyais. Regardant les enfants jouer, j’entendis des bruits de pas bien trop prononcé. Si ça ce n’était pas un homme parfait. Fermant doucement les yeux, je me tournais vers le bruit pour le regarder lui, cet homme qui avait eu le courage de m’appeler. Un léger sourire au bout des lèvres, je me levais parlant des enfants comme une idiote. Sa façon d’agir avec moi me plaisait largement. Souriant de plus belle, je m’approchais de lui et parti donc dans la direction de chercher un endroit ou marcher. « Je fume aussi donc ça me va ! » Le regardant, j’entrouvrais la bouche et la ferma aussitôt. Je n’étais pas en position de parler. Pathétique. Inspirant doucement, je détournais le visage pour regarder la route. Fumer tue. Moi-même je le savais, j’avais repris depuis peu alors que j’avais réussi a arrêter le tabac. J’étais faible, mais suivant mes périodes je fumais plus ou moins. J’avais eu ma période pompier ou je fumais plus d’un paquet par jour. Maintenant je tournais a une dizaine de clope par jour. Soit la moitié d’un paquet, chose qui s’améliore tout de même. Sans rien dire, je m’approchais de lui nos bras se frôlant créant une sorte de décharge électrique dans tout mon corps. Ma main attrapant la sienne, j’entremêlais nos doigts de façon lente et délicate ne voulant pas m’imposer.

Qui me dit qu’il voulait ? Je n’en savais rien. Inspirant doucement, je la lâchais rapidement après quelques minutes. « Hm hm ... Ethan Kaylianne Connor. Un demi frère et une demie soeur inconnus et sans doute d'autres dont j'ignore l'existence. » Kaylianne ? J’aimais énormément ce prénom. Il avait un demi-frère et sœur ? Et d’autre inconnue ? Parents divorcés ? Surement. « Kaylianne… J’adore comme prénom, vraiment c’est magnifique, c’est la première fois que je l’entends même… Hum, parents divorcés ? tu n’es pas obligés de répondre hum… Je ne te force en rien Ethan… » Dis-je doucement en tournant mon visage vers lui, en posant alors ma main sur son avant bras. Glissant le long de celui-ci j’attrapais son index du mien. Je sentis son doigt se resserrer sur le mien. Un sourire en coin je fis de même en baissant la tête, me rapprochant alors de lui sans aucune peur. Mon cœur s’emballa horriblement fort. J’étais presque collée à lui. Mon pouce caressa le dessus de sa main avec douceur pressant de temps en temps celle-ci. « Et toi second prénom ? Des choses que tu as envie de m'apprendre ? » Souriant doucement, je regardais la rue dans laquelle nous étions et ne vis pour l’instant aucun endroit qui ne me plaisait. Attrapant à nouveau sa main je la serrais cette fois très fortement. « Baylee iliana Cromwell, je suis Australienne et Suédoise, et je reviens sur New-York depuis un petit mois. Hum, avant j’étais sur Brisbane, en Australie. J’y suis resté cinq petits mois et j’ai eu envie de refaire ma vie en revenant sur New-York. J’espère que cette fois, c’est la bonne ville. J’ai trop voyagé… » Dis-je doucement en relâchant légèrement sa main gardant simplement son index enlaçait au mien le serrant fortement en caressant à nouveau le dessus de sa main. Marchant lentement, je restais un long moment comme cela me stoppant alors devant un bar chic de New-York. « On se met à celui là ? Et après on va ailleurs pour manger ? Histoire d’avoir de la viande hein ! » Dis-je en tournant le visage vers lui, le sien se trouvant alors horriblement proche du mien. Me figeant, je baissais mon regard sur ses lèvres. Son souffle heurta mon visage. Je frissonnais longuement et me détacha de lui avec douceur, m’empêchant de partir en courant. Passant ma langue sur mes lèvres, je pris une chaise et m’installa alors devant une table. Croisant les jambes je posais mon paquet de clope sur la table tout en sortant une cigarette. L’allumant, je regardais intensément Ethan sans pour autant le cacher. Il était beau, sublime… Parfait… « Alcool ou pas ? » Dis-je alors en plongeant mon regard dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mer 19 Jan - 4:35

La situation évoluait de plus en plus rapidement. Ethan avait du mal à se souvenir de ces deux jours durant lesquels il s'était posé mille et une questions à propos de cette fascinante jeune femme qu'il connaissait à présent comme étant Baylee, psychologue présente à New-York depuis peu. Il avait du mal à croire que la jeune femme lui avait raccroché au nez, que la conversation avait semblait des plus tendues pendant un long moment, et qu'à présent tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais ce n'était peut-être que le calme avant la tempête et Ethan le savait très bien. Il savait que tout pouvait basculer dans des moments où l'on s'y attendait le moins. Le bonheur était souvent retiré lorsqu'il était à son paroxysme. En tout cas, c'était ainsi que ça s'était toujours passé dans la vie d'Ethan. Il n'avait jamais eut réellement de chance et n'était pas certain d'en avoir un jour. Peut-être qu'il n'aurait jamais droit au bonheur. Et dans ce cas là, que faire d'autre que d'accepter en la fermant, tout simplement ? Il avait bien tenté de provoquer le bonheur, par exemple avec son tour du monde. Mais aussitôt revenu, il avait eut la sensation de retomber dans la monotonie de la vie de façon très rapide. Si ce bonheur n'avait pas put durer une fois revenu à la vie normale, comment faire pour être heureux ? Le bonheur n'était sans doute pas fait pour lui, purement et simplement. Même quand il tournait dans des films, alors que c'était là sa passion, il avait la sensation de ne pas être pleinement heureux. Parce qu'il lui manquait quelque chose. Une famille sans doute ... Il avait toujours manqué d'une famille et ça ne changerait sans doute jamais. Surtout s'il ne rencontrait jamais la femme de sa vie avec laquelle se marier et avoir des enfants. Quoi qu'il venait peut-être bien de la trouver dans le fond ... Mais encore fallait-il qu'elle soit d'accord de son côté. Hors, Ethan avait la sensation que ce n'était pas le cas.

Certes elle l'avait rappelé très peu de temps après avoir raccroché. Certes elle l'avait spontanément invité à aller manger un morceau avec elle. Et certes, elle affirmait qu'il lui plaisait et que c'était un type bien. Mais ça ne signifiait rien ... Il ne fallait pas placer la charrue avant les boeufs. Elle pouvait bien reculer à n'importe quel moment, que ce soit maintenant, pendant qu'ils seraient en train de manger, ou même après. Rien ne portait à croire qu'elle pensait, elle aussi, qu'il pouvait être l'homme de sa vie ou autre du même style. C'était de sa faute à lui aussi ... Quelle idée de s'emballer aussi brusquement et se laisser emporter dans des pensées beaucoup trop roses et parfaites pour être réelles et réalisables. Depuis quand les choses étaient-elles faciles ? Dans sa vie, jamais rien n'avait été facile. Alors il n'allait tout de même pas rencontrer la femme de sa vie qui penserait exactement la même chose de son côté, le concernant. C'était idiot ... Qui pouvait penser cela de lui ? Il était un type tout à fait banal ... Oui, un type comme un autre, parmi tant d'autres. Il était facile qu'une femme veuille de lui pour une journée, une nuit, une semaine, un mois ... Mais une vie ? Non ... Pourquoi perdre son temps avec lui ? Il était banale, n'avait rien à offrir à une femme et n'avait même pas de famille. C'était peut-être même à cause de sa banalité, qu'aucune famille n'avait jamais voulut l'adopter alors que tant d'enfants trouvaient des familles où vivre jusqu'à leur majorité et au delà. Lui, n'avait eut que des foyers pour orphelins et quelques familles qui l'avait vite abandonné, sans qu'il ne sache jamais pourquoi. Pourquoi ne voulait-on pas de lui ? Il était banale certes ... Mais au moins il savait se faire discret, sage et gentil.

Alors qu'ils étaient encore au téléphone tous les deux, le sujet des enfants fut abordé. Comment ? Ehan ne savait même pas. Ou plus. Mais ils en étaient là de la conversation et il mentionna doucement l'innocence des enfants. Pour sa part, il ne savait pas s'il avait un jour été innocent. Durant toute son enfance, et une très grande partie de son adolescence, il avait été balloté de famille en famille, au point de voir des choses plus ou moins normales et de rencontrer des gens plus ou moins fréquentables. La conversation avançait de plus en plus, au point d'arriver ensuite à la viande. Etrange comme sujet de conversation ... Mais ils arrivaient au sujet du fait qu'ils allaient se voir d'ici quelques petites minutes à peine. Parce que Baylee semblait partager sa hâte de se revoir, ce qui surprit énormément Ethan. Le changement était flagrant chez la jeune femme, par rapport au début de leur conversation. Ou même par rapport à leur première rencontre, deux jours plus tôt. Il avait un peu de mal à comprendre pour quelle raison elle changeait autant d'avis. Grâce à lui ? Non ... Il était assez honnête avec lui même pour douter fortement sur ce point là. A part être terriblement patient, il n'avait pas fait grand chose. Mais c'était peut-être ce dont elle avait besoin. Dans l'immédiat du moins. Oui, elle avait peut-être simplement besoin d'une personne capable d'être patiente au point de réagir à peine alors qu'elle venait de raccrocher le téléphone, mettant fin à une conversation des plus intéressantes. Surtout qu'Ethan venait de mettre totalement à nu ses ressentis et pensées vis à vis d'elle. Heureusement qu'il n'avait pas un ego sur dimensionné. Sinon, il aurait très très mal prit cela.

« On est pareil… Mais j’ai une préférence pour le poulet. Ne cherche pas… Une vraie sauvageonne quand j’en mange, c’est avec les doigts et sans aucune gêne… Le poulet chez moi c’est sacré ! » Un léger rire franchit les lèvres d'Ethan aux paroles de la jeune femme. Il aimait terriblement la simplicité de leur conversation, le fait que c'était simple et sans histoire, sans prise de tête. Certes il y avait eut un long moment de conversation tendue, au début. Mais à présent cela semblait être totalement derrière eux et oublié. De plus, le jeune homme découvrait une toute nouvelle facette de la personnalité de la jeune femme. Un humour, léger et fin ... Elle savait rester sérieuse mais aussi plaisanter, tout simplement. Bon sang, elle lui plaisait de plus en plus ... A un point même ahurissant. Et pourtant il ne la méritait pas. Frustration extrême ! En parlant de la nourriture, Ethan mentionna le fait qu'il était un vrai glouton, avant d'autoriser la jeune femme à le surnommer Morfale.« Oui, mais bon, si je dois te donner un surnom Ethan je préfèrerais qu’il soit plus mignon, plus… Couple. » Le brun bugua franchement aux paroles de la jeune femme, totalement incertain. Avait-elle volontairement dit "couple" en parlant d'eux, ou était-ce totalement involontaire de sa part ? Comment devait-il prendre cela ? Il se sentait terriblement perdu à cet instant là. La jeune femme avait beaucoup trop changé par rapport à quelques minutes auparavant quand elle avait affirmé ne pas aimer qu'il lui porte attention. Il était perdu, dérouté, effrayé ... Bon sang et c'était exactement ce qu'elle lui avait dit en mentionnant le fait qu'elle était folle, lunatique et changeait tout le temps d'avis. Avait-il envie de la fuir pour autant ? Pas le moins du monde ... !

« Du moment que tu m'appelles pas choux à la crème, sucre d'orge, nounours en gélatine ou autre du même genre, ça me va. » Dit-il en souriant en coin, sans insister sur le mot couple, préférant ne pas s'emballer de trop, par peur que la chute soit encore plus terrible ensuite, lorsque la jeune femme se rétracterait. Parce que son instinct de survie lui soufflait qu'il ne devait pas se faire trop d'espoir pour ne pas souffrir de façon démesurée par la suite. Le temps sembla filer à vive allure, comme mit en mode accéléré. La conversation prit fin lorsque les deux jeunes personnes se mirent en route pour se retrouver dans un parc, dans un premier temps. Ethan était à la fois frustré de ne plus avoir sa voix au bout du fil, et ravit de savoir qu'il allait pouvoir la voir d'ici à quelques petites minutes. En la revoyant, enfin, dans ce parc, il dut prendre sur lui pour ne pas faire ou dire quoi que ce soit qu'il aurait put regretter par la suite. Ne serait-ce que, par exemple, lui montrer combien il était heureux de la voir. Certes elle devait le savoir. Mais il ne fallait pas qu'elle voit non plus à quel point, par peur qu'elle soit effrayée par autant de puissance là dedans. Alors qu'ils cherchaient où ils iraient, Baylee mentionna le fait qu'elle fumait. Ce à quoi il répondit que c'était aussi son cas. Fumer ... Quelle sale manie ... Ethan en avait pleinement conscience et pourtant, ça ne l'empêchait pas de continuer. Il avait commencé très jeune et n'avait par la suite, jamais cherché à s'arrêter. Il avait commencé dans un geste désespéré et s'était rendu compte qu'il s'agissait de gestes habituels qui lui donnait l'impression de remplir un vide dans sa vie. Ridicule et pourtant .... A présent il fumait toujours. Il n'était peut-être même pas capable de s'arrêter, il n'en savait rien, n'ayant jamais tenté.

Alors qu'ils marchaient côte à côte à la recherche d'un endroit où manger, leurs bras n'avaient de cesse de se frôler doucement, ce qui faisait frémir Ethan qui n'en montrait rien. Il mourrait d'envie de prendre sa main dans la sienne et pourtant n'en fit rien. Mais ce fut la blonde elle même qui s'en chargea en plaçant doucement sa main dans la sienne. Une main douce et frêle, petite et fine ... Le coeur du brun sembla s'emballer fortement à ce contact aussi léger et simple soit-il. Il était complétement stupide ... Il avait l'impression d'être un adolescent, amoureux pour la première fois de sa vie. Complétement nase ! Certes, il était peut-être bel et bien en train de tomber amoureux pour la première fois en vingt six années d'existence. Mais de là à se comporter comme il le faisait ... Bon sang il avait honte de lui même. Le fait que la jeune femme retire brusquement sa main de la sienne, eut le don de le faire retomber brutalement sur terre. Et pourtant il fit mine de rien, la laissant faire sans protester le moins du monde. La conversation redémarra lentement, lorsque la jeune femme lui demanda quel était son second prénom et s'il avait des frères et soeurs. Elle venait d'aborder le sujet de la famille, ce qui l'inquiétait quelque peu même s'il n'en montrerait rien. Il n'avait jamais parlé de son passé à qui que ce soit. Ou du moins, pas dans les détails. Bien peu de gens pouvaient à présent affirmer tout savoir de lui. « Kaylianne… J’adore comme prénom, vraiment c’est magnifique, c’est la première fois que je l’entends même… Hum, parents divorcés ? tu n’es pas obligés de répondre hum… Je ne te force en rien Ethan… » Lentement, Ethan tourna le visage de la jeune femme, croisant alors son regard qui semblait avoir un effet magique sur lui. Lentement, il lui adressa un léger sourire, sentant sa main redescendre le long de son bras et son index s'accrocher doucement au sien.

« Ca ne me dérange pas de t'en parler ... Enfin de te répondre du moins... » Souffla-t-il doucement avec d'inspirer longuement, comme un plongeur prenant son inspiration avant de faire le grand plongeon. « En fait ... je n'ai jamais vraiment eut de parents. Grossesse surprise, ma mère avait 15 ans. Trop jeune pour s'occuper de moi, elle m'a abandonné à la naissance. Et elle m'a retrouvé il y a quelques années? C'est là que j'ai su que j'avais un demi frère et une demie soeur. » Ethan marqua un nouveau temps d'arrêt avant d'ajouter, évitant ainsi que la jeune femme lui pose la question, ou tourne autour du pot : « Depuis, elle est morte ! » D'ordinaire, le simple fait de penser à sa mère, à leurs retrouvailles bien trop courtes à son goût, suffisait à le faire se sentir atrocement mal. Mais en cet instant, il ne ressentit rien d'autre qu'une brève tristesse, sans pour autant se mettre dans tous ses états. C'était peut-être la présence de la jeune femme à ses côtés qui lui faisait cet effet là, le fait qu'elle était tout contre lui, que son pouce caressait doucement sa main ... Dans tous les cas, ce n'était pas aussi horrible que d'habitude. Prenant son courage à deux mains, malgré une brève hésitation, Ethan lui retourna, plus ou moins la question, sans se montrer aussi direct en lui demandant si elle avait des frères et soeurs. Il craignait toujours de toucher un point sensible qui la ferait se rétracter. Alors, il se montrait très prudent. Peut-être même trop ... Mais dans ce cas, mieux valait trop que pas assez. Dans l'immédiat du moins. Alors qu'il venait de lui retourner sa question, Ethan sentit la main de la jeune femme se placer à nouveau dans la sienne. Il ne fit, une nouvelle fois, pas le moindre commentaire.

« Baylee iliana Cromwell, je suis Australienne et Suédoise, et je reviens sur New-York depuis un petit mois. Hum, avant j’étais sur Brisbane, en Australie. J’y suis resté cinq petits mois et j’ai eu envie de refaire ma vie en revenant sur New-York. J’espère que cette fois, c’est la bonne ville. J’ai trop voyagé… » Souriant en coin, Ethan tourna le regard vers elle. « Cinq mois en Australie ... ? Ca manque de bronzage, t'es toujours aussi pâle qu'une suédoise. » Dit-il en souriant malicieusement, avant de détourner à nouveau le regard pour regarder devant lui. « Ca fait longtemps ... Que tu voyages ? » Demanda-t-il doucement, sans poser la question qu'il avait initialement prévu de poser. Il avait voulut demander si elle voyageait par plaisir ou pour une autre raison. Mais il craignait qu'elle ne refuse de lui répondre ... Si la réponse était qu'elle fuyait quelqu'un ou quelque chose, il était clair qu'elle ne le lui dirait pas clairement. Pas aussi tôt ... Peut-être même jamais après tout... De nouveau, il sentit sa main quitter la sienne et son index se reposer sur le sien. Il avait la sensation qu'elle hésitait longuement et changeait constamment d'avis. Le fait qu'elle soit si près de lui et tout ce qui allait avec, semblait lui couter un terrible effort. Il ignorait pourquoi et espérait que ça ne venait pas de lui ... Lorsque la jeune femme s'arrêta devant un bar, Ethan se tourna vers elle pour attendre de savoir si c'était là qu'elle voulait aller. « On se met à celui là ? Et après on va ailleurs pour manger ? Histoire d’avoir de la viande hein ! » Presque malgré lui, un sourire en coin apparut sur ses lèvres en constatant qu'elle tenait réellement à sa viande à présent qu'ils en avaient parlé.

Alors qu'il s'apprêtait à répondre, la jeune femme se retourna vers lui, leurs visages se retrouvant alors terriblement proches l'un de l'autre. Ethan se figea, ne s'étant pas attendu à ce qu'elle soit aussi proche de lui. Déglutissant difficilement, il vit son regard descendre sur ses lèvres, ce qui eut le don terrible de lui donner envie de l'embrasser. Mais elle se recula bien vite ce qui fit brutalement retomber Ethan sur terre. Aucun rapprochement physique de sa part autorisé, c'était noté. Et éviter les rapprochements physiques involontaires, aussi. Sans un mot, il s'installa en face d'elle lorsqu'elle alla s'assoir. Il avait la sensation qu'elle s'était écartée et éloignée de lui de façon brutale et des plus soudaines. Non ce n'était pas seulement une impression. C'était comme le fait de prendre sa main pour la relâcher ... C'était comme de lui raccrocher au nez pour le rappeler aussitôt après. Elle avait peur de lui et en même temps semblait lutter et prendre sur elle. Mais pourquoi ...? Avait-il une chance de la rassurer et la mettre pleinement en confiance ? « Alcool ou pas ? » Redressant la tête à la question de la jeune femme, Ethan croisa son regard, ce qui eut le don de lui couper tous ses moyens pendant un bref instant. « Euh ... Non. J'ai décidé d'éviter en dehors des soirées ... » Répondit-il lentement sans préciser, qu'il ferait peut-être même mieux d'arrêter tout court s'il ne voulait pas virer carrément alcoolique. Détournant son regard, il récupéra son propre paquet de cigarettes pour en porter rapidement une à ses lèvres et l'allumer en inspirant longuement, sa nervosité revenant rapidement en lui « Et toi tu veux boire quoi ? » Demanda-t-il en relevant le regard vers elle.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Baylee I. Cromwell
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
81
♣ Inscrit le :
10/11/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mon idéal ? Wow ... Le seul mec qui ait pu me parler plus d'une minute au téléphone (a)
♣ Traits de caractère :
« Douce - Gentille - adorable - Méfiante - Lunatique - Silencieuse. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Baylee ; Icone : Mémorial Fox ; gif : Morphine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Mer 19 Jan - 5:59

« Du moment que tu m'appelles pas choux à la crème, sucre d'orge, nounours en gélatine ou autre du même genre, ça me va. » Souriant fortement au bout du fil je ne pu m’empêcher de rire franchement. C’était quoi ces surnoms qu’il me donnait là ? Qui pouvait bien appeler son compagnon ou son ami de la sorte ? Surement pas moi ! Pitié ! Sucre d’orge ? Chou à la crème ? Powa mais c’était que des surnoms de bonbon ! Sa me donnait plus faim qu’autre chose… Franchement j’étais choquée. « Tu rigoles j’espère ? Le jour ou je t’appelle comme ça pitié… envoie moi voir un psychologue ! » Dis-je en rigolant de plus belle. Je n’avais fait aucun jeu de mot, c’était vraiment sorti tout seul… « Oups… C’est sorti tout seul… Comme quoi… même les psy ont de l’humour ! Oh… En parlant de nounours… Moi j’aime bien les nounours en guimauve… p*tain je pourrais me plier le paquet entier… Mais laisse tomber la crise de foie que je me pais au bout du sixième nounours… » Dis-je en rigolant de plus belle. Pourquoi je lui racontais ça moi ? Sans plus attendre, la discussion coupant court, il raccrocha pour que l’on puisse se retrouver dans le parc de la ville. Il me tardait tellement de le revoir, de pouvoir sentir sa chaleur, entendre le son de sa voix, croiser son regard d’un bleu envoutant… Chose qu’il ne tarda pas a faire. Me retrouvant dans le lien dit je me mis vite à ses côtés essayant de parler de tout et de rien. Je ne voulais pas que l’on fasse des blanc ou je ne sais quoi… je ne voulais pas partir sur une relation ou une fois en face on avait rien à se dire, non pas de sa. Ma main dans la sienne, j’avais tout de même des hésitations…

Prenant par la suite son index, puis à nouveau sa main. Je ne savais pas quoi faire, j’étais perturbé et surtout j’avais peur d’y aller un peu trop vite… J’étais nouvelle dans ce domaine la… Discutant au fur et a mesure de nos vie, je lui demandais alors pourquoi il avait des demi frère et sœur. « Ca ne me dérange pas de t'en parler ... Enfin de te répondre du moins... » Fronçant les sourcils, je me tournais légèrement vers lui. « En fait ... je n'ai jamais vraiment eut de parents. Grossesse surprise, ma mère avait 15 ans. Trop jeune pour s'occuper de moi, elle m'a abandonné à la naissance. Et elle m'a retrouvé il y a quelques années? C'est là que j'ai su que j'avais un demi frère et une demie soeur. » Ecarquillant les yeux, je me pinçais la lèvre. Sujet sensible. J’aurais dû réfléchir avant de parler… « Depuis, elle est morte ! » Ces mots raisonnèrent dans ma tête, telle un batteur tambourinant sa batterie. Mon cœur cessa de battre le temps de quelques secondes. Comment pouvait-il me dire ça comme ça d’un seul coup. Je ne m’y attendais pas. Le choc. Non seulement il venait de me dire qu’il était orphelin, mais en plus que sa mère était morte. Nous avions un point voir plusieurs points en commun et s’en était plus que surprenant et déroutant. Dans le sens ou c’est fou comme on peut être plusieurs à avoir la même vie. Du moins à peu près. Je doute qu’il se soit fait violer lui… Soufflant longuement, je cherchais quoi dire, quoi faire, mais en fait, je ne savais vraiment pas quoi dire… que faire ? Sa mère était morte et dans sa façon de le dire, j’avais l’impression que ce n’était pas si vieux que cela. Je savais ce que sa faisait que de perdre des parents. Je l’avais vécu il y a de nombreuses années, j’avais tous juste, sept ans et j’avais été confronté à la mort de mes parents, tragique accident… Pourquoi on les avait tués ? Si seulement je le savais, pour leur argent surement…

Sauf qu’ils n’avaient rien eu… Pas de chance pour eux ! Mais assister au carnage n’avait pas fait de belle chose à mon mental. J’étais jeune et même si j’avais un niveau avancé je n’étais pas non plus apte à vivre ça. Avait-il voyagé ? Avait-il eu beaucoup de famille comme moi ? Etait-il parti de certaines ? Je n’en savais rien, contrairement à moi qui partait souvent sans rien dire… Je partais ne laissant aucun mot. Passant ma langue sur mes lèvres, je tournais le visage alors vers lui. « Oh… Je suis désolée… C’est dur, très dur… Je sais ce que c’est de perdre sa mère… La mienne aussi est… Morte. Depuis trop longtemps même … » Dis-je doucement en resserrant mon doigt sur le sien. Il n’avait pas eu de chance. « Tu veux dire que tu es orphelin ? Tu as… Voyagé beaucoup ? Enfin, tu as eu beaucoup de famille ou pas ? » Demandais-je doucement en tournant le regard vers la route, ne voulant pas me faire trop curieuse. Je savais qu’il répondrait, mais je lui laissais tout de même le choix, je ne voulais pas qu’il croit que je le forçais à quoi que se soit loin de là même… Je ne voulais en aucun cas lui faire peur avec mon envie de le connaitre. Il m’intéressait fortement, et je ne voulais pas le perdre, je ne voulais pas perdre ma seule chance de pouvoir tourner la page de pouvoir me construire une nouvelle vie et rayer l’ancienne qui était bien trop présente dans mon présente… Soufflant longuement la conversation continua sur moi cette fois, je me présentais un peu, lui avouant mes origines et le pourquoi du comment j’étais là. Si je voulais avoir une chance de faire ma vie, je devais être honnête avec lui et ne rien lui cacher… Du moins… Ne pas tout lui dire de suite. Lui dire après ce n’était pas réellement un mensonge…

Je ne voulais pas qu’il sache pour mes viols… Je n’étais pas prête, je ne pouvais pas lui dire comme ça de but en blanc que j’avais été malheureusement violée deux fois … La poisseuse… Il prendrait peur… « Cinq mois en Australie ... ? Ca manque de bronzage, t'es toujours aussi pâle qu'une suédoise. » Rigolant franchement à sa phrase, il n’avait pas tord. J’étais plus blanche qu’un cachet d’aspirine. Je n’avais pas du tout l’air d’une petite Australienne. Non vraiment pas, pourtant je venais d’y passer cinq petits mois. Sauf que monsieur à l’air d’oublier certaines choses… Les saisons sont inversées… Du coup j’y étais en plein hiver puis printemps… Et maintenant c’était l’été là bas… Donc pour le bronzage… Puis même, je n’étais pas le genre de fille à m’exposer loin de là même… Je ne me mettais jamais en maillot, je n’allais jamais a la plage, sacrilège, je ne voulais pas que l’on voit mon corps… Même à la piscine je n’y allais jamais… J’étais une vraie folle qui ne se montrait jamais… Déjà la même si je portais un short… je me sentais limite nue… Je ne portais des Shorts que depuis que je connaissais Jude soit depuis six petits mois. Elle me changeait, énormément même. J’avançais doucement et si j’étais là aujourd’hui c’était grâce a elle. Et a personne d’autre. « J’avoue… Je suis sacrément blanche… Je tiens fortement de ma mère pour ça ! J’ai les yeux de mon père cependant, ma mère avait les yeux vert… » Dis-je doucement. « Mais, tu sais, quand j’étais en Australie c’était l’hiver et début printemps hum, n’oublie pas le changement de saison ! Puis même… je ne m’expose jamais. Pas de plage, pas de piscine, ce n’est pas mon trip… » Dis-je doucement en sachant très bien qu’en faite, j’étais une sacré nageuse. Oui car a l’époque j’aillais souvent à la piscine ou bien même avec l’école je savais très bien nager… a même pas quatre ans je ne portais plus de bouée, ni de brassard…

je nageais dans le grand bassin et ainsi de suite. J’avais toujours été un peu sportive, mais au fond, j’avais tout claqué lors de mon second viol. A croire que je n’avais pas le droit de vivre. Le droit de profiter de la vie. Je n’avais vraiment pas cette chance là et je l’avais réellement compris. « Ca fait longtemps ... Que tu voyages ? » Sa question me désarçonna sous le coup. Je ne m’y attendais vraiment pas. Clignant des yeux, je souriais faiblement. Je voyageais depuis l’âge de sept ans qui on comptait tout… Mais en fait, c’était plus depuis l’âge de quatorze ans… j’étais carrément parti d’Amérique, allant en Angleterre pour changer de vie, j’étais même allé en France et en Italie… Mais rien à faire… Mais il est clair que depuis l’âge de quatorze ans j’étais seule, j’avais eu une famille en Angleterre, mais plus pour avoir un foyer qu’autre chose, je n’avais jamais vécu avec eux. J’avais mon petit studio à moi dans le jardin, je ne les voyais que rarement, je n’avais aucun contact avec eux. Je ne le voulais pas de toute façon. Je faisais mes études à domiciles et j’étais partie du jour au lendemain sans prévenir, préférant ne pas leur faire subir d’avantage ma façon d’être. « Hum, en fait, je voyage depuis toujours… Mais plus depuis l’âge de quatorze ans… Je suis une sans pays fixe… Je change de ville comme de chemise… Je n’ai aucune accroche, rien. Tu m’aurais connu l’an dernier… Je t’aurais dit que New-York, je ne voulais plus y remettre les pieds… Mais finalement je l’ai choisi pour faire ma vie. Et j’espère que sa marchera. Je connais les Etats-Unis comme ma poche ! L’Angleterre ? Pareil… La France et l’Italie aussi, après je connais un peu l’Australie… Le reste je ne veux rien savoir, j’en ais marre de bouger, marre de déménager… Marre, j’ai vingt deux ans et je voyage déjà trop… » Dis-je doucement en me confiant un peu évitant tout de même de parler de la vraie raison. Ici cette ville, c’était la que mes parents étaient mort… La qu’ils avaient rendu l’âme... Et bon sang… Sa me faisait mal… Et de savoir que ce tueur n’avait jamais été attrapé c’était tout aussi pire…

J’aurais aimé qu’il soit en prison, mais non. Le savoir en liberté me rendait folle. Est-ce que je le connaissais ? Pourquoi m’avait-il laissé en vie ? Est-ce qu’il m’avait seulement vue sous ce lit… Tant de question… Sans réponse malheureusement. Me stoppant devant un bar qui m’avait l’air chic et bien je me tournais alors vers lui me retrouvant bien que trop près de lui. Le souffle coupait, je baissais mon regard sur ses lèvres que j’avais envie de goutter. Me reculant doucement pour ne pas fuir, me retenant plus que nécessaire, je faisais d’énorme progrès. C’était une bonne chose… Vraiment. M’installant alors sur une chaise en face d’une table, je le regardais faire à son tour. Lui demandant s’il comptait prendre de l’alcool ou pas. « Euh ... Non. J'ai décidé d'éviter en dehors des soirées ... » Haussant un sourcil, je le regardais droit dans les yeux, mettant ma clope entre mes lèvres pour en humer la douce fragrance qui enivrer ma gorge et emplissait mes poumons. Il avait l’air de boire beaucoup, ou d’avoir bu beaucoup. Je ne pouvais pas le juger, moi la première je buvais un peu trop. J’aurais voulu ne pas devenir comme mon père, je ne l’étais pas, alcoolique… Mais, j’en prenais le chemin quand on me voyait dans les soirées… Je tenais que trop bien l’alcool et pour me mettre complètement cartable il m’en fallait des bouteilles… « Et toi tu veux boire quoi ? » Souriant doucement je fit tomber la cendre de ma cigarette sur le sol tout en éjectant la fumée de ma gorge par le nez. « Tu aurais dit alcool, je t’aurais suivis mon cher, mais je vais prendre de bonnes résolutions comme toi et me contenter de ça que pour les soirées… A la base… je ne voulais jamais toucher à l’alcool. » Dis-je doucement en baissant le visage. Fumant a nouveau, je relevais la tête pour plonger mon regard dans le sien.

« Mon père était alcoolique. A ma naissance, il a eu la riche idée de m’appeler comme son alcool préféré… Bailey… Tu sais la crème de whisky ou de caramel… Bref, il a changé l’orthographe pour faire original… Et a mis mon vrai prénom en second… Ma mère était soit disant folle… Compréhensible… Mais… En fait, je ne suis qu’une faible, j’ai touché l’alcool et maintenant… Pour me mettre complètement ivre… Je dois boire pas mal… Je ne suis pas alcoolique hein ! Je tiens des semaines sans boire, c’est juste qu’en soirée ou entre pote je bois… tout simplement… » Dis-je doucement en détournant le regard pour regarder les quelques passant sur la rue. « Je vais prendre un coca pour répondre à ta question Ethan. » Dis-je en souriant en coin. Écrasant ma clope dans le cendrier, je me frottais le visage en enlevant ma veste la posant sur mes cuisses. Passant ma langue sur mes lèvres je fouillais dans mon sac pour en sortir une carte professionnelle et un stylo. Dessus je rayais mon numéro et en écrivit un nouveau. « Tiens, je te donne mon numéro personnel, c’est mieux pour m’appeler… Puis au moins tu auras les deux ! Non les trois ! » Dis-je en rajoutant le fixe au cas où. Lui donnant la carte, je plongeais mon regard dans le sien tout en lui souriant fortement.

Rangeant mon stylo dans mon sac, je le posais sur le sol, mettant la boucle de celui-ci sous ma chaise. Comme cela si l’envie d’un voleur venait a l’esprit de le voler il devrait me faire tomber et il perdrait vraiment trop de temps… Inspirant longuement, je pris une autre cigarette la mettant entre mes lèvres de façon a l’allumer pour en humer la douce odeur qui s’infiltrait dans ma gorge. « Cigarette… Futur cancer tiens… Tu sais que j’avais arrêté ? C’est ça le pire… J’arrête… Et des que je change de ville paf je recommence… Bof, dans un mois sa va me passer, c’est le stresse qui m’occasionne ça… » Dis-je doucement en me stoppant nette. J’étais à nouveau en train de faire ma psychologue. « Je suis à nouveau en train de faire ma psy… Ce métier va me suivre partout... Faut que je démissionne et que je prenne ma retraite. T’imagine ? vingt deux ans retraite… La vie est belle, en plus je peux me le permettre… Même si ce n'est pas super de ne rien foutre de sa vie avouons le… » Rajoutais-je en tirant sur ma clope détournant mon regard vers le bar en voyant alors le serveur venir pour nous demander ce que nous voulions pendre. Sans répondre, je détournais mon regard vers Ethan, lui lançant un doux regard. Il savait ce que je prenais. Il lui suffisait de passer commande. Croisant mes jambes sous la table je fixais alors Ethan d'un regard passionné et pétillant. Il me plaisait. J'en étais plus que sure à présent...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Ethan K. Connor
« Nouveau
; découvre les lieux

♣ Messages :
63
♣ Inscrit le :
09/12/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Une grande et fine blonde aux yeux bleus et au regard envoûtant. Non pas une ... Mais LA ... »
♣ Traits de caractère :
« Souriant, avenant, patient, calme, posé, drôle, déjanté »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: « Baylee & mon gif à Morphine »
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Jeu 20 Jan - 2:23

Il parait que la vie est faite pour être partagée. Mais pourquoi ? C’était stupide … Pourquoi ne pouvait-on pas vivre seul, tranquillement et calmement, pour toujours ? Si … C’était sans doute tout à fait possible mais le bonheur n’était réel que partagé. C’était en tout cas ce que disaient bon nombre de personnes. Jusqu’à présent, Ethan n’avait jamais vraiment eut la chance de partager sa vie avec qui que ce soit, si ce n’est des amis. Il ne pouvait donc pas réellement savoir ce qu’il en serait s’il avait un jour la chance de connaître cela. Avoir quelqu'un dans sa vie ... Partager ses peines et ses douleurs, tout comme ses joies et ses bonnes nouvelles. Partager sa vie tout simplement ... Ne plus être seul. Qu'est-ce que ça faisait de ne pas être seul ? Ethan l'avait déjà oublié. Certes il avait des amis, beaucoup d'amis. Et comme l'on dit, les amis étaient une famille que l'on pouvait choisir. Mais ils restaient des amis ... Et eux, de leurs côtés, avaient une famille à eux, contrairement à Ethan. Il n'allait tout de même pas s'incruster pleinement dans leurs vies et leurs familles ... Il serait alors un intrus, tout simplement. Une personne de trop ... Comme il l'avait été déjà avec sa mère lorsqu'il était né ... Petit être de trop, désiré et attendu de personne. Comme dans toutes les familles où il avait été accueillit puis rejeté ... A chaque fois, il avait été de trop, c'était l'évidence même. Et c'était bien l'une des raisons pour lesquelles il avait quitté sa dernière famille à l'âge de dix sept ans. Sans doute un brin de fierté qui lui avait soufflé qu'il n'avait pas envie d'être rejeté alors qu'il était si proche de la majorité.

Baylee ... Etait-ce elle la femme de sa vie, celle qui était prédestinée pour faire partie et partager sa vie ? Peut-être que oui. Ca n'aurait rien de surprenant après tout. Elle était magnifique et de toute évidence, réellement parfaite. En tout cas, à ses yeux elle l'était ! Mais le fait qu'il pense qu'elle puisse être la femme de sa vie, ne signifiait pas forcément qu'elle pensait de même pour lui. Alors mieux valait qu'il garde ce genre de pensées pour lui et se taise à ce sujet, histoire de ne pas effrayer définitivement la jeune femme, au point de la faire fuir loin de lui. A l'entendre, il pouvait bien penser qu'elle était capable de changer de pays assez facilement. Alors il devrait rester sur ses gardes. Et puis ne pas trop parler, lui éviterait clairement d'en dire trop au point d'en oublier sa fierté. Il l'avait déjà bafoué pour elle ... Il valait mieux éviter d'en faire trop sur ce point là. Alors qu'il était question d'un surnom que la jeune femme pouvait bien donner à Ethan, celui c eut la très grande surprise de l'entendre dire le mot "couple", alors qu'elle était en train de parler d'eux. Il était ravit et en même temps, craignait plus que jamais que la chute ne soit trop douloureuse. « Tu rigoles j’espère ? Le jour ou je t’appelle comme ça pitié… envoie moi voir un psychologue ! » Un nouveau sourire en coin étira les lèvres d'Ethan.

Il ne savait pas si elle avait fait exprès, ou non, de parler de psychologue, alors qu'elle en était elle même une. Certes, les surnoms qu'il venait de dire étaient tous plus stupides et honteux les uns que les autres, Et pourtant, il n'ignorait pas que certaines personnes les utilisait bel et bien dans la vie de tous les jours. C'était même généralement les femmes qui appelaient ainsi leurs petits amis, compagnons voir époux. Ethan avait déjà assisté à des échanges mielleux entre l'un de ses amis et sa petite amie du moment. Elle l'appelait toujours "mon petit choux à la crème". Ce qui avait eut le don de faire rire toute la bande d'amis. En même temps, il fallait être honnête, il y avait de quoi rire ... Et plus encore ! « Oups… C’est sorti tout seul… Comme quoi… même les psy ont de l’humour ! Oh… En parlant de nounours… Moi j’aime bien les nounours en guimauve… p*tain je pourrais me plier le paquet entier… Mais laisse tomber la crise de foie que je me pais au bout du sixième nounours… » Un léger rire franchit les lèvres d'Ethan. Il avait le rire terriblement facile avec la jeune femme. Il aimait cette façon déconcertante mais plaisante, qu'elle avait, de changer de sujet en sautant du coq à l'âne de façon si simple et si normale. Il aimait tout ... tout d'elle ! C'était con et pourtant de plus en plus vrai.

« Franchement ... je ne te conseillerais pas d'aller voir un psy pour si peu. Mais je dois dire que c'est pas le genre de surnom dont on est très fier ! Bon sang, les nounours en guimauve j'adore ça ! La dernière fois qu'un paquet est passé sous mes yeux, je l'ai pris plein et je l'ai reposé vide. » Dit-il en riant légèrement, se retenant difficilement de se frapper le front du plat de la main. Il avait tendance à dire des choses hautement ridicule à la jeune femme. Si elle ne fuyait pas en voyant combien il était idiot, stupide, et dénué d'intérêt, il pouvait clairement s'estimer heureux. Il ne se souvenait pas d'avoir un jour été aussi pathétique. Il avait terriblement honte de lui même. Pourquoi parlait-il autant ? Pourquoi disait-il des choses totalement inutiles dont la jeune femme devait se foutre royalement ? Finalement elle ferait peut-être mieux de raccrocher ... Il ne le voulait pas, vraiment pas ... Mais elle devait s'ennuyer avec lui. Ou alors elle avait clairement de la matière à rire. Pas de quoi en être fier donc ... Pourtant, elle ne raccrocha pas. Au lieu de cela, elle proposa même à ce qu'ils se voient, ce qu'il ne put s'accepter tant l'envie de la voir était forte. Un bref instant plus tard, ils étaient tous les deux en train de quitter un parc de la ville, proches l'un de l'autre et en quête d'un endroit où manger un morceau.

Son bras qui frôlait de temps à autre le sien, sa main dans la sienne puis son doigt autour du sien ... Ethan avait l'impression de perdre pied, totalement. Il ne savait pas sur quel pied danser avec Baylee et pourtant il aimait terriblement cela ... Il était complètement maso, totalement fou. Oui, sans doute aussi qu'elle même disait l'être. Etait-ce grave ? Oui mais dans le fond ... On s'en fout royalement ! La conversation reprit donc, comme au téléphone, les mots semblaient simples et les confidences aisées. Il fut question des parents d'Ethan ... Sujet terriblement sensible et pourtant il répondit à la question de la blonde, sans rechigner. Il n'aimait pas parler de cela et le décès de sa mère était bien trop frais encore. Et pourtant il lui raconta, simplement, sans entrer dans les détails. Il n'expliqua comment il avait été conçut ... Même s'il n'y pouvait rien, il en avait terriblement honte. Dans son passé, c'était sans doute là la seule chose dont il avait réellement honte. Etre le fruit d'un viol ... Vraiment pas de quoi être fier. Personne n'était au courant de cela ... Ses grands parents maternels l'avaient su mais ils étaient à présent mort tous les deux, tout comme sa mère. Il ignorait totalement si son père était au courant qu'il avait fait un enfant à l'innocente jeune fille qu'il avait un jour violé. Il devait l'ignorer, totalement ... A quoi bon se soucier d'une victime ?

« Oh… Je suis désolée… C’est dur, très dur… Je sais ce que c’est de perdre sa mère… La mienne aussi est… Morte. Depuis trop longtemps même … » Ethan tourna un bref regard vers la jeune femme, regardant ensuite de nouveau la route. Leur histoire n'était sans aucun doute, pas pareille. Elle avait sans doute eut le temps de vivre et grandir aux côtés de sa mère, même si ce n'était que quelques années. Elle savait donc ce que c'était que d'avoir une mère, sans doute même une famille. C'était le bon point de la chose ... Mais la souffrance de la perte devait être pire, bien pire. Lui même n'avait pas eut le temps de savoir ce que ça faisait que d'avoir une mère. Ou si ... Juste assez de temps pour voir combien c'était plaisant ... Avant que ce bonheur lui soit définitivement arraché. Le cas de Baylee était pire, bien pire... Il le pensait vraiment ... En fait, il s'était toujours fait un devoir de penser que d'autres vivaient des choses bien pires que lui. Ca lui évitait de trop se pencher sur sa propre vie et ses malheurs. Se dire qu'il y avait toujours pire que soit ... Pour éviter de trop se lamenter sur son propre sort. C'était sans doute ce qui l'aidait à avancer. Et puis ... Des orphelins qui n'avaient pas la chance de connaître leurs parents, étaient des milliers, voir des millions dans le monde. Alors lui, qui avait put connaitre un temps soit peu sa mère, n'avait pas le droit de se plaindre.

« Tu veux dire que tu es orphelin ? Tu as… Voyagé beaucoup ? Enfin, tu as eu beaucoup de famille ou pas ? » Un bref rire cynique franchit les lèvres d'Ethan. Ca pour avoir eut beaucoup de familles, il en avait eut beaucoup. « Ouais ... On peut dire que j'en ai eu beaucoup ouais ... Mais on se lassait rapidement de moi et après quelques mois, quelques semaines parfois, on me foutait dehors. Va savoir pourquoi ... » Est-ce que les familles étaient au courant de ce qui était arrivé à la mère d'Ethan, à chaque fois qu'il était accueillit quelque part ? Si c'était le cas, alors ça expliquerait bon nombre de choses. Peut-être que tous pensaient qu'il pourrait refaire la même chose à leurs filles. C'était con ... Complètement stupide. Lui un violeur ? Alors qu'il frémissait de dégoût en imaginant ce qu'avait put vivre sa mère ? Lui qui jurait de tuer son père biologique s'il venait à le retrouver un jour ... ? Rien qu'à l'idée de se montrer un tant soit peu violent envers une femme, le dégoûtait au plus haut point. Le jour où il levait la main sur une femme ou se montrer trop pressant, trop violent ... Autant dire qu'il se plomberait sur place. C'était peut-être pour cela qu'il n'avait jamais dit à qui que ce soit, qu'il était né d'un viole ... Parce qu'il avait peur que les gens s'imaginent qu'il pourrait lui même le faire par la suite. Parce qu'il aurait ça dans le sang ... Mais à le voir, il prenait le chemin opposé à celui de son père biologique. Il était tout sauf violent, encore moins envers une femme. Il était tout sauf trop entreprenant, trop pressant ... Si une femme ne voulait pas de lui, il partait tout simplement ... Il ne forçait personne à le vouloir, c'était complètement con. En même temps, ça ne lui était jamais arrivé de se faire rejeter par une fille dans ce genre de moments là ... Mais il ne doutait pas qu'il n'insisterait pas si ça venait à arriver. Même si sa fierté en prenait un coup ... C'était absolument sans importance !

Après Ethan, ce fut au tour de Baylee de parler d'elle. Ainsi, le jeune homme apprit qu'elle était Suédoise et Australienne et qu'elle revenait justement d'Australie. « J’avoue… Je suis sacrément blanche… Je tiens fortement de ma mère pour ça ! J’ai les yeux de mon père cependant, ma mère avait les yeux vert… » Un lent sourire étira les lèvres d'Ethan. Il aurait aimé entendre dans sa vie, qu'il avait tel ou tel point en commun physique de son père et de sa mère. Mais il n'aurait jamais cela, sa vie n'avait pas suivit ce chemin là. « Mais, tu sais, quand j’étais en Australie c’était l’hiver et début printemps hum, n’oublie pas le changement de saison ! Puis même… je ne m’expose jamais. Pas de plage, pas de piscine, ce n’est pas mon trip… » Fronçant les sourcils, Ethan tenta de se souvenir de son propre passage en Australie. Certes il y était allé en plein été. « Hm pourtant il fait toujours bon en Australie non ? Enfin je dois dire que j'y suis allé en été moi donc je suis bien tombé. » Il ne fit pas le moindre commentaire, concernant le fait qu'elle disait ne jamais s'exposer, que ce soit sur une plage ou dans une piscine. Il comprenait par là qu'elle était pudique et n'allait donc pas lui poser de question sur ce point là. Elle avait quand même le droit de garder certains secrets. Il ne voulait pas non plus l'obliger à tout lui raconter dès à présent. Il s'estimait déjà heureux de constater qu'elle acceptait de lui raconter quelques petites choses à son sujet.

En constatant que la blonde avait l'air de beaucoup voyager, Ethan lui demanda si ça faisait longtemps que c'était le cas. « Hum, en fait, je voyage depuis toujours… Mais plus depuis l’âge de quatorze ans… Je suis une sans pays fixe… Je change de ville comme de chemise… Je n’ai aucune accroche, rien. Tu m’aurais connu l’an dernier… Je t’aurais dit que New-York, je ne voulais plus y remettre les pieds… Mais finalement je l’ai choisi pour faire ma vie. Et j’espère que sa marchera. Je connais les Etats-Unis comme ma poche ! L’Angleterre ? Pareil… La France et l’Italie aussi, après je connais un peu l’Australie… Le reste je ne veux rien savoir, j’en ais marre de bouger, marre de déménager… Marre, j’ai vingt deux ans et je voyage déjà trop… » Ethan fronça légèrement les sourcils en entendant tout cela. Pour sa part, lorsqu'il n'avait fait que passer de famille en famille durant son enfance et son adolescence, il était toujours resté aux Etats-Unis. Ce n'était que lors de son tour du monde, qu'il avait découvert et visité de nombreux pays, sur chaque continent du monde. Il ne fit pas de commentaire aux propos de la jeune femme, ne mentionnant pas son tour du monde par peur de l'ennuyer, se contentant finalement de hocher doucement la tête en souriant légèrement, s'arrêtant à son tour lorsqu'elle s'arrêta devant un bar.

Lorsque la jeune femme lui demanda s'il voulait prendre de l'alcool, il répondit qu'il avait prit la décision de ne boire qu'en soirée. Il n'était pas un alcoolique ... Mais le fait qu'il tienne terriblement bien l'alcool, était un signe montrant qu'il avait sans doute déjà beaucoup trop bu tout au long de sa vie. Il s'en était rendu compte le jour où il avait commencé à boire de l'alcool comme s'il buvait de l'eau, à toute heure du jour et de la nuit. En prenant conscience de cela, il avait ralenti sa consommation pour ne pas virer franchement alcoolique. « Tu aurais dit alcool, je t’aurais suivis mon cher, mais je vais prendre de bonnes résolutions comme toi et me contenter de ça que pour les soirées… A la base… je ne voulais jamais toucher à l’alcool. » Ethan redressa la tête pour la regarder, sans comprendre mais en attente de la suite. Durant le court silence qui suivit, il porta sa cigarette à ses lèvres pour aspirer une longue bouffée de fumée, la laissant s'attaquer à ses poumons sans se soucier des dégâts que cela lui causerait. Il laissa la fumée s'échapper par ses narines, sans se soucier de la souffler. Fumer tue ... Mais vivre aussi tue. Chaque être humain venait sur terre pour la détruire un peu plus avant de mourir pour la nourrir de son corps. Terriblement plaisant non ? Quoi qu'il en soit, Ethan n'avait de cesse de dire qu'il fallait bien mourir de quelque chose. Fumer était un plaisir pour les fumeurs ... Alors où était le problème à mourir en se faisant plaisir ?

« Mon père était alcoolique. A ma naissance, il a eu la riche idée de m’appeler comme son alcool préféré… Bailey… Tu sais la crème de whisky ou de caramel… Bref, il a changé l’orthographe pour faire original… Et a mis mon vrai prénom en second… Ma mère était soit disant folle… Compréhensible… Mais… En fait, je ne suis qu’une faible, j’ai touché l’alcool et maintenant… Pour me mettre complètement ivre… Je dois boire pas mal… Je ne suis pas alcoolique hein ! Je tiens des semaines sans boire, c’est juste qu’en soirée ou entre pote je bois… tout simplement… » Ethan demeura un moment immobile en regardant longuement la jeune femme assise en face de lui, sans mot dire, alors qu'elle détournait le regard du côté du trottoir.« Je comprends ... J'en étais arrivé au point où je buvais de l'alcool comme s'il s'agissait d'eau. » Marmonna-t-il doucement en tournant, lui aussi, son regard du côté des passants. « Je vais prendre un coca pour répondre à ta question Ethan. » Le brun lui lança un léger sourire sans mot dire. Il détourna à nouveau le regard lorsqu'elle ôta sa veste, comme par peur d'avoir envie de regarder, fixant une voiture sans vraiment la voir.

« Tiens, je te donne mon numéro personnel, c’est mieux pour m’appeler… Puis au moins tu auras les deux ! Non les trois ! » Ethan tourna à nouveau la tête, la regardant un moment sans comprendre avant de tendre la main pour récupérer la carte qu'elle lui tendait, sans mot dire. Pourtant, son coeur s'était violemment emballé dans sa cage thoracique. Tout ça parce qu'elle lui donnait son numéro de téléphone personnel. Un pas en plus dans sa vie, elle acceptait qu'il la recontacte par la suite, officiellement. Bon sang, se rendait-elle compte à quel point cela le ravissait ? Sans doute pas ... Non, elle ne devait pas en avoir conscience. Comme s'il n'en croyait pas ses yeux, Ethan resta un moment, le regard fixé sur la carte qu'il tenait en main, avant de la ranger bien précieusement dans la poche arrière de son jean. « Cigarette… Futur cancer tiens… Tu sais que j’avais arrêté ? C’est ça le pire… J’arrête… Et des que je change de ville paf je recommence… Bof, dans un mois sa va me passer, c’est le stresse qui m’occasionne ça… » Sourire en coin, Ethan adressa un sourire amusé à la jeune femme, sans se priver pour la regarder longuement, tentant tout de même de dissimuler un minimum la fascination qu'elle exerçait chez lui. « C'est bien ... Toi au moins tu fais l'effort d'essayer d'arrêter. » Dit-il en souriant légèrement.

« Je suis à nouveau en train de faire ma psy… Ce métier va me suivre partout... Faut que je démissionne et que je prenne ma retraite. T’imagine ? vingt deux ans retraite… La vie est belle, en plus je peux me le permettre… Même si ce n'est pas super de ne rien foutre de sa vie avouons le… » Un nouveau rire s'échappa des lèvres d'Ethan qui songea qu'il devait vraiment être ridicule à rire pour un oui ou pour un non, depuis qu'il discutait avec Baylee. Il espérait qu'elle n'avait pas trop remarqué ... Ou bien qu'elle faisait passer cela sous l'excuse du stresse. Parce que c'était le cas ... Il était d'une extrême nervosité, de nouveau. Parce qu'il était en train de prendre conscience qu'il était peut-être en train de passer le premier vrai moment, avec la femme de sa vie. « Je dois avouer que passer son temps à ne rien faire, c'est vite lassant. » Dit-il sans faire d'autre commentaire, préférant ne pas penser que lui aussi pourrait bien décider d'arrêter de travailler pour ne vivre que sur l'héritage de sa mère. Il refusait catégoriquement d'utiliser cet argent. Et c'était une décision définitive. Lorsque le serveur vint prendre leurs commandes, Ethan croisa le regard de la jeune femme, buguant un long moment en y lisant de la douceur. Bon sang elle était tellement ... Déglutissant difficilement, Ethan leva le regard vers le serveur pour lui demander deux cocas, presque surprit que la jeune femme lui laisse prendre les commandes de la situation.

Une fois la commande passée et le serveur partit, Ethan baissa à nouveau le regard vers Baylee, son sourire se figeant quelque peu sur ses lèvres en croisant son regard. Bon sang pourquoi le regardait-elle ainsi ? Voulait-elle le tuer ? Parce que c'était bien ce qui était en train de se passer. Il mourrait sous son regard ... Elle le fascinait, l'hypnotisait au plus haut point ... Il était clairement en train de tomber amoureux d'elle. Il devait le reconnaitre et voir les choses en face. Il était en train de tomber amoureux, pour la première fois de sa vie ! « Alors ... Etats-Unis, Australie, Angleterre, France et Italie c'est ça ? Allez dis moi quels sont les points faibles et les points forts de chaque pays selon toi ! Ca peut être tout et n'importe quoi ! La bouffe, les gens, la météo, les paysages, l'architecture ... Même les émissions télé tiens ! » Dit-il alors en la regardant, les yeux pétillant, souriant franchement tant il se sentait merveilleusement bien en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Contenu sponsorisé
«


MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]   Aujourd'hui à 5:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui a dit qu'on parlait plus facilement au téléphone ? [Baylee]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « New-York's Circonscriptions » :: « Manhattan »-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit