Bienvenue sur This is it ☎
TII ; qu'est-ce que c'est ? Un brin de folie pure et dure, comme les fesses de ces jeunes hommes ci-dessus --> , une grande famille où tout est permit ou encore une grande bande d'amis que l'on vient retrouver juste après un bon streapoker. This is it, c'est aussi un maigre hommage que nous avons souhaité rendre à notre ami et idole Michael Jackson...Quatres avatars sont disponibles. Forum actif & attractif. Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ? (;


AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Après des longues réflections & surtout une très belle vie ; THIS IS IT FERMERA SES PORTES DANS LES JOURS A VENIR. MERCI DE NE PLUS VOUS INSCRIRES. Nous avons été très heureux de partager tous ces moments avec vous. ♥ Vous nous manquerez. NEW YORK NEVER SLEEP, ne l'oubliez pas.

Partagez | 
 

 Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

JE ME PRESENTE; J. Kaydence Forwell
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1427
♣ Inscrit le :
21/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Tu me sembles si innaccessible. J'aimerai ne pouvoir te partager avec personne mais pour cela il faudrait que je répare ce que j'ai cassé...
♣ Traits de caractère :
« Douce, Courageuse, réservée, Timide, Têtue, Rancunière, Impulsive, Entêtée, Adorable»

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Bazzart
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Dim 22 Aoû - 19:26




«A. Caleb Carter && J. Kaydence Forwell »
I'm not a perfect person
There's many things I wish I didn't do
But I continue learning
I never meant to do those things to you
And so I have to say before I go
That I just want you to know

The Reason by Hoobastank


Avez-vous déjà eu envie de dormir pour dormir ? Moi si. Je ne supporte plus de dormir que sur une oreille par la simple peur que tout recommence. Et mon corps n’apprécie de moins en moins le manque de sommeil. M’étirant dans mon lit au chaud je fixais le réveil frustrant. A peine sept heure du matin alors que j’étais en congés… quelle calamité qu’est l’heure. Soupirant je poussai ma couette et je posai mes petits petons sur le sol de ma chambre. Encore une journée maussade, me dis-je pour moi-même. Et je n’avais en rien tord, quand je m’étais rendu compte que ma machine à chocolat chaud ne marcher plus alors que j’étais descendu pour prendre mon petit déjeuner.

« Je suis maudite, me murmurai-je »

Soupirant une nouvelle fois je remontai les escaliers et m’enfermai dans ma salle de bain. C’est que je pourrais me faire presque peur le matin, me dis-je ironiquement en me regardant dans le grand miroir. Vêtue d’un shorty et d’un débardeur, avec les cheveux hérissés sur le sommet de mon crâne je me trouvais hideuse, plus qu’à l’habitude, mais ça je préférais ne pas y penser. Ma journée commençait déjà sans chocolat chaud, il n’était en rien nécessaire que je me remémore ces souvenir hideux. Je filai sous la douche, où je ne restai qu’une courte durée, le strict minimum qu’une fille puisse rester sous la douche après les deux shampoings, l’après shampoing et enfin le masque réparateur avec au passage le gel moussant, je dirais donc une demie heure plus tard. Comment cela, ça fait long ? Attendez, je n’ai pas fait tout ce que je fais normalement là c’est vraiment le strict minimum car je n’ai pas eu mon chocolat chaud, donc je ne suis pas productive. Sortie de la douche je m’enroulais dans une serviette et entrepris à le sécher les cheveux, d’abord par une serviette puis un coup de fer à friser. Je sortie alors de la salle de bain et me dirigeai vers mon dressing. Je ne mis pas bien longtemps à choisir quand mon regard se porta sur la petite robe bleue que j’avais achetée il y a quelques jours. Je pris une veste de cuir noir avec un chapeau blanc à ruban bleu et m’habillai assez rapidement. Je passai devant ma coiffeuse, pour m’attacher mes mèche de devant en arrière, me mis un peu de gloss et de fare à joue, j’étais enfin prête à sortir pour mon chocolat chaud.

Sortant de chez moi je pris la direction de la route. Je sifflai un taxi, quand il fut arrêté je montai dedans lui demandant de m’emmener en plein Manhattan. Le trajet fut assez court pour une traversé de New York en taxi un vendredi matin. Je payai ce que je devais au taxi et remettant mon chapeau ainsi que ma veste je me dirigeai vers le Starbucks. Je n’avais pas encore trouvé un autre lieu qui faisait de meilleur chocolat chaud. Je me réjouis en entrant en ne voyant personne. Ils devaient avoir tout juste ouvert. Je me présentai au comptoir.

« Bonjour. Que désirez vous mademoiselle, demanda poliment le serveur.
_ Un chocolat chaud avec 4 pancakes au sirop d’érable, je vous pris. Sur place, rajoutai-je en farfouillant dans mon portefeuille pour dénicher un billet de 20 $ »

Ma commande fut vite traitée et je me retrouvai enfin avec un chocolat chaud en main. Ma journée allait pourvoir commencer. Je me retournai mais me heurtai au client suivant. La joie, me revoilà maladroite. Je relevais les yeux afin de fixer la personne que j’avais bousculé mais me figeais net. C’était impossible… Non, le destin se mettait encore sur ma route, et la vie m’écorchait un peu plus ans la souffrance. Je me retrouvais nez à nez avec une personne que je croyais ne plus voir…

« Caleb, marmonnai-je pour moi-même »


Dernière édition par J. Kaydence Forwell le Dim 12 Déc - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; A. Caleb Carter
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1372
♣ Inscrit le :
15/03/2010
♣ {♥} Votre idéal :
NDOBREV ♥ KBELL ♥ AGREENE ♥ AHEARD ♥
♣ Traits de caractère :
« Franc Direct Sarcastique Loyal Rancunier Perfectioniste. » ABSENT

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;:
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Dim 22 Aoû - 23:30



KAYDENCE AND CALEB

    « BIP BIP BIP » Le reveil n'avait pas été desactivé. Caleb se reveilla en sursauts, il devait à peine être sept heures du matin. Le jeune homme, legerement de mauvaise humeur, jeta son reveil contre la fenetre, ce qui l'arreta sur le coup. Le brunet se risqua à jeter un oeil près de la fenetre ; il alait devoir s'acheter un autre reveil, encore une fois.
    Le jeune homme décida drester encore quelques minutes dans son lit, il ferma ses yeux lentement, encore fatigué. Caleb ne se reveilla que un quart d'heure plus tard. Il jeta un coup d'oeil sur sa montre, le temps passait si vite, c'était la première fois, qu'en vacance, il pouvait se lever à cette heure là. Mias le fait d'un être debout si tôt le rendait grognon, il lui fallait un bon café.

    Il se leva et et fouilla dans son armoire pour trouver des vetements convenables. Puis il fila à la douche où il resta un bon quart d'heure comme à son habitude, il s'en fichait un peu de dépenser de l'eau. Le brunet sortit et s'habilla dans sa salle de bain pleine de vapeur comme à son habitude. Il se vetue d'un façon assez simple : un jean avec un T-shirt blanc assez simple. Caleb se rendit dans sa cuisine, où il remarqua qu'il lui manquait du café, après s'être bien défoulé contre la machine et avoir injurié à volonté il se calma rapidement. La journée venait de très mal commençer. Il faut dire que Caleb ne se sentait pas bien aujourd'hui, il avait passé un soirée un peu trop arrosé. Il ne savait même plus avec qui il y était allé, surement en charmant compagnie, il n'en savait rien et ne préfèrait pas se poser trop de question.

    Bref, le jeune homme commanda un taxi, il n'avait pas encore de voiture pour lui, et demanda au chauffeur de se rendre au Starbuck Coffee, il n'avait pas envie d'aller s'acheter son café pour revenir chez lui se preparer un tasse. Cela serait une grande perte de temps pour lui. Après une vintaine de minutes de trajet, il commençait à avoir de la circulation heureusement que Caleb n'habitait pas loin de l'endroit. Il paya et sortit du taxi.

    Quand il entra dans la boutique, il vit une brunette dont la silhouette lui était familière, elle commandait un chocolat chaux. Il ne savait pas très bien si il avait raison ou pas. Mais quand il entendit sa voix, il comprit trop tard qu'il la connaissait. Il était trop tard pour faire demi-tours, la jeune femme se retourna et le bouscula. Quand elle leva les yeux, elle le reconnut. Elle, Kaydence. C'était cette femme qui ne voulait pas s'ouvrir à Cale, pensant qu'elle ne l'aimait pas, il l'avait laisser tranquille depuis presque une année.

    « Bonjour Kaydence » répliqua t-il d'une voix calme et posée.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; J. Kaydence Forwell
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1427
♣ Inscrit le :
21/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Tu me sembles si innaccessible. J'aimerai ne pouvoir te partager avec personne mais pour cela il faudrait que je répare ce que j'ai cassé...
♣ Traits de caractère :
« Douce, Courageuse, réservée, Timide, Têtue, Rancunière, Impulsive, Entêtée, Adorable»

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Bazzart
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Lun 23 Aoû - 2:33

Un chocolat peut il consoler les moeurs?
Caleb && Kaydence

Je fixais le grand brun à qui je faisais face maintenant. Le connais-je ? Oui, et pas qu’un peu. Du moins le destin s’acharnait à le mettre sur mon chemin, non que ça me déplaise, mais depuis presque un an ça me blessait de le croiser, je souffrais de ce mensonge, je souffrais de ne pas être une fille au passé normal… Caleb… Caleb, le jeune homme qui s’est montré le plus gentil et attentionné avec moi jusqu’à maintenant. Mais il m’avait demandé plus que je ne pouvais et ne pourrais jamais lui offrir. Je savais que je l’avais blessé vu qu’après se n’était pas moi qui l’éviter mais lui.
Caleb, un joli prénom qui convenait parfaitement à ce jeune homme bourré de qualité. J’avais encore fait une faute dans ma vie et c’était avec lui. J’avais peur, j’ai toujours peur… ça ne changera jamais. Je baissai les yeux l’air abattu, même sa douce voix ne fit qu’empirer mes remord.

« Bonjours, murmurai-je sans trop de conviction
_ Hum Mademoiselle il y a des clients qui attendent je vous pris, lança le serveur derrière moi »

Je relevais les yeux vers le regard bleu de Caleb et m’excusai en silence avant de partir vair une table au fond de la salle. Quelle idiote j’ai pu faire. Il doit se rire de moi en ce moment. Je m’assis lui faisant dos. Je me hissais jusqu’à la fenêtre et posai mon front contre la vitre. Idiote ? Irresponsable ? Gamine ? Aucun mot n’était assez fort pour me décrire je pense. J’avais fait souffrir cet homme en refusant d’essayer… juste essayer d’être avec quelqu’un, essayer d’être avec lui… Il ne m’avait forcé à rien il m’avait juste proposé une relation. Mais qu’est-ce une relation pour une fille comme moi ? Empêcher l’homme avec qui je suis de m’embrasser de le toucher de craindre à chaque fois qu’il me prend la main ? Cela aurait été invivable que se soit pour lui et pour moi. C’était les principales raisons qui m’avaient poussée à lui dire que je ne pouvais pas… Oui je ne pouvais pas, et non pas que je ne voulais pas. Quelque part à chaque instant que je passais avec lui j’oubliais mon passé, j’oubliais mes cauchemars et je vivais en étant juste une fille avec un garçon. C’était stupide à penser, mais c’est ce que je ressentais. Et si j’avais été entièrement cette file normale, je lui aurais dit oui… Oui sans hésitation, sans craindre quoi que se soit. Peut être aurais été je heureuse avec lui. Peut être que j’aurais fini ma vie avec lui. J’avais le droit de faire toute sorte d’hypothèses vu que ça ne se passera jamais. Et si… Non je n’ose l’espérer… Mais… Il faut que je sache. Je ne peux pas rester dans l’ignorance plus longtemps. Je dois lui faire comprendre que mon refus est dû à mon incapacité à être avec lui et non par ma volonté.

Je me levai de la banquette et scrutait la salle ; il s’apprêtait à sortir. Je me précipitai vers lui, d’un pas assez rapide mais pas non plus de course avant de m’arrêter net. Un ou deux mètre nous séparer. Mon cœur battait fort dans ma cage thoracique… Et si je faisais une erreur ?...

« Caleb ? »

Je marquai un grande pause, souhaitant quelque par qu’il ne m’entende pas. Mais comme si c’était instinctif je poursuivis avec très peu d’assurance.

« Ca… Ca te dirais qu’on prenne notre petit déjeuner ensemble ?... J’ai l’impression que toi aussi tu es tombé en panne de machine ce matin, plaisantais-je maladroitement tout en désignant le café qu’il tenait en main. J’aimerai…. J’aimerai qu’on reprenne à zéro… »

Etait-ce les mots adéquats ? Je ne sais pas. Mais j’essayais comme je pouvais d’engager la conversation.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; A. Caleb Carter
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1372
♣ Inscrit le :
15/03/2010
♣ {♥} Votre idéal :
NDOBREV ♥ KBELL ♥ AGREENE ♥ AHEARD ♥
♣ Traits de caractère :
« Franc Direct Sarcastique Loyal Rancunier Perfectioniste. » ABSENT

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;:
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Lun 23 Aoû - 20:30



KAYDENCE AND CALEB


    La voir comme cela fait remonté des souvenirs pour Caleb, comme le jour où elle l'avait rejeté, elle ne lui avait rien expliquer et lui était rester déconcerté il ne sait pas quoi faire. Il faut dire que le jeune homme avait eut l'impression de se reçevoir une grande claque quand elle l'avait repoussé, il était blessé. Quand il la salua la jolie brune baissa les yeux, d'un air dépitée et lui répondit sans aucunes convicions. Le serveur derrière Kaydence, se plaignit et lui demanda si elle pouvait gentillement se pousser, la jeune femme lui adressa un dernier regard avant de partir s'asseoir.

    Caleb la suivit lentement du regard, avant de se faire interrompre par le serveur :

    « Monsieur ? dit-il d'un ton impatient
    -Oh oui excusez-moi, un café s'il vous plait ! répondit-il navré
    - Voilà »

    Caleb saisit l'argent dans son portefeuille et paya, en remerciant le serveur, puis il saisit le gobelet brulant et se décala de la file pour laisser place au client suivant. Le jeune homme aperçut Kaydence, le front collé sur un vitre, comme pour se calmer, le jeune brunet leva un sourcil, supris il ne savait pas que le fait de la revoir la mettrait dans une atitude si négative. Le brunet regarda par la vitre, il allait devoir partir. Il jeta un regard en direction de Kaydence une dernière fois et se dirigea vers la porte du café.

    Une surprise de taille l'attendait, la jole brunette le rattrappa et l'appella, tout d'abord étonné, il répondit :

    « Oui, Kaydence ? »

    Elle fit une grande pause, le jeune homme en profita pour la dévisager, elle paraissait terriblement anxieuse et elle semblait être legèrement effayée. Mais par qui ? Pas par Caleb espérons. Puis la belle continua, elle lui proposait qu'ils petit déjeunent ensembles. Caleb la regarda et elle continua lui répliquant que lui aussi avez eut une panne de café ce matin. Tout en souriant le jeune homme lui répondit :

    « Cela me semble une bonne idée »

    Même si le jeune homme avait un peu peur qu'elle s'enfuit sans expliquations, comme cela. Puis elle continua encore, en lui demandant si il voulait bien qu'ils repartent à zero, Caleb répondit :

    « Eh bien repartons à zéro si c'est ce que tu veux »

    Les deux jeunes gens sortirent en même temps du café, ils semblaient génés.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; J. Kaydence Forwell
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1427
♣ Inscrit le :
21/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Tu me sembles si innaccessible. J'aimerai ne pouvoir te partager avec personne mais pour cela il faudrait que je répare ce que j'ai cassé...
♣ Traits de caractère :
« Douce, Courageuse, réservée, Timide, Têtue, Rancunière, Impulsive, Entêtée, Adorable»

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Bazzart
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Sam 28 Aoû - 1:09

Le revoir n’était en rien facile pour moi, après l’avoir vu me fuir, ou faire comme si je n’existais pas. Mais au fond je l’avais mérité, je mérite toujours ce qui m’arrive. Pourtant, je voulais me rattraper aujourd’hui avec lui. Mais j’avais senti dans son regard que pour lui cela n’était pas non plus de me revoir. Je venais de me jeter je ne sais dans quoi, pour essayer de réparer peut être une erreur irréparable mais je m’en fichais car ma vie sonnait moins bien sans nos sorties ensemble. J’aimais le taquiner et à ses cotés, je me sentais… moi. Une fille normale, qui avait un ami, aussi égoïste soit il, je l’avais considéré comme ça en se peu de temps et je ne pouvais plus supporter de ne plus être avec lui.

Quand il répondu à mon appellation, il resta un temps dos à moi et il daigna enfin se retourné. Il arboré ce sourire, ce magnifique sourire qui me plaisait tant il y a encore quelque temps mais qui avait disparu dans un courant d’air froid de tristesse. Mais il avait réapparu dans un rayon chaleureux d’espoir. Je ne pus répondre à ce sourire que par un autre. Je lui dis par la suite que je voulais tout reprendre à zéro, c’était un nouveau départ pour nous deux et je me promettais à moi-même silencieusement que cette fois je ne le ferais plus souffrir et que je lui expliquerais, partiellement certes, mais je lui expliquerais les raisons qui m’ont poussé à lui dire non. Je lui fis signe de m’attendre, me retournai pour avancer vers ma table afin de prendre mon chocolat ainsi que mes pancakes et le rejoignis dehors.

Nous marchions dans un silence lourd. J’aurais dû m’en douter, il ne me pardonnerait pas si facilement. Je pris une grande inspiration et me mis devant lui pour le stopper dans sa marche morne. Je tendis ma main, un sourire taquin aux lèvres et dis d’une voix enjouée.

« Bonjours, je m’appelle Kaydence. J’ai 19 ans »

Autant faire de l’humour, et prendre au pied de la lettre mes dires pour nous souvenirs et apprécier de nouveau ce lien spécial entre nous. Je me retenais de rire de ma pittoresque entré en la matière pour d’étendre l’atmosphère en me mordillant la lèvre mais ce ne fut que de courte durée. Je roulais les yeux et plaçai ma main dans ma poche en paraissant gênée. Pourtant je ne quittais pas ce regard bleu si tendre et si hypnotique.

« Bon j’avoue c’est moins… cinématique que notre première rencontre, mais je me vois mal te renverser mon chocolat ou faire exprès que tu renverse ton café sur moi… D’une car je crois qu’on a tous les deux besoins de ceci pour nous réveiller et passer une bonne journée, mais de plus j’ai pas envie de fuir comme une souris aujourd’hui… »

Je restai à ma place un peu anxieuse sur mes dires, et je repensais à mes raisons sur cette envie de nouveau départ. Et je repris ma marche un peu la tête dans les nuages, Caleb à mes cotés je marcher vers Central Park. Nous passâmes les limites du parc pour y pénétrer.

« Tu.. Tu sais.. Pour… pour la dernière fois… »

Comprenait-il que je voulais parler de la journée où je lui avais dit que je ne pouvais pas être avec lui ? Le jour où je lui avais fait mal avant de fuir encore ? En me remémorant la journée j’eus un long temps de nostalgie…

Nous étions tous deux assis dans l’herbe du parc de l’université. Riant sur une blague qui au fond n’avait rien de drôle. Nos sourires qui répondaient à l’autre dans ce silence plaisant. Le soleil qui illuminer ses cheveux châtains clair et qui faisait luire ses yeux bleus les rendant sublimes. Nos mains qui se frôlaient sans vraiment se toucher. Sa main qui remit une de mes mèche derrière mon oreille avant de venir caresser tendrement ma joue. Cette sensation de dégout, du passé qui fait irruption dans un moment merveilleux, sa voix qui me demande si je vais bien. Un mensonge qui s’échappe encore de mes lèvres. Son souffle qui se fait plus chaud contre ma joue. Ses mots qui s’échappent comme un secret de sa bouche. Ma peur, mon cœur qui s’emballe, les larmes qui me montent, mes paroles balbutiées. Ma rapidité a rangé mes affaires et ma course pour lui échapper….

Je me retiens de soupirer et me posai sur un banc près de nous en le regardant tristement. Une boule se formait dans ma gorge, les larmes montèrent mais se bloquèrent, et amplifièrent ce nœud dans ma gorge.

« Je.. Je voulais pas te cau.. Causer de tord…, soufflais-je, en regardant le sol. Je ne pouvais pas… je peux pas… »

Allait-il comprendre la différence entre mon explication et ses pensées ? Je ne sais pas, mais au fond de moi je l’espérais. Je ne voulais pas entrer dans les détails.
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; A. Caleb Carter
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1372
♣ Inscrit le :
15/03/2010
♣ {♥} Votre idéal :
NDOBREV ♥ KBELL ♥ AGREENE ♥ AHEARD ♥
♣ Traits de caractère :
« Franc Direct Sarcastique Loyal Rancunier Perfectioniste. » ABSENT

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;:
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Jeu 2 Déc - 19:11



« Kaydence and Caleb»

« Can I understand ? »

    Il ne la comprennait pas, il ne l'avait jamais comprise. Qu'essayait-elle de faire ? De renouer avec lui, après s'etre enfuit sans un mot ni une explication. Kaydence était trop compliquée, et cela Caleb l'avait comprit depuis un certain temps, après ce qu'elle lui avait fait, le jeune homme avait enfermé son coeur et avait tant bien que mal essayer de l'oublier mais cela ne marchait. Il s'était transformé en coureur de jupons, qui volait de fille en filles, ne passant qu'en général un nuit voir une semainne au grand maximum.

    Elle voulait tout reprendre à zéro, le jeune homme ne put que lever un sourcil, légèrement inquiet, qu'allait-il se passer cette fois ? Elle allait disparaitre à nouveau ? La brunette lui rendit son sourire. La jeune brunette partit chercher sa commande, qu'elle avait laissé sur la table, le brunet l'attendit dehors, patiemment. Pendant qu'ils marchaient, un silence pesant s'installa, le jeune homme ne voulait pas être le premier à parler, Kaydence prit une bouffée d'air, et se placa devant le jeune homme, la belle lui tendit la main, un léger sourire aux lèvre et commença à se présenter d'une voix joyeuse, elle essayait de défendre l'atmosphère. Le brunet leva les yeux au ciel, legèrement amusée, au moins sa phrase avait eut l'effet de le dérider. Le brunet lacha du bout des lèvres, amusé;

    « Caleb, j'ai vingt-deux ans »

    Puis elle lui rappella la première fois où il s'était rencontré, une malencontreuse collision, le jeune homme laissa echapper un léger rire, de courte durée, quand elle luiannonça qu'elle ne comptait pas fuir comme une sourie cette fois. Cela restait encore à voir, c'est ce que pensa Caleb.

    Puis ils continuèrent à marcher et entrèrent dans le park de Central Park, puis la jeune femme évoqua la dernière fois qu'ils s'étaitent revus, a ce souvenir, le jeune homme se referma. Il n'avait pas envie d'y repenser, elle l'avait blessé, et elle ne pourrait pas se rattrapper. Kaydence hésitait à en parler et elle avait bien raison. La jeune femme s'assit sur un banc, le jeune homme se posa à côte d'elle et attendit patiemment ses explications, les réponses aux questions silencieuses de Caleb. Une colère monta en lui, elle ne voulait rien lui dire, ou elle ne pouvait pas. Le jeune homme était perdu, et n'arrivait pas à la suivre. Le brunet reposa ses yeux froids sur la jolie brune;

    «Tu ne voulais pas, mais c'est fait Kaydence »

    Le jeune homme ferma ses paupières un instant, et reprit une gorgée de son café, et déclara, d'un air résigné;

    « Peu importe »



Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; J. Kaydence Forwell
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1427
♣ Inscrit le :
21/08/2010
♣ {♥} Votre idéal :
Tu me sembles si innaccessible. J'aimerai ne pouvoir te partager avec personne mais pour cela il faudrait que je répare ce que j'ai cassé...
♣ Traits de caractère :
« Douce, Courageuse, réservée, Timide, Têtue, Rancunière, Impulsive, Entêtée, Adorable»

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;: Bazzart
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Dim 12 Déc - 14:02




«A. Caleb Carter && J. Kaydence Forwell »
So I try to hold onto a time when nothing mattered
And I can’t explain what happened
And I can’t erase the things that I’ve done
No I can’t

Untitled by Simple Plan


Il était vrai que je m’y prenais peut être mal, même il était certain que je faisais tout de travers avec lui, mais j’espérais quand même que cela puisse remarcher entre nous deux. Étais-je stupide de vouloir espérer que rabibocher les morceaux brisé de notre amitié ? Peut être bien, mais qui ne tente rien n’a rien au final, c’est ce que dit le célèbre proverbe du moins. Et puis finalement il semblait rentrer dans mon jeu vu qu’il répondit à ma plaisanterie de présentation, non sans un léger amusement de mon comportement. Au moins je le faisais rire, c’était déjà ça. J’aimais son petit rire, charmeur et charmant. Je le regardais avec bonheur de le revoir sourire même si ce n’était que temporaire. Et ça l’était. Je venais d’aborder le sujet qui fâche, cela va sans dire.

Je le regardais un instant avant de m’assoir sur le banc. Son sourire avait disparu, il s’était renfermé telle une huitre. Je n’avais encore pas vraiment parler, je n’étais pas entrée encore dans le vif de sujet et je n’en n’avais pas l’intention, mais il s’était renfrogné et n’allait pas aborder le sujet par lui-même s’était évident en le voyant. Je détournai les yeux durant un instant, juste un moment pour prendre un bouffée d’air frais, même si ça me parut très désagréable sur le coup du à la brulure du froid ardent qui s’engouffra dans ma gorge et qui sembla m’écorcher à vif de l’intérieur. Au fond, cette souffrance passagère n’était rien comparée à celle à l’intérieure de moi. Depuis que nous ne voyons plus j’avais toujours cette sensation d’un manque vorace en moi, qui ne voulait pas se combler. La seule cause de ce mal psychique qui m’était venu était son absence dans ma vie, mais cela me semblait improbable. J’avais je n’avais dépendu de personne au par avant pourquoi cela devrait commencer maintenant… et en plus d’un homme… tous ces événements toutes ces sensations me dépassaient totalement.

Je pris quelques gorgées de chocolat. Après la brûlure de l’air glacial qui nous entouré, ce fut la brûlure de la boisson qui n’épargna pas ma gorge. Peut être une tactique désespérée de mon inconscient pour m’éviter de parler, et d’en dire plus pour ne pas le perdre de nouveau, qui sait. Mais quand je reposai mes yeux sur le brunet son regard transperça brutalement d’une lame aiguisée et glaciale tout mon être. J’eus du mal à retenir un spasme de douleur qui voulait s’afficher sur mon visage, tellement la douleur fut puissante, même si elle n’était que psychologique. Je ravalai difficilement une vague de larmes naissantes qui se retrouvèrent coincées dans ma gorge, une nouvelle souffrance qui m’empêcher de parler.

« Tu ne voulais pas, mais c’est fait Kaydence, me rétorqua-t-il froidement »

Je baissai les yeux rapidement, voulant cachant la nouvelle attaque des larmes qui voulaient s’échapper de mes yeux. Il avait raison, et c’était là le pire. La vérité de sa bouche était si douloureuse, mais je ne pouvais pas le nier. Je n’aurais pu essayer de nous mentir en disant que ce n’était pas ma faute, mais ça l’était. De ma faute, et entièrement de la mienne. Je n’osais même plus soupirais de souffrance, à quoi bon cela servirait ?

« Peu importe, laissa-t-il d’un air résigné »

Résigné, oui c’était le terme, il l’était. J’avais à cet instant de l’obliger à me pardonner. Etait-ce ça ? L’obligeai-je à tout oublier ? Etais-je si égoïste ? Oui, rien ne pouvait prouver le contraire. Je l’étais. Je l’avais obligé, je lui avais forcé la main à me pardonner contre son gré. Une nouvelle vague plus violente que les deux autres, de larmes m’assaillit et cette fois je ne pus pas la contenir. Je détournai la tête à l’opposé de lui et laissait cette souffrance s’échappait et allégeait ma peine quelques secondes avant de les essuyer du revers de ma main. J’essayais par tout les moyens de me contenir, réfléchissant à vive allure comment je pourrais faire oublier ce sujet, afin de me calmer. Mais rien ne me vint suffisant à mon esprit, alors j’optais pour la fuite. La fuite encore et toujours la solution de facilité pour moi. Je pris donc une grande inspiration, cachée derrière une gorgée de chocolat, et essuya les traces de quelles conques preuves de mes pleurs silencieux et laissai glisser une de mes main dans une poche de mon manteau. J’en sortis un trousseau de clé. Je déposai ma boisson chaude entre nous et m’attardais à retirer une clé du trousseau. Une fois fait, je la déposai près du gobelet et pris mon sac à main. J’y rangeai mon trousseau et en ressortis deux petits papier. En priant que ma diversion marche. Je sortis mon portable et feintai de le regarder, en priant pour qu’il ne soit pas trop curieux. Je rangeai mon téléphone très vite dans mon sac et regardai Caleb d’un air désolé.

« Pardonne moi, je n’ai pas vu l’heure. Le bureau doit m’attendre. Et oui même pas en paix un vendredi matin… »

Je sentais bien que ma voix sonnait le mensonge à plein nez mais je savais que je ne pourrais pas rester si calme encore bien longtemps… Je me saisis donc de la clé et des deux billets et lui tendis non sans tremblée un peu du à l’adrénaline qui parcourrait mes veines.

« Voilà deux place pour aller voir les Lakers mercredi soir et ça s’est le double de la clé de ma chambre. Tu n’auras qu’à venir à 13h, on passera l’après midi ensemble... Pourquoi ne pas faire un billard ? et puis on pourra retourner chez ma mère pour se concocter un bon repas avant d’aller au match pour 21h. T’en dis quoi ? Je te promets que cette fois je n’aurais pas d’empêchement et ça nous permettra de nous revoir hein ? »

Mon mensonge était si flagrant mais j’espérais quand même qu’il le croit un minimum. Je remballai mes affaires terminai d’un trait mon chocolat, jetai le gobelet dans la poubelle à coté de nous me levai et vins l’embrasser sur la joue avec un sourire désolé, mais en même temps empli de tristesse. Puis après un petit signe de la main pour lui dire au revoir, je partis d’un pas rapide vers la sortie de Central Park très fébrile. Je priais pour pas qu’il me rattrape pour me demander quelconque explication car je n’aurais pas pu, et j’aurais probablement fondu en larmes sous ses yeux. Je m’étonnais d’atteindre la sortie si rapidement mais ne m’arrêta pas pour autant. J’arrêtai un taxi d’un signe de la main et m’engouffrai dedans en marmonnant l’adresse de Tante Ava que je du répété au chauffeur afin qu’il puisse démarrer. Je jetai un dernier coup d’œil à Central Park avant de me munir de mon cellulaire afin de composer un message à Caleb.

Portable Kaydence a écrit:
« Désolée encore… K. »

Puis j’appuyai sur envoyer. Un message très vague. De quoi étais-je désolée sincèrement ? D’être ainsi avec lui ? De mes faits passés ? De lui faire faux bon maintenant ? Ou simplement d’être moi ?... J’espérais que lui ne pense que j’étais désolée d’être partie à cause du boulot... Voilà tout… Mais au fond, je lui demandais pardon pour toutes mes erreurs, désolée d’être moi tout simplement…

Le trajet ne fut court, et j’en remercie le ciel. Je payais le chauffeur et courus presque me réfugier dans la villa. Quand je fermai la porte, se fut le maximum de ma retenu et je fondis en larme. Me maudissant de l’intérieur d’être si égoïste et de vouloir le récupérer. Je me laissai glisser dos contre la porte afin de pleurer toute la souffrance et la colère qui me rongeaient de l’intérieur, en marmonnant des pardon à l’intention de Caleb qu’il n’entendrait jamais probablement…

HRP: J'ai voulu terminé comme cela car cela nous permettra d'entamer l'explication dans ta chambre :). Et vraiment désolée du retard. j'espère que ce RP te plaira :)
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; A. Caleb Carter
« A présent
; plus rien ne m'arrête!

♣ Messages :
1372
♣ Inscrit le :
15/03/2010
♣ {♥} Votre idéal :
NDOBREV ♥ KBELL ♥ AGREENE ♥ AHEARD ♥
♣ Traits de caractère :
« Franc Direct Sarcastique Loyal Rancunier Perfectioniste. » ABSENT

More &&. More
« © Je dois mon avatar à » ;:
« J'ai des vues sur » ;:

MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Dim 16 Jan - 12:20


BETWEEN YOU AND ME

Caleb ne comprenait pas pouquoi la brunette avait abordé ce sujet alors que cela leur faisait mal à tous les deux, bien que se soit passé, le jeune homme ne voulait même plus y penser, le jeune homme s'assit à côte d'elle, elle tourna la tête un moment, comme pour se donner du courage. Ce qui était necessaire vu la situation dont elle avait décidé de parler. La jeune femme ne semblait pas prête à parler, ni Caleb d'ailleurs, enfin pas de cela du moins. Le brunet reprit une gorgée de café, se brulant quelques peu, cela lui apprendra à être impatient.

Il voulait juste oublier, oublier ce qui s'était passé il y a longtemps, oublier que Kaydence lui cachait quelquechose dont il ne pourrait pas deviner. Oublier était bien le mot, c'était ce que voulait Caleb mais il n'y arrivait pas, même avec beaucoup de temps.

La jeune femme sortit deux papiers, des clefs et consula l'écran de son portable bien que le jeune homme avait jété un coup d'oeil discret, elle n'avait pas de message. Surpris le jeune homme haussa les sourcils avant d'écouter ce qu'elle avait à lui dire. Kaydence devait aller au bureau, blessé par son mensonge, il décida de ne pas l'embarasser, il fit semblant de la croire, d'être naif;

« Oh, d'accord, si tu dois y aller… »

Contrairement à la jolie brunette, Caleb mentait bien, très bien même. Puis la jeune femme continua, en lui tendant ce qu'elle venait de sortir tout à l'heure, deux places et le double de sa clef de sa chambre. Il était étonné. Tout ce qu'elle lui proposait semblait bien, mais iréalisable, sachant qu'il ne verrait pas le brunette pendant un moment, le jeune hocha la tête, d'un air affirnatif, serrant les machoires. La brunette jeta son gobelet dans une poubelle près d'elle. Kaydence se leva et lui fit la bise, et s'éloigna à pas rapide. Le jeune homme avait envie de la rattrapper, il faillit le faire mais se ressaisit juste avant de se lever. A quoi cela pouvait-il bien servir, si elle fuyait maintenant, elle continuerait...

Puis le jeune homme, contrarié, jeta son café à peine entamé, dans la poubelle, d'un geste assez rageux. Ensuite, il se leva à son tour, et partit rejoindre ceux qui l'attendait, bien que ses pensées soient tournées vers la jolie brune qui ne cessait jamais de le fuir. La journée passa trop lentement pour le jeune homme qui était ailleurs, s'ennuyant la plupart du temps, feignant d'être enjoué & heureux devant ses amis qui se souciaient de lui. Mais il prit vite congé prétextant un autre rendez-vous. Puis il rentra vite chez lui, appellant un taxi, n'ayant plus envie de marcher, ce qu'il avait fait toute la journée. Caleb se réfugia dans sa chambre, essayant de mettre la caffetiere en route, bien qu'elle était mauvaise, c'est pour cela qu'il prenait son café à l'extérieur. Le jeune homme décida de sortir ces bouquins pour qu'il puisse réviser un peu, car ses études de médecine n'allaient pas se faire toutes seules malheureusement. Mais il n'arrivait pas à se concentrer, car une de ses amies venait constamment le déranger pour n'importe quoi, à un moment elle voulait du sel, à un autre elle venait lui voler un coussin. Cela commençait à sérieusement exaspérer le jeune homme qui comptait la rebarrer la prochaine fois.

Il était tard le soir, le jeune homme commença à préparer son repas, sans entousiame, il était fatigué. On toca à sa porte, le jeune homme soupira. Caleb lança, pensant qu'il s'agissait de son amie qui venait encore lui demander un objet;

«Entre c'est ouvert »
Revenir en haut Aller en bas

JE ME PRESENTE; Contenu sponsorisé
«


MessageSujet: Re: Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB   Aujourd'hui à 17:04

Revenir en haut Aller en bas
 

Un chocolat peut il consoler les moeurs? || PV CALEB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « New-York's Circonscriptions » :: « Manhattan »-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit