Bienvenue sur This is it ☎️
TII ; qu'est-ce que c'est ? Un brin de folie pure et dure, comme les fesses de ces jeunes hommes ci-dessus --> , une grande famille où tout est permit ou encore une grande bande d'amis que l'on vient retrouver juste après un bon streapoker. This is it, c'est aussi un maigre hommage que nous avons souhaité rendre à notre ami et idole Michael Jackson...Quatres avatars sont disponibles. Forum actif & attractif. Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ? (;


AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Après des longues réflections & surtout une très belle vie ; THIS IS IT FERMERA SES PORTES DANS LES JOURS A VENIR. MERCI DE NE PLUS VOUS INSCRIRES. Nous avons été très heureux de partager tous ces moments avec vous. ♥️ Vous nous manquerez. NEW YORK NEVER SLEEP, ne l'oubliez pas.

Partagez | 
 

 « Australie, nous voilà »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

JE ME PRESENTE; Charlie L. Hupson
« « Smile , and close your eyes
avatar
♣ Messages :
1972
♣ Inscrit le :
25/03/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Chace C • Ian S • Luke G •
♣ Traits de caractère :
« Amusante, Sociale, Jalouse, Fétarde, Manipulatrice, Douce. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: sweet hell
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: « Australie, nous voilà »   Dim 26 Sep - 20:51




« CHARLIE AND KAYDENCE »

    Il devait etre dix heures, enfin c'est ce qu'elle pensait, la jeune femme avait un peu de mal avec le décalage horaire. Hier Kaydence et Charlie étaient arrivés tard dans la nuit, quand elles étaient sorties de l'aéroport il faisait déjà nuit, les jeunes femmes avaient pris un taxi et s'étaient rendus à leur hotel.
    Dans la semaine, Kaydence avait eut l'idée brillante de partir en Australia, elle l'avait dit à Charlie qui n'avait pas hésité une seule seconde. Elle en avait marre de rester à New-York, elle voulait bouger, elle voulait vivre, s'éclater. Le fait que la brunette lui avait proposé le voyage lui avait tout de suite plut. Kaydence était une des seules filles avec qui elle s'entendait bien, très bien même. Les deux jeunes femmes passaient le plus clair de leur temps ensembles, elles s'amusaient énormement ensembles et avaient une passion communue ; faire la fête jusqu'au bout de la nuit.
    En deux jours, elles avaient bouclé leurs valises et prient leurs billets à la dernière minutes, elles avaient faillis être en retard et louper leur vol mais heureusement elles arrivèrent en retard. Bref leur vol se passa comme prévu à part quelques legères perturbations mais rien de si grave que cela. Elles étaient arrivés à l'hotel et trouvèrent la chambre qu'elles avaient réservés.

    La jeune brunette se reveilla doucement, les rayons du soleil venaient de la reveiller en douceur. Laissant passer cinq minutes, la jeune femme se leva et fit que dans un lit plus loin Kaydence dormait encore, quelle marmotte. Charlie prit ses vetements et une serviette et partit se doucher tranquillement pendant que son amie recuperait ses heures de someille obligatoires.
    Charlie prit sa douche et se s'habilla en prennant en compte le temps à Sydney ; un short et un débardeur multicouleurs, tout en coiffant sa longue chevelure la jeune femme vérifia que son amie dormait encore. Charlie sortit de la salle de bain et décida de reveiller son amie, en soulevant sa couette et en la jetant par terre et en parlant à voix forte :

    Aller marmotte debout, le soleil, la plage et les garçons nous attendent

    La jeune femme ne se levait pas, alors Charlie dut sevir, elle alluma son portable qui fit resonner une musique bien dansante dans toute la pièce, avec ça la dormeuse n'allait pas rester longtemps dans son lit.


Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; J. Kaydence Forwell
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
1427
♣ Inscrit le :
21/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Tu me sembles si innaccessible. J'aimerai ne pouvoir te partager avec personne mais pour cela il faudrait que je répare ce que j'ai cassé...
♣ Traits de caractère :
« Douce, Courageuse, réservée, Timide, Têtue, Rancunière, Impulsive, Entêtée, Adorable»

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Bazzart
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: « Australie, nous voilà »   Sam 27 Nov - 0:29

    Tu sais que tu es folle le matin toi? ! ♥








Le soleil traversa par quelques rayons les rideau de la chambre et tomba sur mon visage. Grognant dans le drap je me retournai pour faire dos à cette intrusion gênante. J’étais exténuée même si la journée devait déjà être bien entamée. Je n’avais nulle l’intention de me lever aujourd’hui, j’étais très bien dans mon lit, en boule sous le drap. Non pas qu’il était chaud, la pièce était déjà d’une chaleur étouffante malgré le ventilateur qui n’avait cessé de ronronner toute la nuit, mais parce que j’étais éreintée. La raison de cette fatigue m’échappait dans mon état second du moment. Je ne souhaitais que me rendormir, rêver de ces images agréable, le sourire charmant et séducteur de … hum… non je ne me rappelle plus de qui était ce sourire mais juste son sourire m’était rester en mémoire dans mon demi-réveil.
La pièce était silencieuse, enfin durant un instant je crus entendre un froissement de tissus et dans pas faire craquer un peu le parquet de la chambre. Hum deux minutes… depuis quand le parquet de ma chambre craque ainsi? Et puis depuis quand il fait aussi chaud dans ma chambre? Je devais rêver c’est ça, c’était un rêve rien de plus. Je me renfonçai donc un peu plus dans mon lit pour plonger dans un sommeil plus profond.
Je ne sais combien de temps s’écoula, mais je restai dans cet état où je ne savais guère discerner la réalité du rêve, mais je m’en ficher un peu du moment qu’on me laissait rêvasser en paix. J’entendais, même si ce n’était probablement que dans mon rêve, de l’eau qui coulait. Surement la pluie me disais-je somnolente.
J’étais bien dans les bras de Morphée. Du moins tant qu’on ne dérangera pas. Au chaud, avec ce doux sourire charmeur derrière mes paupières. J’essayais sans cesse de deviner à qui pourrait appartenir ce sourire. Mais son nom m’échappait toujours. Plus je réfléchissais et plus je sortais de mon sommeil, ou je m’enfonçais dedans ? Tout était si confus. Puis des yeux s’ajoutèrent au magnifique sourire. D’un bleu glace. Ravissants. Séducteurs…
Puis plus rien d’un coup. Quelque chose avait glissé brutalement sur mon corps, provocant un réflexe brutal chez mon corps : un sursaut et une reprise d’esprit violente. Cela suivie d’une voix bien trop forte et bien trop aigüe pour mon pauvre esprit mal réveillé.

Aller marmotte debout ! Le soleil, la plage et les garçons nous attendent.

C’était une chose d’être réveillée par me retirer mon drap mais s’en était une autre d’entendre la voix enjouée et trop stridente à mon goût du matin de Charlie… Charlie ? Ce nom évoqua dans mon esprit la plus totale stupeur. Que fichait-elle dans ma chambre ? Je n’avais pas souvenir de l’avoir invité hier chez moi ? nous étions-nous seulement vu hier ? Mais derrière ma stupeur diverses images me revinrent en mémoire. Le sourire de Charlie, son excitation. Un grand tableau avec des numéro et des destination. Un grand hall… celui de l’aéroport ! C’est ça nous avions pris l’avion. Pour.. pour où déjà ? La France ? Londres ? Los Angeles ? Hum…. Non il faisait trop chaud pour cela… Et la réponse me vint spontanément : L’AUSTRALIE !!!!
Je me relevai sur mon lit, me frottai les yeux avant de les ouvrir doucement, afin de m’habituer à la lumière intense du jour. Alors c’était donc ça. J’avais bien mis mon idée aussi ahurissante soit-elle, à exécution.

Punaise, on l’a fait…, me marmonnais-je.

Mais cela, n’avais surement pas atteint les oreilles de mon amie qui faisait la folle à danser sur une musique qui bouger. Je ne pouvais que sourire devant cette vision. Charlie était une bonne vivante, très drôle, et surtout très facile à vivre. Avec elle je faisais de nombreuses erreurs dans mes mensonges mais jamais elle me le faisait remarquer et jamais elle me demandait quoi que se soit. Je l’appréciais d’autant plus pour cela.

Fais attention de pas te prendre les pieds dans les tapis, la taquinais-je amicalement.

Je la regardai danser dans la pièce s’en m’y joindre. Je méditais sur ses paroles et soudain j’eus des sueurs froides en réalisant qu’il faudrait que je cache ma cicatrice… heureusement que j’avais déjà prévu le coup avant de partir.

Hum et si tu allais en repérage d’un coin tranquille où nous pourrions regarder de beaux corps musclés, tout en bronzant ?

Je lui offris un sourire complice et je n’attendis pas vraiment qu’elle me réponde et je filai dans la salle de bain, après avoir pris des vêtement et une serviette de bain pour ma douche. Je fermai la porte à clé par pure sécurité pour que Charlie n’entre pas et découvre ce que je voulais cacher. Je déposai mes vêtements sur un meuble à l’autre bout de la pièce et je revins vers le grand miroir mural pour observer ma mine du matin. Je fus soulagée de voir que je n’aurais pas trop à m’arranger pour sortir aujourd’hui. Ni cernes, ni mèches de cheveux rebelles. Un vrai soulagement pour une fille, me dis-je avec un grand amusement. Je filai à la douche rapidement sans jeter un seul regard à mon reflet une fois dénudée. J’en aurais été bien trop dégoutée. Je dus mettre bien 15minutes sous l’eau glacée, pour me débarrasser de cette sensation de bouffée de chaleur étouffante.
Une fois sortie de la douche, je m’enroulai dans la serviette et je me dirigeai pieds nus vers le miroir. Mes cheveux dégoulinaient par petites gouttelettes d’eau, qui longeaient les ondulations gracieuses de mes mèches brunes. J’attrapai une autre serviette plus petite que celle qui était enroulée autour de ma taille, afin d’éponger mes cheveux. Je commençai par la pointe des fines mèches brune avec des effets de reflet roux, voir acajou dus aux rayons du soleil qui s’infiltrer à travers les voilages de la salle de bain. Je m’appliquais à essorer avec douceur mes cheveux, la seule partie de mon corps que j’appréciais encore. Une fois que je jugeai qu’ils ne gouttaient plus, je déposai la petite serviette de l’hôtel sur le rebord du lavabo et me regardai, ou plutôt je m’inspectais traquant chaque imperfection. C’est quand je me tournai vers la gauche que la cicatrice sur mon omoplate m’apparu et je ne pus m’empêcher de grimacer, comme à chaque fois. Et comme à chaque fois que cette hideuse marque de mon passé m’apparaissait le souvenir de cette funeste journée me revint en mémoire…
Je secouais la tête pour chasser toute les images qui refaisaient surface, ne voulant en rien gâcher mon voyage entre amies. Je pris une de mes trousses de toilette et sortie mon fond de teint d’une main et m’en mit un peu dans l’autre main. Fixant la cicatrice dans le miroir, je commençai à étaler le fond de teint en cachant la moindre parcelle de cette partie de mon corps. Ce fut un long travail fastidieux, qui dû me prendre une bonne dizaine de minutes à tout recouvrir en faisant une gymnastique digne des plus grandes gymnastes. Une fois fini, je priai pour que cela tienne jusqu’au soir au moins. De là j’en remettrai si nous sortions faire la fête ce qui ne m’étonnerai que très peu.
Bref je perdais du temps à rêvasser. Je me lavais donc mes mains pour enlever le fond de teint qui restait et pris mon tas de vêtements. J’en extirpai un maillot de bain bleu et noir deux pièces. Je souris devant le vêtement en me souvenant de la journée shopping expresse que nous avions fait deux jours avant le vol. nous avions écumé toutes les boutiques à la quête de maillot de bain. En plein moi d’octobre à New-York ce fut un peu la quête impossible. C’est pour cela qu’après maintes supplication au près de Tante Ava je nous avais dégoté des maillots de bain de la collection d’été de l’an dernier.
Je m’habillai rapidement, j’enfilai par-dessus mon maillot de bain un petit cache cœur très court en crochet avec de grand trou adéquate à ce temps, de couleur blanche et un mini short en jean très délavé. Je mis des tongues et sortie sur la terrasse ou je découvris Charlie assise à la table de l’extérieur sirotant un cocktail de fruit tout en fixant la plage. Je regardai à mon tour cette dernière et je compris vite ce qui retenait aussi avidement l’attention de Charlie. Deux surfeurs sortirent de l’eau à quelques minutes d’intervalle. Mes yeux s’arrêtèrent directement sur le second. Un grand, blond platine, la peau mate et aux abdos subliment bien dessiner.

Le blond est pour moi !, déclarai-je en m’installant à table.

Je pris une place en face de Charlie sans quitter les surfeurs des yeux. Je pris le second verre sur la table et me servis à mon tour un cocktail de fruit et commençai à le siroter tranquillement.

Tu as déjà un plan d’action ?, demandais-je avec amusement.





Vraiment vraiment désolée de ne pas t'avoir répondu plutôt. j'espère que ce rp te plaira et si tuas le moindre soucis Mpotte moi.
Revenir en haut Aller en bas
 

« Australie, nous voilà »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « Travel The World » :: « Cross the world » :: Océanie-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit