Bienvenue sur This is it ☎
TII ; qu'est-ce que c'est ? Un brin de folie pure et dure, comme les fesses de ces jeunes hommes ci-dessus --> , une grande famille où tout est permit ou encore une grande bande d'amis que l'on vient retrouver juste après un bon streapoker. This is it, c'est aussi un maigre hommage que nous avons souhaité rendre à notre ami et idole Michael Jackson...Quatres avatars sont disponibles. Forum actif & attractif. Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ? (;


AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Après des longues réflections & surtout une très belle vie ; THIS IS IT FERMERA SES PORTES DANS LES JOURS A VENIR. MERCI DE NE PLUS VOUS INSCRIRES. Nous avons été très heureux de partager tous ces moments avec vous. ♥ Vous nous manquerez. NEW YORK NEVER SLEEP, ne l'oubliez pas.

Partagez | 
 

 Tu cuisines toi ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Tu cuisines toi ?!    Sam 11 Sep - 20:02


11h00. Je sortais des cours un peu rapidement. Après avoir bossé une partie de la nuit, j’étais complètement épuiser mais un peu exciter de retrouver ma chérie. Je connaissais son emploi du temps et je savais qu’aujourd’hui elle n’avait eu qu’une heure de cours. Montant dans ma voiture, je jetais mon sac derrière sur la banquette arrière du véhicule et me mis en route. Le chemin était pas très compliqué et je savais ou est ce que je devais allez. Bon d’accord, mon GPS était en route voilà pourquoi je ne me perdais pas. Garant l’auto devant chez Appo et ses parents, j’entrepris de sonner mais ce que je vis par la fenêtre fit retomber toute ma joie. On était vendredi et le père adoptif d’Appoline ne travaillait pas. Il était planter devant la télé ce qui me d’espérais encore plus. La sonnerie se fit entendre dans la maison.

« Oh manquais plus que lui ! »

C’est ce que fit le père d’Appoline en me voyant. Je prenais sur moi pour ne pas lui balancer une méchanceté à la figure et c’est en forçant un peu le passage que j’entrais dans la maison. Appoline était dans la cuisine avec sa mère. Je l’es entendais parler. Mains dans les poches, je me dirigeais vers l’endroit et vis deux femmes entrain de faire la cuisine. Appoline faisait la cuisine ? Bizarre… Je ne disais rien me contentant d’un simple bonjour à la mère de la jeune femme et une bise à ma promise. Je ne voulais pas que notre nouvelle relation soit officielle. Je préférais que l’on prenne notre temps et Appoline avait surement compris devant mon action. Puis, je reconnais aussi que ce « jeu » pouvait être assez drôle.

« Tu comptes rester combien de temps chez moi, toi ?!! »

Je soupirais devant les paroles de son père qui m’avait suivi dans la cuisine. Il m’exaspérait au plus au point mais j’essayais tant bien que mal de faire bonne figure en vain.

« Juste le temps de faire des cochonnerie avec votre fille ! »

Il étouffa une insulte tandis que sa mère rigolait et lui demanda d’aller à la cave chercher de la farine. Passant derrière Appoline, je scrutais sa réaction mais je ne devinais pas vraiment ce qu’elle pensait à ce moment. Son père m’avait cherché, je répliquais. Normal. M’appuyant contre le comptoir et croisant les bras sur mon torse. Je ne pouvais pas m’empêcher de me dire que notre relation s’annoncer compliquer à cause de son père…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Sam 11 Sep - 20:44



On a tous le droit à nos miracles, a cette rencontre inattendue qui nous donne une raison d'exister. Un miracle qui nous fais comprendre que la vie est belle, comprendre la beauté de l'amour. Moi ce Miracle je l'ai trouvé. Un ange venu du ciel. Matthew.


10h30, une journée assez banale. J’étais déjà rentré de cour et bientôt je devais aller chercher Charlie à l’école. Il n’aimait pas beaucoup la cantine alors c’était a moi de m’occuper chaque midi de lui ou bien a mes parents. Papa dans le salon comme a son habitude a regardé la télé pour changer et maman et moi à la cuisine a la recherche de quelques choses à cuisiner mais surtout pour discuter de tout : Charlie, Matthew. Elle se doutait de quelque chose mais je ne disais trop rien, restait évasive afin qu’elle ne comprenne pas ce qui pouvait se passer. Je souriais a ma mère, mais encore une fois, mon père gâchais tout, il poussait son cris comme a son habitude, un but ou autre? Non, juste quelqu’un qui sonnait a la porte et apparemment il n’était pas content qu’il ou elle soit la. Je continuais ma discussion avec ma mère en feuilletant les livres de cuisine, tout était sur la table, appart quelque détails qui manquait comme la farine et autre. Je vis Matthew rentrait dans la pièce, ma journée venait de s’illuminer encore une fois de plus mais la meilleure fut quand je vis Charlie ce matin. Ma mère vit mon léger sourire et me regardais d’un air de dire : Chérie, je sais très bien ce que je vois. Je rigolais au remarque de Matthew car c’est bien vrai, mon père était vraiment lourd et sa avec tout mes amie que ce soit des garçons ou des filles, on ne touche pas a sa fille. Je souriais a Matthew qui était derrière moi, je me retournais et le regardait puis ma mère le regardait :

« Matthew, tu reste manger avec nous et Charlie ce soir?

Je me retournais et regardais Matt, ma mère avait en même temps envoyé mon père a la cave cherche la farine. Mon père qui remontait au bout de quelques minutes. Il lançait le paquet de farine vers moi et je l’attrapais dans mes mains. Je poussais un cri, limite que je le disputais de me lançais les choses a la figure, je n’étais pas son chien. Ma mère reprit la parole.

« Jacques, allons-y. Allons cherchez Charlie, et laissons nous deux personnes faire leurs cochonneries comme il le dit si bien. Elle est jeune qu’elle profite. Nous mangerons a MacDo avec mon petit ange. Je l’embrasserais pour vous »

Elle prit son sac et fermais la porte, je regardais Matt, maintenant nous étions seule encore. Je souriais et pris la recette. Des gâteaux au chocolat, je l’avoue je ne savais pas cuisiner mais il fallait un début a tout, c’était peut être pour sa que j’habitais encore chez mes parents.

« Au faite bonjour Matt ou chéri ? »

Je souriais et lissait en même temps la recette de cuisine. Je chercher les ustensile dans la cuisine ne sachant guère a quoi il servait tous.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 14:42


« Matthew, tu reste manger avec nous et Charlie ce soir?

« Si m’a présence ne vous dérange pas je veux bien ! »

La politesse et le respect était des points très important pour moi. Surtout quand il s’agissait de la mère d’Appoline bon son père c’était une autre histoire. Sa mère nous regardait tout les deux, elle me dévisageait presque ce qui me metta un peu mal à l’aise. Au sourire qu’elle affichait je savais pertinemment qu’elle était au courant de notre liaison. Après tout, une mère connaît sa fille sur le bout des doigts en général et le sourire d’Appo en me voyant avait surement trahis notre soirée d’hier. Son père remonta plus vite que je l’aurai pensé. Jetant le sac de farine sur la blonde à mes coter je ne pu m’empêcher de me dire que c’était un parfait abruti. Son regard noir ne me fit ni chaud ni froid. Qu’est ce qu’il avait contre moi ? C’est vrai, que j’avais mis enceinte sa fille mais est ce que c’était une raison de me haïr autant ? Surtout que ma promise avait l’air de nouveau heureuse à mes coter.

Ses parents partèrent. Enfin, j’ai envie de dire. Sa mère ramena ce qui servait de père à Appoline et nous nous retrouvèrent seule dans la cuisine. Toujours appuyer contre le comptoir, la question que la jeune femme me posa me fit sourire.

« Au faite bonjour Matt ou chéri ? »
« Ce que tu veux, mon ange ! »

Passant mon bras atour de la jeune femme, je la ramenais contre moi pour obtenir un baiser de sa part. A quoi sa servait qu’elle fasse la cuisine alors que je savais très bien que dans ce sujet elle n’était pas franchement douer. Déposant un bref baisé sur ses lèvres pour lui dire bonjours comme il se doit. Je lâchais mon emprise sur elle et regardais la recette sur le livre.

« Ne compte pas sur moi pour gouter à ton futur gâteau ! »

Je me mit a rire légèrement. Une taquinerie rien de plus. Je voyais déjà la tête de son gâteau qui n’en sera surement pas un. Appuyer sur mes coudes, j’énumérais a haute voix ce que l’on avait besoin. Farine, œuf et poudre au chocolat ainsi que d’autre chose…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 16:08

Je ne comprenais jamais mon père. Au début de ma relation avec Matthew, il était très content que sa fille adoptive et la seule d’ailleurs eu trouvé l’amour, après quelques moi son avis changeais très vite, Matthew avait osé toucher sa fille et en plus, il l’avait mis enceinte. Et pourtant, a l’arrivé de Charlie, il criait sur tout les toits comme il était heureux d’être grand-père mais apparemment, il n’aimait toujours pas Matt. Notre relation n’a pas supporté ces critiques et ces coups bas pour nous séparée, elle c’est finie par Matthew qui m’avait trompé selon papa. Je n’aurais jamais dut l’écouter et c’est maintenant que j’ai retrouvé Matt que je commençais à revivre. Papa et maman était parti, j’étais seule avec Matt et je souriais a sa remarque.

« Ce que tu veux, mon ange ! »

« Et bien, devant papa sa sera Matt et quand nous serions qu’a deux je changerais pour un truc pour mignon »

Matt et moi, partageons un baisser, il embrassait bien c’est fou mais il ne durait alors que quelque seconde, pas grand-chose à vrai dire. Et nous repartons dans nos lectures de recette. Pourquoi je faisais des gâteaux alors que je ne sais pas cuisiner ? Pour l’école de Charlie, chaque semaine un des parents doivent faires des gâteaux, idiot je sais. La recette indiquer chocolat en poudre, farine, œuf, levure et sucre, sa ne devait pas être bien compliqué. Je souriais quand Matt rigolais de moi, c’est vrai je ne suis pas la plus doué mais bon, il y a eu pire que moi, l’autre fois une mère a fait vomir toute l’école parce que elle avait confondue le chocolat en poudre avec un médicament pour faire vomir, je vous jure.

« Ne compte pas sur moi pour gouter à ton futur gâteau ! »

« Ce n’est pas grave, si tu ne le goute pas sa sera Charlie qui sera malade alors … »

Je souriais c’est sur que mon gâteau ne serait pas bon mais Matt ne laisserais jamais Charlie tombait malade avant lui. Dans un élan, je le regardais puis je pris un œuf et lui casser sur la tête, il m’avait cherché quand même. Je rigolais, vu sa tête c’était vraiment drôle.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 16:32

Seul. Tout les deux. Ce n’était pas vraiment une bonne chose. Elle et moi avions tendance a faire des bêtises et pas que des petites. Restant appuyer sur mes coudes, je regardais le saladier remplit de farine. A vu d’œil, je dirais qu’il y avait 500 grammes de farine. Quand j’étais dans ma famille d’accueil, j’aidais souvent ma mère adoptive à faire la cuisine. Je n’étais pas vraiment douer mais je me débrouillais assez bien pour ne pas faire tomber malade quelqu’un. J’écoutais d’une oreille distraite Appoline. Elle n’allait pas faire gouter le gâteau à Charlie parce que je l’empêcherais de le faire et elle le savait très bien. Fière de ma blague complètement idiote, je ne m’attendais absolument pas à ce que je prenne un œuf sur la tête. Sa faisait pas mal mais c’était tout collant. Passant ma main sur ma crête, je constatais les dégâts et regardais la jeune femme avec un air joueur.

« Tu sais très bien comment ce jeu vas terminer, si on continue !!! »

M’approchant d’elle, comme un lion vers sa proie. Je la plaquai contre le frigo et la regarda amoureusement. Je simulais une approche de baiser quand finalement je décidais de prendre le saladier derrière elle remplit de sucre et de farine pour lui renverser sur sa tête. C’est jolie cheveux blond qu’elle affectionnément beaucoup se transforma en blanc. Rigolant devant la tête qu’elle faisait, je lui souriais d’un air assez satisfait et me recula. La cuisine commençait déjà à être dans un sale état et nous aussi. L’œuf avait dégouliné sur ma chemise la rendant collante et Appoline ressemblait à un bonhomme de neige.

« Il manque juste la carotte et l’écharpe et c’est bon tu peux prendre un travail pour devenir bonhomme de neige pour noël ! »

Heureusement, que personne n’était présent lors de la petite scène qui avait eu. Ni sa mère, ni son père et ni Charlie. Ce dernier qui espérait qu’un jour elle et moi ce remettions ensemble. Combien de fois il m’avait demandé pourquoi on n’était pas une famille comme les autres. Devant cette pensée, je serrais légèrement la mâchoire. Il fallait que j’annonce une nouvelle importante a la jeune femme mais je ne pouvais pas me montrer sérieux devant l’allure qu’elle avait.

« Ton œuf me colle de partout ! »

J’ouvris les boutons de ma chemise pour essayer d’essuie les dégâts mais rien à faire j’en étaler plus que je nettoyer. Finalement, je décidais de retirer ma chemise. A ce moment précis, j’aurais eu besoin d’une bonne douche…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 17:17

Aimer, un simple mot de la langue français me dirait vous, mais ce mot, ce simple mot peut changer une ville. L'amour désigne un fort attachement affectif à quelqu'un ou à quelque chose. S'il renvoie souvent, dans l'usage courant, aux relations humaines, et plus précisément à ce qu'une personne ressent pour une autre, l'amour peut néanmoins aussi être impersonnel : il est en effet possible de dire qu'une personne éprouve de l'amour pour un pays pour la nature, ou encore pour un principe ou un idéal, si elle lui accorde une grande valeur et qu'elle s'y sent très attachée. De même, on peut ressentir de l’amour pour un objet matériel, un animal ou une activité, si l'on entretient des liens affectifs forts ou étroits avec ces objets. Lorsque l'amour d'un objet devient exclusif, voire excessif ou pervers, on parle de fétichisme ou d'idolâtrie. Dans le monde les définitions, films et déclaration sur ce sentiment était vaste et tout différentes, mais aucune n’avait raison car l’amour ce n’était pas des mots, des gens, ou des visages c’était quelques choses d’irrésistible, de merveilleux et de plus beau que les étoiles. Au delà des limites, l’amour c’était un accomplissement un désir mortel qui nous poussait à faire n’importe quoi, les pires folies, c’était simplement au delà des limites du réel. Matthew.

Il avait osé me jeter du sucre dessus, mes cheveux allait coller et en plus vu leur longueur sa allait durer pendant longtemps. Je rigolais, c’est vrai que je l’avais quand même cherché. Je le regardais amoureusement, il avait vraiment l’air d’une tête d’œuf ou encore pire d’une poule qui a sautait dans du pudding. Je rigolais envers sa remarque très moqueuse.

« Il manque juste la carotte et l’écharpe et c’est bon tu peux prendre un travail pour devenir bonhomme de neige pour noël ! »

«Très drôle mais toi tu as l’air d’une poule qui tombe dans du pudding, tête d’œuf (a)! Ne t’approche pas de moi »

Non pas que je ne voulais pas de lui près de moi, au contraire mais déjà qu’en étant pleine de sucre je n’avais pas envie de collait encore plus. Je lui souriais et m’approchait encore plus de lui, levais mes pieds comme si j’allais l’embrassait tendrement et pris le bol de chocolat en poudre et je lui jetais sur ces cheveux. En souriant je regardais sa réaction, il avait vraiment une des ces têtes, c’est affolant. Mais coute que coute, il restait irrésistible. Alors, je déposais un léger baiser sur sa bouche et me remis a ma place. Puis je m’éloignais de lui, pour essayer de ne pas recevoir autre chose sur moi, car bien sur j’en avais déjà reçue beaucoup trop. Je regardais la farine devant moi, la pris dans ma main et lui jetais a la figure.

« Ton œuf me colle de partout ! »

« Finalement, il n’a pas que moi qui ai l’air bête »

Je rigolais, franchement j’avais besoins d’une douche, et pas qu’une petite. Enfin je pense que lui aussi; je rêvais a une douche rien que dans ces bras. Nous deux, unis a jamais.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 17:38


Appoline me cherchait plus que jamais. Elle avait déjà utilisé toute les munitions contre moi. Il ne me restait plus rien a part le faite que je savais la faire craquer. Essayant de me nettoyer brièvement le crane, je laisser finalement tomber. Une cause perdue. L’œuf avait collé tout mes cheveux et commençait à me coller entre mes doigts. La regardant amoureusement, je me dirigeais vers elle. La bloquant contre le comptoir, je captais son regard. Notre sourire s’évanouissait au même moment, laissant place à un moment intime. Un regard. Une simple chose qui peut en dire beaucoup. Mes mains le long de mon corps vinrent chercher les siennes. Je les serrais doucement dans les miennes quand je sentis mon portable vibrer dans ma poche. Je n’aurais pas décroché si je savais que ce n’était pas important. J’attendais un coup de fils de l’hôpital de New York car ce matin j’avais décroché une très bonne note à mon exposer qui m’avait permis l’acceptation de mon dossier en tant qu’interne. Lâchant une main de la jeune femme, je pris le mobile dans la poche arrivé de mon jean. Coller toujours à Appoline, j’avais du mal à la quitter du regard.

« Allo ? Oui, même… D’accord, lundi… Pas de problème… Au revoir… »

Raccrochant, je remis le petit objet en forme de rectangle dans ma poche. Je ne disais rien préférant la laisser se poser des questions. Mon visage s’approcha du sien. Effleurant ses lèvres par pur désir de provocation, je décidais finalement au bout de quelques secondes l’embrassais plus franchement. Un baiser qui trahissait mon bonheur et à la fois l’excitation de la bonne nouvelle. J’avais eu mon internat. Appoline avait en face d’elle, un futur chirurgien. Mes mains basculèrent vers l’arrière de son dos la collant encore plus près de moi. Mos lèvres avaient du mal à se quitter mais l’œuf par contre lui avait tendance a coller les cheveux de la jeune femme sur ma joue. Je me mis a rire et d’un sourire coquin et remplit de sous entendus je me mis à lui chuchoter quelques mots.

« Tu me montre la salle de bain ? »

Mes bras contre sa taille ne la quittèrent pas. J’essayais comme même de retirée les mèches blondes coller contre ma joue. Mon regard parcourus brièvement la pièce qui était franchement dans un sale état. Mieux vaux pas que ses parents rentrent avant que l’on est nettoyer…


Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 19:03

Je cherchais Matthew, c’est bien vrai, à vrai dire tout sa était plutôt drôle. Je souriais quand il s’approchait de moi, j’aimais le sentir près de moi car quand il était la, je me sentais en sécurité. Son sourire me donnait envie de le croquer, mais rien n’y faisait, je restais passionnée, plongeait dans son regard comme jamais. On m’avait souvent dit que sautait d’un pont faisait moins mal que de tombais amoureuse mais pas avec lui, avec lui tout était magique. Il suffisait qu’il franchise la porte pour que ma journée soit illuminé. Je ne le laisserais jamais partir parce que je l’ai trouvais, le mien, le seul et unique qui a le pouvoir de me briser le cœur, de détruire ma vie. Quand il me prenait les mains, tout nous rassemblait de nouveau, tout paraissait parfait jusqu'à ce qu’une chose un peu rectangle, qui vous chatouille quand il vibre, et bien c’est ce qui se passait a ce moment précis. On pouvait entendre un léger : Vrrr, de vibrement assez insupportable, j’aurais aimé qu’il ne décroche pas et qu’on continue ce moment intime, mais apparemment, c’était important. Je comprenais ces paroles, je n’avais même pas besoins de lui demander, son sourire voulait tout dire, son baisser trahissait tout, mais dans le plus profond de mon âme j’étais content pour lui, pour nous. Je lui sautais au coup, il n’allait pas partir et enfin nous serons réunis a jamais.

« Félicitation mon ange! Je t’aime »

Il est vrai que je lui avais déjà dit que je l’aimais mais la il était encore plus fort que d’habitude, a jamais réunis, je l’espérer. Se collant plus prés de moi, je sentais encore plus l’œuf et ce qui collait entre nous mais j’étais vraiment heureuse et rien ne pouvait gâcher ce moment. Son rire se faisait entendre dans la pièce et il était vraiment sublime, son sourire tout me rendait folle chez lui et c’était bien dur de lui résister. Mes cheveux blond se collait a sa joue et je rigolais a mon tour, on avait vraiment l’air bête, surtout quand mes yeux fit le tour de la pièce et que je vit le désordre qu’on avait fait. Je tirais sa chemise vers moi et l’embrassait.

« Bien sur, mais j’y vais en premier bébé »

Je me défaisais de lui, courant dans le salon, puis montant les escaliers pour enfin arriver vers ma chambre, j’ouvrais la porte enlevais mes vêtements a une grande vitesse, me retrouver en sous vêtements et poussant une autre porte de ma chambre qui me rendait dans ma salle de bain personnelle. Je commençais a me faire couler un bain, en espérant qu’il me suive et me rejoigne dans ma salle de bain pour partager un de ces moments privilège.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 19:25

J’étais si facile à déchiffrer. Surtout pour Appoline. Un regard, un baiser avait suffit à lui faire comprendre que je serais avec elle encore pour longtemps. Elle était mienne, j’étais sien. Que demander de plus. Mon cœur battais a une vitesse que je ne me souvenais pas. Son regard et ses actions me montrait que je comblais la femme de ma vie. Si elle était heureuse alors je l’étais aussi. J’avais passé trop de temps à la faire souffrir, trop de temps à la faire espérer. Sa voix raisonnais dans la pièce et mon eternel sourire ne se délogea pas de la ou il était afficher. Elle voulait aller prendre sa douche avant moi. Je prenais sa comme une invitation à la rejoindre et j’étais persuader que c’était le cas. Appoline partie en direction du salon. J’allai la rejoindre dans quelques minutes, juste le temps de passer un coup de fils au propriétaire d’un appartement situer un peu plus loin de Manhattan. Une surprise. Je voulais lui faire une de celle qu’on n’oublie pas. Sa pouvait paraître un peu précipité, je le reconnais mais en même temps on avait toujours eu tendance à bruler les étapes comme avec notre fils. Ce n’était pas une erreur mais la logique des choses aurait voulu que je la demande en mariage juste après la naissance. Chose que je n’avais pas faite pour différentes raisons.

Remettant mon portable dans la poche après avoir obtenue l’accord du proprio. Je montais les escaliers mains dans les poches. La maison je la connaissais par cœur. Combien de fois, je mettais cacher de son père quand il était revenu. Passant la tête par la porte de la chambre d’Appoline, je constatais qu’elle avait retiré ses vêtements. Faisant, la même chose j’arrivais dans sa salle de bain en boxer. Mes bras se nouèrent sur sa taille dénudée, elle me tournait le dos car je l’avais pris par surprise. Enfin, c’est ce que j’aimais me dire. Aucun mot, ne sortais de ma bouche de toute façon est ce que c’était vraiment nécessaire de parler. J’embrassais sensuellement son cou avant de lui mordiller légèrement son lob d’oreille. Une action qui me faisait beaucoup rire a l’époque.

« Je t’aime… »

Un dernier mot chuchoter dans son oreille avant de me déshabiller totalement et de rentré le premier dans le bain chaud. Plus grand qu’a l’époque je prenais un peu plus de place. Tendant mon bras vers la demoiselle, j’attendais qu’elle me rejoigne pour partager un moment plus qu’intime rien qu’a deux…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 20:12

Il me connaissait par cœur, comme moi je le connaissais sur le bout des doigts. Alors c’était sa le véritable amour, celui qui ne meurt jamais et qui jour après jour s’agrandit. Celui que personne ne peut blesser, heurter d’une façon ou d’une autre, un amour solide par la puissance de deux êtres qui ne forme plus qu’un. Je n’avais pas attendue Matthew, c’est bien vrai on est ensemble depuis mes seize ans, sans compter les trois ans de rupture. Il connaissait la maison encore mieux que moi je pense, ne jouait pas a cache-cache avec lui dans la maison, il gagnerait. Il les connait tous par cœur. Si vous avez un père comme moi, n’inviter jamais mais quand je dis jamais, jamais a la maison et sinon bonne chance a vous. J’étais déjà dans la salle de bain en petite tenue. Je faisais coulé un bain chaud avec de la mousse, un peu de sel de bain et des boules qui sentent bon, j’avais opté pour noix de coco, j’adorais ce parfum et lui aussi, sa tombais bien. Il arrivait dans la salle de bain en boxer. Je l’avais sentit arriver non par son bruit de pas mais par son odeur, son parfum je le reconnaitrais n’ importe où croyais moi. J’aimais beaucoup quand il me prenait dans ces bras comme il le faisait a ce moment précis, ces petits mots à l’oreille me faisait fondre et je souriais, je n’eu le temps de me retournait qu’il était déjà dans la baignoire. Je souriais mais d’abord, je ramassais nos fringues étaler partout dans ma chambre et dans la salle de bain, je commençais par tout mettre dans la machine.

Après quelques instant, je ramenais le poste de ma chambre et mis de la musique. Assez douce, mais splendide pour un moment comme celui-ci. Je rajoutais mes sous-vêtements dans la machine et mis en route. J’étais nu devant lui, j’attachais mes cheveux avec une pince puis je montais dans la baignoire, il prenait toujours autant de place qu’avant. Je me faufiler entres ces jambes et m’allongeais avec lui. Je lui caressais les bras, de façon très sensuelle et romantique de façon a crée une ambiance. Je n’osais rien dire sur le coup, ne voulant gâcher un moment parfait, un moment d’intimité entre nous, un de ces moments qu’on n’a vraiment pas souvent. Mais ma force n’était pas très convaincante et je prenais la parole.

« Matt … Épouse-moi ! »

Je sais, d’habitude c’est l’homme qui demandais ça, mais depuis le temps que je rêve de ce mariage. Je souriais comme a chaque fois que j’étais avec lui et coïncidence ou pas, a la radio nous pouvions entendre le tube : I will always love you.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 12 Sep - 20:29

Partir sans jamais revenir. Oublier le passé et vivre l’instant présent. J’avais déjà pensé a tout sa mais je n’étais jamais passé à l’action. Quand je regardais Appoline, il y avait toujours des souvenirs qui me revenaient en tête. Comme la première fois ou je l’avais embrassé et que son père nous avais vu a travers la fenêtre. Non ce n’était pas un pervers ou quelque chose dans le genre mais il faut dire que l’on était rentré super tard ce soir la, alors il s’inquiétait. Je regardais la jeune femme me rejoindre dans le bain. Nu tout comme moi, elle n’avait rien a voir avec la fille que j’avais connu il y a 3 ans. Ses courbes plus affirmer, la rendais vraiment belle et plus mature. Je lui laissais de la place pour qu’elle se cale contre moi. Je reconnais que c’était un peu compliqué de l’avoir contre moi. Mes désirs se réveillèrent. En même temps c’était normal, je la désirais. Sa main me caressa sensuellement mon bras et j’y répondis par une caresse le long du sien. Un moment si intime que j’avais l’impression que rien ne pouvait le gâcher mais c’était une impression seulement…

« Matt … Épouse-moi ! »

Elle aurait vu mon visage à ce moment précis, elle aurait surement deviné ma réponse. Se marier relevait de s’engager et nos retrouvailles étaient trop récente pour que je veuille passer a l’étape supérieur. Je me redressais comme je pouvais dans le bain. L’eau suivait le mouvement faisant des petites vagues. Il fallait que je parle que je dise quelque chose mais sur le coup ce qui me venait à l’esprit c’était :

« Non… »

Me rendant compte de ma gourde, j’essayais a tout pris de me rattrapais comme je pouvais. Gardant Appoline dans mes bras, je savais quelque part que la jeune femme allait partir.

« C’est pas que je veux pas… C’est trop tôt, on vient juste de ce retrouver… »

Toute ma bonne humeur avait été remplacé par la crainte de la perdre…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 19 Sep - 18:46

Souviens-toi de cette nuit, c'est la promesse de l'infini. C'est une promesse qui vient récompenser le courage de ceux qui ont affronté seul tant d'années. C'est la preuve, la confiance entre deux êtres qui est le fondement même de l'amour. C'est un effort de volonté pour oublier et s'affranchir les peines du passé. C'est un serment qui lie deux âmes à l’exclusion de toute autre. C'est le symbole d'un risque assumé et la reconnaissance des défis à venir. Car à deux on est toujours plus fort comme un équipage soudé pour surmonter les tempêtes du destin. L'amour sera toujours la raison d'être des humains et la force qui guide leur vie. Le plus important ce n'est pas cette cérémonie, elle ne sert qu'à montrer aux yeux du monde, les sentiments déjà existants et des promesses déjà scellées au plus profond du cœur des mariés.

Ce discours je l’avais écrit quand je devais avoir seize ans justement, que je voyais le reste de ma vie avec Matt et que je ne pensais que rien ne pourrait jamais nous arriver. Mais la vie en a décidait autrement pendant plus de trois ans. La vie avait enfin décidait de nous réunir mais la je ne savais plus vraiment quoi pensait. Ce discours je n’allais pas le prononcer aujourd’hui enfin bientôt, vu une sorte de vent qu’il venait de me dire. Ce « non » m’avait fait l’effet d’une bombe comme quand Rose perd Jake dans Titanic que Juliette perd Roméo. Un mal aussi fort que sa, je savais qu’il allait dire ça quand même; mais je ne lui demandais pas de m’épouser tout de suite mais plus tard, dans quelque années, en espérant un jour être madame Wellington. J’eu un soupir dans le bain, quand il me serrait contre lui, je comprenais qu’il avait surement peur de me perdre mais pas du tout, je n’allais pas partir pas dans un si bon moment. Je souriais légèrement puis je pris ces mains et les embrassaient, oui car de la ou j’étais je ne pouvais atteindre sa bouche sauf si je me tournais.

« Tu ne comprends pas, pas tout de suite, pas maintenant mais plus tard. Je veut être a toi tout le reste de ma vie, parce que je t’ai trouvé comme l’homme de ma vie et je t’aime.. »

Je regardais en face de moi, une glace je pouvais voir sa tête et ces réactions par rapport a ce que je disais mais la rien, finalement peut etre que tout sa n’étais pas réciproque et qu’il avait changer d’avis, mon cœur s’emballait d’un coup et je ne savais plus quoi dire, comme si je devenais statue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 19 Sep - 19:05

Cette déclaration avait eu le don de me perturber. Comment de simples mots peuvent t’il nous mettre dans un telle état. Quelque part en moi, j’aurais aimé dire oui. Pas pour lui faire plaisir mais parce que je voulais passer ma vie à ses coter mais je craignais de ne pas être à la hauteur. J’étais partis une fois sur de simple menace est ce que j’étais capable de le faire une seconde fois ? La réponse qui me vint en tête fut oui. Si il fallait les protéger alors je le ferais. Mon bras autour de la jeune femme, je ne m’attendais pas à ce qu’elle reste. A sa place, j’aurais surement était déçus et je serais partie mais je n’étais pas a sa place. Sa voix raisonna dans la petite salle de bain. Elle ne voulait pas se marier toute suite. Quelque part, j’étais soulager mais d’un autre coter je me demandais pourquoi elle m’avait fait cette demande. Sur le moment, je ne su pas quoi dire. Ses affirmations me perturbaient. Appoline pris mes mains dans les siennes. Automatiquement, je les serrais comme pour rendre nos liens indestructibles. Perdu dans mes pensées, quelques instants mon humour reprit vite le dessus. Me penchant vers elle, je lui chuchotais :

« Je te signale que c’était à moi de te demander en mariage ! »

Un sourire illuminait mon visage. C’était ma façon de dire oui. J’embrassais le creux de son oreille puis descendis plus sensuellement vers son cou. Je ne pouvais pas atteindre sa bouche, ce qui me dérangeait.

« Chérie, je suis rentré ! »

Sur le moment, mon cœur se resserra. Je connaissais cette voix et je cherchais à identifier une seconde mais rien. Sa mère était revenue seule apparemment. Je préférais sa plutôt que d’entendre son père. Ce dernier m’aurais surement tué en voyant sa fille dans cette tenue avec moi. Sans ce pressé, je me levais de la baignoire entrainant ma promise avec moi. Elle était si légère qu’il m’était facile de la prendre dans mes bras sans faire d’effort. J’enfilais une serviette autour de ma taille et tendit le peignoir d’Appoline pour qu’elle l’enfile. J’entendais sa mère arriver, ce n’était plus qu’une affaire de quelques minutes. M’approchant de la blonde, je passais mes mains autour de sa taille, la ramenant contre moi. J’embrassais brièvement ces lèvres et lui murmurais, un je t’aime avant que sa mère face son entré…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 26 Sep - 17:09

La ou on s’aime, il ne fait jamais noir. C’est vrai, enfin je crois. Pour ma part, il ne fait jamais noir avec Matthew, tout a l’air souvent parfait même si on a eu des disputes mais tout reste le meilleure des mondes avec lui. Je souriais, en regardant l’heure déjà une bonne heure qu’on était la, rien qu’a deux et mes parents qui allait surement rentrée. C’est vrai que son « non » m’avait fait mal et je m’étais rattraper comme je l’avais pu, en mentant surement, je voulais de lui, dans ma vie dans mon cœur, et sa réponse m’avait donné une envie de pleurer mais je m’étais retenue car quand même, on ne pleure pas pour si peu enfin je crois. Je souriais quand même masquant une déception, de toute manière une de plus ne changeait pas vraiment a mes habitudes mais du plus profond, quand il me murmurait a l’oreille.

« Je te signale que c’était à moi de te demander en mariage ! »

Je me retournais d’un coup dans l’eau, le voyant en face, je regardais d’abord les dégâts que je venais de commettre, toute l’eau était a terre, enfin la plus part de l’eau. Je soupirais un petit « oups ». De toute manière vu l’état de la cuisine, la salle de bain ne pouvait pas être pire. Bref, je reprenais très vite mes esprit et regardait Matt.

« Sa veut dire quoi ça ? ».

Je ne comprenais plus vraiment sa phrase, c’était une demande ou de l’humour, une façon de dire non avec une classe spectaculaire bref. Alors qu’il ne m’avait pas encore répondue, la porte du bas claqué, ma mère arrivait. Le stress montait d’un coup. Il me sortait du bain a une rapidité que même moi je fus choqué. Il me lançait mon peignoir et je l’enfilais très vite, un dernier sourire, un dernier baisser, le reste le temps jugera. Mais si ma mère nous trouvait ensemble dans la salle de bain. J’ouvris une porte qui donnait dans mon dressing. Je le poussais dedans très vite et fermais la porte, a cette instant, ma mère entrait. « Désolé chérie, papa m’attend en pas, il a oublié son maillot de bain pour emmener Charlie a la piscine ». « Ah d’accord, tu m’avais fait peur quand tu es rentré, j’ai eu peur pour Charlie ». « Ne t’inquiète pas chérie, Charlie va très bien. Ce soir on va au restaurant, préviens Matthew, il avait dit qu’il voulait manger avec nous … ». « Très bien maman je le …. Ferais ». Je n’eu vraiment le temps de finir ma phrase que ma mère entrait encore plus dans la salle de bain, elle s’avançait vers la porte de mon dressing, elle l’ouvrait, entrait et se mis devant Matt qui était en serviette. « Justement Matt, vous nous rejoindrais au restaurant, a huit heures. ». J’étouffais un léger rire, un peu nerveux et soulager en même temps, je ne savais vraiment pas quoi faire. Ma mère me tapait sur l’épaule, déposais un baisser sur ma joue et rétorquait dans mon oreille. « C’est bien mon ange, tu as trouver le bon enfin … Je te laisserais la tache de l’annoncer a ton père. Au faite, ranger la cuisine .. ». Après ces quelques mots, elle partait et du bas on entendait le bruit de la porte claqué. Je m’appuyais contre le mur et m’assai ainsi.


Dernière édition par L. Appoline Vanderosieren le Dim 26 Sep - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 26 Sep - 17:33

Mon cœur connaissait des rater quand j’entendis la voix de la mère d’Appoline dans sa chambre. Avalant nerveusement ma salive, je me demandais comme son père ferait cette fois ci pour me tuer sur place. Bras croisé sur mon torse nu, j’écoutais de l’autre coter la conversation. Charlie n’était pas présent. C’était déjà une bonne chose qu’il ne participe pas a mon meurtre car a ce que j’avais compris son père était en bas. J’apercevais brièvement ma promise de la ou j’étais. Sa mère lui faisait passer le message que ce soir il allait allez au restaurant et que j’étais inviter. Tant mieux. Un endroit remplit de monde éviterait les scandales quand je dirais à son père que je sortais avec sa jolie fille. Mon visage se transforma instante ment en un masque de glace quand la mère arriva dans la salle de bain. Oupss. Je pense qu’elle n’aurait pas aimé savoir ce que sa fille faisait avec moi en ce moment. Appoline se mit à rire mais moi non, je peux vous le dire que de ce faire choper par ses futur beau parent n’était pas vraiment la joie.

« Justement Matt, vous nous rejoindrais au restaurant, a huit heures. »
« Bien j’y serais… »

Des mots que j’avais eus du mal à articuler. Elle ne me regardait pas plus que sa et s’en alla après avoir prévenu que la blonde devrait le dire à son père. J’avalais ma salive nerveusement puis un sourire pris place sur mon visage, une fois qu’on se retrouvait tout les deux.

« Tu veux pas profiter de ton fiancé, tant qu’il est vivant ! »

Je me mis à rire et vint à elle. Mes pieds rencontrèrent l’eau du bain qui avait éclaboussé de partout. En plus de ranger la cuisine, il fallait remettre aussi en état la salle de bain qui ressemblait à une pataugeoire. J’attrapais sa main et lui serra délicatement avant d’embrasser son front.

« Tu veux pas me rendre mes vêtements ? »

Un haussement de sourcil coquin se lisait sur mon visage. J’aurais aimé que se moment si intime se prolonge mais sa dépendait pas que de moi…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 26 Sep - 18:18

Quand j'étais à ses côtés, mon cœur s'emballait, comme pour les adolescents qui découvraient le premier amour. J'étais une adolescente maintenant, en quelque sorte. Et il était là, la personne la plus douce et gentil du monde, la personne la plus drôle et la plus.. Tout simplement parfait à mes yeux, Matthew. Oui, pour moi, il était parfait, et je me fichais de toutes les critiques négatives qu'il pouvait y avoir à son égard. Ils ne savaient pas qui il était, moi si, et de toute façon, il n'y avait que très peu de personnes qui ne l'aimaient pas. J'avais fait partie de ces personnes durant quelques minutes, à vrai dire, lors de notre première et notre seconde rencontre, mais ça s'était apaisé pour partir à l'opposé total à la fin du jeu. Mais ce n'était plus un jeu maintenant, c'était une vie. Nous connaissions les petits secrets de chacun.. Ou presque. Je ne lui disais pas tout ce qui me passait par la tête, car j'avais peur qu’il.. eh bien, qu'elle prenne peur. Il souriait, au moins, et c'était pour moi le plus beau des sourires au monde.

Son sourire faisait mon bonheur et quand il sortait de la salle de bain, j’esquissais aussi un sourire et surtout un léger rire, ma mère était au courant il ne manquait plus que mon père qui me tuerais sur place et Charlie qui sauterais de joie. J’aurais préférée, qu’on avait seulement a l’annoncer a Charlie qui lui serait heureux contrairement a mon père. J’étais en réalité très nerveuse pour le dire a mon père, sois il tuerait Matthew et se servirait de son corps pour m’assommer, ou il le prendrait bien. Autant dire que la première proposition a plus de chance d’aboutir que la deuxième. Mais dans un restaurant tout est mieux, tout est calme, le scandale n’éclateras pas la bas, enfin j’espère.

« Tu veux pas profiter de ton fiancé, tant qu’il est vivant ! »

« Oh, car maintenant tu es mon fiancé … Un sourire pris place sur mon visage. Je le regardais et pris ces mains. Ne t’inquiète pas, il ne te fera aucun mal sinon je le tue sur place, me tue pour te rejoindre … »

J’étais au paradis, Charlie allait le savoir et tout irait bien. Je regardais autour de moi et vit le désastre de la salle de bain, l’eau partout et le pire venait : la cuisine. Je le regardais droit dans les yeux et levait mes pieds pour me retrouvait a sa hauteur, je déposais un baisser sur ses lèvres et souriait, en regagnant ma taille.

« Tu veux pas me rendre mes vêtements ? »

« Huum … . Je tournais ma tête vers la machine a laver vu que le linge était dedans et je le regardais. La machine n’est pas fini … Elle l’était complètement, il devait le voir aussi, le bouton rouge clignotait et tout le monde savait ce que sa voulait dire. Il est trois heures et demi, on dois aller au restaurant a vingt heures, le temps de nettoyer tout ce bazzart et celui de la cuisine environ deux heures. Il nous restent trois heures de temps libre .. »

Mon cœur se serait d’un coup. Je le regardais et poussait la porte qui me menait dans ma chambre, sur le mur, une photo de lui, moi et Charlie. Même plusieurs de nous a l’époque du lycée. Je m’assise sur mon lit et l’attendais juste en peignoir. Maintenant, la balle était dans son camp.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 26 Sep - 19:00


« Oh, car maintenant tu es mon fiancé … »

« Je te signale que tu m’as demandé de t’épouser alors pour moi tu es devenue ma fiancée mais si tu refuses… tu peux être seulement ma maitresse… »

Une taquinerie rien que pour la faire réagir. Mes mains autour de sa taille, je plongeais mon regard dans le sien. J’avais toujours eu tendance a mis perdre quand on n’était pas en couple mais le faite que sa soit devenue officiel n’avait fait qu’accentuer ce phénomène. Je répondis avec tendresse au baiser de la jeune femme en face de moi avant d’hausser un sourcil un peu accusateur devant sa réponse. La machine n’avait pas terminé de laver nos vêtements. Je le savais et j’aimais penser qu’elle avait fait exprès. Le silence régnait dans la petite salle de bain quand la blonde m’entraina dans sa chambre.

« Il nous reste 3 heures de temps libre ! »

Je regardais brièvement les photos de nous 3 sur le mur. Certaines dater d’il y a longtemps. Une me faisait particulièrement sourire car c’était lors de notre premier rendez vous. La première fois ou je m’étais fait tuer par son père car je l’avais ramené trop tard. La première fois que j’éprouvais de réelle sentiments vis-à-vis d’une fille et que je ne me moquais pas d’elle. Je regardais avec une nostalgie soudaine les photos. Mon regard se posa sur la blonde installé sur son lit. Mon air innocent repris vite le dessus et c’est sur le ton de la plaisanterie que je lui lançai :

« Je n’es aucune idée de ce que l’on peut faire pendant ce temps… »

Je me mis à rire légèrement avant d’attirer le visage de la jeune femme vers moi. Mes lèvres frôlèrent les siennes avant de lui donner un baiser passionner. Je me retrouvais au dessus d’elle, posant ma main sur sa hanche. Notre baiser ne s’interrompis pas et c’est à moitié essouffler que mes lèvres embrassa sensuellement son cou. J’entrepris de défaire le nœud de son peignoir quand des frisons parcouru le long de ma colonne vertébrale. L’émotion peut être. Tout me rappelait l’ancien temps.

Mon regard se posa sur Appoline, un sourire s’afficha sur le mien comme sur le sien. Ma main glissa en dessous de son peignoir caressant sensuellement sa cuise avant de l’embrasser de nouveau…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 26 Sep - 19:27

« Je te signale que tu m’as demandé de t’épouser alors pour moi tu es devenue ma fiancée mais si tu refuses… tu peux être seulement ma maitresse… »

« Tu n’as pas besoins de me le rappeler je m’en souviens très bien surtout de ton non, très expressif chéri. Donc c’est surement a toi de me le dire si je suis ta fiancé ou ta maitresse. Dans les deux cas peu importe la réponse, je finirais dans ton lit la . Enfin plutôt dans mon lit donc toi tu finiras dans mon lit. »

Je souriais a la remarque que je venais de faire, elle était très expressif, je montrait peut etre trop ce que j’avais envie surtout a voix haute. Je baisais la tête quelques instant puis je regardais Matthew, je l’embrassais tendrement. J’aimais tout chez lui et rien ne pouvais changer cela même pas mon père, enfin pas cette fois-ci.

« Je n’es aucune idée de ce que l’on peut faire pendant ce temps… »

« Hum … on pourrait joué au échecs pendant trois longues heures; Qu’en pense tu ? Mais tu sais, la version 2010 (a) »

Je le regardais d’un air assez coquin on pourrait croire mais il fallait bien que ça arrive un jour et sa ne serait pas la première fois. J’aimais sa façon d’entreprendre les choses. Tout commençais parfaitement bien, il ne brusquait jamais personne, enfin pas moi en tout cas vu toute les filles qu’il a eu avant je me demande comment il pouvait être? Alors qu’il enlevait le nœud de mon peignoir, je m’approchais encore plus de lui et tirait doucement la serviette qu’il portait, j’embrassais on torse, je l’embrassais, les frisons venait a moi, le désir allait vraiment se faire cette fois ci, sans que personne ne nous interrompe sa avait l’air carrement bien parti. Un vibrement se faisait sentir derrière moi, je mis ma mains dans mon dos et vit un nouveau message de Andy. Je jettais mon téléphone a l’autre bout de la pièce et attrapait mon fiancé par le coup l’approchant encore plus de moi. Je l’embrassais et le regardais.

« Alors mon fiancé , on fait quoi ? »

Je pinçais mes lèvres, a la recherche de son regard, je le croisais tout de suite et restait figée dans un regard si sublime que personne ne pouvait me déconcentrée apart lui si il venait a bouger, a me parler, ou a continuer une action qui serait encore plus merveilleuse.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 26 Sep - 19:43

Mon sourire s’étira devant le faite qu’Appoline me voulait dans son lit. Elle avait presque rougis en disant sa ce qui la rendais encore plus adorable et moi encore plus sous le charme. Elle me proposa de jouer aux échecs. J’avais très bien compris le sous entendu et si je n’avais pas été au dessus d’elle ni même dans cette tenue, je crois bien que j’aurais fait semblant de réellement vouloir jouer a ce jeu. Comme signe de réponse a sa question, je lui lançai un sourire des plus coquins et embrassa de nouveau son cou.

Tout s’accéléra en une poigné de secondes. Elle s’approcha de moi en embrassant mon torse. Ç a me déclenchait des frissons de plaisir et de bonheur de la savoir mienne pour encore un moment. Je la regardais et ne pu m’empêcher d’étouffer un léger rire. Elle avait l’air bizarrement gêné de faire cette action. Je l’a connaissais par cœur et c’est en parti pour sa que je pris la tête des opérations. Ma main retira son peignoir laissant entrevoir son corps dénudé. Je la regardais brièvement avant de l’embrasser langoureusement. Elle n’avait plus rien a voir avec la fille que j’avais connu autrefois. Elle était plus femme, plus désirable, plus belle. Un maudit portable nous sortie de ce moment plus qu’intime. J’eu le temps d’apercevoir le nom de l’interlocuteur avant qu’Appoline le jeté au fond de son lit. Andy. Il allait toujours ce mettre dans mes pattes celui là ou quoi ! Je regardais la jeune femme et me laissa tomber sur le coter. Nu, je n’éprouvais aucune gêne. Le message qu’a Appoline venait de recevoir m’avait totalement refroidit et me mettais de mauvais humeur…

« Tu devrais peut être appelé l’autre abr*uti !

J’étais totalement jaloux. Sa crevait les yeux et surtout je m’en cachais pas. Regardant de nouveau la jeune femme, je ne pouvais pas douter de ses sentiments envers moi. Alors dans un seul, je la ramenai contre moi pour déposer un baiser au creux de son cou…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Dim 26 Sep - 21:10

« Tu devrais peut être appelé l’autre abr*uti ! »

« Je n’ai pas envie d’appelée l’autre abr*uti comme tu dit … De toute manière à chaque fois qu’il m’envoie des messages c’est pour me dire : tu ne sais pas ce que tu as raté avec moi en choisissant l’autre. Je n’ai pas envie de lui répondre car j’ai trouvé ma place, elle est a tes cotés. Non mais attend un petit peu, tu ne serais pas jaloux ? .. »

Même quand il s’énervée il était beau … A ce moment la, je détestais Andy plus que n’importe qui au monde, il avait gâché un moment spéciale. Je soupirais. Dans ma tête je ne pensais qu’a une chose : « Matt embrasse moi » était la phrase qui revenait le plus souvent, j’y pensais tellement fort qu’il fini par sortir de ma bouche, sans que je puisse la contrôler. « Matthew, embrasse-moi bordel. »Je baisais la tête pendant un moment un peu gênée quand même et tout sa a cause de son c*n d’Andy. Matthew, qui était alors allongé sur l’autre coté de mon lit, je le regardais dans les yeux, me rapprochant de lui. Je touchais son torse dénudée, et l’embrassait un peu partout dessus, je caressais ces cuisses et un moment de plaisir pouvait se faire sentir dans la pièce. Je montais un peu plus vers le haut de son corps et l’embrassait passionnément en le tirant vers moi ce qui nous remit a notre position initiale. Je touchais ces abdos qui était vraiment sublime puis dans un élan inconsidérée, je m’approchait de plus en plus de son sexe. Je pinçais mes lèvres un peu gênée et le regardait dans les yeux, il était si beau, si parfait que je devenais presque jalouse de moi-même de pouvoir être avec lui. D’un coup; un autre téléphone fit des siennes, celui de Matt, je regardais et vit le prénom d’une fille très jolie de son université. Je lui tendis son téléphone et répliquais.

« Tiens, appelle l’autre bouff*nne »

Je le poussais de sur moi, et tenant mon peignoir, je me baladais dans la chambre, j’étais vraiment énervée contre cette fille, car avant que je ne retourne avec mon Matthew, elle lui tournait déjà beaucoup trop autour. Je faisais les cents pas dans ma chambre, ce qui pouvait avoir l’air bête vu que je faisais le tour de mon tapis qui était rond et je continuais sans comprendre vraiment. Je la déteste. Le pensant si fort je regardais Matthew et répondit : « Je déteste cette Marie, je la haie ! »Pourtant ce n’étais pas mon genre de détestait des gens mais bon la …
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Mar 28 Sep - 16:26

Plonger dans un mutisme et paralysie total, je pensais que personne ne pouvait me sortir de ma soudaine mauvaise humeur. Pourtant, je me trompais. Appoline me connaissait très bien et elle savait comment faire pour me calmer et me faire oublier toute cette histoire de jalousie. Ses petites mains vinrent caresser lentement mon corps dénudé. Ses lèvres vinrent trouver les miennes sans aucune difficulté et ces avec une envie soudaine de l’avoir une nouvelle fois mienne que je me mis au dessus d’elle, reprenant ma position initiale. Ces mains continuèrent de me caresser et ce petit jeu faisait accroitre mon désir pour la blonde. Tout semblait si parfait, le moment si attendu depuis toute à l’heure allait enfin se dessiner à l’horizon.

« Tiens, appelle l’autre bouff*nne »

Je pris le mobile et regardais le nom de l’interlocuteur. Marie. Je cachais mon étonnement derrière mon portable. La jeune femme est moi-même avions été plus que proche a un moment donné de ma vie. Disons qu’on ne se voyait pas pour travailler mais pour jouer aux échecs comme dirait Appoline. J’appuyais sur le bouton rouge pour rejeter l’appel et regardais de nouveau la blonde faire les 100 pas avec son peignoir dans les mains. Me levant du lit, je m’approchais d’elle, jetant le bout de tissus inutile à travers la pièce. Bizarrement, le faite qu’elle est ce genre de réaction ne faisait qu’augmenter le désir que j’éprouvais. Mes mains tièdes se posèrent sur sa fine taille et c’est en la plaquant légèrement contre le mur de sa chambre que je l’embrassais. Un baiser des plus banale s’en suivis un des plus passionner que l’on est pu connaître tout les deux. Mes mains glissèrent derrière ses cuisse pour nouer ses jambes autour de ma taille et l’attirer sur son lit.

Notre baiser avait du mal à s’interrompre malgrè notre essoufflement mutuelle. Mes lèvres embrassèrent sensuellement son corps descendant dans les endroits qui m’étaient désormais réservé qu’a moi. Mes caresses se firent de plus en plus ambitieuses et c’est après plusieurs minutes de sensuel attouchement que le moment arriva. Ses jambes toujours noué autour de ma taille, nous ne tardions pas à faire plus qu’un seul être. De lent vas et vient s’en suivèrent et mes lèvres retrouvèrent enfin les siennes. Ces dernières bougèrent à l’unisson et le plaisir se fit de plus en plus présent dans nos deux corps. Plus rapide, je veillais à ne pas faire de mal à Appoline même si a ce moment précis je doutais que c’est cette sensation la qu’elle ressentait…

Les heures c’étaient écouler depuis qu’on avait pris notre douche ensemble. Appoline dormait désormais à mes coter. Ma main autour de sa taille, elle était blottie contre moi. J’ étais enfin heureux quand mon mobile se mit a vibrer sur la table de chevet. Je le saisi sans trop faire de bruit et répondit en chuchotant. Le numéro, je le connaissais et je le craignais. Mon père venait de mourir en prison. Tant mieux mais il fallait que j’annonce sa à ma petite sœur. Me levant du lit sans la réveiller, je venais juste de penser qu’Appoline et moi n’avions pas eu de rapport protégé. Haussant les épaules, j’étais loin de me douter que la demoiselle allait retomber enceinte…

Mon ange,

Je suis désolé de te laisser ce mot mais je ne voulais pas te réveiller. Je dois me rendre à Seattle pour voir ma petite sœur… Mon « père » est décéder et je ne sais pas combien de temps sa va me prendre pour régler tout sa. Je suis vraiment désolé. Je t’aime. Matthew.


Je laissais le petit papier à coter de l'oreiller et partis en voiture à l'aeroport...
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Contenu sponsorisé
«


MessageSujet: Re: Tu cuisines toi ?!    Aujourd'hui à 17:06

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu cuisines toi ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « New-York's Circonscriptions » :: « Manhattan »-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit