Bienvenue sur This is it ☎️
TII ; qu'est-ce que c'est ? Un brin de folie pure et dure, comme les fesses de ces jeunes hommes ci-dessus --> , une grande famille où tout est permit ou encore une grande bande d'amis que l'on vient retrouver juste après un bon streapoker. This is it, c'est aussi un maigre hommage que nous avons souhaité rendre à notre ami et idole Michael Jackson...Quatres avatars sont disponibles. Forum actif & attractif. Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ? (;


AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Après des longues réflections & surtout une très belle vie ; THIS IS IT FERMERA SES PORTES DANS LES JOURS A VENIR. MERCI DE NE PLUS VOUS INSCRIRES. Nous avons été très heureux de partager tous ces moments avec vous. ♥️ Vous nous manquerez. NEW YORK NEVER SLEEP, ne l'oubliez pas.

Partagez | 
 

 J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Jeu 2 Sep - 17:20



***

J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer !

***
18h00. J’étais rentré un peu plus tôt que prévus dans ma chambre d’étudiant. Après avoir fait un saut à la bibliothèque rendre des bouquins, j’étais partie faire quelques achats comme des feuilles de classeurs et surtout le nouveau chargeur de mon ordinateur portable. L’ancien c’était évanouis je ne sais ou dans la nature. Bref, j’avais rendez vous ce soir avec Appoline et Charlie mais j’avais aussi ce maudit exposer de biologie cellulaire à rendre pour demain, 8h00. Je sais, je n’aurais jamais dû accepter de venir au spectacle de Charlie alors que j’avais trop de travaille mais en même temps c’est mon fils. Je ne pouvais pas lui refuser. Tête brulé comme je suis j’étais persuadé que j’allai pouvoir terminer en 2h00 mon devoir.

18h30. Doucher, laver, habiller et même raser. Je m’installais sur mon lit avec l’ordinateur. Le nouveau chargeur entre mes mains, je ne prenais même pas la peine de lire la notice d’utilisation. Mes pensées étaient complètement ailleurs. La petite pause de midi avec mon fils et la jeune femme m’avait fait plus de bien que je ne le pensais. Dire que elle et moi, on se voilait la face depuis un moment me rendait malade. Il fallait a tout pris que je me concentre, j’avais besoin d’avoir une bonne note après je pourrais penser a autre choses mais la non. Livre de médecine dans ma main, je feuilletais l’énorme ouvrage tout en tapant d’une main le début de mon récit. Quelques mots vinrent noircir la page blanche mais la fatigue frappa à ma porte. Ecoutant mon corps, je me laissais tomber en arrière, tête sur l’oreiller. Juste quelques secondes. Rien qu’une petite minute avant de reprendre. Le temps passait et moi je m’étais endormi. Le silence régnait tandis que les aiguilles tournaient. Rien ne pouvait me sortir de ma rêverie à part le bruit de serrure de ma chambre qui me réveilla en sursaut. 21h00. Mes yeux on failli jaillir de leur orbite. J’avais planté Appoline et Charlie depuis plus d’une heure. De nouveau, le bruit de serrure se fit entendre et mon visage devint presque écarlate devant la gêne que j’éprouvais en ce moment. Appoline.

« Je suis désolé ! Je me suis endormi pendant que je faisais mon exposé ! Excuse-moi ! »

Je n’arrêtais pas de m’excuser, il fallait peut être que j’arrête. Je ne savais pas vraiment quoi penser de l’expression qu’affichais la mère de mon fils. Elle était seule et quelque chose me dit qu’elle m’en veut…


Dernière édition par Matthew N. Wellington le Sam 4 Sep - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Jeu 2 Sep - 19:31


19h30. Le spectacle allait commençait, toute la salle est survoltée et impatiente de découvrir le fameux numéro de leurs enfants ou de leur frères et sœur. Les répétitions général avait fini il y a quelques minutes a peine, tout les enfants était près dans tout leurs costumes. Charlie était vraiment sublime en cow boys ainsi que tout les enfants de sa classe, la photo de groupe était prise et coutait deux euros, je n’hésitais pas a en achetait plusieurs. Les groupes passait dans un ordre spéciale, des plus petits au plus grands. Charlie était le deuxième groupe a passait. Les spectateurs commençaient à applaudir les enfants qui montaient sur scène, le premier groupe, je suivais le mouvement en tournant ma tête a la recherche de Matthew. Je regardais ma montre, a près tout, il n’était pas huit heures encore. Le premier groupe eu fini, les gens et les danses était sublime ainsi que les costumes, les petites filles en princesse et les hommes en princes honorée les comptes Disney selon le thème choisit par les professeurs. Le deuxième groupe arrivait, les enfants montaient sur scène et avec les décors et le son qui se propageait dans la salle à toute vitesse, le far-West dominait la salle. Les parents des enfants, debout, tapant dans leur mains tous en cœurs pour encourageait leur bébé. Papa et maman était la, tous a deux, même ceux divorcer était la pour le plaisir de leurs fils et moi, seule avec une chaise vide alors que le musique résonnait dans toutes les oreilles. Le rideau se levait enfin, les enfants commençait a dansaient, tous le sourire aux lèvres, a la recherches de leur parents et quand il les trouvait enfin les signes valsaient de partout suivant la musique. Charlie tournait alors la tête vers moi, me voyant seul, il se figeait d’un coup, arrêtant de danser et suivant la musique, il essayait de sortir de scène mais bousculant tout le monde, tous tombaient un par un sur scène comme des morpions. Le rideau se baissait d’un coup et tous les parents se levaient pour retrouver leurs enfants. En coulisse, je trouvais Charlie en larmes en plein milieu des vestiaires, je prenais la relève de la maitresse et l’écoutait. Déchirait de la non présence de son père, je le laissais avec papy et mamy, mes parents, le temps d’allait trouver Matthew. Le troisième groupe avait pris le relais avec une musique plus rétro, mode disco, l’ambiance était toujours présente mais la je ne pouvais rester une seule minutes de plus ici.

21h00. Le temps que je fasse la route qui me sépare de l’université de Matthew et de la salle de spectacle de Charlie, sois une demi-heure et enfin j’arrivais dans cette école ou normalement réside les plus grands cerveaux de notre génération, enfin a quelques exception prête. Je cherchais la chambre de Matthew, traversant l’université de long en large et la, le souvenir d’un midi presque parfait, dans sa poche de jeans, on pouvais trouvé une clef avec le numéro 245 écrit dessus. Je montais a grande vitesse au deuxième étage et enfin me trouvait devant sa porte, je toquais d’une façon forte comme une furie que quelque uns de ces camardes sortait de leurs chambres. Il ouvrait et ma fièvre montait d’un coup.

« Comment as-tu pu lui faire ça ?. Dis-je d’une vois assez forte, en le poussant d’un coup sur son lit d’une force incroyable, je claquais la porte en même temps. Que tu me plantes moi, ce ne serais pas la première fois mais ton fils bordel. Pourquoi tu lui fais des promesses que tu ne peux pas tenir ? Ne me dis pas que tu es désolé car il est trop tard. Il avait prévenu tout ces copains, sa maitresse, le directeur de l’école que son papa allait venir le voir et toi non, tu t’en fou carrément. Tu m’as beaucoup déçu avant mais la encore plus. Et dire qu’avant le spectacle il me donnait se dessins pour toi. Je balançais les dessins et une des photos de groupe que j’avais acheté sur lui sur son lit. Tu n’es vraiment qu’un … un salop. Voila ce que tu es, plus jamais il ne voudra te faire confiance et je ne suis pas sur que moi aussi. Comment ai-je puis croire un seul instant que tu voudrais qu’on reforme une famille. Charlie est en larmes, il a gâché tout le spectacle en faisant tombé ces camardes et pourquoi ? Parce que tout ces amis avait leurs deux parents présent alors qu’ils sont mariés ou divorcés il avait fait sa pour leurs fils et ne te trouvant pas, il c’est effondrée en larmes. Tu me dégoute encore plus, franchement a moi je m’en fou mais pas a Charlie, notre Charlie. Mes larmes montaient en même temps, dans un élan inconsidérée, je lui mis une baffe, surement la plus grande que je n’avais jamais mis et je crois bien qu’il a du avoir mal. Je te félicite, ton fils et malheureux et moi aussi, tu réussis vraiment … »

Sur ces mots, je ramassais mon sac et parait reclaquant la porte derrière moi, je traversais les couloirs a une vitesse et je me retrouvais sur le parking, cherchant ma voiture parmi d’autres.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Jeu 2 Sep - 20:06



***

J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer !

***
Une promesse. De simples mots qui donnent de l’espoir à l’autre. Des mots qui peuvent faire du mal si on ne tiens pas ces propos. Appoline était en face de moi. Enervé, elle avait claqué la porte d’une force que je ne lui connaissais pas. Je mettais mis dans le pétrin et je l’avais mérité. Comment est ce que j’avais pu faire sa ? Moi aussi je me le demandais. D’habitude je ne fuyais pas. J’étais resté quand la blonde était tombé enceinte, rester durant ses 9 mois, rester a la naissance de notre fils et rester auprès d’eux comme je pouvais durant ces 3 ans. Mais aujourd’hui, j’avais tout raté encore une fois. Appoline me criait dessus. Elle avait raison. Tête baissé, je me terrais dans mon mutisme. Charlie était content que je vienne, je l’avais vu sur son visage et moi j’avais tout gâché…

J’avalais ma salive car j’étais nerveux. Nerveux de revoir mon fils. Il allait m’en vouloir mais c’était un enfant de 3 ans sa allait lui passer mais pas à la mère de mon fils. Je la regardais son visage si triste et à la fois en colère, lui donnait des airs d’adulte du haut de ses 19 ans. Elle me jeta à la figure la photo de ce fameux spectacle. En cow-boy. Il était habillé comme ça ce soir. La photo dans mes mains je n’osais plus la lâcher. Comment j’avais pu faire sa… M’endormir… J’étais énervé contre moi, serrant mon point droit je m’enfonçais, sans vraiment m’en rendre compte, mes ongles dans ma peau.

« Je… »

Avant même que je comprenne, Appoline me colla une gifle. Et je peux vous dire que ce n’était pas une petite mais une énorme baffe qui avait tendance à laisser des marques. Je ne disais rien parce que je l’a méritais amplement. Je mettais comporter comme quelqu’un d’irresponsable. Devant le visage de la blonde, mon cœur se resserra une nouvelle fois. Elle s’en alla sur des mots assez dur que j’encaissais sans bronché mais à l’intérieure sa me détruisait plus que vous ne pouvez l’imaginer. Je me retrouvais seul. Encore une fois, j’avais laissé partir celle que j’aimais. A quoi sa serre de cacher de toute façon mes sentiments. Je l’aimais. Je pris la clé de ma chambre et claqua la porte juste derrière. Courant dans les couloirs et devant les camarades qui regardait ce qui c’était dérouler, je descendis les escaliers à toute vitesse. Le parking. Je savais qu’elle serait là parce que je l’apercevais au loin. Je me mis à courir et claqua la portière de sa voiture juste avant qu’elle ne monte à l’intérieure. Me mettant devant, je l’empêchais de prendre la fuite dans son véhicule.

« Je me suis comporté comme un salop ! Je le reconnais et je mérite amplement la baffe que tu m’as donné mais est ce que tu as pris en compte pourquoi je m’étais endormis ? Je vais te le dire. Toi et Charlie vous êtes tous ce que j’ai et je rêve d’une vie meilleure pour vous deux. Si je dois me tuer à la tache pour que vous ailler un toit de la nourriture et même des vêtements alors je le ferai même si je dois négliger la vie familiale. Et puis dans tout sa, je t’es plus blesser toi que lui, dans quelques jours Charlie ne s’en souviendra surement pas il n’a que trois ans mais toi oui. Je compte bien me rattraper à toi de voir si tu veux me donner une autre chance… »

J’avais passé mon temps à la regarder contrairement a elle qui ne le faisait pas. Dos contre sa portière je croisais les bras. La lâcher maintenant ? Il était hors de question…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Jeu 2 Sep - 21:29


Quand on ne tient pas une promesse sa peut faire mal, très mal surtout quand sa vient de quelqu’un de proche et que ce n’est pas la première fois qu’il vous fait souffrir. C’est a ce moment la qu’on reconnait la vrai nature des gens, et qu’en réalité vous ne les aimait pas ou très peu. Et pourtant, même si Matthew avait ruinée les espoirs que son fils, que moi avions fondé sur lui et bien je ne pouvais lui en vouloir vraiment, enfin si mais pas au point de ne plus jamais lui parler. Sous une pluie torrentielle, le temps que je rejoigne ma voiture, j’étais carrément trempé, et pour cause, en voulant courir plus vite pour essayait de lui échapper je m’étais ramasser plusieurs fois, mon jean était déchirée surement comme mon cœur, mon t-shirt trempais et mes cheveux je ne préfère même pas en parler. Enfin, arrivait devant ma voiture, alors que je croyais que tout serait réglais et que je pourrais rejoindre Charlie au lieu de le laisser seul enfin presque seul dans la salle. Il arrivait me bloquant l’accès à ma voiture. Il me faisait un discours comme moi je lui avais fait mais il venait de détruire un rêve entier.

« Charlie n’a peut être que trois ans mais en ce moment il est bien plus malheureux que tu ne le pense. Peut-être que d’ici demain il aura oublié mais pas maintenant. Négliger la vie de famille ? Mais qu’elle famille, dit moi ou tu vois une famille. J’ai dix neuf ans, je fais des études, je bosses et je garde Charlie et pourtant j’arrive a lui trouvait du temps libre, et surtout je ne lui fais pas des promesses impossible a tenir tu vois ? Le problème est que oui, oui tu m’as blésée et la seule personne qui me fait mal a chaque fois c’est toi car tu es la seule personne qui connait mes points faible. Je t’ai donnée la clef de mon cœur, de ma vie il y a déjà trois ans et même plus mais pourquoi tu le détruis comme ça ? Ce soir, je suis blésée, déçu parce que je croyais ne serais-ce qu’un instant que tu étais sincère toute a l’heure, et que tu voulais vraiment une vie de famille. Explique moi, je t’écoute, explique moi comment tu veux te rattrapait, sous cette pluie torrentielle, explique moi pourquoi c’est nous que tu veux ? Parce que si moi tu me demandais, je serais répondre pourquoi c’est toi que je veux et personne d’autre. Ici, ce jour même et cette instant même ma vie va changeait, j’en suis sur mais je ne sais si ça sera en bien et en mal car toi seul a la clef de tout sa, c’est toi qui a la clef de tout mon cœur. Parce que pour moi, tu es l’homme de ma vie, et j’espère qu’un jour tu te rendras compte que je suis la femme de ta vie Matthew. »

Ma main dans mes cheveux, je remis ma mèche qui tombait sur mes yeux, sous une pluie immonde, je le regarder, tremper j’attendais une réponse, ainsi que quelque personne de l’université qui était sortie pour voir la scène, et ceux qui regardait des fenêtres.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Ven 3 Sep - 14:49

La pluie s’abattait de plus en plus violement dehors. Personne, n‘était sortie à par certains de mes camarades de classe qui regardait la scène par leur fenêtre. D’habitude il ne se passait rien du tout ici. Le dortoir était calme tout comme ses étudiants. Et pour la première fois qu’il se passait quelques choses, j’étais au cœur de l’action et sa ne me réjouissait pas beaucoup. Devant les paroles d’Appoline, je me figeais. Aucune émotion ne transparait sur mon visage. Appo était entrain de dire que c’était surement elle la femme de ma vie. Je pris littéralement une claque en plein tête. Elle avait raison et moi j’avais cherché à lui faire du mal involontairement. Charlie et elle, ma bouffé d’oxygène. 3 ans c’était écouler depuis la naissance de notre fils. Chacun avait fait sa vie amoureuse de son coté. Moi en enchainant les conquêtes et elle… En faite, je ne sais pas vraiment. Ce sujet était resté sensible entre nous et aujourd’hui, je comprenais enfin pourquoi. Elle m’aimait tout comme moi. 3 ans de gâchis, 3 ans de souffrance inutile.

La jeune femme continuait de parler. Lui expliquait pourquoi je les voulais, pourquoi je la voulais. J’étais loin d’être douer pour exprimer mes sentiments et ce qu’elle me demandait était vraiment compliqué. La jeune femme le savait surement.

« Il y a 3 ans quand je t’es aperçus devant ton lycée. La première chose que j’ai remarqué chez toi, ce n’est pas ta tenue de pompon girl ni ton jolie visage, c’est ton rire. Je l’entendais au loin et c’est sa qui ma pousser à regarder en ta direction. Sa peut te paraître stupide mais sa a déclencher quelques choses en moi, je voulais te connaître, j’avais besoin de te connaître. Les jours ont passé et je suis tombé amoureux de toi, je ne pouvais pas me passer de ta présence jusqu’au jour ou tu m’as dit que tu étais enceinte. J’étais super content mais ton père… Il a voulu… que je mette fin a notre relation, je ne voulais pas mais c’était soit sa soit je ne vous voyais plus tout les deux. Voilà pourquoi on est ici aujourd’hui, chacun à vivre de notre coté. Ce n’est pas parce que je refusais de m’engager mais parce qu’on m’y a forcé »

Je baissais la tête, pas très fière de moi de mettre fait intimidé de la sorte mais en même temps Appoline et Charlie représentait beaucoup de chose que j’avais céder au chantage de son père. La pluie continuait de nous tremper tout les deux et devant les regards des curieux je décidais d’entrainer la jeune femme sous le hall. Au moins, sa nous mettrais au sec. Elle ne disait rien et j’en profitais pour continuer de parler.

« Je comprends que tu m’en veuille, j’assumerais mes actes mais j’aimerai qu’on aille parler dans ma chambre sans que tout le monde nous écoutes… »

Je tapais le code sur le pavé numérique pour ouvrir la porte. Regardant la jeune femme, j’attendais de savoir si elle voulait bien me suivre…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 4 Sep - 14:51

Souviens-toi de cette nuit, c’est la promesse de l’infini. Un basculement se projeter dans ma tête, il y a trois ans déjà. Le sublime lycée que j’avais fréquenté, plein de verdure avec plusieurs clan, celui des sportif, celui des minables, celui des sous minables et celui des pompoms girls, autrement dit les filles les plus populaire du campus. Il est vrai qu’a cette époque, je n’étais point la fille d’aujourd’hui, une vrai petite peste pompom girl; qui ne trainait qu’avec sa bande de potes et aucun autres, et naturellement qui sortait avec les sportifs. A l’époque je ne connaissais pas l’amour enfin pas le véritable, je sortais avec le capitaine de l’équipe de foot parce que c’était la règle, capitaines de pompom avec le footballeur le plus populaire du lycée. Quand Matthew me parlait je vivais la scène en même temps, ce jour ou il c’est avancée vers moi pour me parler avait changeait le cours de mon existence. Un couple se formait un mois après, heureux comme personne, je chamboulais les règles et faisait naître une révolution. Mon comme toute les histoires, tout a un problème et celui-ci ce nomme : Charles. Le père qui oblige tes copains à rompre avec toi sinon il casse ta futur carrière il faut dire que sa marche a chaque fois même si Matthew fut ma plus longue relation avec douze mois, enfin plutôt onze car après la naissance du bébé tout ce chamboulait encore plus. Ces paroles avait l’air sincère mais est ce que lui il était. Quand on entrait dans le hall, j’acceptais avec un hochement de tête de le suivre dans la chambre pour en parler surement. Après avoir traversé, les deux étages, les couloirs dans un silence profond nous arrivâmes devant sa chambre et entrons comme si deux rien ne c’était passé. Je m’assainis sur son lit et attendais un mot de lui, voyant qu’il ne bougeait pas ces lèvres je répliquais :

« Matt je … Je ne sais pas quoi te dire. Ce soir je pense que tu as compris ma colère mais je ne sais pas ce que toi tu veux et c’est bien ça le plus chiant, il faudrait que tu saches et vite. Ma vie, je ne la vie que pour Charlie, alors je ne peux pas passer mon temps à m’apitoyer sur mon sort, je dois vivre comme si de rien n’étais et même seule jusqu’à la fin de ma vie s’il le faut parce que moi j’ai besoins d’un homme sur a mes cotés qui ne fuit pas a la première crise comme tu l’as fait a la naissance de Charlie a cause de mon père. Mais ce que je sais et que je suis sur plus que tout au monde, c’est que je n’ai eu qu’un seul véritable amour dans ma vie et celui-ci c’est toi. Je n’ai que deux hommes dans ma vie : Charlie et toi … Maintenant c’est à toi de choisir et de faire le premier pas. Parce que si tu nous aimes vraiment, tu ravaleras ta fierté »

J’étais encore trempé sur son lit, tout ces draps était mouillée, j’enlevais mon gilet, l’essorais par la fenêtre et le posais contre l’appuie pour qu’il sèche, puis je me remettais a ma place, sur le lit le regardant, attendant un mot de sa part.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 4 Sep - 15:27

Le trajet jusqu'à ma chambre fut plus court que prévu. Devant le silence d’Appoline, je préférais ne rien dire car c’était déjà une petite victoire que de l’avoir amener jusqu’ici. Mettant la clé dans la serrure, je remarquais que je ne l’avais pas fermé. C’est vrai que j’étais partie un peu précipitamment toute a heure. Appo s’installa sur mon lit et quand a moi je cherchais des serviettes propres dans mon armoire. Tremper jusqu'à la tête ont risquais tout les deux de tomber malade. Sortant les bouts de tissus, j’en donnais une à la blonde et je séchais ma tête. Ce qui était bien quand on avait le crane à moitié raser c’était que sa séchais très vite mais je ne pouvais pas en dire autant pour les cheveux qui restait.

Bref, enfermé dans mon mutisme et à la recherche de vêtement sec Appoline commençait de nouveau à parler. Elle parlait de ma fuite à la naissance de notre fils. C’est vrai sur ce coup la j’avais été lâche mais d’un autre coter j’étais jeune et je devais m’occuper de ma sœur alors qu’est ce que j’aurais du faire. Abandonner ma petite sœur au profit de la femme que j’aimais. Je ne pense pas. Appoline avait des proches et des parents. Ma sœur n’avait que moi, la voir terminer dans un orphelinat aurait été une insulte à la mémoire de ma mère. Je n’osais rien dire devant les affirmations de la demoiselle. Parler de mon passé été trop compliqué et surtout douloureux. Après quelques minutes de recherche, je sortie un tee-shirt sec ainsi qu’un pantalon. Je me changeais devant Appo. J’étais loin d’être pudique et puis de toute façon, il n’y avait qu’une pièce donc j’improvisais.

« Tiens ! Change-toi avant que tu tombes malade ! »

Je lui tendais une chemise à moi. Elle était tellement petite par rapport à moi que sa lui tomberais jusqu’aux genoux. M’installant sur mon lit, j’éteignis l’ordinateur. Mon regard se posa sur Appoline qui tenait ma chemise à la main.

« Tu crois que je suis quelqu’un de fière… »

Je secouais la tête ne comprenant pas trop pourquoi elle disait sa. Je décidais enfin de dévoiler mon passer. Pendant que l’on avait été ensemble, je n’en avais jamais parlé. Aujourd’hui, je sentais que c’était le moment. J’avais besoin de lui dire.

« Tu me juges sans vraiment me connaître finalement. Qu’est ce que tu sais de moi. Je n’es pas eu l’enfance que tu as eu. Mon père a fini en tôle ma mère est morte a la naissance de ma sœur et on a fini tout les deux a l’orphelinat. J’ai du faire des petits boulots que tu ne t’imaginerais même pas. Alors excuse-moi mais je suis loin d’être quelqu’un de fière… »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 4 Sep - 19:46

La nostalgie revient quand le présent n’est pas a la hauteur du passée. Je pense que c’est vrai, la nostalgie m’as souvent guettée en ce moment, surement le fait de ré voir Matthew avait en quelque sorte chamboulait les semaines de ma vie qui allait venir et peut-être plus. Je venais de comprendre grâce a lui que nous nous ressemblons plus qu’on peut le croire, enfance difficile et douloureuse et surtout compliqué. La famille n’avait quasiment aucun sens pour moi, c’est vrai, je ne le connaissais pas, mon père n’étais pas la et maman non plus, élevée par la nourrice jusqu'à seize ans. La famille, je la connais depuis que Charlie est né, il a su me guidé dans les moments les plus dur, comme les plus faciles mais jamais je ne reviendrais en arrière sur sa naissance ou autre.

Dans sa chambre glacé, il se changeait comme si de rien n’étais, je peux dire qu’il n’avait pas changé et que son corps était toujours parfait comme jamais. Je souriais mais me calmait très vite quand il se tournait vers moi. Me lançant une chemise, je le regardais d’un air de dire : « Je dois vraiment me changeait devant toi : o ». Puis, dans un élan normal, je soulevais mon t-shirt et enlevais mon pantalon. Puis je me mettais devant lui :

« Matt. Dis-je en toquant à son épaule en attendant qu’il se retourne. Tu aurais une brosse ? »

C’était assez bizarre mais jamais je ne m’habiller avant d’avoir démêlée mes cheveux, j’en prenais soin car c’était une des seules choses que j’aimais vraiment en moi. Je m’assainis sur son lit, attendant une réponse alors qu’il prenait une phrase parlant de son passée. Une conversation qui me déplaisait moi aussi. J’écoutais ce qu’il me racontait et c’est bien vrai que c’était compliqué comme mon enfance, je prenais la parole a mon tour.

« Matt je. Je te comprends tu sais et je suis vraiment désolé pour toi. Il faut dire qu’on se ressemble plus que tu ne le crois. Mon père si je peux appeler sa comme ça, me voyait plutôt comme sa pub, son phénomène de foire, ma mère est partie a ma naissance me laissant avec lui, alors après mes seize ans, quelque temps après notre rupture je suis partie, et j’ai était accueillie dans une famille d’accueil. Les parents que Charlie connait ne sont pas mes parents mais ma famille d’accueil alors je pense qu’on est quasiment pareil. Je comprends que tu es partie avec ta sœur, j’aurais fait pareil si j’en avais un ou une. Je suis désolé Matt. Parlons d’autre chose, vivons dans le présent, c’est beaucoup mieux. »

Sur ceux, je restais assit devant lui sur le lit, a attendre une réponse. Comme d’habitude, j’étais toujours en sous vêtement, montant débout sur le lit pour fermer la fenêtre puis je me laissais tombé dessus, allongée en sous vêtements devant mon ex.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Dim 5 Sep - 14:15

Qui aurait cru qu’un jour j’allai parler de mon enfance comme si je disais que j’allai faire les courses. Des souvenirs douloureux me revenaient en tête comme un boumerang. Vivre dans le passé ne servais strictement a rien, je le savais mais je ne pouvais pas m’empêcher de me souvenir de quelques choses. Comme ce fameux jour ou Appoline était apparu dans la même tenue que celle là, il y a un peu plus de trois ans. Je regardais la jeune femme après qu’elle est frappée sur mon épaule. Elle restait planté la en sous vêtement devant mes yeux comme si elle était habiller. Je ne pu m’empêcher de la déshabiller du regard. Appoline n’avait plus rien à voir avec le physique de ses seize ans. Ses courbes étaient plus affirmé et très agréable a regarder. Je ne m’y attardais pas tellement pour pas la gêner et pour ne pas non plus passer pour un pervers mais en même temps c’était de sa faute si je la regardais comme ça.

« Tu crois vraiment que j’ai une brosse à cheveux avec le peu que j’ai ! »

Je me mis à rire et passa ma main sur ma crête comme pour appuyer mes propose. Mais finalement au bout de quelques secondes, devant ses yeux auquel je ne résistais pas, je décidais de me lever et de lui tendre un peigne que j’avais. Je n’avais pas de brosse a cheveux comme elle l’utilisait après tout je n’étais pas une fille. Bref, après lui avoir tendu je décidais de m’installais à la place ou j’étais. Mon regard se posait ailleurs que sur elle, même si ce n’était pas l’envie qui me manquait. Je l’écoutais parler et fit un signe de la tête comme si je comprenais. Changeons de sujet, il valait mieux pour nous deux. Avec un sourire qui se révéla plus coquin que moqueur, je déclarais :

« Dis moi, il t’arrive souvent de te balader en sous vêtement devant tes ex ?! »

Une remarque juste pour l’embêter, rien de plus. Je l’a regardait fermer la fenêtre. Il faut dire qu’elle n’avait pas tord. La chambre c’était vraiment refroidit depuis toute à l’heure, des frissons avaient même fait apparition sur mon corps. Peut être que ce n’était pas à cause du froid. Assis en face de moi, j’esquissais un sourire en m’approchant d’elle. Je lui pris la chemise posé à ses coter et entreprit de l’enfiler sur elle. A croire qu’elle faisait exprès de me tenter. Elle me déstabilisait complètement et pas parce qu’elle était dans cette tenue mais parce que c’était Appoline. Celle que je désirais pour le restant de ma vie. Je la regardais et attendis qu’elle enfile ses bras à l’intérieure des manches. Proche d’elle, j’aurais aimer l’embrasser mais j’avais peur de précipiter les choses. Dans notre relation, il n’y avait pas que nous deux mais aussi notre fils, Charlie…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Mer 8 Sep - 22:08

Si on faisait un flash-back, on revenait en arrière, pour te rappeler ce que tu me disais. Qu'on restera ensemble jusqu'a redevenir poussière. Au final tout ça, ce n'était que des paroles en l'air. Mais je n’ai pas vu que tu jouais. Toute cette histoire, un jeu d'échec dont tu étais la reine. J'ai le cœur en vrac et, si je dérape c'est. Parce que t'es partie aussi vite que t'es arrivée. Et tu t'en es allée avec un bout de moi, maintenant...

M. Pokora – juste une photo de toi.

L’amour peut être compliqué et je pense que Matthew et moi-même en somme la preuve parfaite. William Shakespeare avait raison. L’amour n’est pas l’amour s’il fane lorsque son objet s’éloigne, quand le temps devient dur, quand les gens changent seule le vrai amour reste inchangé. J’ai toujours aimé Matthew même si je masquais tout ça, pour ne pas passait pour la fille qui ne peut rester qu’avec un seul et unique homme toute sa vie, mais quand on le recroise tout change encore et encore. Dans sa chambre, après une dispute le sujet avait complètement changeait, en sous vêtement a deux, ce qui peut dire des choses mais la rien n’étais beaucoup ambigüe. Tout paraissait affreusement normal dans la plus simple des choses. Je souriais quand il me donnait son peigne, bon ce n’est pas une brosse mais sa fera l’affaire, il ne faut pas trop lui en demandait quand même. Je peignais donc mes cheveux blonds et le regarder avec un petit sourire.

« Tu veux bien m’aider a peigner le derrière s’il te plait Matt ? »

J’avoue que c’était comme une stratégie en quelques sorte; juste pour qu’on soit plus prés l’un de l’autre et une fois fini, je pourrais me rhabiller avec la chemise qu’il m’avait donné. Je voyais que Matthew ne me regardais pas dans les yeux. Je souriais a sa remarque pour le moins dire pas très sympathique. Je me levais et me mis devant lui.

« En réalité je pourrais dire non. Vois-tu, je n’ai pas vraiment eu le temps d’avoir d’autre ex que toi vu qu’à seize ans j’étais maman qui voudrait d’une mère franchement Matt. Réfléchis un peu, a non, tu ne peux pas. »

Maintenant, c’était a mon tour de faire une remarque même si la mienne était encore moins sympathique que la sienne. Je tournais autour de lui, lui claquant le peigne sur ces abdos et attendait qu’il revenait sur le lit comme j’y étais pour qu’il me peigne mes magnifiques cheveux et que je puisse me rhabiller.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 11 Sep - 14:29


« Tu veux bien m’aider à peigner le derrière s’il te plait Matt ? »

Comment est ce que je pouvais être aussi bête par moment. Appoline jouait clairement avec moi maintenant et moi comme un idiot je prenais sa pour du sérieux. Le faite qu’elle vienne se planter en face de moi à moitié nu me perturbais encore plus. Si sa aurait été une autre femme j’aurais surement passé à l’action mais la c’était ma promise, ma femme. Me mordant intérieurement la langue, je regardais tant bien que mal la demoiselle. A ce moment, la si quelqu’un d’étranger rentrait dans la pièce, il trouverait la situation assez coquine. Appoline en sous vêtement et moi avec ma chemise à ouverte assis sur mon lit. Bref, pas besoin de vous faire un dessin je pense. La blonde me lança le peigne qui atterrissait sur mes ados. J’étouffais un rire et attrapa la main de la jeune femme pour l’emmener plus près de moi. Elle se cala entre mes jambes vues que je refuser catégoriquement de changer de position. Allonger sur la moitié de mon lit et dos contre le mur était plutôt confortable. Je pris le peigne et lui brossa ses cheveux. Quelques secondes mon suffit pour terminer se travaille qui était loin d’être désagréable.

Je m’approchais d’Appoline qui me tournait le dos du a notre position. Mon torse ce colla involontairement contre son épaule. Je sentais la chaleur de son corps contre le mien et c’est avec un sourire joueur que je lui chuchotais quelques mots au creux de son oreille.

« Pour répondre a ta question, Appoline. Moi je veux bien d’une mère comme petite amie surtout si c’est elle la mère de mon fils… »

Déposant un baiser sur son épaule, je reprit ma place initiale et lui tendit le peigne singe que j’avais terminer. Aujourd’hui, j’avais bizarrement envie de la faire réagir dans le sens positif bien entendue…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 11 Sep - 16:17

PAAAAPAAAAAA! Juste ce petit cris qui arrivait dans la maison alors que je n’avais encore que quatre ans. A cette époque, j’habitais encore avec le vrai papa, mon père biologique sois disant comme on dit tous : l’homme de ma vie, mais pour moi ce n’était qu’un personne bon a donné des conseils. Des conseils souvent inutile et qui ne sais même pas les suivre lui-même. Cependant je me souviens d’un qu’il m’avait dit et je pense que celui-ci doit être vrai : Tu sais chérie, dans la vie il y a une chose que tu ne dois jamais oublier … L’homme de ta vie, ce n’est pas ton père comme toutes ces imbéciles peuvent le croire. L’homme de ta vie, c’est ton tout premier amour, le seul et unique, ne l’oublie pas.. Je ne comprenais pas encore à mon âge et malgré que je ne lui adresse pu la parole, je pense qu’il doit avoir raison. On oublis pas son premier amour et je pense qu’on l’aime a jamais. Matthew et mon premier amour et regarder on tout cela nous a menait, a nous retrouver après trois ans dans sa chambre en une position et une situation un peu étrange. Après qu’il m’a aidait a peigné mes cheveux, j’enfilais sa chemise, un peu trop grande mais il n’avait que ça. Je l’écoutais me parlais et il est vrai que j’esquisser un léger sourire et une sorte de grand oui intérieure. J’aimais être avec Matthew et pour une fois il était question que de nous. Tout a coup, quelqu’un franchissait la porte, un ami surement qui prononçait une phrase : Dis gros, ta mis quoi a la question une ?. Il soulevait la tête et me vit au milieu de la pièce et son ami sur son lit avec la chemise ouverte. Je pense qu’il devait se sentir gênait. Euh, je repasserais plus tard. Il était parti tellement vite que même Matthew n’avait eu le temps de lui répondre. Je riais, pendant quelque instant puis je repris vite la parole :

Tu sais Matthew, moi aussi j’aimerais beaucoup être en couple avec le père de mon enfant … Je trouve que les papas sont superbe en petit ami, j’aimerais beaucoup retrouvait un jour dans mon lit, dans notre maison le père de Charlie …

Je m’approchais de lui, alors qu’il avait toujours les jambes écartait dans son lit, je trouvais une place pour moi, la même que toute a l’heure surement. Je me glissais entre ces jambes et pris ces mains, j’avais toujours aimé sentir ces mains prés de moi alors pourquoi pas maintenant. Tout ça me faisait penser au moment du parc ou Charlie nous avait interrompues. Je tournais ma tête et le regardais. Puis après quelque instant, je le retournais et l’embrassait tendrement.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 11 Sep - 16:51

Je souriais devant la tenue d’Appo. Ma chemise c’était transformé en une robe pour elle et je l’a trouvais très jolie dans cette tenue. Je m’apprêtais à lui prendre la main pour qu’elle me rejoigne et se mette contre moi. Je sais, on ne devrait pas faire sa car cette histoire nous amènera surement de la souffrance plus tard mais j’avais tellement envie de la sentir près de moi. Mais mon élan fut coupé par un de mes camarades de classe. Jeremy. Je le maudissais intérieurement et je m’apprêtais à le mettre à la porte mais il fut plus rapide que moi. Il s’en alla en esquissa un sourire puis un clin d’œil après avoir bien maté Appoline. Je bouillonnais de rage et de jalousie intérieurement. Personne n’avait le droit de la regarder comme si c’était un bout de viande. Il repassera plus tard. Je connaissais très bien ce que sa signifiais. Il va vouloir des détails mais il n’en n’aura absolument pas. Ma mâchoire se contracta inconsciemment devant la perceptive que tout le dortoir sache avec qui j’étais. Des commérages encore et encore. Au moins sa avait eu le mérite de faire rire Appoline.

« Ce jour viendra peut être plus tôt que tu te l’imagine… »

Ce réveiller a ses coter, sentir son odeur tout les jours, la voir et lui dire que je serais la pour elle. J’en rêvais mais sa semblait si irréel que je doutais de moi à ce moment précis. La sonnerie du portable de la jeune femme se fit entendre dans la pièce. Il faut dire qu’il était tard et que ses parents devaient s’inquiéter de ne pas l’a voir revenir. Me disputer aurait du lui prendre quelques minutes et non une heure. Je regardais Appoline venir vers moi. Elle rougissait presque en tentant cette approche qui me faisait davantage sourire. Elle se mit contre moi, tête contre mon torse. Mes mains se nouèrent facilement autour d’elle, c’était presque automatique. Son visage s’approcha du mien et je répondis au baiser de ma promise. Tendre puis passionner. Ma main glissa le long de sa nuque pour pas que ses lèvres ne quittent les miennes. Me penchant au dessus d’elle, je la fis basculer contre le matelas. Ma main glissa le long de sa cuisse mais n’allai pas plus haut. J’interrompis à contre cœur se moment si intime.

« Tu ne veux pas décrocher ? Sa dois être important… »

La sonnerie de son portable se fit de plus en plus entendre dans la petite pièce. Et si il était arriver un malheur à Charlie. J’évitais de penser a sa me concentra sur les yeux de la blonde en dessous de moi…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 11 Sep - 17:47

J’aimais beaucoup passait du temps avec lui et je pense qu’il devait le savoir, enfin j’espère. Le temps passait si vite, je n’avais pas vu l’heure passait mais rien ne pouvais m’arrêtais d’être enfin comblé. Un simple baisser peu vite partir autrement, la passion que me rendait dans ce baisser me donner une terrible envie de lui sauter dessus mais je suis la fille et je ne pense pas que ça se fait vraiment. Tout allait vide, tout devenait plus torride, plus intense, j’aimais son corps contre le mien rien n’était contrôler. Je passais ma mains en dessous de sa chemise, pendant que lui aussi prenait les devant. Mais pourquoi fallait-il que sa arrive maintenant ? La sonnerie de mon téléphone retentissait, je soupirais a l’idée mais je continuais a embrasser Matthew. Je pense qu’il avait raison, je me levais du lit a contre cœur et je décrochais mon téléphone :

« Allo ? Oui, d’accord pas de problème. Tu es sur, vraiment sur maman ? D’accord a toute a l’heure maman »

Je revenais vers lui, lui prenant la main, je ne disais rien et je l’embrassais pendant un cours instant.

« C’était ma mère. Charlie la suppliait pour aller dormir chez elle. Elle le garde toute la nuit … On est que toi et moi ce soir. Mais si tu veux, je m’en vais ? »

Je souriais le regardant en même temps dans les yeux. J’aimais ce qui ce passer, Charlie n’était pas la mais qu’est ce qui allait bien pouvoir ce passer. Le rêve d’une vie va-t-il se réaliser ? Matthew va-t-il enfin prendre les devants ou pas ? Qu’est ce que va bien pouvoir se passer. Je prenais sa main et tirait sa chemise de façon a ce qu’il arrive vers moi comme les gens le font d’habitude avec la cravate mais la il n’en avait pas. Sa bouche arrivait près de la mienne et je déposais mes lèvres dessus. Après ce court baisser, je lui murmurais a l’oreille : Matthew, i love you so much . Oui, c’est bien vrai, j’étais vraiment amoureuse de Matt et quelques fois je me demande ce qui a bien pu nous séparer comme ça. Pendant trois ans, quasiment sans se voir, il n’y a qu’une bonne année que nous avons repris contact et pour tout dire, cela ne me déplait pas du tout. Je m’étais assis sur une télécommande sans faire attention et la radio s’allumait. On pouvait entendre : il est minuit mes amis, bonjour a tous, suivit d’une chanson que je ne connaissais pas encore.

« Bonjour Matthew, apparemment on a passé la nuit ensemble. »

C’était assez ironique de voir ceci se passer, on avait passé une nuit ensemble mais pas une comme j’aurais aimé entre disputes et téléphone tout avait chamboulé ce qui aurait pu se passer. On était bien parti avec que ce maudit téléphone fasse des siennes. A ce moment précis, je n’avais plus qu’un seul rêve, que Matthew reprenne le devant et que dès demain, nous pouvons exclamer a Charlie notre bonheur d’une famille retrouver.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Matthew N. Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
328
♣ Inscrit le :
25/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Dianna Agron !

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: moi-même
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 11 Sep - 18:22

Le bonheur, le vrai et parfois si éphémère si on décide de ne rien faire. Je regardais Appoline s’échapper de mon emprise et me retrouvais seul sur le lit. Son combiner a la main, je ne pouvais pas m’empêcher de la regarder avec une envie soudaine de l’embrasser et de faire des choses bien plus osés que sa. Sans elle entre mes bras, je ressentais un certain manque que je ne connaissais pas. Frustrer qu’elle me soit retirer mon sourire c’est brièvement évanoui mais quand elle s’approcha de nouveau de moi, mon cœur eu soudain des raté. Un bref baiser sur mes lèvres et sa petite main dans la mienne me donner l’impression d’un semblant de vie de couple. Je serrais sa menotte dans la mienne veillant comme même à ne pas lui faire de mal.

« Dis pas de bêtise et reste avec moi ! »

J’étais persuader qu’elle avait dis sa comme sa. Partir ? Elle ? Maintenant ? Jamais ! Juste au moment où on se retrouvait. Appoline tira sur ma chemise, elle était d’une humeur joueuse apparemment ce qui ne manqua pas de déclenchais en moi la même réaction. Ses lèvres vinrent se poser sur les miennes et ils ne se quittèrent pas pendant plusieurs minutes. Nos baisers étaient tellement passionner que elle comme moi finissions a chaque fois essouffler. Elle me chuchota des mots que j’aimais entendre de sa bouche. Je ne les avais pas entendus depuis plus de 3 ans et pourtant j’avais l’impression que ses sentiments n’avaient jamais changé à mon égard. Les miens non plus n’avaient pas changé. Mes mains autour de sa taille, je m’apprêtais à embrasser son cou comme elle aimait. Je m’en souvenais mais je sursautais quand j’entendis la radio s’allumer. Je regardais sur le lit et prit la télécommande en dessous du genou d’Appoline. Je mis quelque minute avant de réaliser qu’il était minuit. Dans exactement huit heures je devais rendre l’exposer qui allait déterminer mon avenir. Je me levais du lit, un peu confus et m’appuya contre mon bureau.

« Je suis désolé. Je veux pas que tu m’en veuille mais j’ai ce maudit exposer a finir et…il faut que je le termine aussi non je risque de ne pas intégrer l’hôpital de New York mais un autre beaucoup plus loin… Je ne veux pas que tu pense que le travail passe avant mais je veux rester a vos coter alors je dois bosser dessus ce soir ! »

Je m’approchais d’elle. Appoline était assise sur mon lit en tailleur. Posant mes mains sur ses joues, je captais sans réelle difficulté son regard.

« Je t’aime ! »

Les mots étaient sortie son aucune difficulté…
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; L. Appoline Wellington
« A présent
; plus rien ne m'arrête!
avatar
♣ Messages :
444
♣ Inscrit le :
29/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Mark Salling

MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   Sam 11 Sep - 19:33

Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001. Mieux que le déhanché d’Emma Peel, Marilyn, la schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d’Abbey Road, les CD d’Hendrix, qu’le p’tit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space-Mountain, la ronde du Père-Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï-Lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave-party les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Rimbaud, Morisson et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie...

Jeux d’enfants - Julien

Mieux que la vie, voila enfin le terme, mieux que tout, parfait je dirais mais toute les bonnes choses on une fin. Il était minuit et l’heure de partir pour moi je pense. C’est bien vrai, on a tous les deux nous études en plus de Charlie enfin ça, c’est plus pour ma part. Je souriais quand il me disait sa, je n’allais point du tout le prendre mal, c’était tout à fait normal, tout le monde avait du travail. Je m’approchais de lui qui était contre son bureau et le prit une dernière fois dans mes bras, puis je me défais un peu de lui.

« Je comprends Matt, et tu sais, si tu dois partir ailleurs que New-York, je te suivrais crois moi! N’oublie jamais que Charlie et moi seront toujours la pour toi »

Je restais devant lui, presque immobile, dans l’espoir d’une dernière phrase avant que je franchisse sa porte. Mais avant, je remettais ma robe et mon gilet un peu trempé puis je posais sa chemise sur son lit. Un dernier sourire et je m’avançais vers la porte de sa chambre pour repartir, je ramassais mon sac et j’y étais. C’était l’heure de se dire au revoir :

« Au revoir Matt … »

Une tristesse d’un moment quasiment fini, se faisait sentir dans ma voix mais alors que j’allais fermait la porte j’entendais deux mots que j’avais attendue depuis trois ans maintenant. Je souriais et finalement recentrais dans la chambre, je m’approchais de lui, lui prenant la main, l’embrassait une dernière fois et revenait vers la porte. Je sortais, je la fermais et m’appuyait sur le mur d’à coté. Je soupirais d’un moment déjà fini et lui envoyait un texto :

« Je t’aime aussi !’ »

Puis le seule espoir que je fondait c’était de le retrouver bientôt.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Contenu sponsorisé
«


MessageSujet: Re: J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV   

Revenir en haut Aller en bas
 

J’espère que la saveur de mes promesses ne te laisse pas un goût amer PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « The Dormitories » :: « ♣ Dortoirs ƒ » :: Chambre de Matthew N. Wellignton-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com