Bienvenue sur This is it ☎️
TII ; qu'est-ce que c'est ? Un brin de folie pure et dure, comme les fesses de ces jeunes hommes ci-dessus --> , une grande famille où tout est permit ou encore une grande bande d'amis que l'on vient retrouver juste après un bon streapoker. This is it, c'est aussi un maigre hommage que nous avons souhaité rendre à notre ami et idole Michael Jackson...Quatres avatars sont disponibles. Forum actif & attractif. Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ? (;


AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Après des longues réflections & surtout une très belle vie ; THIS IS IT FERMERA SES PORTES DANS LES JOURS A VENIR. MERCI DE NE PLUS VOUS INSCRIRES. Nous avons été très heureux de partager tous ces moments avec vous. ♥️ Vous nous manquerez. NEW YORK NEVER SLEEP, ne l'oubliez pas.

Partagez | 
 

 You broke my heart once, will you do it twice?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: You broke my heart once, will you do it twice?   Dim 12 Sep - 23:04

Sixteen & Aaron


    Mon réveil se fut plutôt brutalement. Mon portable me réveilla. *Mais m*rde, qui avait pu changer sa sonnerie? Je n'en aurais jamais mise une aussi horrible.* Enfin bref, je me réveillai en sursaut et cherchai à tâton sur ma table de chevet mon petit gadget électronique pour voir qui pouvait bien m'appeller. Malgré que mes yeux étaient presque clos, je pu voir que l'appel provenait de mon suppérieur. Je décrochai en vitesse et, au même moment ou je le saluais, mon regard chercha une quelconque indication de l'heure qu'il pouvait être. Je finis par appercevoir ma montre, que j'allai chercher tout en continuant ma conversation avec mon patron.

      Citation :
      « Oui monsieur Carter, je serai à l'heure, ne vous inquiettez pas. Vingt heures tapant, pas une seconde de plus. [...] Je sais, à la moindre incartade, je suis renvoyé. Comptez sur moi monsieur, je ne commettrai pas la moindre erreur.[...] Oui, à ce soir. »


    Je fermai mon téléphone et le lançai sur mon lit avant d'attacher ma montre à mon poignet. Mes yeux s'écarquillèrent quand je remarquai qu'il était déjà quinze heures trente. C'était anormal de dormir aussi longtemps, mais quand on sait toute l'histoire, ça semble tout à coup logique.Avec les gars de la tournée, après avoir installé tout le matériel, nous sommes allés prendre une bière dans un bar. Disons que la soirée s'est éternisée, le nombre de bières ingurgitées par chacun a monté en flèche. Nous sommes rentrés, si ma mémoire est bonne, aux alentours de quatre heures du matin. Je ne sais pas pour les autres, mais pour moi la soirée fut plutôt calme, j'ai bu, mais sans que ça ne devienne excessif. Après tout, je connais mes limites. J'ai dansé avec de charmantes demoiselles, mais il n'y a rien eu de plus, pour ma part. J'ai raccompagné les gars chez eux pour finalement rentrer chez moi. Il a même fallu que je les mènent jusqu'à leur chambre tellement ils étaient perdus. Je suis certain que le patron a eu vent de cette incartade de notre part et que c'était la raison de son appel.

    Enfin, je me dirigeai vers ma commode et y sorti mes vêtements avant de me diriger vers la salle de bain pour prendre une bonne douche. Je restai trente minutes, environ, sous les jets avant de sortir. Je me séchai, m'habillai et me paignai. Un petit peu de gel dans les cheveux et hop, le tour était joué. Je décidai de me rendre tout de suite sur Broadway, ou devait avoir lieu le spectacle. De cette façon j'étais sur de ne pas arriver en retard. Je pris donc ma veste qui gisait sur le dossier d'une chaise et pris tout mon attirail, soit mes clés, mon portable et mon porte-monnaie et sorti de mon logement, direction Broadway. Je m'arrêtai en chemin pour manger un morceau et reparti de plus belle. J'y arrivai aux alentours de quatorze heures vingt-cinq.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Mar 14 Sep - 14:49




On dit que lorsqu’on rencontre l’amour de sa vie, le temps s’arrête. Et bien c’est vrai... Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que quand le temps reprend son cours, il file à une vitesse folle pour rattraper son retard.




_Bonjour mademoiselle .. James, c'est bien cela.
_Bonjour, oui. C'est exact. J'ai appris que vous vouliez me voir ?
_En effet, ne vous inquiètez pas, cela ne durera pas très longtemps. Etant donné que vous êtes nouvelle ici, nous voudrions vous posez quelques questions pour en savoir plus sur vous, si cela ne vous dérange pas.
_Non, je vous en prie, allez-y ..


Elle m'avait dit que ça n'allait pas durer longtemps mais je suis restée dans son bureau pendant une demi-heure. Il s'agissait d'une femme de l'université qui s'occupait de l'administration et je devais remplir des papiers et tout le tralala. Il y avait néanmoins quelques questions auxquelles je ne savais pas trop quoi réponde. Elle me demandait pourquoi j'étais venue vivre à New York. Il y avait tellement de raisons et la plupart sont assez difficiles à expliquer. J'ai préféré dire que j'étais venue à New York pour mes études, ce qui était en partie vraie. Et puis, j'avais pensé que je serais mieux ici que l'endroit où je vivais avant. Je ne regrettais pas ce que j'avais fait, c'était la seule chose à faire. Par contre, c'est vrai que partir sans prévenir les autres n'était pas très sympa. J'avais des amis là-bas. J'en avais pas beaucoup certes mais ils ne m'avaient jamais laissés tombés. Je repensais surtout à Aaron qui était mon meilleur ami. Je lui ai juste laissé un mot en disant qu'il était mieux pour lui de ne plus me fréquenter. J'avais peut-être fichu ma vie en l'air mais il comptait pour moi. Je pensais qu'il m'en voudrait encore d'être partie et cela me faisait mal. Tout le monde sait que c'était mon meilleur ami mais tous les deux savions qu'il se passait quelque chose entre nous mais comme je n'avais pas confiance en moi, je n'ai jamais osé lui dire que je l'aimais. Mais bon, je suis partie, inutile de repenser à tout ça. Il est à des milliers de kilomètres et a surement recommencé sa vie. Il aurait surement une petite amie, un bon boulot, il serait heureux et c'est vrai que quand je ne vais pas bien, je repense à cela et je vais beaucoup mieux. Tout ce que je veux, c'est son bonheur.

Bref, j'étais contente que l'entretien soit fini comme ça, je n'aurais plus besoin de mentir. Je n'avais pas cours aujourd'hui alors je ne savais pas trop quoi faire. Cela va faire des semaines que je suis arrivée ici et j'ai commencé à m'habituer à ma nouvelle vie. Je commenças à m'y plaire, je m'étais fait de nouveaux amis, j'avais de bonnes notes à l'université, c'était vraiment cool. En rentrant chez moi, j'ai fait un petit détour à Broadway. Ca n'était pas sur mon chemin mais je venais souvent ici. Depuis toute petite, je rêve de me produire à Broadway, surtout depuis le jour où j'ai vu mon père chanter là-bas. Je le déteste mais je me souviendrais toujours de ce jour. Il faisait ce qu'il aimait et le public l'adorait. Moi aussi, je rêvais de faire ce métier.

Je marchais donc à Broadway quand j'aperçus un visage qui m'était familié. Non, je ne rêvais pas, Aaron était bien là. Je n'arrivais pas à en croire mes yeux. Je n'arrivais pas à enelever mon sourire même si j'avais dis qu'il serait mieux pour nous de ne plus nous fréquenter. Je n'avais qu'une envie, le prendre dans mes bras et parler avec lui mais je pensais qu'il me détestait après le sale coup que je lui ai fait. Je l'ai regardé pendant un long moment, un quart d'heure si je compte bien en me demandant si je devais aller le voir ou pas. Après quelques instants, j'ai décidé de suivre mon coeur et d'aller le voir. Je me dirigeais vers lui avec mon petit air timide, ce que je n'avais jamais quand j'étais avec lui. Me sjambes tremblaient au fur et à mesure que je me rapprochais de lui. Encore quelques pas et je me retrouverais nez à nez avec lui. Il était de dos, il ne pouvait donc pas voir à quel point j'étais stressée, je respirais un bon coup et lui tatopta l'épaule.

Je suis en train de rêver ..
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Ven 17 Sep - 0:01

Sixteen & Aaron


    Je me promenais sur Broadway, me tenais à l’affût des nouveautés présentées et par le fait même, cherchai si je ne pouvais pas croiser quelques stars. On ne sait jamais, la chance aurait pu me sourire. Ce n’était pas mon jour puisque je n’en vis aucune. Je décidai ensuite de m’asseoir sur un banc près de l’endroit où je devais rencontrer mon patron ce soir, de même que l’équipe technique, soit près de notre salle. Pour passer le temps, je discutai avec quelques personnes qui m’étaient inconnues mais qui me semblaient sympathiques puis, lorsqu’elles partirent, je me levai et me dirigeai vers la salle. Je fus interrompu lorsque je sentis qu’on me tapotais l’épaule. Je me retournai pour voir qui était la personne qui m’interpellait quand j’entendis sa voix. Plus besoin de la voir, je la reconnu immédiatement. Comment aurait-il pu en être autrement? Même si je l’avais voulu, du plus profond de mon être, je savais pertinemment que j’en aurais été incapable, malgré la souffrance que j’avais ressenti suite à son départ précipité et surtout, inexpliqué. Vous savez, quand vous aimez profondément une personne, vous faites apprenez à vivre avec leurs défauts, à passer outre leurs erreurs et c’est bien ce que j’avais l’intention de faire. Après tout, oui j’étais ici pour le travail, mais j’étais aussi à New-York pour lui avouer mes sentiments. Enfin bref, je fit demi-tour pour lui faire face. Elle n’avait pas changé. Je ne pu m’empêcher de la détailler. Ses cheveux ondulés qui tombaient sur ses épaules, ses grands yeux noisette, ses lèvres. Je constatai alors qu’elle m’avait manqué plus que je ne le croyais. Malgré que les mois aient passés, malgré qu’elle soit partie sans trop d’explications hormis ce mot, malgré tout, elle restait Sixteen, cette fille qui était ma meilleure amie et pour qui j’avais des sentiments. Je tentai de m’assurer que je ne rêvais pas, fermant les yeux quelques secondes, pourtant, en les ouvrant, elle était toujours là, devant moi. Comment devais-je réagir? Je n’en savais trop rien. Devais-je lui sourire? Ou plutôt, lui en vouloir? Devais-je fuir en courant, la prendre dans mes bras? Je ne savais pas. J’avais imaginé tant de scénarios dans ma tête, mais jamais aucun ne correspondait à la réalité. C’était toujours ainsi. Moi qui avait une imagination débordante, je n’arrivais jamais à me contrôlé. Toujours, elle vagabondait, imaginant les pires scénarios pour les pires situations. Je murmurai alors, cette phrase plus pour moi même qu'en réponse à ce qu'elle avait dit.

      « Si c’est un rêve, ne me réveillez pas. »


    Pourtant, tout me poussait à croire que ce moment était bel et bien réel. Son parfum masquant tout à coup les odeurs s’échappant des kiosques des vendeurs de hot-dogs, de poubelles, enfin, tout ce qui faisait parti de la ville de New-York, pour, au final venir chatouiller mes narines, me faisant ressentir une agréable sensation de familiarité dans ce brouhaha qui m’était toujours très peu connu. J’avais trouvé des repères. Enfin, je repris mes esprits et questionnai Sixteen, cette fois d’une voix plus forte.

      « Alors, c’est ici que tu te caches depuis tout ce temps? »


[HJ : Désolé de la piètre qualité de la réponse. ::deçu:: ]
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Dim 26 Sep - 23:50




On dit que lorsqu’on rencontre l’amour de sa vie, le temps s’arrête. Et bien c’est vrai... Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que quand le temps reprend son cours, il file à une vitesse folle pour rattraper son retard.

Biensur, je ne regrettais pas d'être venue ici, c'était la seule chose à faire mais j'étais triste de ne pas être avec Aaron. Je savais que j'aurais du lui dire tout ce que je pensais, que je l'aimais à la folie et ce, depuis la première fois que je l'avais vu mais je n'ai jamais été douée pour exprimer mes sentiments. Biensur, il aurait pu se passer quelque chose entre nous mais nous avions tous les deux peur. Lui aussi aurait pu exprimer ses sentiments mais je le connaissais, il était comme moi, il refusait de faire le premier pas. Bien que .. Je me demande s'il l'aurait fait si j'étais restée. Mais bon, je suis partie alors pourquoi se torturer ainsi ?

Enfin bref, j'avais fait un petit détour par Broadway. En fait, il m'arrivait souvent de venir ici quand je n'avais pas le moral. Comme tout le monde, j'ai des coups de blues, surtout quand je repense à ma mère alors je viens ici. Je me dis que je devais me battre pour réaliser mes rêves et que venir à New York m'aiderait à tout recommencer. Ca me donne l'envie de continuer. Quand je me dis que je n'ai personne à qui parler, que je galère et que j'ai envie de tout plaquer, il suffit d'une bonne chanson pour me remonter le moral. La musique, c'est toute ma vie. Je veux faire carrière dans ce domaine. Un jour, on se souviendra de mon nom et pas seulement à cause de mon père mais parce que moi aussi, je serais célèbre. D'ailleurs, les gens aiment bien rire de moi à cause de ça. On me dit souvent que je suis optimiste et que personne ne devient une star comme ça, qu'il y avait des milliers d'artistes dans le monde et ce n'est pas moi qu'on va prendre pour faire un album. Mais ils n'arriveront jamais à enlever mon rêve de la tête.

J'étais donc en train de me promener dans les rues de Broadway quand je suis tombée sur Aaron. Moi qui déprimait et qui disait que j'étais à moitié heureuse car Aaron n'était pas avec moi. Maintenant que je savais qu'il était en ville, je n'avais plus à me plaindre. Je suis restée plantée là dans les rues de Broadway pendant quelques secondes pour reprendre mes esprits mais aussi pour savoir si oui ou non, j'allais vers lui. J'étais quand même partie sans le prévenir. Même s'il ne s'était pas passé quelque chose entre nous, c'était aussi mon meilleur ami et une amie ne faisait pas ça. J'aurais du être honnête avec lui, ce que je n'ai pas fait depuis le début. Je m'en voulais beaucoup. Ce que je ne comprendrais pas, c'est qu'il ne m'en veuille pas car moi, je trouve ce que j'ai fait impardonnable. J'ai pris mon courage à deux mains et es allée lui parler.

J'avais l'impression de rêver en fait. Combien de fois j'ai rêvé que je le retrouvais, que nous faisions la paix, que je lui avouais enfin ce que je resentais et qu'il me dise que c'était réciproque. Il se retourna enfin et je pus l'admirer de près. Son visage, son rire, son sourire, son parfum, tout m'avait manqué. J'avais une folle envie de le prendre dans mes bras mais j'essayais de me contrôler. J'attendais qu'il me dise quelque chose. Mon coeur battait à mille à l'heure. Je ne serais pas surprise si j'avais une attaque. Je l'entendis alors murmurer quelque chose que je n'arrivais pas trop à entendre. Il me dit après que c'était ici que je me cachais depuis tout ce temps. Je savais que je lui devais des explications, c'était obligé. Et puis, peut-être que comme ça, il pourrait me pardonner, s'il connaissait tous les faits.

Oui, c'est à New York que je vis, dis-je avec un demi sourire. Ecoute ... Je sais ce que tu penses, je suis partie sans te dire un mot. Je m'en veux, vraiment beaucoup. Je n'arrête pas de me dire que je n'ai pas été honnête avec toi. Je regrette ce que je t'ai fait .. D'un autre coté, je pense toujours ce que je t'ai écrit l'autre jour. Je pense que je t'ai fait assez de mal et que tu mérites mieux que moi. Mais cela n'excuse pas le fait que je sois partie sans te dire au revoir mais tu sais très bien que je hais les adieux et comme je tenais énormément à toi, je savais que ça allait être difficile. Et maintenant, je vais arrêter de parler. Tu me connais, dès que je suis nerveuse, je me mets à parler beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Lun 27 Sep - 2:09

Sixteen & Aaron



    J’étais arrivé à New-York depuis quoi, une semaine à peine. J’étais là bien évidemment pour Sixteen, mais jamais je n’aurais cru la croiser aussi rapidement. Enfin, maintenant qu’elle était là devant moi, je comptais bien avoir des explications … et lui dire la vraie nature de mes sentiments. Je dois avouer que j’avais une idée de ce que je comptais faire, mais tant que vous ne vivez pas le moment à propos duquel vous ne cessez de penser et d’imaginer milles et un scénarios, vous ne pouvez rien prévoir. C’était mon cas. Dieu sait combien de fois je me voyais face à elle, dans divers lieux, et j’imaginais chaque mots que l’on aurait pu se dire, mais le scénario qui se présentait à moi ne m’était en rien familier. Sa seule proximité me rendait nerveux. Mes sentiments devinrent confus. Devais-je lui en vouloir ou être heureux de la revoir puisque c’était mon but? J’avais envie de la prendre dans mes bras, de lui dire que je l’aimais, mais au fond de moi, j’avais toujours cette petite voix qui me disait que je ne devais pas lui pardonner, qu’elle m’avait blessé. Je fus interrompu dans tout mon questionnement intérieur lorsqu’elle prit la parole. Probablement était-elle aussi nerveuse que moi parce qu’elle parlait vite, elle semblait partie sur sa lancée, plus rien ne pouvait l’arrêter. Elle sembla le réaliser puisqu’elle se stoppa de son propre gré. J’écoutais à moitié ses paroles, pourtant je les comprenais toutes. Mon regard se posa sur ses lèvres et monta en direction de ses yeux, là ou il s’accrocha. Une phrase capta mon attention, celle ou elle disait qu’elle pensait ce qu’elle avait écrit dans sa lettre, que je méritais mieux qu’elle. Ces paroles me mirent presque hors de moi. Comme si elle pouvait savoir ce que je méritais, ce que je désirais. Une fois qu’elle se soit arrêté de parler, un sourire, aussi léger soit-il, apparu sur mes lèvres et je pris la parole.

      « Je dois t’avouer que je ne comprends toujours pas pourquoi tu es parti, mais j’imagine que tu avais tes raisons. Je me suis toujours demandé ce que j’avais fait de mal, ce que j’avais dit qui aurait pu te blesser au point que tu veuilles partir, je n’ai pas trouvé. Pendant ces six mois, j’ai cru que j’allais devenir fou. Ton départ, c’était la seule chose à laquelle je pensais. Je pense que tu n’as pas saisis l’importance que tu avais pour moi … et que tu as toujours d’ailleurs. Je sais que tu hais les adieux et je crois que ça aurait été difficile pour nous deux, mais ça aurait probablement fait passer ton départ plus facilement pour moi, j’aurais peut-être moins souffert. »


    Au moment où je disais ces paroles, je doutais de l’exactitude de mes propos. Je savais pertinemment que rien n’aurait pu apaiser la peine que j’ai éprouvée lors qu’elle est partie.

      « Et tu sais, quand tu dis que je méritais mieux, je crois que tu te trompes. »


    Les mots coulaient de source, je n’avais même pas besoin de réfléchir à ce que je disais, je laissais mon cœur parler. Je sentais par contre que j’étais sur le point de tout lui avouer. J’hésitai un moment avant de prendre une grande respiration, comme si ça allait réellement me donner le courage de lui dire, et repris la parole.

      « Tu ne sais pas tout ce qui se passe dans ma tête, je veux dire, peut-être que je mérite mieux, mais la question est plutôt, est-ce que je veux autre chose? Est-ce que je veux quelqu’un d’autre? Tu sais j’ai jamais été très doué quand vient le temps de montrer mes sentiments. J’ai trop de mots qui se bousculent dans ma tête, ça se mélange, enfin. Tout ça pour te dire que c’est toi que je veux et personne d’autre Sixteen. »


    À ce moment, la gêne s’empara de moi. J’avais probablement trop parlé, mais ce que je voulais lui dire depuis si longtemps avait enfin sorti de ma bouche. Ces mots que je retenais, je les lui avais enfin dits. En une fraction de seconde, mon regard se posa sur le trottoir puis je fixai mes pieds.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Mer 29 Sep - 16:30




On dit que lorsqu’on rencontre l’amour de sa vie, le temps s’arrête. Et bien c’est vrai... Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que quand le temps reprend son cours, il file à une vitesse folle pour rattraper son retard.

Je savais que je devais arrêter de réfléchir. Mon vœu le plus cher depuis des semaines vient de se réaliser. Je ne pensais plus le revoir. C'était évident. Il ne savait pas où je me trouvais puisque dans ma lettre, je ne lui avait rien dit de l'endroit où j'allais et je ne comptais pas revenir dans mon ancienne ville. C'était hors de question, je connaissais beaucoup trop de monde qui me détestaient là-bas. Enfin bref, je pensais que c'était fini entre nous, bien que je ne pouvait même pas dire cette phrase, il ne s'est jamais rien passé entre nous et c'est en grande partie ma faute.

Je ne devais pas faire comme s'il ne s'était rien passé, je lui devais des excuses ainsi que des explications et il était grand temps pour moi de les lui donner. Je n'avais pas envie d'être en froid avec lui et je n'avais pas du tout envie qu'il pense que je suis lâche. Je sais, on a l'habitude de m'entendre dire que je me fiche de ce que pense les autres mais son opinion compte et comptera toujours pour moi. Je ne le lui ai peut-être pas dit mais il sait que je tiens beaucoup à lui. Des fois, je n'avais même pas besoin de parler qu'il savait très bien ce que je pensais.

Je m'étais lancée alors dans un récit pour tenter de lui expliquer pourquoi j'étais partie et pourquoi je ne lui avais rien dit. J'étais de plus en plus nerveuse, j'aurais parier que je tremblais mais je n'avais pas pris la peine de regarder, je soutenais son regard. Sachant à un moment que je parlais de trop, j'ai décidé de me taire avant de dire quelque chose que je ne veux pas. Aaron me dit qu'il s'est toujours demandé ce qu'il avait de mal, ce qu'il avait dit qui aurait pu me blesser pour que je parte. Je ne pouvais pas écouter ça, il savait très bien qu'il n'y était pour rien. C'était ma vie qui n'allait pas, je ne pouvais pas rester là et ce n'était pas de sa faute. Je devais assumer mes erreurs, si je suis partie, c'était juste à cause de moi. Il continuait de parler et il me mettait de plus en plus mal à l'aise.

Si je suis partie, ce n'est pas à cause de toi. Tu ne peux pas penser ça .. Tu es la raison pour laquelle je regrette d'être partie mais je n'avais pas le choix .. Crois moi. Je sais que je n'aurais pas du partir comme ça mais je pensais que c'est la bonne chose à faire à ce moment-là. Je ne pense pas que je me trompe. Dis moi ce que je t'ai fait à part te faire souffrir. Et quand on était ensemble, que faisait-on ? On passait notre temps à des soirées, à se bourrer la gueule ! Je n'ai pas toujours été une bonne personne et je pensais que c'était mieux pour toi que tu ne me voies plus, même si ça me faisait du mal.

Je portais malheur, voilà la vérité. Ce n'est pas en faisant la fête avec lui et en buvant des verres que je me suis comportée comme une amie bien que ça nous a aussi beaucoup rapproché. Je ne peux pas dire que je regrette non plus parce que ça m'a permis de le connaître et c'est devenu mon meilleur ami. J'avais peur de ce qui allait venir ensuite. Je le voyais cogiter.


« Tu ne sais pas tout ce qui se passe dans ma tête, je veux dire, peut-être que je mérite mieux, mais la question est plutôt, est-ce que je veux autre chose? Est-ce que je veux quelqu’un d’autre? Tu sais j’ai jamais été très doué quand vient le temps de montrer mes sentiments. J’ai trop de mots qui se bousculent dans ma tête, ça se mélange, enfin. Tout ça pour te dire que c’est toi que je veux et personne d’autre Sixteen. »

Voilà qui compliquait bien les choses ! Qu'est-ce que je devais dire ? Biensur, j'étais rassurée, je ne m'étais pas fait de films, il s'était bien passé quelque chose entre nous, il ressentait la même chose que moi, j'étais heureuse en ce moment. Mais comme je l'avais dit avant, je n'avais pas envie de le faire souffrir. *Vas-y ! Dis quelque chose * Je n'arrêtais pas de me dire ça mais rien ne sortait de ma bouche. Je ne savais pas quoi faire à présent. Tout en douceur, je le pris dans mes bras. J'en avais vraiment besoin.

Moi aussi, c'est toi que je veux. C'est toi que j'ai toujours voulu. Mais je n'ai pas envie de te faire de mal ou qu'il t'arrive quelque chose par ma faute. Je préfère qu'il ne se passe rien entre nous que de te voir souffrir, même si ça ne me convient pas. Tu comptes beaucoup plus que tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Sam 2 Oct - 4:52

Sixteen A. James & Aaron K. Collins
I know I’m not alone I’m not the only one who is broken and I know I’ll never let you go I could watch the world pass by just as long as it’s you and I ♫


    Je dois avouer, j’avais de la difficulté à la regarder droit dans les yeux. Après tout, c’était comme si je rejetais la faute sur elle. Elle avait sa part de responsabilité, c’était certain, mais j’Avais peut-être aussi trop réagis suite à son départ. Mon regard se perdait dans les alentours. Je ne pouvais et ne voulais pas la regarder droit dans les yeux. Ce fut un échec lamentable puisque dès qu’elle reprit la parole, mon regard se posa sur elle, s’accrocha au sien. Je l’écoutais toujours avec autant d’attention, buvant presque ses paroles, même si elles me blessaient.

      « Si je suis partie, ce n'est pas à cause de toi. Tu ne peux pas penser ça .. Tu es la raison pour laquelle je regrette d'être partie mais je n'avais pas le choix .. Crois moi. Je sais que je n'aurais pas du partir comme ça mais je pensais que c'est la bonne chose à faire à ce moment-là. Je ne pense pas que je me trompe. Dis moi ce que je t'ai fait à part te faire souffrir. Et quand on était ensemble, que faisait-on ? On passait notre temps à des soirées, à se bourrer la gueule ! Je n'ai pas toujours été une bonne personne et je pensais que c'était mieux pour toi que tu ne me voies plus, même si ça me faisait du mal. »


    J’affichai un mince sourire, me remémorant, alors qu’elle en parlait, de nos soirées de folie. Cependant, plus elle parlait, plus mon sourire se fadait. Je veux dire, elle disait qu’elle ne me faisait que souffrire dans ce temps qui, aujourd’hui, me semble si lointain. Pourtant, de mon point de vue c’était une toute autre histoire. Ces soirées, pour le peu que je me rappelles, avaient étés géniales. Il était vrai que j’aurais préféré me souvenir de toutes ces soirées, mais celles dont je me rappelais étaient plutôt mémorables. Après tout, ce qui comptait pour moi c’était d’être avec elle. Enfin bref, après que je lui aies avouer mes sentiments, elle me prit dans ses bras, pourtant, j’avais pu comprendre, rien qu’à voir son regard, que ce n’était pas parce qu’elle était heureuse de ma déclaration. Ses propos confirmèrent mes pensées. Enfin, à moitié. Je dois avouer, après ce qu’elle dit, j’était un brin confus. Elle m’aimait aussi, j’aurais du être heureux, pourtant il y avait un bémol. Pourquoi avait-elle peur de me faire souffrir? Je veux dire, jamais je n’ai été plus heureux que quand j’étais avec elle. Les mois passés loin d’elle avaient été très douloureux. Mes bras entourèrent sa taille, je la serrai un peu contre moi, tout comme elle le faisait. Mon regard se perdit tout de fois à l’horizon, je ne fixais rien en particulier.

      « Tu ne sembles pas comprendre! »


    J’avais lâché cette phrase d’un ton presque colérique. Il était vrai, j’étais furieux. Pourquoi pensait-elle à ce qu'elle croyait m'avoir infligé pendant ces dernières années, je veux dire, elle était trop fixée sur cette idée qu’elle m’avait blessée. Jamais elle ne m’avait blessée, sauf quand j’ai lu ce petit mot. Enfin, c’était idiot de s’emporter pour ça. Mes bras la relâchèrent et je reculai d’un pas. Je fermai les yeux et pris une respiration. Je repris sur un ton plus calme.

      « Je t’aime Sixteen. Les seuls moments où tu m’as blessé sont le jour ou tu es partie et maintenant, en me disant que tu ne veux pas. Tu sais, toutes ces soirées, même si je ne m’en souviens pas très clairement, sont probablement les meilleures que j’ai vécu. Pourquoi? Parce que tu étais là, avec moi. »


    Alors, je posai ma main sur sa joue et plongeai mon regard dans le sien. Un sourire se dessina sur mon visage. Il n’était pas très grand, c’était certain, mais tout de même présent. Ma main caressa sa joue avec douceur avant de retomber le long de mon corps. Peut-être que j’en mettais trop, peut-être que j’insistais trop, peut-être que mes efforts étaient inutiles, mais c’était elle que je voulais et depuis longtemps. C’était elle et personne d’autre. Ce n’était pas seulement de l’amour que je ressentais à son égard, je veux dire, j’avais besoin d’elle. J’avais été séparé d’elle bien trop longtemps, je ne comptais en aucun cas la laisser partir. J’étais prêt à tout pour qu’elle reste avec moi.


Dernière édition par Aaron K. Collins le Dim 7 Nov - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Mer 6 Oct - 15:48




AARON K. COLLINS & SIXTEEN A. JAMES



En repensant à cette discussion, je comprenais pourquoi je ne lui avais pas dit au revoir. C'était difficil pour moi de parler de cela car je ne voulais pas lui faire de peine mais je savais que c'est que j'allais finir par faire à la fin. Prenons par exemple ma mère, j'aurais du réagir. Quand elle avait commencé à boire, j'aurais du lui dire d'arrêter. Enfin, c'est ce que j'ai fait mais une fois qu'elle s'énervait, j'abandonnais. Résultat, je ne l'a reverrais plus jamais. Je m'étais comportée en fille indigne. Des fois, je me dis que je n'étais pas responable, que je n'étais pas coupable mais j'aurais pu changer les choses. J'ai fais tellement d'erreur et je n'ai pas envie qu'Aaron en souffre ou qu'il regrette d'être sortie avec moi.

J'avais parlé de nos soirées. Bien sur, on avait passé de bons moments. Et puis, c'est à une soirée que nous nous sommes connues mais je ne m'imagine pas raconter à mes enfants que j'ai rencontré la première personne que j'ai aimé à une soirée, qu'on passait notre temps à se bourrer la gueule. C'est une partie de mon passé dont je ne suis pas fière. J'ai fait des erreurs depuis la mort de ma mère, d'énormes erreurs. C'est pour ça aussi que j'évite d'aller à des soirées, c'est beaucoup trop tôt pour moi et je n'ai pas envie de replonger. Je suis clean maintenant et je n'ai pas envie de changer. Mais oui, j'ai quand même aimé les moments où j'étais avec lui, je me sentais vivre. Dans ces moments-là, il n'y avait que nous qui comptaient. J'aimais ces soirées parce qu'il était avec moi.

Il m'avait dit qu'il m'aimait et j'en étais heureuse. J'aurais du me contenter de ça. Mais étais-je vraiment prête à me lancer dans une relation ? Je l'aimais aussi, c'est un fait. Il n'y a que lui que j'ai aimé, lui seul comptait mais j'ai peur de tout gâcher. Je n'avais pas envie que ça tourne mal et de le perdre définitivement car je sais que je ne m'en remettrais jamais. Je n'avais que lui sur cette terre, je n'avais plus de famille, je n'avais pas vraiment d'amis. Je l'avais pris dans mes bras, j'en avais envie depuis pas mal de temps. Je n'avais même pas envie de parler, je voulais rester comme cela mais je savais ce que je devais faire.

Il dit ensuite que je ne le comprenais pas. Je voulais juste qu'il se mette à ma place. Si ça ne tenait qu'à moi, j'enverrais tout valser et nous partirions que tous les deux mais pour une fois, je devais arrêter de penser à moi et prendre les bonnes décisions. Je portais malheur et je n'avais pas envie que notre histoire finisse mal, je n'avais tout bonnement pas envie qu'elle se termine. Je le vis s'éloigner, je pouvais comprendre qu'il soit en colère. J'étais une fille compliquée, voilà pourquoi j'ai pris mes distances. Il me dit ensuite qu'il m'aimait. Cela me faisait plaisir mais je ne savais plus quoi lui dire. Je l'aimais aussi, il le savait très bien. Devais-je nous laisser une chance ? Ou devais-je rester sur mes positions, ce qui serait mieux pour nous deux.

Je t'aime aussi, tu le sais. Je t'aime depuis le début, tu es la seule personne qui me reste. Mais c'est toi qui ne semble pas me comprendre.

Je voyais qu'il était déterminé, qu'il n'allait pas me lâcher avant que je ne cède. Ce fut à mon tour de reculer. Je crois qu'il était temps de parler de ma mère, de lui dire ce que je pensais de cela, lui dire à quel point je me sentais mal par rapport à ça, dire que je me sens coupable. Ca n'allait pas être facil puisque je n'en avais jamais parlé à qui que ce soit. J'ai toujours tout gardé pour moi, c'était un sujet sensible et je ne me sentais pas prête à en parler.

Si je suis partie, c'est parce que j'avais envie de tout recommencer. Je ne voulais plus avoir affaire à ma famille. C'est moi qui a retrouvé ma mère le jour de sa mort. Je me sens coupable. Elle est morte à cause des calmants et de l'alcool. Je me dis que si j'étais intervenue, si je lui avais dit d'arrêter, elle serait toujours vivante. J'ai l'impression que tout ça est de ma faute ..

Je me suis arrêtée là car je savais ce qui allait se passer, je ne réussirais plus à parler, les larmes vont venir et je vais déprimer pendant des jours et des jours. Je me tenais encore éloignée de lui, je n'avais plus envie de parler mais je devais continuer. Il ne verrait surement pas le rapport avec lui alors je voulais m'expliquer.

Tu ne vois sans doute pas le rapports mais comme je te l'ai dit, je n'ai pas envie de te faire souffrir. Je porte la poisse, tous les gens que j'ai fréquentés ont eu des problèmes. Et si je ne me conduis pas en "petite amie modèle", hein ? Je ne me suis jamais pardonné le fait de ne pas avoir aidé ma mère, je n'ai pas envie que ça arrive aussi avec toi. Tu es la seule personne qui compte pour moi.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Dim 10 Oct - 0:33


Sixteen & Aaron

Turn around,
Turn around and fix your eye in my direction
So there is a connection.
Now I can't speak,
I can't make a sound
To somehow capture your attention
I'm staring at perfection.
Take a look at me so you can see
How beautiful you are.

    J’avais trouvé le but de ma journée. J’avais la ferme intention de rentrer chez moi, ma main dans la sienne et nous serions heureux. Je serais en retard au meeting, je me ferais renvoyer, je m’en foutais. En ce moment, tout ce qui m’importait c’était elle et le nous qui était futur et conditionnel. Très incertain. Pourtant, je m’y accrochais et j’espérais. Je savais me montrer très têtu lorsque je le voulait. Et pour le moment, elle était tout ce que je voulais, j’étais prêt à tout pour elle et elle devait le comprendre. Ses deux premières phrases qu’elle prononçât me firent sourire. Elle m’aimait, pourtant je savais que ça ne serait pas aussi simple. Ça ne pouvait pas l’être. Effectivement, il y avait un bémol. Elle recula d’un pas. Je remarquai qu’elle semblait hésitante. J’aurais voulu l’inviter à se confier, mais je n’eus pas besoin de le faire, elle se mit à me parler de sa mère, sujet que nous n’avions jamais aborder ensemble, sa famille. Plus elle parlait, plus je me sentais mal. Je culpabilisais. Je n’avais pas été assez présent pour elle. Elle disait qu’elle avait l’impression que tout était de sa faute, pourtant j’avais aussi l’impression d’avoir ma part d’erreur. De façon instinctive, un automatisme, je me rapprochai d’elle et la serrai dans mes bras un instant. Après quelques secondes, minutes peut-être, je défis mon étreinte. Je ne comprenais pas vraiment le rapport entre sa mère et moi en cet instant, pourtant, qu’elle se confie à moi me touchait. Elle du voir cette incompréhension dans mes yeux puisqu’elle s’expliqua derechef.

      « Tu ne vois sans doute pas le rapports mais comme je te l'ai dit, je n'ai pas envie de te faire souffrir. Je porte la poisse, tous les gens que j'ai fréquentés ont eu des problèmes. Et si je ne me conduis pas en "petite amie modèle", hein ? Je ne me suis jamais pardonné le fait de ne pas avoir aidé ma mère, je n'ai pas envie que ça arrive aussi avec toi. Tu es la seule personne qui compte pour moi. »


    Un demi-sourire prit naissance au coin de mes lèvres. Je ne savais pas si c’était bien ou mal. Je ne savais pas si ses propos mes blessaient ou me rendaient heureux. Enfin, fixai mon regard droit au sien avant de prendre parole.

      « Ça me touche que tu me fasses confiance, que tu me parle de ça. Je vois que ça t’affecte encore beaucoup et je le comprends. Je sais que ce que je dirai n’aura peut-être pas d’impact sur toi, ne te feras pas nécessairement du bien, mais je ne peux pas juste ne rien dire. Enfin, ta mère était un adulte. Elle savait ce qu’elle faisait. Probablement que tes paroles n’auraient rien changer. Je ne veux pas paraître insensible, mais c’est ce que je crois. Tu n’as pas à culpabiliser autant pour sa mort. Je convient que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais tu n’es pas seule pour passer à travers. »


    Alors, je pris sa main dans la mienne, appuyant ainsi mes propos. Je repris ensuite la parole, répondant à ses seconds propos.

      « Je crois comprendre ton point de vue, mais tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. De toute façon, prendre le risque de s’embarquer c’est d’accepter qu’un jour, on risque de souffrir. Seulement, je me dis que le bonheur que j’éprouverais à vivre à tes côtés vaudrait amplement la peine si jamais je venais à souffrir. Et puis, pour ce qui est de la petite amie modèle, dis toi que je suis tombé amoureux alors qu’on n’était tous les deux tombés bien bas. Et puis, peu importe comment tu agis, à moins que ça ne soit vraiment pas acceptable dans le genre un trompe l’autre, je sais que je t’aimerai toujours. Je t’aime pour qui tu es et non pas pour ce que tu fais ou la façon dont tu agis. »


    Alors je lui adressai un large sourire. Je tenais toujours sa main dans la mienne, j’avais même commencé à la caresser à l’aide de mon pouce sans m’en rendre compte.


Dernière édition par Aaron K. Collins le Dim 7 Nov - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Dim 17 Oct - 17:49




AARON K. COLLINS & SIXTEEN A. JAMES



Je l'aimais, c'était évident. Tout le monde vous le confirmera mais ce n'était pas suffisant à mes yeux. Je n'ai jamais été douée pour les relations amoureuses. Je n'avais pas envie de tout faire foirer même si je n'avais qu'une envie, l'embrasser et passer le reste de mes jours avec lui. Je n'arrêtais pas d'y réfléchir. Peut-être que j'avais tort de me montrer aussi distante, peut-être que notre amour était la seule chose qui comptait et je devais arrêter de penser au reste .. Ou peut-être que j'avais raison et que je devais continuer à lui tenir tête, même si cela me brisait le cœur. J'avais alors décidé de lui parler de ma mère. Pourquoi ? Tout simplement parce que je voulais qu'il me comprenne et qu'il sache à quel point c'est difficile pour moi de lui dire non mais que je n'ai pas le choix, que je n'ai pas envie de lui briser le cœur encore une fois, je ne pourrais pas le supporter. Je n'avais jamais parlé de ma mère avec les autres. C'était un sujet sensible. Dès que je me mettais à parler d'elle, je commençais à pleurer. Depuis sa mort, je ne me suis jamais confiée à qui que ce soit. Les gens se posent souvent des questions à propos de mon passé, parce que je ne leur ai jamais rien dit de cela. A chaque fois qu'il abordait le sujet, je commençais à parler d'autre chose, leur faisant bien comprendre que je n'avais pas envie de parler de ça avec eux. Après lui avoir raconté mon histoire, Aaron s'était rapproché de moi et il m'avait pris dans mes bras. Savoir que j'avais quelqu'un qui m'aidait, qui connaissait enfin mon histoire, ça m'avait soulagée. Après un court instant, il m'avait répondu. Il avait essayé de me réconforter, en disant que je n'étais pas coupable. Je me disais tout le temps cela mais quand ça sortait de la bouche de quelqu'un d'autre, c'était encore mieux car là, je savais que je n'aurais rien pu changer.

« Je crois comprendre ton point de vue, mais tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. De toute façon, prendre le risque de s’embarquer c’est d’accepter qu’un jour, on risque de souffrir. Seulement, je me dis que le bonheur que j’éprouverais à vivre à tes côtés vaudrait amplement la peine si jamais je venais à souffrir. Et puis, pour ce qui est de la petite amie modèle, dis toi que je suis tombé amoureux alors qu’on n’était tous les deux tombés bien bas. Et puis, peu importe comment tu agis, à moins que ça ne soit vraiment pas acceptable dans le genre un trompe l’autre, je sais que je t’aimerai toujours. Je t’aime pour qui tu es et non pas pour ce que tu fais ou la façon dont tu agis. »

Je lui souris, il avait vraiment les mots qu'il faut pour rendre heureuse. Il arrivait petit à petit à me faire changer d'avis. De toute façon, je voyais bien qu'il était déterminé et que je n'arriverais pas à le dissuader de me laisser partir. Je le pris encore une fois dans mes bras, je ne savais pas quoi dire sur le moment. J'avais juste besoin de le serrer contre moi. Je n'arrivais plus à le repousser, ce n'était pas ce que je voulais.

Tu ne lâcheras pas l'affaire, n'est-ce pas ?



| Désolée du retard ! :/ Je sais c'est nul mais je me rattraperais la prochaine fois, promis ler
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Dim 17 Oct - 20:29


Sixteen & Aaron

And i've always lived like this
Keeping it comfortable,
distance, and up until now
I'd sworn to myself that I'm content
With loneliness
Because none of it
was ever worth the risk, but...
You, are, the only exception

    J’espérais l’avoir soulager avec mes paroles, même si je doutais de l’efficacité de ces mots. Pourtant, j’ose espérer qu’elle se sentit un peu soulagée. Ma main toujours dans la sienne, je ne voulais pas la lâcher. Ce n’était qu’un simple contact, mais pourtant, il signifiait beaucoup pour moi. Après que je lui aies fait ma petite déclaration, je vis un sourire s’afficher sur son visage. Automatiquement, son sourire engendra le mien. Alors, elle me prit dans ses bras. Avais-je gagner? Je ne sais pas, mais je crois que j’étais sur le point d’atteindre mon but. Elle me posa une question qui ressemblait plus à une affirmation qu’à autre chose.

      « Non, je n’ai pas l’intention de renoncer. »


    J'avais toujours été très têtu et lorsque je voulais quelque chose, je faisais tout pour l’obtenir. Il se trouvait qu’elle était, en ce moment précis, tout ce que je voulais, alors il était clair que je ne la laisserais pas partir une seconde fois. Ma main lâcha la sienne et mes bras entourèrent sa taille, la serrant un peu plus contre moi. Je penchai la tête et enfouis mon visage dans ses cheveux. Lorsque j’inspirai, son parfum vin chatouiller mes narines, me remémorant une vague de souvenirs. Je restai ainsi, immobile je ne sais combien de temps, à savourer ce moment auquel je rêvais depuis si longtemps. Il fallu que mon portable, dans la poche de mon jeans, se mette à sonner et vienne interrompre ce moment. Je défis mon étreinte, reculai d’un pas et plongeai ma main dans ma poche frénétiquement. Une fois que ma main toucha l’objet, je le saisis, le sortis de ma poche et l’ouvrit. Je le portai à mon oreille après avoir regarder de qui l’appel venait. C’était un des gars de l’équipe. Peut-être était-il déjà dans la salle, prêt pour le meeting, peut-être m’avait-il vu en compagnie de Sixteen? Je n’en avais aucune idée et je ne le saurais probablement jamais puisque j’éteignis mon cellulaire avant de le replonger dans ma poche. Mon regard se porta de nouveau vers la demoiselle qui se tenait en face de moi. Vooyant dans son visage une certaine interrogation quant à la nature de l’appel que je venais de recevoir, je pris la parole.

      « C’était un des gars avec qui je travaille. Probablement pour me rappeler que nous avons un meeting dans … »


    Je jetai un coup d’œil à ma montre avant de reprendre.

      « Dix minutes. »


    Je la serrai de nouveau dans mes bras. Je m’en fichais de perdre mon job, je pourrais en trouver un autre, cependant, si je venais à perdre Sixteen une seconde fois, je ne suis pas sur qu’elle, je pourrais la retrouver, la reconquérir. Elle était plus importante à mes yeux que tout.


Dernière édition par Aaron K. Collins le Dim 7 Nov - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Mer 20 Oct - 19:28




AARON K. COLLINS & SIXTEEN A. JAMES



Cela m'était vraiment difficile de le repousser à chaque fois, surtout qu'il ne m'aidait vraiment pas ! J'aimerais bien qu'il se mette à ma place pour comprendre ce que je vis. Je n'ai pas envie de gâcher la vie d'une autre personne. Je pense encore que je n'aurais pas du naître. J'ai passé ma vie à détruire celle des autres, surtout celle de ma mère. Et mon père qui doit se la couler douce en ce moment, il ne sait pas tout ce que j'ai du traverser. Il s'est comporté en un père indigne, il n'était jamais présent, il a laissé tomber sa femme alors qu'elle avait énormément besoin de lui. J'ai eu des nouvelles de lui récemment, cela ne veut pas dire que je m'intéresse à lui mais c'est une star et que je le veuille ou non, je vois tout le temps son visage dans les magazines. Apparemment, il s'est trouvé une nouvelle conquête et il devient moins populaire. Tant mieux, il n'a que ce qu'il mérite. Je n'ai même pas cherché à savoir s'ils parlaient de moi dans l'article. Il n'arrêtait pas de dire que j'étais tout pour lui aux journalistes mais je savais très bien que c'était faux, pourtant je gardais le silence .. J'étais trop gentille.

Mais revenons à nos moutons, j'étais toujours dans les bras d'Aaron, je n'arrivais plus à le repousser. Je savais aussi que j'avais le droit de penser à moi pour une fois et prendre le risque mais je ne pouvais pas m'empêcher de rester prudente. C'est par précaution, j'éviterais de souffrir comme ça et les autres ne subiront pas les conséquences de mes actes.

« Non, je n’ai pas l’intention de renoncer. »

C'était la première fois que je voyais quelqu'un qui tenait à ce point-là à moi. Aaron était un garçon formidable, c'est pour ça que je n'ai pas envie qu'il sorte avec quelqu'un comme moi, il mérite tellement mieux mais j'ai beau tout faire pour m'éloigner de lui, il continuait de s'attacher à moi. Je l'aimais vraiment donc c'était vraiment dur pour moi. Il se blottit alors dans mes bras, rendant les choses beaucoup plus difficiles mais je ne le repoussais pas. Nous sommes restés comme ça pendant un moment, j'en profitais aussi. Ensuite, le téléphone d'Aaron vibra et il s'éloinga pour voir qui c'était. Je le regardais en me demandait qui ça pouvait être, si ça se trouvait, il avait rendez-vous et moi, je le mettais en retard !

« C’était un des gars avec qui je travaille. Probablement pour me rappeler que nous avons un meeting dans dix minutes. »

Il avait l'air de s'en ficher mais pas moi ! Voilà, c'est exactement pour cela que je ne voulais pas commencer quelque chose avec lui. Je n'avais pas envie qu'il rate un rendez-vous à cause de moi.

Et tu attends quoi pour y aller alors ? Tu vas le rater ! Vas-y !
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Dim 7 Nov - 18:31




« SIXTEEN A JAMES & AARON K COLLINS »
Now I'm praying to God
You'll give me one more chance, girl
I'll be there for you
These five words I swear to you
When you breathe I want to be the air for you



    Je jetai un coup d’œil à la porte du bâtiment où je devais me rendre et reconnu un des gars de l’équipe qui passait la porte. Je savais qu’après ce concert, ici à New-York, je quitterais ce boulot. J’en avais plus qu’assez de voyager. J’aimais évidemment voir du pays, visiter plusieurs villes, mais là n’était pas la question. Je savais que le décalage horaire causant mon manque de sommeil m’était néfaste et que si je continuais à vivre ainsi, je n’y survivrais pas. Je devais l’avouer, Sixteen était également une des raison principale, si elle n’étais pas LA raison principale, pour laquelle je désirais rester ici et m’établir de façon permanente dans la grosse pomme. Enfin, je ne voulais pas penser à tout cela pour le moment, je ne voulais porter mon attention sur la brunette qui me faisait face. Après que je lui aies dit, sans stress apparent, que mon meeting débuterait dans dix minutes, je la vis s’emporter quelque peu. Elle me demanda alors ce que j’attendais pour y aller et me fit réaliser que je pourrais le manquer, pourtant je ne m’affolai pas.

      « Ne t’inquiète pas. Je ne serai pas en retard. La réunion se déroule juste là. »


    Je pointai alors le bâtiments tout juste à nos côtés. En une minute je pouvais franchir la porte et il m’en fallait une autre, tout au plus, pour rejoindre la salle où, probablement toute l’équipe prenait place en ce moment même.

      « Ce que j’attends? Je ne sais pas … En fait, je n’ai pas envie de partir, j’ai peur de te perdre une seconde fois. Je t’ai retrouvé et je ne comptes plus te laisser partir. J’ai eu mal quand t’es partie et j’ai pas envie de revivre cette douleur de nouveau. »


    Il poussa alors un soupire et regarda une seconde fois la porte du bâtiment où il devait se rendre. Il jeta un coup d’œil à sa montre, plus que huit minutes.

      « Si j’y vais, tu voudrais bien m’attendre? Ce ne sera pas très long. Vingt, voir trente minutes tout au plus. Ce ne sont que des formalités. »


    Je la regardai alors, presque suppliant. J’espérais qu’elle accepte bien de m’attendre. J’avais réellement peur de la perdre encore une fois. Je n’avais pas envie qu’elle parte, comme elle l’avait déjà fait. Je ne savais plus vraiment quoi dire pour la convaincre de rester. Et puis, si elle ne pouvait pas m’assurer qu’elle m’attendrait, je n’irais pas à ma rencontre. C’était décidé. Si je devais choisir entre elle et mon job, c’était elle, à cent dix pour cent.


Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Ven 12 Nov - 19:07


Aaron K. Collins ♥ Sixteen A. James




On avait pas arrêté de parler de notre relation, à tel point que j'avais oublié que lui aussi avait une vie. Quand il m'avait dit qu'il risquait de rater son rendez-vous, je me sentais encore une fois coupable. Il était hors de question qu'il le rate pour une fille comme moi ! Je m'étais donc mise à angoisser à sa place, lui avait l'air tout à fait tranquille. Je ne le comprenais pas, il devrait paniquer, courir pour ne pas arriver en retard mais non, il restait là, devant moi et ne faisait rien du tout. Je savais qu'il avait peur de ne plus me voir, de me perdre encore une fois. Pourtant, maintenant que je l'avais retrouvé, je savais que je ne pourrais plus passer le restant de ma vie loin de lui. Cela a été très difficile de ne pas le voir, de ne pas savoir ce qu'il fait, de penser que je ne faisais plus partie de sa vie. Mais je n'avais qu'à m'en prendre à moi, c'était moi qui était partie sans lui dire quoique ce soit. Je pensais que c'était la seule solution à l'époque. J'avais mené ma vie sans lui, et ça ne m'avait pas trop réussi. J'avais changé mais au fond de moi, j'aurais toujours été triste car il n'était pas avec moi. Maintenant, je l'ai retrouvé et après avoir passé tout mon temps à le repousser, j'ai décidé d'abandonner. Il faut dire qu'il n'allait pas me laisser partir une deuxième fois, il était très têtu.

« Ne t’inquiète pas. Je ne serai pas en retard. La réunion se déroule juste là. Ce que j’attends ? Je ne sais pas … En fait, je n’ai pas envie de partir, j’ai peur de te perdre une seconde fois. Je t’ai retrouvé et je ne comptes plus te laisser partir. J’ai eu mal quand t’es partie et j’ai pas envie de revivre cette douleur de nouveau. »

Tu ne me perdras pas .. Je te le promets.

Je me calmais alors dès qu'il m'avait montré le bâtiment. Au moins, il n'aura aps à courir, la réunion se déroulait près d'ici. Je ne savais pas comment j'allais faire pour qu'il y aille sans qu'il ne soit embêté à cause de notre histoire. Il avait peur que je m'en aille mais j'avais décidé de prendre mes responsabilités à présent. C'était la seule personne qui montrait autant d'intérêt pour moi, jamais on ne m'avait traité de la sorte, même ma famille n'a jamais été comme cela.Maintenant, j'en avais fini de jouer. Je voulais juste avoir une vie normale, une personne qui profite de la vie, ce que je n'ai jamais été à cause de tous mes problèmes ! J'en avais assez, cela me fatiguait.

« Si j’y vais, tu voudrais bien m’attendre? Ce ne sera pas très long. Vingt, voir trente minutes tout au plus. Ce ne sont que des formalités. »

Je fis alors quelque chose que je voulais faire depuis très longtemps. Je m'approchais de lui avant de l'embrasser tendrement. Je voulais juste lui montrer que j'étais là, que je n'étais pas prête de m'enfuir. Il m'a ouvert son cœur, et moi pareil. Je ne pourrais plus continuer de l'ignorer. En l'embrassant, j'avais l'impression que j'étais au paradis. Je sais, cette phrase est un peu bateau mais il ne manquait plus que lui à mon bonheur. Lui à mes cotés, je savais que je pourrais faire n'importe quoi, que j'étais capable de tout. Il me donnait l'envie de croire que je pourrais tout recommencer. C'était avec lui que je voulais passer le restant de mes jours. Lui et personne d'autres ! Après quelques instants, je retirais mes lèvres des siennes et je lui souris.

Tu as la réponse à ta question maintenant.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Aaron K. Collins
« New York
;je commence à me repèrer
avatar
♣ Messages :
262
♣ Inscrit le :
12/06/2010
♣ {♥} Votre idéal :
« Léa Michele the only one ♥ »
♣ Traits de caractère :
« Généreux ; Attentionné ; Influençable ; Drôle ; Rancunier ; Jaloux. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: crocodile et mes codes à Diamine
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Mer 15 Déc - 4:46


Sixteen & Aaron

You're the one thing
I can't get enough of
So I'll tell you something
This could be love because
I've had the time of my life
No I never felt like this before
Yes I swear it's the truth
And I owe it all to you


    Je vis dans ses yeux qu’elle s’était calmée dès que je lui indiquai le lieu de mon rendez-vous. Je n’arriverais pas en retard et puis si j’étais en retard, que pouvaient-ils faire? Ils avaient besoin de moi. Je ne veux pas sembler égocentrique ou narcissique, je ne me penses supérieur à personne, mais c’est la stricte vérité. Je savais quel était l’emplacement exact de chaque parti du décor dans la salle et c’était primordial. Enfin, dans le pire des cas, Kyle pourrait prendre ma place, c’était lui qui était chargé de la supervision de la mise en place de l’équipement. Ils avaient au moins quelqu’un sur qui se reposer si jamais j’étais renvoyé avant la fin de la tournée … ou pour les deux derniers concerts de la tournée auxquels je risquais de ne pas être présent. J’avais trop d’attache ici pour tout quitter encore une fois. Après ma confession, les paroles de Sixteen me rassurèrent beaucoup. Je savais qu’elle était plutôt du genre à tenir ses promesses. Mon sourire s’élargit. Je regardai de nouveau ma montre puis le bâtiment et poussai un soupire. Je n’avais pas envie de partir, ne serait-ce que pour quelques minutes. J’étais bien, là, avec elle. Mais tout bon moment a une fin n’est-ce pas?

    Lorsque je lui demandai si elle voulait bien m’attendre, je n’eus pas de réponse immédiate… enfin si, mais pas une réponse verbale. Je la vis approcher tout doucement son visage du mien alors que je devinais son intention. Je fis de même et nos lèvres se joignirent pour un ultime baiser rempli de tendresse. Enfin, fut le premier mot qui me vint en tête, puis je fit taire cette pensée et me concentrai uniquement sur le goût et la douceur de ses lèvres. C’était mieux que tout ce dont j’avais pu rêver. J’étais un homme comblé en ce moment, elle ne devait même pas avoir la moindre idée de l’importance que ce geste avait pour moi. Après un instant qui semblait trop court à mon avis, nos lèvres se séparèrent. J’avais ma réponse, elle avait raison. Je restai là à la regarder pendant un moment avant que le son d’un raclement de gorge ne me parvienne aux oreilles, me ramenant ainsi à la dure réalité. Je devais vraiment y aller. Je volai un dernier baiser à la brunette de mon cœur puis filai vers mon lieu de rencontre. Je suivi Marc et nous entrâmes dans la salle. Nous prîmes place sur une des chaise entourant la table. Le patron annonça le début de la « réunion » quelques minutes plus tard. Les discussions habituelles s’enchaînèrent alors. Est-ce que tout est bien placé? Est-ce que tout est solidement fixé? Les barrières de sécurité solidement encrées au sol? Enfin, après vingt minutes, le grand boss sembla content de ce qu’il avait entendu et laissa ses employés quitter le lieu. Nul besoin de vous dire que je pris presque mes jambes à mon cou histoire de quitter ce lieu un peu lugubre le plus rapidement possible. Dans mon empressement sans doute, je bousculai Ross, gardien de sécurité sur la tournée.

    « Désolé mec, je suis un peu pressé. »

    Il ne semblait pas être prêt à me laisser filer ainsi.

    « Fais attention ou tu mets les pieds minus. »

    Je savais qu’il était désagréable, mais à ce point?

    « Écoute, je suis sincèrement désolé. »

    Ouais, je pense que ça, il le savait. Pourtant, il ne s’empêcha pas de me coller une droite au visage qui me sonna quelque peu. Je tombai au sol et y restai quelques instants pour finalement me relever lorsque ma vision redevint normale. Je finis par sortir de cette fichue bâtisse, moins pressé cette fois, et cherchai Sixteen. Avec la main sur l'oeil gauche, j'eus de la difficulté à la voir, mais une fois que je l'apperçu, je me dirigeai vers elle, enlevant ma main de mon visage.

Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Sixteen A. James
« MLLE JAMES
♠ JUST THE WAY YOU ARE ♥
avatar
♣ Messages :
152
♣ Inscrit le :
22/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Cory Monteith, always ♥
♣ Traits de caractère :
« Joyeuse, Sensible, Invisible. »

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Lea Michele
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   Dim 26 Déc - 18:29


Sixteen A. James
Aaron K. Collins


Il avait peur que je le laisse et je pouvais bien le comprendre. J'étais partie .. si facilement. Je crois que je n'aurais pas tenu le coup s'il m'aurait fait ça. Mais je voulais lui faire comprendre que je ne partirais plus jamais, à part s'il me le demandait bien sûr. De toute façon, je n'étais même pas capable de le faire. J'ai aussi souffert de son absence. Savoir que je ne pourrais plus lui parler, plus jamais le revoir, c'était l'homme que j'aime depuis des années, la première personne que j'avais vraiment aimé. Vous savez, quand vous restez coincé à la maison parce que votre père vous l'ordonne et que vous n'avez personne à qui parler à part votre mère qui était devenue alcoolique, les choses étaient un peu compliquée et vous ne tombez pas amoureuse d'un garçon car vous n'en connaissez aucun. Quand j'ai pris mon indépendance et que je l'ai connu, je me sentais si bien. Il me traitait comme une personne normale et non comme une personne faible. Pendant des mois, je n'avais envie que d'une chose, quitter New York, ne serait-ce que pour une semaine pour aller le voir. Et après mure réflexion, j'avais cru que c'était pour son bien alors je ne faisais rien. J'aurais pu reprendre contact avec lui pendant tout ce temps mais j'étais convaincue que c'était mieux pour lui que je m'en aille. Seulement, nous nous sommes retrouvés maintenant et je suis la femme la plus heureuse du monde aujourd'hui. J'avais essayé de l'éloigner de moi mais il était bien décidé à ne pas me laisser partir. Je pensais alors que je devais nous laisser une chance. Nous allons enfin pouvoir nous retrouver .. Enfin après son rendez-vous. Nous avons parlé pendant un moment, je ne me souvenais même plus pourquoi j'étais là. Il me dit qu'il avait son rendez-vous et qu'il risquait d'être en retard, ce qui m'avait un peu affolé, un peu, beauoup même. Ça commençait déjà bien ! J'étais enfin rassurée quand j'appris que le rendez-vous se passait juste à coté. Ensuite, j'eus alors un bon moyen de lui dire que je resterais là, à attendre le temps qu'il faudra. J'ai fait quelque chose que je rêvais de faire depuis un long moment. Je m'étais approchée de lui et nous eûmes notre premier baiser. C'était un moment intense, j'étais encore plus heureuse maintenant. J'aurais tout donner pour que ce fameux baiser dure une éternité. J'avais l'impression d'être au paradis, je me sentais enfin libre. Je m'étais accrochée à lui, je n'avais plus envie qu'il me quitte mais c'était un rendez-vous important.

Nous nous sommes éloignés ensuite mais nos visages continuaient à se fixer, j'étais vraiment en train de rêver. Je me sentais enfin heureuse, depuis si longtemps. J'adorais New York mais comme il n'était pas là, c'était comme si une partie de moi était encore avec lui et maintenant qu'il était ici, je pourrais enfin commencer une nouvelle vie, avec lui. Il dut filer ensuite, j'étais partie m'assoir sur un banc, en repensait à ce moment intense que nous venions de vivre à l'instant. Je vis deux amoureux se tenir la main. Si je les avais croisés quelques heures plus tôt, j'aurais surement été écœurée par cette image et serait vite partie d'ici mais pour la première fois depuis des mois, je ne pus que me réjouir pour eux. Une jeune femme était assise à coté de moi et nous avons parlé toutes les deux. Apparemment, elle aussi attendait quelqu'un alors nous attendions à deux. Ça nous aidait à faire passer le temps. Un bon ving minutes venait de s'écouler que nous continuions à parler toutes les deux. La jeune femme était vraiment sympa, qui sait, je me suis peut-être fait une nouvelle amie ici ? Seulement, quelque chose attira mon attention. Je vis que Aaron était revenu, une main sur son oeil gauche. Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ? Dès qu'il me vit, il retira sa main et se dirigea vers moi. Je dis au revoir à la jeune femme qui était à coté de moi en lui disant que la personne que j'attendais était là et me dirigeais vers lui. Je commençais tout de suite à paniquer. Voilà, quand je disais que je portais malheur !

« Que s'est-il passé ? »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Contenu sponsorisé
«


MessageSujet: Re: You broke my heart once, will you do it twice?   

Revenir en haut Aller en bas
 

You broke my heart once, will you do it twice?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « Living Places » :: « Broadway »-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit